• Lili, femme française solitaire éprise de liberté, veut aller pêcher en Alaska. Elle voudrait qu'un bateau l'adopte (et aussi son équipage).
    Arrivée à Kodiak, île-port de pêche d'Alaska, elle est embauchée sur le Rebel, "plus noir que la nuit la plus sombre" où "les hommes à bord y étaient rudes et larges".
    Privée de couchette à son arrivée à cause se son statut de "greenhorn" (bleu / vert / au sens novice) , elle est aussi apeurée par les cris de ces hommes "rudes et forts". Mais elle fait peu à peu sa place parmi l'équipage au prix de souffrances qu'elle estime nécessaires pour être des leurs.
    Les descriptions des conditions de travail, particulièrement rudes -à cause des éléments, de la mer impétueuse, de l'humidité qui s'infiltre partout et des risques du métier, du matériel usé et fragilisé- sont tellement réalistes qu'on résiste avec eux tel un membre de la horde du contrevent dans le roman de Damasio.
    Qu'est ce que ces pêcheurs cherchent à oublier ou à trouver dans cet abandon au travail mais aussi dans l'alcool qui coule à flot à quai?
    Les mouettes et autres oiseaux des mers accompagnent Lili dans ses déplacements et dans les moments de calme. On sent le désir de liberté à travers leur évocation. Lili part mais elle pourrait aussi vouloir voler.
    Elle mange du pop corn et boit des bières ou de la vodka.
    Lili fait confiance à son intuition, elle se laisse porter et reste éprise de liberté même amoureuse.
    Parce qu'il existe le grand marin, cet homme lion qui porte une crinière. Il l'impressionne et l'intimide ce pêcheur de palangrier expérimenté. Il l'attire aussi et finit par l'apprivoiser. Mais il ne la privera pas de sa liberté.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Récemment sur lecteurs.com