Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le gang des rêves

Couverture du livre « Le gang des rêves » de Luca Di Fulvio aux éditions Slatkine Et Cie
Résumé:

Une Italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt...

L'histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. Elle s'achève quelques heures plus tard sans qu'on ait pu fermer le livre, la magie Di Fulvio.

Roman de l'enfance volée, Le Gang des rêves brûle d'une... Voir plus

Une Italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt...

L'histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. Elle s'achève quelques heures plus tard sans qu'on ait pu fermer le livre, la magie Di Fulvio.

Roman de l'enfance volée, Le Gang des rêves brûle d'une ardeur rédemptrice : chacun s'y bat pour conserver son intégrité et, dans la boue, le sang, la terreur et la pitié, toujours garder l'illusion de la pureté.

Dramaturge, le Romain Luca Di Fulvio est l'auteur de dix romans.
Deux d'entre eux ont déjà été adaptés au cinéma ; ce sera le destin du Gang des rêves, qui se lit comme un film et dont chaque page est une nouvelle séquence.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (45)

  • On se laisse prendre par l'histoire et même si on devine comment se terminera les 940 pages, on lit d'une traite l'histoire de Christmas. J'ai trouvé le début du livre, trop rapide et la seconde moitié trop détaillée avec des longueurs. L'histoire est bourrée de clichés, mais on se laisse...
    Voir plus

    On se laisse prendre par l'histoire et même si on devine comment se terminera les 940 pages, on lit d'une traite l'histoire de Christmas. J'ai trouvé le début du livre, trop rapide et la seconde moitié trop détaillée avec des longueurs. L'histoire est bourrée de clichés, mais on se laisse embarquer ....

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Décidément, les auteurs contemporains italiens ont le vent en poupe ces dernières années, portés par l'extraordinaire redécouverte d'Elena Ferrante hors de son pays natal, et Luca di Fulvio fait également honneur à l'Italie avec un roman merveilleux, d'une justesse folle, qui oscille sans...
    Voir plus

    Décidément, les auteurs contemporains italiens ont le vent en poupe ces dernières années, portés par l'extraordinaire redécouverte d'Elena Ferrante hors de son pays natal, et Luca di Fulvio fait également honneur à l'Italie avec un roman merveilleux, d'une justesse folle, qui oscille sans mauvais goût entre horreur et bonheur.
    La force de ce livre tient en plusieurs choses : avant tout, le caractère des personnages principaux. Aucun n'est lisse, tous sont comme martelés de bosses différentes qui leur confèrent une authenticité brute, si bien que l'attachement à chacun est inévitable tant tous paraissent vivants, réels entre les lignes. Les lieux également sont animés, bruyants, sales, parfois l'on étouffe comme presque claustrophobe, parfois l'on respire tant l'espace est immense, libre.
    Enfin, les histoires, et je dis bien les histoires, racontées dans ce roman sont sincères, puissantes, meurtries et pleines d'espoir à la fin. Si parfois l'on croit voir les héros se débattre sous l'eau, replonger alors même qu'ils venaient d'aspirer une goulée d'air frais, finalement se noyer pour de bon ou au contraire donner un grand coup de pied qui leur fait s'échapper à la surface, c'est que les émotions sont là. Nerveuses, insubmersibles, en fait.
    Maintenant, je n'ai qu'une hâte : découvrir les autres univers de Luca di Fulvio, et me laisser emporter par ses mots.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • moi qui préfère les polars, j'ai adoré ce roman et ses personnages dans ce New York des années 20 pour une fois porteur d'espoir

    moi qui préfère les polars, j'ai adoré ce roman et ses personnages dans ce New York des années 20 pour une fois porteur d'espoir

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C’est pour la préserver des griffes du patron et s’assurer qu’elle ne portera jamais, comme elle, « son bâtard dans le ventre », qu’une paysanne calabraise choisit d’estropier Cetta, sa fille de douze ans. Mais Cetta n’échappe pas à son destin et met au monde, à l’âge de quatorze ans, un petit...
    Voir plus

    C’est pour la préserver des griffes du patron et s’assurer qu’elle ne portera jamais, comme elle, « son bâtard dans le ventre », qu’une paysanne calabraise choisit d’estropier Cetta, sa fille de douze ans. Mais Cetta n’échappe pas à son destin et met au monde, à l’âge de quatorze ans, un petit Natale qu’elle décide d’emmener en Amérique pour qu’il ne subisse pas l’esclavage qui est le lot des paysans du sud de la péninsule.

    Quand la jeune mère et son bébé débarquent à Ellis Island, le prénom de l’enfant est traduit et Natale est enregistré sous le nom de Christmas Luminità. Quant à Cetta, sa beauté lui vaut d’être placée comme prostituée dans une maison close, sous la protection de Sal, un homme dur et taciturne. Le caractère déterminé de Cetta lui permet de garder Christmas auprès d’elle, ce qui est normalement impossible pour une prostituée. Débute alors pour Cetta et son fils une vie difficile, dans les bas-fonds de New York.

    Quelques années plus tard, Christmas, qui est sur le point de basculer dans la délinquance, trouve dans la rue une jeune fille ensanglantée qui semble avoir été battue et violée. Après l’avoir portée jusque chez lui, il la dépose devant l’hôpital sur les conseils de sa mère qui en profite pour lui asséner avec autorité qu’il ne devra jamais lever la main sur une femme. Elle ajoute que, dans le cas contraire, elle n’hésiterait pas à le tuer elle-même. Malheureusement, Christmas, que l’on a vu déposer la jeune fille, est arrêté.

    Commence alors une aventure à travers la métropole internationale qu’est déjà New York dans les années vingt, celle des bandes rivales, qui marquent les différences entre les communautés italiennes, irlandaises et juives. Heureusement, Christmas, fort des enseignements de sa mère, parvient toujours à préserver sa pureté. Avec lui, le lecteur traverse l’Amérique, du Lower East Side et des débuts de la radio, jusqu’aux studios d’Hollywood, à travers de que les hommes ont produit de mieux, mais aussi de plus vil : un roman dur, violent, parfois tendre, où les justes se reconnaissent entre eux et où l’amour et l’intégrité triomphent finalement.

    On retrouve dans « Le gang des rêves », tous les ingrédients des « Enfants de Venise ». Pour être tout à fait juste, il faut préciser que « Le Gang des rêves » a été publié avant « Les enfants de Venise » dont il constitue le premier tome d’une trilogie dans laquelle chaque volume se lit séparément. Les thèmes sont les mêmes, avec au centre, une histoire d’amour entre deux héros d’origines et de religions différentes. « Le gang des rêves » est un pavé qui se lit d’une traite, tant est grand le talent de conteur, et l’écriture cinématographique, de Luca di Fulvio !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Difficile de quitter les Diamond Dogs et les personnages de ce roman que l’on imagine déjà au cinéma car il y a dans cette histoire quelque chose qui nous rappelle le « Il était une fois en Amérique » de Sergio Leone avec De Niro.
    Ceux qui ont lu ce livre comprendront que je me sente soudain un...
    Voir plus

    Difficile de quitter les Diamond Dogs et les personnages de ce roman que l’on imagine déjà au cinéma car il y a dans cette histoire quelque chose qui nous rappelle le « Il était une fois en Amérique » de Sergio Leone avec De Niro.
    Ceux qui ont lu ce livre comprendront que je me sente soudain un peu perdue sans Christmas et les autres ….
    Pour ceux qui n’ont pas encore rejoint le gang, il est grand temps de vous lancer dans l’aventure. Plongez dans le New-York des années 20 en compagnie des immigrés italiens et juifs, des gangsters et des putains. 700 pages d'ombre et de lumière, d'espoir et de doute, de violence et d'amour. Bref, c'est ce que l'on appelle un roman romanesque!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une histoire captivante de plus de 700 pages, un style littéraire à mi-chemin entre celui de Charles Dickens et de Donna Tartt …

    … une écriture toutefois nettement plus “crue” ! …

    Un roman, ma foi, plutôt réussi !

    Une histoire captivante de plus de 700 pages, un style littéraire à mi-chemin entre celui de Charles Dickens et de Donna Tartt …

    … une écriture toutefois nettement plus “crue” ! …

    Un roman, ma foi, plutôt réussi !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Vous voulez vous échapper du monde, vous laisser happer par un petit molosse de 700 pages?
    J'ai ce qu'il vous faut!
    Le gang des rêves est un belle façon de rendre hommage à ceux qui n'ont pas eu peur de ne rien perdre en venant s'installer au pays de la liberté!
    Les personnages sont tendres...
    Voir plus

    Vous voulez vous échapper du monde, vous laisser happer par un petit molosse de 700 pages?
    J'ai ce qu'il vous faut!
    Le gang des rêves est un belle façon de rendre hommage à ceux qui n'ont pas eu peur de ne rien perdre en venant s'installer au pays de la liberté!
    Les personnages sont tendres mais vrais, une mère qui formule les plus grandes aspirations pour son fils, dont le prénom traduit Christmas, sera sa signature.
    L'histoire d'amour impossible occupe également une place importante évidemment! Un peu cliché? Certes mais le tissage des histoires fonctionne, si bien.même que vous louperez peut être votre arrêt de bus ou votre station de métro!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.