Le glacis

Couverture du livre « Le glacis » de Monique Rivet aux éditions Metailie
  • Date de parution :
  • Editeur : Metailie
  • EAN : 9782864248491
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

" Le Glacis, au nord de la ville, c'était une grande avenue plantée d'acacias qui séparait la ville européenne de la ville indigène. Une frontière non officielle, franchie par qui voulait et gravée pourtant dans les esprits de tous comme une limite incontestable, naturelle, pour ainsi dire, à... Voir plus

" Le Glacis, au nord de la ville, c'était une grande avenue plantée d'acacias qui séparait la ville européenne de la ville indigène. Une frontière non officielle, franchie par qui voulait et gravée pourtant dans les esprits de tous comme une limite incontestable, naturelle, pour ainsi dire, à l'instar d'une rivière ou d'une orée de forêt.
Le temps où j'ai habité la ville était le temps de cette violence. Le temps de ce que le langage officiel déguisait d'un intitulé pudique : les "événements", quand l'homme de la rue disait : la guerre. La guerre d'Algérie.
Ce pays, je ne lui appartenais pas, je m'y trouvais par hasard. J'y étais de guingois avec tout, choses et gens, frappée d'une frilosité à fleur de peau, incapable d'adhérer à aucun des mouvements qui s'y affrontaient. Cette guerre, je ne la reconnaissais pas, elle n'était pas la mienne. Je la repoussais de toutes mes forces. Si j'avais eu à la faire... - s'il avait fallu que je la fasse, aurais-je pu la faire aux côtés des miens ?
Je l'ai oubliée. Je ne suis pas la seule : nous l'avons tous oubliée, ceux qui n'ont pas eu le choix et ceux qui ont refusé de choisir ; ceux qui n'ont pas voulu s'en mêler et ceux qui s'y sont perdus. " Laure a 22 ans lorsque, à la fin des années 1950, elle est nommée professeur de lettres classiques dans un lycée d'une petite ville de l'Oranais. Elle regarde ce monde dont elle ne possède aucun des codes.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Laure a vingt-cinq ans lorsqu'elle arrive en Algérie à la fin des années 50 comme professeur de lettres dans un lycée de la région d'Oran. Elle est jeune et pose un regard plein de fougue et de naïveté sur « les évènements » mais surtout sur la communauté dans laquelle elle a été parachutée :...
    Voir plus

    Laure a vingt-cinq ans lorsqu'elle arrive en Algérie à la fin des années 50 comme professeur de lettres dans un lycée de la région d'Oran. Elle est jeune et pose un regard plein de fougue et de naïveté sur « les évènements » mais surtout sur la communauté dans laquelle elle a été parachutée : mentalités étriquées, racisme de base lui apparaissent dans toute leur petitesse et elle ne cache pas sa stupéfaction et son indignation devant ces français ancrés dans leur convictions colonialistes, convaincus de leur légitimité et de leur supériorité physique et intellectuelle sur les « indigènes ». Et puis, Laure arrive de France, elle sait ce qu’est la guerre et la reconnait dans ces « évènements » violents qui se déchainent autour d’elle, cette tension silencieuse et haineuse qui monte entre colons et rebelles et qu’elle ressent, impuissante, sans prendre parti. Car Laure se sent étrangère à ce pays dans lequel elle ne se reconnait pas. Insouciante et peu méfiante, elle se retrouvera impliquée malgré elle dans la rébellion et obligée de quitter rapidement l’Algérie.
    L’auteure, Monique Rivet, a écrit ce texte à la fin des années 50, alors qu’elle avait été elle-même professeur de lettres à Sidi Bel Abbes et aucun éditeur n’accepta à l’époque de le publier : on n’a aucun mal à comprendre pourquoi aujourd’hui !!! Un livre impartial et éclairant sur la vie quotidienne en Algérie au moment des « évènements », j’ai beaucoup aimé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Monique Rivet a écrit ce livre dans les années 50, alors qu'elle était à peu près du même âge que son héroïne et qu'elle était comme elle en Algérie, mais ne l'avait jusqu'ici pas publié. Ce récit se lit comme un état des lieux d'une jeune Française avide de rencontres, de connaître l'autre...
    Voir plus

    Monique Rivet a écrit ce livre dans les années 50, alors qu'elle était à peu près du même âge que son héroïne et qu'elle était comme elle en Algérie, mais ne l'avait jusqu'ici pas publié. Ce récit se lit comme un état des lieux d'une jeune Française avide de rencontres, de connaître l'autre autant le colon que le colonisé à un moment où la tension monte sérieusement entre l'armée française et les fellaghas. A cette époque on ne parle pas encore de guerre
    Un livre qui permet de plonger en plein coeur de la guerre d'Algérie vue ni par un militaire venu maintenir l'ordre ni par un fellagha, mais par un simple témoin désireux de vivre en harmonie et en bonne intelligence avec tous. Une lecture instructive pour s'informer à froid des événements.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Présent dans les listes

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions