Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le convoi t.2

Couverture du livre « Le convoi t.2 » de Eduard Torrents et Denis Lapiere aux éditions Dupuis
  • Date de parution :
  • Editeur : Dupuis
  • EAN : 9782800152714
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Montpellier, 1976 : Angelita prend le train en urgence pour rejoindre sa mère hospitalisée à Barcelone où, pourtant, elle avait juré de ne plus jamais revenir. Fille de réfugiés espagnols, Angelita a perdu son père à l'âge de 8 ans. Il fut l'un des prisonniers du tristement célèbre convoi des... Voir plus

Montpellier, 1976 : Angelita prend le train en urgence pour rejoindre sa mère hospitalisée à Barcelone où, pourtant, elle avait juré de ne plus jamais revenir. Fille de réfugiés espagnols, Angelita a perdu son père à l'âge de 8 ans. Il fut l'un des prisonniers du tristement célèbre convoi des 927 vers Mauthausen, parti de Perpignan et d'Angoulême où les autorités françaises avaient parqué les réfugiés espagnols. Séparée de son père lors de son arrivée en France, Angelita n'en sait pas davantage que ce que l'administration a bien voulu leur délivrer comme informations, à sa mère et elle, en 1945, à la fin de la guerre. Mais elle va découvrir que ce qu'elle a toujours tenu pour acquis (la mort de son père en déportation) pourrait bien s'avérer un mensonge.

Donner votre avis

Lire un extrait offert de Le convoi t.2

En cliquant sur le bouton ci-dessous, découvrez immédiatement et sans engagement un extrait offert par Izneo !

Avis (2)

  • Il faut aller au bout de cette histoire si émouvante et si juste pour saisir toutes les difficultés, tous les drames causés par cette Retirada, cette fuite de tant de Catalans, de tant d’Espagnols devant l’avancée des troupes franquistes.
    Comme Eduard Torrents l’explique bien à la fin de ce...
    Voir plus

    Il faut aller au bout de cette histoire si émouvante et si juste pour saisir toutes les difficultés, tous les drames causés par cette Retirada, cette fuite de tant de Catalans, de tant d’Espagnols devant l’avancée des troupes franquistes.
    Comme Eduard Torrents l’explique bien à la fin de ce second album, dans un dossier agrémenté de très intéressants croquis, ce sont les récits de son grand-père, Josep (El iaio Pepito) et ce qu’ont vécu plusieurs membres de sa famille qui ont motivé son écriture, sous-tendu son dessin.
    Dans cette seconde partie, il est temps d’avoir des explications, ce 19 novembre 1975, à Barcelone où Julia, la mère d’Angelita, est hospitalisée et où sa fille vient de faire une rencontre bouleversante.
    Se battre contre une dictature des plus violentes, proche de tout balayer, ne dure qu’un temps. J’ai alors suivi à nouveau cette Retirada si pénible pour ces familles obligées de tout abandonner pour sauveur leur vie.
    Certes, la France n’était pas prête à accueillir tous ces réfugiés mais fallait-il les enfermer dans des camps et les laisser moisir dans de conditions absolument indignes ? En tout cas, c’est bien ce qui s’est passé et lorsque l’armée nazie a occupé une partie de notre pays, il y a eu ce premier convoi de 927 déportés espagnols depuis Angoulême, jusqu’à Mauthausen. Les 490 hommes y sont restés pendant que 427 femmes et enfants étaient renvoyés à Franco !
    Le Convoi, dans cette seconde partie, propose beaucoup d’images sans le moindre texte mais leur éloquence est encore plus forte. Celles de ce camp autrichien que j’ai visité il y a des années, sont terribles. Sur cette double page, des hommes sont alignés nus, obligés de se vêtir des tenues rayées des déportés puis contraints, tous les jours, de remonter sur leur dos, d’énormes blocs de pierre extraits d’une carrière. Malnutrition, souffrance, mort. Peu en réchappèrent.
    « Je crois que je n’étais plus vraiment vivant quand les Américains sont arrivés », avoue Manuel qui va bientôt vivre une autre épreuve tout aussi délicate : le retour.
    Tous ces malheurs infligés par des hommes à d’autres hommes sont enseignés dans l’Histoire mais cette bande dessinée a le mérite de s’attacher aux conséquences familiales de tels bouleversements. C’est fait avec tact, délicatesse, sans rien occulter des difficultés immenses, des dilemmes quasi insolubles affrontés par ces gens qui avaient eu… la chance de sortir vivants de ces épreuves.
    Heureusement, l’avant-dernière page salue la mort du dictateur : « Franco ha mort ! » en catalan comme dans toutes les bulles faisant parler les Barcelonais. C’est un plaisir à lire et ça se comprend. Nous sommes le samedi 20 novembre 1975 et une bien triste page de l’Histoire de ce pays voisin est tournée. Enfin !

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Nous voilà de nouveau à Barcelone, ce 19 novembre 1975, avec René auprès de Julia hospitalisée. Angelita, elle, n'est pas là. Elle est... , nous n'avions pas voulu le divulgâcher dans le compte-rendu du Tome 1, en discussion avec son père, père qu'on lui avait dit mort quand elle avait quinze...
    Voir plus

    Nous voilà de nouveau à Barcelone, ce 19 novembre 1975, avec René auprès de Julia hospitalisée. Angelita, elle, n'est pas là. Elle est... , nous n'avions pas voulu le divulgâcher dans le compte-rendu du Tome 1, en discussion avec son père, père qu'on lui avait dit mort quand elle avait quinze ans et qui se trouve aujourd'hui devant elle, maintenant qu'elle a quarante-quatre ans.
    Angelita ne comprend pas pourquoi, alors que ses parents se sont retrouvés, il y a quinze ans, ni son père, ni sa mère n'ont eu le courage de le lui dire. Et elle va lui poser la question suivante : "Que s'est-il passé exactement après que les Français nous ont séparés à notre arrivée en France ? Tu n'as pas été transféré à Mauthausen ?" Question à laquelle il répondra: "Oh si, j'y ai bien été ... J'y ai assez souffert. Et, en quelque sorte, j'y suis mort... Oh oui, bien mort."
    Manuel reprend alors le déroulé de sa vie depuis les quelques semaines précédant leur départ de Barcelone. Il explique les dissensions qui existaient au sein du couple, à propos de son engagement en résistance. Ils s'étaient même disputés juste avant leur départ. Il raconte ensuite la fierté qu'il a ressentie à les voir toutes deux si courageuses lors de ce périlleux déplacement à pied pour franchir le col des Pyrénées dans des conditions hivernales, puis la séparation et son arrivée dans ce camp, cloaque sans nom d'où il s'échappera. Il est ensuite repris et emmené au camp des Alliers, près d'Angoulême où il est resté près d'un an.
    En août 1940, les réfugiés du camp sont conduits au camp de Mauthausen. Manuel se remémore sa vie, ou plutôt sa non-vie au camp où il est resté pendant quatre ans, jusqu'à sa libération par les Américains. Puis il continue à raconter ce que fut sa vie jusqu'à aujourd'hui.
    Cette deuxième partie est aussi intéressante que la première et vient en quelque sorte la compléter.
    J'ai appris entre-autre, que ce maudit convoi de 927 personnes emmenées à la gare d'Angoulême et entassées dans des wagons de marchandises, ce sinistre convoi a été identifié comme le premier train de l'histoire de la déportation de civils en Europe occidentale. seulement 73 d'entre eux en réchapperont sur les 470 hommes et jeunes hommes du convoi, tandis que femmes et enfants seront livrés en gare d'Irún à la police franquiste.
    Les sentiments éprouvés par les divers personnages de l'histoire sont bien retranscrits, notamment en ce qui concerne Angelita qui a toujours tenu pour acquis la mort de son père en déportation et qui découvre qu'il s'agit d'un mensonge.
    Les dessins de la double page concernant le camp de Mauthausen, en disent plus longs que bien des commentaires.
    Le parler catalan par le personnel hospitalier, sans traduction, mais à peu près compréhensible ajoute une belle part de réalisme.
    À noter que l'album se termine sur un ton plus optimiste avec la mort de Franco, le samedi 20 novembre 1975 : "Celui par lequel tout avait débuté trente-six ans plus tôt, venait de mourir".
    Enfin, un dossier de huit pages de croquis et photos d'époque en fin de volume vient compléter et enrichir ce magnifique récit, aussi instructif qu'un documentaire.
    Ce double album, témoignage sur cette dramatique séquence honteuse et peu connue de l'histoire du XXe siècle qu'est La Retirada, est à mettre entre toutes les mains et ce, dès l'adolescence.

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.