Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le liseur du 6h27

Couverture du livre « Le liseur du 6h27 » de Jean-Paul Didierlaurent aux éditions Au Diable Vauvert
Résumé:

« Peu importait le fond pour G"!Ylain. Seul l'acte de lire revêtait de l'importance à ses yeux. Il débitait les textes avec une même application acharnée. Et à chaque fois, la magie opérait. Les mots en quittant ses lèvres emportaient avec eux un peu de cet écoeurement qui l'étouffait à... Voir plus

« Peu importait le fond pour G"!Ylain. Seul l'acte de lire revêtait de l'importance à ses yeux. Il débitait les textes avec une même application acharnée. Et à chaque fois, la magie opérait. Les mots en quittant ses lèvres emportaient avec eux un peu de cet écoeurement qui l'étouffait à l'approche de l'usine.» Guylain Vignolles est préposé au pilon et mène une existence maussade et solitaire, rythmée par ses allers-retours quotidiens à l'usine. Chaque matin en allant travailler, comme pour se laver des livres broyés, il lit à voix haute dans le RER de 6H27 les quelques feuillets qu'il a sauvé la veille des dents de fer de la Zerstor 500, le mastodonte mécanique dont il est le servant.
Un jour, Guylain découvre les textes d'une mystérieuse inconnue qui vont changer le cours de sa vie ...
Dans une couleur évoquant le cinéma de Jean-Pierre Jeunet ou la plume ouvrière de Jean Meckert, Jean-Paul Didierlaurent signe un premier roman qui nous dévoile l'univers d'un écrivain singulier, plein de chaleur et de poésie, où les personnages les plus anodins sont loufoques et extraordinaires d'humanité, et la littérature le remède à la monotonie quotidienne.

Donner votre avis

Articles (5)

Avis (58)

  • Un conte moderne, émouvant, qui fait l'éloge de la lecture. J'ai adoré !

    Un conte moderne, émouvant, qui fait l'éloge de la lecture. J'ai adoré !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Petit conte des temps modernes.
    Il était une fois.....un modeste employé Guylain Vignolles, affecté au fonctionnement de la redoutable Zerstor 500 à rotor et stator, chargée de broyer les livres invendus afin de les transformer en pâte à papier.
    Rescapées de ce libricide industriel, des pages...
    Voir plus

    Petit conte des temps modernes.
    Il était une fois.....un modeste employé Guylain Vignolles, affecté au fonctionnement de la redoutable Zerstor 500 à rotor et stator, chargée de broyer les livres invendus afin de les transformer en pâte à papier.
    Rescapées de ce libricide industriel, des pages de livres improbables et variés, des "peaux vives", que Guylain récupère et lit chaque matin aux voyageurs attentifs de la rame du 6h27.
    Héros des temps modernes, poète et solitaire, timide et fantasque, en colocation avec Rouget de Lisle, son poisson rouge !
    Vie monotone. Mais aussi vie de folie !
    Avec son ami Guiseppe, dont les jambes ont elles aussi disparu dans la Zerstor en même temps que les livres; avec le gardien Yvon, alexandrophile distingué, puis pour Julie, troublante dame-pipi inconnue !
    Plongée poétique, drôle et émouvante dans la vie de ce Guylain qui parvient à battre en brèche la banalité de sa vie pour se créer un destin.
    Au travers de rencontres improbables, dans la bienveillance et l'amour partagé des livres, des mots, dans une quête de l'amour à la Don Quichotte.
    Insensée peut-être...émouvante sûrement.
    Ce roman est une ode à la fantaisie capable de bouleverser et d'illuminer un quotidien monotone, à la tolérance, à l'amitié capable de faire "repousser" les jambes d'un mutilé !! si ! si ! Lisez !!
    Pied de nez au déterminisme, appel à choisir les chemins de traverse...
    Quand imagination, folie douce et douces rêveries permettent de changer le cours d'une vie.
    Pour rêver le lendemain, savoir prendre d'autres chemins...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • « Les gens n'attendent en général qu'une seule chose de vous: que vous leur renvoyiez l'image de ce qu'ils veulent que vous soyez. Et cette image que je leur proposais, ils n'en voulaient surtout pas. C'était une vue du monde d'en haut, une vue qui n'avait rien à faire ici. Alors s'il y a une...
    Voir plus

    « Les gens n'attendent en général qu'une seule chose de vous: que vous leur renvoyiez l'image de ce qu'ils veulent que vous soyez. Et cette image que je leur proposais, ils n'en voulaient surtout pas. C'était une vue du monde d'en haut, une vue qui n'avait rien à faire ici. Alors s'il y a une leçon que j'ai bien apprise en près de vingt-huit ans de présence sur cette Terre, c'est que l'habit doit faire le moine et peu importe ce que cache la soutane »

    Ce livre doit être un des plus anciens de ma pile à lire. C’est en 2022 que je découvre la plume de l’auteur qui a rejoint les étoiles en fin d’année dernière.

    On y découvre Guylain Vignolles qui, en trente six ans d’existence, a fini d’apprendre à se faire oublier. Victime de blague sur son patronyme (Vilain Guignol), il d’évidé de se fondre dans le paysage.

    Son seul moment de vie est la lecture à voix haute de passages de romans différents tous les matins dans le RER de 6h27.

    Je n’en dirai pas plus car cela gâcherait ce roman, je ne vous conseille pas de lire le résumé de ce livre également.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un roman poétique et émouvant.
    Un voyage attachant.

    Un roman poétique et émouvant.
    Un voyage attachant.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Voilà un roman qui le temps de quelques heures nous transporte et que l’on quitte un sourire aux lèvres. C’est un livre sur les livres et si vous doutez encore de l’importance de la lecture, je vous conseille sa découverte.
    Guylain vit un quotidien triste rythmé par son travail à l’usine....
    Voir plus

    Voilà un roman qui le temps de quelques heures nous transporte et que l’on quitte un sourire aux lèvres. C’est un livre sur les livres et si vous doutez encore de l’importance de la lecture, je vous conseille sa découverte.
    Guylain vit un quotidien triste rythmé par son travail à l’usine. Chaque jour, ses mains allument, réparent une machine infernale : « la chose », une broyeuse de livres. Pour mettre du baume au cœur sur son existence, Guylain lit chaque matin, dans le RER, des extraits des ouvrages qu’il a pu sauver des entrailles de la « chose » . Moments de grâce pour les passagers, rencontres qui se nouent au hasard des mots. Ces lectures comme des présents touchés par la grâce illuminent les personnages et les pages du liseur du 6h27. Et on croise, différents héros hauts en couleur . Guiseppe, ancien ouvrier handicapé recherche ses jambes perdues à travers des traités sur la botanique. Yvon , le gardien de l’usine, est en fait un véritable alexandrophile, qui ne respire qu’en alexandrins. Julie, la dame pipi dévoile les affres de son travail dans des écrits touchants.
    L’auteur nous emmène dans son univers, il est vrai pétri de bons sentiments. Néanmoins, ce conte de fées moderne est un hymne à la poésie, à l’amour des livres. Certaines scènes sont savoureuses, drôles et les personnifications de la machine qui anéantit les âmes et les corps ne sont pas sans rappeler l’univers ouvrier d’un Zola.
    Et, comme la « chose », je ne peux m’empêcher de penser que notre société fait bien peu cas de la lecture. On n’aime pas lire, car on s’ennuie, car l’image nous offre tout sur un plateau clinquant. Pourtant Jean-Paul Didierlaurent m’a offert un joli cadeau. Dans la tête, je garde mes images de Guylain, de Guiseppe, d’Yvon, de Julie et de leurs aventures. Les mots restent des bijoux précieux, irremplaçables.
    Un auteur partage ses mots avec un lecteur qui les découvre, les déguste et les garde au fond de lui comme un trésor .

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Et bien voilà il est vrai une belle surprise. Petit livre acheté comme cela, sans avoir lu le moindre avis mais je trouvais la couverture originale et le résumé plaisant. C'est une belle histoire qui se lit d'une traite. Des personnages attachants et humains. Franchement j'ai beaucoup aimé.

    Et bien voilà il est vrai une belle surprise. Petit livre acheté comme cela, sans avoir lu le moindre avis mais je trouvais la couverture originale et le résumé plaisant. C'est une belle histoire qui se lit d'une traite. Des personnages attachants et humains. Franchement j'ai beaucoup aimé.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Première lecture numérique!

    Un joli conte moderne autour des livres, de la lecture et de l'écriture! Autour des mots et de leur magie!

    Une farandole de mots qui jouent habilement et harmonieusement les uns avec les autres!

    Des personnages simples et beaux, si touchants et si...
    Voir plus

    Première lecture numérique!

    Un joli conte moderne autour des livres, de la lecture et de l'écriture! Autour des mots et de leur magie!

    Une farandole de mots qui jouent habilement et harmonieusement les uns avec les autres!

    Des personnages simples et beaux, si touchants et si attachants!

    Une plume subtile, sensible, pleine de poésie, d'humour, de fantaisie et de douceur.

    Ce petit roman m'a rappelé l'univers d'Odile d'Oultremont. Une très belle parenthèse dans cette période anxiogène!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La lecture en résistance. Un roman touchant et singulier

    A la recherche de bouquins oubliés dans les rayons de ma bibliothèque, ce poisson qui avait l’air de tourner dans son bocal a titillé ma curiosité ! Et sans regret car ce fut une lecture ponctuée de sourcils froncés et d’yeux...
    Voir plus

    La lecture en résistance. Un roman touchant et singulier

    A la recherche de bouquins oubliés dans les rayons de ma bibliothèque, ce poisson qui avait l’air de tourner dans son bocal a titillé ma curiosité ! Et sans regret car ce fut une lecture ponctuée de sourcils froncés et d’yeux écarquillés... Quelle singularité, quelle imagination ! Et quand le thème décline l’amour du livre dans toutes ses dimensions, ça ne peut que nous embarquer !

    Ce cher Guylain, employé d’une usine où la Chose broie pour les recycler les livres laissés pour compte, résistera à leur disparition en récupérant les pages épargnées de cette boue grise qu’il doit récurer chaque soir sous le regard patibulaire de son patron intransigeant. Heureusement, ce quotidien démarre chaque matin et se met en pause chaque midi par l’accueil d’Yvon et de ses tirades, ce gardien fou de théâtre qui ne s’exprime qu’en alexandrins.
    Il les fera vivre ces pages égrainées et sans lien les unes avec les autres à travers sa voix qui viendra bercer les passagers du RER de 6h27 du lendemain et les surprendra de sujets qu’il découvre lui-même chaque matin. Comme il maintiendra en vie son ami Giuseppe à la recherche de toutes les publications d’un livre bien particulier. Et toujours aux côtés de son cher Rouget de l’Isle, un poisson rouge qui a presque les neuf vies d’un chat.
    De pages en rencontres et de clé USB en glycines, le voilà plongé avec les mots des autres au cœur de ces vies qui ont tant besoin de les écouter. Jusqu’à ce que les mots d’une autre en particulier vienne le chercher. Dans son monde, on compte les carrelages et on s’exprime en tantologies. Je vous laisse découvrir ...

    Heureuse donc d’avoir partagé ces moments de poésie et de tendresse tous liés par ce besoin d’humanité, ces bulles de légèreté, ces liens de solidarité dans un monde parfois trop brusque pour le subir sans bouger. Une lecture rapide et agréable.

    L’avez-vous lu ? Qu’en pensez-vous ? Ça vous arrive de lire à voix haute à vous aussi ?

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com