Le manuel du serial killer

Couverture du livre « Le manuel du serial killer » de Frederic Mars aux éditions Black Moon
  • Date de parution :
  • Editeur : Black Moon
  • EAN : 9782012027985
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Thomas Harris, 21 ans, est étudiant en lettres à Harvard. Grand amateur de littérature policière, il se retrouve momentanément mêlé à une enquête en cours, portant sur une série de meurtres, dont les victimes sont toutes des enfants. C'est aussi à cette période que le jeune homme commence un... Voir plus

Thomas Harris, 21 ans, est étudiant en lettres à Harvard. Grand amateur de littérature policière, il se retrouve momentanément mêlé à une enquête en cours, portant sur une série de meurtres, dont les victimes sont toutes des enfants. C'est aussi à cette période que le jeune homme commence un stage au service des manuscrits d'une maison d'édition spécialisée dans les romans de gare et le thriller. Chargé du tri au service des manuscrits, il y fait la lecture du Manuel du serial killer, soumis de façon totalement anonyme, et qui ne propose rien moins qu'un mode d'emploi détaillé du tueur parfait !
Entre horreur et fascination, Tom choisit de rejeter le texte. Quelle n'est donc pas sa stupéfaction lorsque, quelques semaines plus tard, il découvre ce livre en vitrine de toutes les librairies... et publié sous son propre nom, Thomas Harris ! Commence alors une véritable descente en enfer, à la limite de l'absurde : ce livre dont on lui impute la paternité et dont les réimpressions s'enchainent à un rythme hallucinant, fournit tous les détails des meurtres qui ne cessent d'ensanglanter la région. Et chaque tentative pour prouver à la police, à la justice, mais aussi à ses proches et à lui-même, qu'il est innocent, rapproche Thomas Harris de la cellule où croupit un redoutable prédécesseur, qui avait terrorisé le pays avec des crimes comparables, dix ans plus tôt.
Qui est réellement le coupable, qui est l'auteur ? Et qui est Thomas Harris ?

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Frédéric Mars répond à nos questions ! (12/03/2013)

1) Qui êtes-vous ? ! Je suis Frédéric Mars, je suis Alphabet Man - l'homme à l'alphabet tatoué sur le corps, travaux en cours ! - je suis encore d'autres auteurs ou d'autres noms... je suis un peu qui j'ai envie d'être, et c'est ça qui rend ma vie plaisante. Et, à mes propres yeux, une vie assez libre, donc stimulante. Maintenant si on parle d'activité, je suis donc un auteur à temps plein, qui vit de sa plume depuis une bonne dizaine d'années... Et qui espère bien ne jamais arrêter. J'ai écrit au total une cinquantaine d'ouvrages, dont une dizaine de romans sous des identités diverses. Comme vous l'avez compris, j'aime bien ça, changer d'identité ! 2) Quel est le thème central de ce livre ? Le thème central, c'est le pouvoir de la fiction. La porosité entre celle-ci et la réalité, et la manière dont la fiction peut envahir le réel. Le "contaminer" d'une certaine manière. Mais là j'en dis déjà trop... 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? Exercice difficile. Mais je retiendrais néanmoins celle-ci, au coeur des problématiques qui m'occupent :"Les livres ont ce pouvoir, je le sais désormais : faire éclore ce qui n'existait pas l'instant d'avant". 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? Quelque chose d'assez sombre, à la limite de la musique dite "industrielle". J'aime par exemple beaucoup la B.O composée par Trent Reznor pour le "Social Network" de David Fincher. Ça tombe bien, le film se déroule justement à Harvard, comme mon roman. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? Mon goût du jeu et des intrigues juste tordues comme il faut. Je cherche moins à explorer une certaine de noirceur de l'âme humaine, comme beaucoup de thrillers, que la manière dont chacun joue avec lui-même, et déploie des stratégies, conscientes ou inconscientes, pour composer avec ses propres drames. C'est ça qui m'intéresse : comment, dans une situation dramatique donnée, le cerveau humain crée sa propre petite fiction pour la surmonter. 6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ? Il est pour moi plus question de discipline que des rituels. Hormis les jours où je me socialise (rendez-vous à l'extérieur), j'écris tous les jours à partir de 8h30 ou 9h. Je fais une pause assez longue le midi, puis je reprends jusque vers 18h, voire plus certains jours. Je n'écris jamais la nuit, malgré mes insomnies fréquentes. La nuit est plutôt le temps où je note une multitude de petites idées que j'exploiterai à tête "reposée" le jour. Je suis incapable de travailler en musique. J'ai besoin du calme absolu. Mais, en revanche, une fois que j'ai pris mes marques, je peux travailler à peu près n'importe où, pourvu qu'il y ait cette sacro-sainte tranquillité. 7) Comment vous vient l'inspiration ? Impossible à dire de manière définitive. Au fond, je n'en sais rien. Tout ce que je peux faire, c'est "arroser" ma future inspiration avec mes lectures, ma curiosité, mon goût pour l'actualité, etc. Fort heureusement, le moment où LA bonne idée jaillit demeure un petit mystère. Si c'était fabriqué, ça perdrait beaucoup de son charme. Ce que j'ai observé, néanmoins, c'est que bien souvent, l'idée en question survient une première fois, mais sous une forme inaboutie, inexploitable. Et puis que, dans un deuxième temps, elle vient entrechoquer une autre information, et là le déclic se fait pour de bon. D'abord il n'y a qu'un vague concept un peu froid... Puis survient enfin une histoire ! 8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ? Oui, vers 9-10 ans. Puis plus tard vers 12-13 ans. À ces deux époques, j'ai été encouragé par des profs qui ont décelé que j'avais une petite facilité d'écriture. Mais sans leur soutien, même très ponctuel, je n'aurais sans doute pas eu le coeur de persévérer, et je n'aurais pas imaginé que j'avais là un champ d'expression à explorer toute une vie durant ! Je les en remercie encore. 9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ? Franz Kafka, Philip K. Dick, Patrick Modiano, Céline... Plus quelques autres, et tout cela dans le désordre. Les livres à m'avoir réellement mis une "claque" sont assez rares. Par nature, je ne suis pas groupie de tel ou tel auteur. Je suis plus fan de certains ouvrages, indépendamment du reste de l'oeuvre de leur auteur. J'ai même une forme de respect supérieur pour ceux qui demeurent l'auteur d'un unique véritable chef d'oeuvre, qui ont tout dit en une fois, puis ont tiré leur révérence ou se sont cantonnés dans des écrits plus mineurs. Salinger en est évidemment l'archétype. 10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? ! Je ne suis pas sûr qu'ils aient à "servir" à quelque chose. Je pense qu'on écrit d'abord pour soi, puis peut-être pour le plaisir d'être lu et apprécié... Les écrivains sont dans l'ensemble de grands égoïstes. S'ils étaient des êtres généreux et désireux de changer le monde, ils prendraient une pioche ou un bâton de pèlerin, pas la plume. S'ils servent donc à une seule chose, c'est à fertiliser l'imaginaire des autres par le leur. À planter des graines de liberté et de rébellion qui donneront à certains lecteurs l'envie de rendre leur vie aussi riche et palpitante que les récits en question. À ne rien se laisser dicter par les circonstances ou le cadre social. Oui, et même si je me contredis sur ce point plus tard, je dirais ça : les auteurs sont là pour fournir à tout un chacun la seule drogue parfaitement légale, et pourtant totalement subversive : l'imaginaire. 11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ? Bizarrement, je n'ai pas de fétichisme du lieu en lui-même. J'aime m'y promener y fureter à ma guise, m'y perdre et y "perdre" du temps. De ce point de vue, j'aime les librairies avec beaucoup de choix, et un peu fouillis. Mais je n'ai pas de librairie culte. Et puis, je fais assez confiance au hasard. À titre personnel, je ne crois pas beaucoup à l'idée de "conseil personnalisé", n'en déplaise aux libraires, dont je respecte évidemment le travail et le rôle, indispensable. Je préfère me planter en prenant un mauvais livre que j'ai choisi à l'instinct, ou disons un livre qui ne me correspond pas, que de me faire recommander un livre parce qu'il ressemble à ce que j'ai déjà lu. Je ne veux surtout pas lire quelque chose qui ressemble à mes lectures précédentes. Je veux au contraire me faire surprendre, me faire bluffer !

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Avis (2)

  • Déroutant, on pense suivre et voilà que tout est remis en question. On a envie de poursuivre mais on est frustré, égaré. Dur à suivre, que d'embrouilles mais un livre à lire.

    Lecture numérique
    Ma chronique complète :...
    Voir plus

    Déroutant, on pense suivre et voilà que tout est remis en question. On a envie de poursuivre mais on est frustré, égaré. Dur à suivre, que d'embrouilles mais un livre à lire.

    Lecture numérique
    Ma chronique complète : http://vie-quotidienne-de-flaure.blogspot.fr/2014/11/lecture-le-manuel-du-serail-killer-mars.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je veux rester très léger dans mon résumé, ne dévoiler aucun des rebondissements du livre, et des rebondissements, il y en a légion. Plus que dans deux ou trois thrillers réunis parfois. Jusqu'à quasiment l'ultime ligne. Un roman qui commence très fort par l'agonie d'une première petite victime,...
    Voir plus

    Je veux rester très léger dans mon résumé, ne dévoiler aucun des rebondissements du livre, et des rebondissements, il y en a légion. Plus que dans deux ou trois thrillers réunis parfois. Jusqu'à quasiment l'ultime ligne. Un roman qui commence très fort par l'agonie d'une première petite victime, pas détaillée, donc très supportable (dans un roman uniquement bien sûr) ; l'hémoglobine n'est d'ailleurs pas le fond de commerce de ce livre ; Frédéric Mars suggère, décrit mais laisse l'imagination du lecteur faire son oeuvre. C'est très bien, drôlement bien mené et maîtrisé et si l'on sent au cours de l'histoire que certains détails ne collent pas ou si même on peut se sentir un peu perdu (ce qui a été mon cas assez régulièrement), c'est pour mieux servir le dénouement et l'explication finale. Les personnages sont assez complexes pour tenir la route jusqu'au bout, Thomas est un jeune homme coincé, phobique : "Je ne pratique mes incursions hors de Cabot, jusqu'au réfectoire de l'autre côté de la grande pelouse du Quad, qu'aux heures les plus creuses. Je vais jusqu'à utiliser mes jumelles pour scruter le réfectoire illuminé et dénombrer les étudiants qui s'y restaurent. A plus de dix occupants, je renonce. A moins, je m'y aventure, non sans d'infinies précautions." (p.100). Tous les autres, les seconds rôles peuvent à tout moment être des "amis" de Thomas ou des suspects, à chacun leur tour.
    Voilà pour tout le bien que je pense de ce bouquin, mais je dois dire que si je l'ai trouvé très bon, je l'ai aussi trouvé long et bavard. Les à-côtés, les débuts de chapitre ralentissent le rythme et ne sont pas particulièrement indispensables au bon déroulement de l'histoire. Ils peuvent avoir plusieurs fonctions :
    - grossir le bouquin (462 pages) ? Inutile à mes yeux, un thriller ne peut avoir que 300 pages et ne pas lésiner sur la qualité.
    - faire des effets de style ? Le thriller n'est pas le genre le plus littéraire qui soit (d'ailleurs F. Mars le dit lui-même dans son roman), et l'auteur à l'écriture agréable, fluide ne fait pas montre ici d'un style qui ferait passer ses apartés pour des petits bijoux littéraires inévitables.
    J'avoue donc ici avoir lu pas mal de pages en diagonale pour ne pas rater l'intrigue, mais pour ne pas m'appesantir sur des considérations moins captivantes.
    L'expérience néanmoins reste positive car F. Mars sait jouer avec nos nerfs, avec nos pensées. Il les dirige puis les emmène vers d'autres pistes pour les embarquer encore totalement ailleurs. Du grand thriller -un peu trop délayé pour moi-, qui ne se lâche pas tant qu'on a pas la fin mot de l'histoire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions