Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le corps d'origine

Couverture du livre « Le corps d'origine » de Jean-Luc Barre aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

Depuis le début de sa carrière politique, Guillaume Roussel a triché sur presque tout : l'argent, le sexe, les idées. Tout est usurpé dans son image publique, à commencer par la rigueur des principes et la fidélité aux valeurs dont il se réclame. Leader d'une droite qui se veut dure et sans... Voir plus

Depuis le début de sa carrière politique, Guillaume Roussel a triché sur presque tout : l'argent, le sexe, les idées. Tout est usurpé dans son image publique, à commencer par la rigueur des principes et la fidélité aux valeurs dont il se réclame. Leader d'une droite qui se veut dure et sans concession, Guillaume Roussel s'est doté, au fil du temps, du profil adéquat : défenseur de l'ordre et de la tradition, gestionnaire sourcilleux, époux vertueux, chef de famille exemplaire, catholique de stricte obédience. C'est ainsi qu'il a réussi, porté par une ambition débridée, à accéder aux plus hautes charges de l'Etat. Elu député à trente cinq ans, devenu ministre de l'Intérieur à cinquante ans, avant de s'emparer de Matignon quatre ans plus tard. Ce qu'on appelle un parcours sans faute...
A cinquante-huit ans, tout destine Guillaume Roussel à remporter la prochaine élection présidentielle quand il est mis en cause dans l'assassinat d'un prostitué marocain. Son nom est cité, parmi d'autres familiers du jeune homme, dans une lettre révélée après sa mort par un site d'investigation réputé pour ses enquêtes sulfureuses. Toute une partie de sa vie éclate au grand jour. On découvre, outre une bisexualité dont sa femme a toujours feint de ne pas s'apercevoir, sa connivence avec un des pourvoyeurs de fonds des milieux politiques et ses véritables origines idéologiques qu'il a reniées par opportunisme, pour prendre la tête d'un parti de droite, bien qu'issu de la gauche.
Piégé par son cynisme, ses mensonges et ses contradictions, Roussel devient l'homme à abattre pour tous ceux, le président sortant en tête, qui avaient détecté son double jeu. Convaincu de la protection que lui confèrent son « corps d'origine », l'ENA, et le fait de détenir sur les autres des secrets équivalents, il est cerné peu à peu par les révélations sur ses moeurs et ses mauvaises fréquentations. Il crie au coup monté, soupçonne très vite l'Elysée d'en être l'instigateur, mais sans parvenir à conjurer le scandale qui en résulte. Il perd une partie de ses soutiens, sa cote de popularité s'effondre. Impuissant à se défendre contre la calomnie, discrédité par les révélations qui s'accumulent, pris dans un engrenage apparemment sans issue, il se trouve de plus en plus isolé et à la merci de menaces judiciaires qui achèveraient de ruiner sa réputation et ses chances d'accéder à la fonction suprême. Seul un coup de théâtre pourrait lui permettre de se sortir d'affaire...

Donner votre avis

Avis (1)

  • Jean-Luc Barré, dans un roman de politique-fiction, raconte la campagne présidentielle d'un candidat de droite confronté à des accusations déstabilisantes. À un an des présidentielles, ce récit fort bien construit nous appelle à la vigilance.

    Le parcours politique de Gaëtan Roussel ne peut...
    Voir plus

    Jean-Luc Barré, dans un roman de politique-fiction, raconte la campagne présidentielle d'un candidat de droite confronté à des accusations déstabilisantes. À un an des présidentielles, ce récit fort bien construit nous appelle à la vigilance.

    Le parcours politique de Gaëtan Roussel ne peut que laisser admiratif. Parti de rien, ou presque, il s'est hissé en quelques années, après Sciences-Po et l'ENA, de député à ministre de l'Intérieur, puis de ministre à Premier ministre. Et, à 58 ans, il est en tête des sondages pour succéder à Louis Moulins-Duthilleul, le Président de la République vieillissant, qui ne se représentera pas.
    En rassemblant derrière lui les tenants d'une droite dure, il fédère le courant conservateur, majoritaire dans son pays. Au moins jusqu'à présent, son image d'homme public a parfaitement coïncidé avec le portrait qu'il souhaite donner de lui, soucieux des valeurs d' honnêteté et d'intégrité, de la famille traditionnelle.
    Alors que la campagne a pris son envol, il est informé de rumeurs qui enflent à son propos et qui risquent de lui causer beaucoup de torts. Des rumeurs qui vont se concrétiser avec la parution d'un article le mettant en cause suite au décès d'un jeune homosexuel marocain qui aurait laissé son nom sur une lettre listant ses relations.
    Accompagné de son journaliste d'investigation, Norbert Pablo, le responsable de cet organe de presse vient du reste l'avertir qu'il dispose d'un cliché les montrant tous deux à une même table, avec d'autres convives. Secoué mais pas abattu, Gaëtan cherche tout à la fois d'où vient la fuite et comment il pourrait éteindre au mieux l'incendie qui couve. Sur les conseils de Sybille Royer, sa responsable de communication, il va choisir le présentateur-vedette du journal du soir pour démentir toutes les allégations, annoncer qu'il porte plainte pour dénonciation calomnieuse et qu'il poursuivra sa campagne sans rien changer au programme. Afin de pousser les contre-feux, il va aussi demander à son épouse, avec laquelle il a passé une sorte de Gentleman agreement, d'apparaître à ses côtés, et rassembler tous ses soutiens. Même le Président de la République, dont il soupçonnait qu'il puisse être à l'origine de la fuite, se fend d'un communiqué en sa faveur. Autant dire que cet épisode est désormais à ranger au rang des péripéties.
    Alors qu'il s'apprête à rejoindre sa femme Héloïse en Touraine, Édouard Lessner, son avocat et ami l'informe cependant que de nouvelles attaques sont déclenchées. Les médias évoquent l'éventualité d’une double vie: «Vos liens aussi avec un personnage trouble comme Antoine Jelloul dont la présence à vos côtés, sur la photo, suffit à faire douter de votre morale... disons financière. Le sexe et l'argent, les ingrédients habituels des scandales politiques.» Pour Gaëtan, le jeu devient plus difficile et la double-vie qu'il s'était évertué à parfaitement cloisonner risque désormais de lui exploser en pleine figure. Comme lui a dit un jour le Président «la différence entre un héros et un salaud est parfois ténue. Ça dépend du dénouement.»
    Jean-Luc Barré va pour sa part parfaitement réussir celui de son roman, en ajoutant quelques nouveaux épisodes de cette bataille où désormais on ne joue plus à fleurets mouchetés. Devant ce tableau cruel et sans fards du milieu politique, on pourrait sortir horrifié, imaginant l'auteur accréditer l'air de «tous pourris» qui gangrène régulièrement le cercle des élites. On pourrait aussi s'amuser à chercher derrière les protagonistes les visages de François Fillon, d'Edwy Plenel, d'Anne Méaux, de Bernadette Chirac ou encore de Ziad Takieddine. Mais j'y vois pour ma part bien davantage une sorte d'appel à la vigilance. À un an de la prochaine présidentielle, il va falloir trier le bon grain de l'ivraie, ne pas avaler tous les discours sans prendre un peu de recul, ne pas se laisser happer par une rumeur qui se révélera sans fondement quelques semaines plus tard. Si cette promenade dans les arcanes du pouvoir est aussi divertissante que glaçante, elle sert aussi à aiguiser notre regard de citoyen.
    https://urlz.fr/fP0L

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.