Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le chemin des amoureux

Couverture du livre « Le chemin des amoureux » de Louison aux éditions Robert Laffont
Résumé:

De la soirée du vendredi 13 novembre 2015, où Joseph, leur fils, vient au monde à la maternité de la Pitié- Salpêtrière, à la journée du dimanche 15 juillet 2018, où elle perd brutalement Jérôme, l'homme de sa vie, Juliette se souvient. De tout. Des minuscules comme des énormes choses.
Et comme... Voir plus

De la soirée du vendredi 13 novembre 2015, où Joseph, leur fils, vient au monde à la maternité de la Pitié- Salpêtrière, à la journée du dimanche 15 juillet 2018, où elle perd brutalement Jérôme, l'homme de sa vie, Juliette se souvient. De tout. Des minuscules comme des énormes choses.
Et comme rien, dans sa nature, ne la prédispose à la tragédie, elle nous entraîne par la grâce de son regard tendre, cocasse et décalé dans l'histoire d'un amour plus fort que la mort où éclate à chaque page un formidable goût de vivre.
La dessinatrice Louison signe ici un premier roman à la générosité contagieuse, à l'image de ses BD.

Donner votre avis

Avis (2)

  • Mais comment j’ai aimé ce roman, ce chemin des amoureux. Louison, l’auteure, a écrit ce premier roman en piochant en grande partie dans sa propre vie. Cela donne un roman profondément humanisme, sincère, tendre, joyeux, triste, éclatant, vrai. « Le chemin des amoureux » c’est l’histoire de...
    Voir plus

    Mais comment j’ai aimé ce roman, ce chemin des amoureux. Louison, l’auteure, a écrit ce premier roman en piochant en grande partie dans sa propre vie. Cela donne un roman profondément humanisme, sincère, tendre, joyeux, triste, éclatant, vrai. « Le chemin des amoureux » c’est l’histoire de Juliette en couple avec Jérôme. Ils s’aiment et enfin vont avoir un bébé. Un bébé qui naît le vendredi 13 novembre 2015 pendant les douloureux attentats de ce vendredi noir. Joseph, Jojo, est la lumière de cette soirée inoubliable. Puis arrive juillet 2018 où Juliette veut plus: un mariage, une maison et un autre bébé. Jérôme acquiesce après de longues discussions. 15 juillet 2018, après une belle nuit ensemble, Jérôme ne se réveille pas, le jour de la finale de la coupe du monde de football.
    Cette histoire, j’en ai apprécié tous les moments. J’ai souri et ri. J’ai eu les larmes aux yeux. J’ai été heureuse et triste. Je suis passée par toutes les émotions.

    J’admire Louison pour avoir écrit ce roman. Un roman intime au final mais un roman universel qui parle d’amour, de famille, de drame, de deuil, de naissance, de joie, de rire, de pleurs. Dans ce roman, chacun s’y retrouvera à un moment ou un autre. Ce roman nous rappelle cette terrible soirée du 13 novembre et nous montre que dans le chaos, il y a toujours une joie qui apparait. Ce roman nous prouve la force que nous avons pour affronter le pire dans une vie et pour apprécier le meilleur. Louison nous livre tout ça d’une écriture fluide avec de l’humour qui donne le sourire. Elle nous fait partager des vrais moments de vie avec simplicité et surtout avec sincérité. J’ai aimé ma lecture et il m’a fait du bien car malgré la tristesse, il y a beaucoup de joie dans ce livre et cette joie, Louison a su me la communiquer par ses mots. C’est un roman à réellement découvrir!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C'était nous deux, il était une fois…

    La dessinatrice Louison a choisi de nous faire prendre les montagnes russes de l’émotion dans son premier roman, imaginant une naissance au moment des attentats et un décès le jour où l’équipe de France est championne du monde de football.

    L’humour...
    Voir plus

    C'était nous deux, il était une fois…

    La dessinatrice Louison a choisi de nous faire prendre les montagnes russes de l’émotion dans son premier roman, imaginant une naissance au moment des attentats et un décès le jour où l’équipe de France est championne du monde de football.

    L’humour pour refouler la souffrance, l’autodérision pour éloigner les peurs. Les mots qui sauvent. Voilà comment Juliette peut encore croire à la vie après l’épreuve qu’elle vient de subir et voilà comment Louison embarque ses lecteurs sur son manège avec sa cargaison de rires et de larmes, avec un énorme bagage d’émotions.
    Après la visite chez l’obstétricienne – qui rappellera des souvenirs à de nombreux parents – Juliette a la confirmation qu’elle est bien enceinte et que le bébé se porte bien. Maintenant, il faut annoncer la nouvelle à Jérôme, son mari. Pour cela, elle imagine tout un scénario qui, au moment fatidique finit par s’écrouler. Pourtant la chose n’avait pas l’air si compliquée: «Il aurait suffi que je me lève avec un grand sourire et dise en soulevant mon pull: «Tu vas être papa», et j’aurais à peine eu le temps de compter jusqu’à trois avant qu’il ne m’embrasse.» Mais Juliette et tétanisée, incapable de répondre à la question de Julien qui vient de trouver une facture qui traînait: «peux-tu m’expliquer pourquoi tu as acheté un test de grossesse hier à 13h 07 et pourquoi il y a une bouteille de champagne à côté de toi sur le canapé?» Ou plutôt si, elle parvient à lâcher une réponse: «Tu t’es lavé les mains en sortant des toilettes?»
    Mais rassurez-vous, ce malentendu passé, ce sont des semaines de félicité qui attendent le couple jusqu’au 13 novembre 2015 et la naissance du petit Joseph. Et si Jérôme est tout blême en découvrant son fils, c’est parce qu’il vient d’apprendre ce qui vient de se passer dans Paris et plus particulièrement à la terrasse de «leur» restaurant- L’horreur au Stade de France, la prise d’otages au Bataclan, la carnage aux terrasses des restaurants. «Ensuite, il attrapa le téléphone dans sa poche pour me montrer des informations qui très vite ont saturé mon esprit. Cette horreur ne pouvait pas se mélanger avec la joie d’avoir rencontré mon fils pour la première fois».
    À la sortie de la maternité, il faut faire contre fortune bon cœur et entourer Joseph d’encore plus d’amour. C’est le quotidien des néo-parents post-attentats que Julien Blanc-Gras a raconté l’an passé dans «Comme à la guerre». Malgré la fatigue et malgré les difficultés d’un emploi du temps qui n’est malheureusement pas extensible, Juliette et Jérôme s’accrochent jusqu’à un… accrochage provoqué par une tâche laissée par une tasse de café sur la table de la cuisine. Une vétille, mais qui peut conduire à la rupture, mais aussi – dans le meilleur des cas – à une franche explication. Juliette se confie, raconte qu’elle aimerait un deuxième enfant, se marier, déménager, et qu’au fond elle n’en avait «rien à foutre de ces traces de café sur la table dans la cuisine». Jérôme acquiesce et le bonheur s’installe à nouveau…
    Seulement voilà, le jeu des montagnes russes n’est pas fini. Après avoir grimpé jusqu’en haut, la descente est vertigineuse, mortelle. Je vous laisse la découvrir…
    Si on se laisse prendre à cette histoire, qui est pour partie autobiographique, c’est d’abord par le style cocasse et l’humour de la primo-romancière, c’est ensuite par l’effet-miroir qu’elle nous offre en nous proposant de nous rappeler comment se déroulaient nos propres vies durant ces deux moments-clé des dernières années et enfin parce que la manière dont Juliette affronte sa douleur nous met du baume au cœur. Bravo et merci!
    https://urlz.fr/cWv9

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.