Lavinia

Couverture du livre « Lavinia » de Ursula K. Le Guin aux éditions L'atalante
  • Date de parution :
  • Editeur : L'atalante
  • EAN : 9782841727902
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

« Je ne mourrai pas. De cela je suis assez certaine. Ma vie est trop contingente pour conduire à l'absolu de la mort. Pourtant, s'il me faut continuer à exister au cours des siècles, qu'une fois au moins je me libère et que je parle.
Ma mère était folle mais je ne l'étais pas. Mon père était... Voir plus

« Je ne mourrai pas. De cela je suis assez certaine. Ma vie est trop contingente pour conduire à l'absolu de la mort. Pourtant, s'il me faut continuer à exister au cours des siècles, qu'une fois au moins je me libère et que je parle.
Ma mère était folle mais je ne l'étais pas. Mon père était vieux mais j'étais jeune. Comme Hélène de Sparte j'ai causé une guerre. La sienne, ce fut en se laissant prendre par les hommes qui la voulaient ; la mienne, en refusant d'être donnée, d'être prise, en choisissant mon homme et mon destin. L'homme était illustre, le destin obscur : un bon équilibre. » Comme les autres « Classiques de l'imaginaire » en Fiscagomma, il s'agit d'un livre qui puise à la source de textes fondateurs de notre civilisation.
L'Énéide, oeuvre poétique colossale et inachevée écrite par le poète latin Virgile entre 29 et 19 av J.-C., déroule les aventures du Troyen Énée, de sa fuite de Troie jusqu'à son arrivée dans le Latium, et son union avec Lavinia, fille du roi Latinus.
C'est à cette dernière que s'intéresse Ursula Le Guin : alors que ce personnage est à peine évoqué dans l'Énéide, elle devient la narratrice du roman. Le récit démarre à la dernière partie du poème de Virgile et se poursuit après la mort d'Énée. Les guerres et les batailles passent au second plan, supplantées par les intrigues familiales, la diplomatie et la soumission aux oracles et prophéties.

Le roman est écrit à la première personne, Le Guin donnant vraiment la parole à Lavinia. Laquelle va transformer sa condition en destin et faire une vie de son choix. Et cela dans la douceur amère et la passion maîtrisée que suscite son improbable position : elle se veut libre mais tout est écrit - Lavinia est visitée en rêve par le poète qui lui conte (depuis le futur) son écriture de l'Énéide.
Là se situe la réussite du roman : cette femme humble, soumise aux coutumes de son époque et pacifiste, va accepter d'être à l'origine d'une guerre en acceptant d'épouser Énée, l'étranger, persuaduée par une suite de rêves prémonitoires que ce destin-là est meilleur pour l'avenir de son peuple.

Le Guin est ethnologue. Elle ne traite pas de la guerre de Troie ni de la fondation de Rome qui ne coïncident pas « historiquement » d'ailleurs, mais se sert du contexte de la société pré-romaine décrite de manière très détaillée pour éclairer les rôles des hommes et des femmes qui, quoique très différenciés, étaient associés et faisaient de la condition de chacun un élément à part entière d'une société parfaitement codifiée.
Au travers de la vie de tous les jours des femmes entourant Lavinia et de Lavinia elle-même, nous en apprenons beaucoup sur les liens qui se tissent entre les différentes classes de la société, mais aussi sur les croyances et la façon de vivre de cette époque. Une vie près de la nature, le sacré imprégnant, par ses rites, chaque geste du quotidien.
Les couleurs, les odeurs, les sons, rien ne manque.
Ursula Le Guin nous invite à un voyage dans le passé, quelque part entre mythe et réalité. Une pause enchanteresse et bucolique, une parenthèse empreinte de poésie et de lyrisme - avant la guerre.

Donner votre avis

Avis(1)

  • L'Énéide, long poème inachevé de Virgile, raconte l'épopée du héros Énée fuyant Troie et qui, après bien des aventures, débarque en Italie où il rencontre Lavinia, fille du roi des Latins. Cette jeune fille, figure à peine esquissée par le poète, est le personnage central du livre de la grande...
    Voir plus

    L'Énéide, long poème inachevé de Virgile, raconte l'épopée du héros Énée fuyant Troie et qui, après bien des aventures, débarque en Italie où il rencontre Lavinia, fille du roi des Latins. Cette jeune fille, figure à peine esquissée par le poète, est le personnage central du livre de la grande Ursula LE GUIN ("Les Dépossédés", "L'autre côté du rêve", "Terremer"...).
    "Lavinia" est un roman à la fois agréable et léger, qui s'adresse, à mon avis, à un public assez jeune, mais a le mérite de nous offrir un point de vue féminin, ces épopées légendaires étant généralement phagocytées par les hommes et leurs guerres (à l'instar du, bien meilleur, cycle des "Dames du Lac" de Marion Zimmer BRADLEY qui a sacrément dépoussiéré la légende du roi Arthur). On ne quitte donc pas un instant notre héroïne, pleine de bon sens et de courage quand les hommes pêchent souvent par leur faiblesse, leurs désirs ou leur colère. La bonne idée, la rencontre de Lavinia et de Virgile, lui-même, dans un lieu sacré où la jeune fille prend connaissance de sa destinée, et n'en déroge pas, ce qui provoque une guerre...
    Un beau personnage féminin, un bon moment de lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions