Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le coeur d'un père

Couverture du livre « Le coeur d'un père » de Guillois Josselin aux éditions Seuil
  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782021495430
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

1656. Rembrandt est l'artiste le plus célèbre et le plus reclus de Hollande. Calomnié, endetté, renfrogné, le vieux peintre n'en fait qu'à sa tête. Les bourgeois ne veulent plus de ses bizarres portraits, il marche au bord du gouffre.

Solitaire, le génie ? Pas tout à fait. Il vit avec Titus,... Voir plus

1656. Rembrandt est l'artiste le plus célèbre et le plus reclus de Hollande. Calomnié, endetté, renfrogné, le vieux peintre n'en fait qu'à sa tête. Les bourgeois ne veulent plus de ses bizarres portraits, il marche au bord du gouffre.

Solitaire, le génie ? Pas tout à fait. Il vit avec Titus, son fils, un adolescent de 16 ans.

Voilà qu'une lettre arrive : les créanciers du grand peintre sont à bout, s'il ne s'acquitte pas de ses dettes avant une semaine le tribunal lui retirera son fils pour le placer dans un orphelinat.

Mais un miracle pointe : la ville d'Amsterdam commande de toute urgence à Rembrandt ce qui pourrait être la plus grande toile de sa vie, vingt-cinq mètres carrés de couleur. Une semaine de création effrénée va commencer. Mais Titus, lui, réclame de l'amour à son père.

Quelles privations le chef-d'oeuvre exige-t-il ? L'artiste est-il prêt à lui sacrifier son fils ? Ces sept journées décisives, c'est Titus qui les raconte. Et c'est peut-être une histoire d'amour.

Donner votre avis

Avis (1)

  • Mon père, le grand Rembrandt

    Après Louvre, Josselin Guillois reste dans le domaine de l'art, mais nous propose cette fois de suivre Rembrandt dans son atelier, sur les pas de son fils Titus. Une page de l'histoire de l'art qui est aussi une exploration de la relation père-fils.

    Le moins...
    Voir plus

    Mon père, le grand Rembrandt

    Après Louvre, Josselin Guillois reste dans le domaine de l'art, mais nous propose cette fois de suivre Rembrandt dans son atelier, sur les pas de son fils Titus. Une page de l'histoire de l'art qui est aussi une exploration de la relation père-fils.

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce premier mars 1656 n’est pas un jour heureux pour Rembrandt. En l’absence de son père, c’est son fils Titus qui accueille le créancier venu lui apporter sa convocation au tribunal. Il se rend alors au tribunal où il apprend que plusieurs plaintes ont été déposées à l’encontre de son père. Des griefs que le juge considère fondées. Il décide de condamner le peintre à s’acquitter au plus vite de ses dettes, le loyer en retard mais aussi le dédommagement des commanditaires de portraits qu’ils jugent non conformes à leurs exigences. A cela s’ajoute une menace plus lourde encore: «Si avant le lundi 8 mars le citoyen Rembrandt persiste à s’enfoncer dans la désastreuse situation financière et morale de son foyer, le tribunal le dépossédera de son autorité parentale, et placera ledit Titus sous la tutelle de la Chambre des Orphelins.»
    Le salut pourrait toutefois venir de la défection d’un membre de la guilde des peintres qui réalisait d’une série de grands tableaux pour décorer l’hôtel de ville.
    Si l'artiste, étranglé par les dettes, n'a guère le choix et accepte ce travail de commande, il entend toutefois le mener à sa guise. Faisant fi du cahier des charges, il renvoie les neuf édiles venus se faire tirer le portrait pour figurer en bonne place sur l'allégorie à la guerre du jeune État et demande à Titus d'aller explorer l'auberge la plus mal famée de Jordaan, le quartier où leurs maigres moyens leur ont permis de trouver refuge, pour en ramener neuf hommes aux trognes autrement plus marquées.
    Lors de sa ronde de nuit, Titus va retrouver leur créancier dans une surprenante posture. Mais n'en disons pas davantage. Après nous avoir entrainé avec Louvre dans les recoins du musée, Josselin Guillois raconte le grand peintre Hollandais à travers les yeux de son fils, intégrant à son récit la généalogie et les épisodes marquant d'une existence autour de laquelle la mort est omniprésente.
    Grandeur et décadence, origine et vie familiale, tout y passe grâce aux questions que pose Titus à ce père qui, après le décès de son épouse, n'a guère de temps à consacrer à son fils. Il est trop pris par cet art bien au-dessus des contingences domestiques. Alors, retournant la logique, c'est le fils qui vient au secours du père. Non content de préparer ses toiles et ses pigments, il entend le décharger de tous ses problèmes quotidiens. Si l'auteur prend un peu de liberté avec la vérité historique, c'est pour souligner cet attachement viscéral à la peinture, mais c'est aussi pour raconter une relation fils-père qui aura permis à l'artiste de travailler jusqu'à son dernier souffle.
    https://urlz.fr/j1A6

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com