Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le livre des départs

Couverture du livre « Le livre des départs » de Velibor Colic aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072878244
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

« Je suis un migrant, un chien mille fois blessé qui sait explorer une ville. Je sors et je fais des cercles autour de mon immeuble. Je renifle les bars et les restaurants ».
Velibor Colic poursuit ici l'entreprise commencée avec son Manuel d'exil : un vagabondage autobiographique, une sorte de... Voir plus

« Je suis un migrant, un chien mille fois blessé qui sait explorer une ville. Je sors et je fais des cercles autour de mon immeuble. Je renifle les bars et les restaurants ».
Velibor Colic poursuit ici l'entreprise commencée avec son Manuel d'exil : un vagabondage autobiographique, une sorte de bildungsroman alliant une fantaisie mélancolique typiquement balkanique à une réflexion tourmentée et lucide sur l'exil. Héritier de Cortázar (pour l'invention surprenante, l'agilité des métaphores), de Pérec (le goût des listes et des inventaires), de Fante ou Bukowski (pour l'empathie avec les faibles et les marginaux, les déjantés, les solitaires, les excessifs - et le goût pour les alcools forts), Colic parle magnifiquement du sentiment de déréliction des migrants. Son récit reproduit l'errance désespérée de ceux qui ne trouveront jamais vraiment leur demeure. Il évoque aussi ses rapports avec les institutions, les administrations, les psychiatres et bien sûr les écrivains. Et avec les femmes, qui tiennent une grande place dans le récit bien qu'elles aient souvent été source de frustration et de désir ardent plus que de bonheur. C'est parfois déchirant, mais c'est aussi constamment drôle.
Hommage palpitant à la littérature et à la langue française, ce livre vibre d'une tristesse tempérée par l'ironie et par un sens de l'absurde propres à ceux qui ont traversé des épreuves indicibles.

Donner votre avis

Avis (2)

  • Il y a quelque chose d’assez schizophrène à lire « Le livre des départs » dans une période où l’on ne peut en prendre aucun et d’assez philosophique à s’entendre parler d’exil lorsque c’est dans son propre village que l’on est condamné à se couper des siens. Mais, lorsque c’est Velibor Colic qui...
    Voir plus

    Il y a quelque chose d’assez schizophrène à lire « Le livre des départs » dans une période où l’on ne peut en prendre aucun et d’assez philosophique à s’entendre parler d’exil lorsque c’est dans son propre village que l’on est condamné à se couper des siens. Mais, lorsque c’est Velibor Colic qui évoque le sien, avec toute la force de cet humour qui prouve, s’il en était encore besoin, que ce grand homme de l’Est a fait sienne la langue de sa terre d’accueil, on se dit que cette incongruité en vaut bien une autre, et même qu’elle ne pouvait pas mieux tomber ! Dans cette suite à son « Manuel d’exil », on s’attache aux pas de ce géant aux semelles de vent, de ce Bosniaque errant qui a fait de la langue française son nouveau pays, son chez-lui, au point d’en devenir l’ambassadeur, d’en décrocher le Prix, d’en imprégner les bibliothèques…On le suit, sourire aux lèvres, un sourire ému souvent, dans les méandres de ses réflexions, dans les vapeurs de ses ivresses, dans le cheminement de ses pas de moins en moins perdus dans le hall des gares et des aéroports du monde, et au détour des pages et des mots, on croit entendre rouler et rebondir son bel accent d’homme de là-bas qui offre une dimension nouvelle à la langue d’ici.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2020/02/le-livre-des-departs-de-velibor-colic.html

    " La France n'est pas ma patrie. Mais, régulièrement, elle est mon pays."

    Vélibor Colic est un écrivain poète bosniaque réfugié en France depuis 1992. Je l'ai découvert avec son précédent livre...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2020/02/le-livre-des-departs-de-velibor-colic.html

    " La France n'est pas ma patrie. Mais, régulièrement, elle est mon pays."

    Vélibor Colic est un écrivain poète bosniaque réfugié en France depuis 1992. Je l'ai découvert avec son précédent livre "Manuel d'exil" où il racontait son arrivée à Rennes à 28 ans ne connaissant que trois mots de français : Jean, Paul, Sartre. Poète reconnu dans son pays, il avait fui son pays en guerre. Avec " Le livre des départs", deuxième volet de sa trilogie sur exil, il nous livre de nouvelles leçons pour réussir son exil.

    Il nous raconte à travers sa propre errance, l'errance des migrants, il se dit "rempli d'un vide, d'un froid métaphysique qui l'habite depuis les premiers jours de son exil". Il raconte avec humour sa découverte de la nourriture française, des fromages dont l'odeur lui évoquait la présence d'un cadavre. Il raconte les différents petits métiers qu'il a exercés pour survivre tout en ambitionnant de devenir français et de devenir un écrivain qui écrit en français, la langue de son exil. Il évoque également son errance auprès de femmes qui prennent beaucoup de place dans ce livre... " Je suis un migrant, un chien mille fois blessé qui sait explorer une ville. Je sors et je fais des cercles autour de mon immeuble. Je renifle les bars et les restaurants " et son chemin vers l'écriture de "Manuel d'exil".

    " L'exil est une balance aussi. Mesurer le poids métaphysique de nos gains et de nos pertes."

    Avec ce roman d'inspiration autobiographique écrit de 2016 à 2019 j'ai eu plaisir à retrouver l'incomparable humour de Velibor Colic, ce livre comporte quelques passages savoureux notamment quand il se lance dans des listes un peu folles. Mais ce texte n'est pas que léger et fantaisiste, il s'en dégage une profonde solitude, une certaine désespérance. Dans ce livre il est beaucoup question d'alcool ("son airbag entre lui et le monde réel") et des femmes, symboles de son errance. J'ai aimé sa réflexion sur la visibilité de l'étranger, sur le pouvoir de la littérature. J'ai aimé la façon dont il rend le migrant terriblement humain et j'ai été émue par le passage sur son retour au pays et par sa culpabilité de survivant. Contrairement à son précédent livre il s'autorise à nous livrer quelques touches sur son passé en Bosnie avec l'histoire de son frère et le souvenir de ses camarades morts qui le poursuit. Un auteur désabusé dont j'apprécie l'autodérision. Un récit qui m'a plus d'une fois serré le cœur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.