L'Arabe du futur T.4 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1987-1992)

Couverture du livre « L'Arabe du futur T.4 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1987-1992) » de Riad Sattouf aux éditions Allary
  • Date de parution :
  • Editeur : Allary
  • EAN : 9782370731258
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Âgé de neuf ans au début de ce volume, le petit Riad devient adolescent. Une adolescence d'autant plus compliquée qu'il est tiraillé entre ses deux cultures - française et syrienne - et que ses parents ne s'entendent plus. Son père est parti seul travailler en Arabie saoudite et se tourne de... Voir plus

Âgé de neuf ans au début de ce volume, le petit Riad devient adolescent. Une adolescence d'autant plus compliquée qu'il est tiraillé entre ses deux cultures - française et syrienne - et que ses parents ne s'entendent plus. Son père est parti seul travailler en Arabie saoudite et se tourne de plus en plus vers la religion... Sa mère est rentrée en Bretagne avec les enfants, elle ne supporte plus le virage religieux de son mari. C'est alors que la famille au complet doit retourner en Syrie...

Dans le premier tome (1978-1984), le petit Riad était ballotté, de sa naissance à ses six ans, entre la Libye de Kadhafi, la Bretagne de ses grands-parents et la Syrie de Hafez Al-Assad. Le deuxième tome (1984-1985) racontait sa première année d'école en Syrie. Le troisième tome (1985-1987) était celui de sa circoncision. Ce quatrième tome, exceptionnel par son format (288 pages) et par ce qu'il révèle (le coup d'État de son père), est le point d'orgue de la série.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Nettement plus long que les trois premiers, ce tome me semble aussi le plus personnel, si j’ose dire pour un ouvrage qui, depuis le tome I, se présente comme une autobiographie… Cet effet est sans doute provoqué par le regard plus aiguisé que le petit garçon porte sur son entourage, que ce soit...
    Voir plus

    Nettement plus long que les trois premiers, ce tome me semble aussi le plus personnel, si j’ose dire pour un ouvrage qui, depuis le tome I, se présente comme une autobiographie… Cet effet est sans doute provoqué par le regard plus aiguisé que le petit garçon porte sur son entourage, que ce soit en France ou en Syrie. On le voit grandir et devenir de plus en plus conscient des dysfonctionnements des uns et des autres.

    Le choc culturel que Riad éprouve en vivant tantôt en France, tantôt en Syrie n’est pas absent des trois premiers tomes, mais il devient un ressort dramatique dans celui-ci. Et que dire de la mère qui voit, impuissante, le brillant et moderne universitaire qu’elle a aimé se transformer en religieux rigoriste pour ne pas dire intégriste au fil des séjours dans son pays natal ! Elle s’affirme pourtant et réussit à se faire entendre mieux qu’avant. Elle refuse tout net d’aller en Arabie Saoudite et, même quand elle réside en Syrie, ce n’est plus la femme timide et parfois soumise que nous connaissions. Le couple ne peut que se défaire...

    La personnalité du père se révèle assez complexe. A la façon dont il s’isole ou dont il conduit sa voiture, entre autres choses, on se demande parfois s’il n’est pas en train de perdre la tête… Les premiers tomes montraient déjà son nationalisme, mais dans celui-ci, on le voit plonger et devenir une sorte de caricature de ce qu’il aurait voulu être. Il semble aimer sincèrement sa femme et ses enfants, mais un rien le fait basculer et son égoïsme resurgit aux dépens d’eux, souvent. Il a la générosité des avares : le voilà capable de dépenser beaucoup d’argent pour une futilité, mais incapable d’assurer un ordinaire décent à sa famille, non pas parce qu’il manque d’argent, mais parce qu’il économise… Violemment raciste, antisémite, antiféministe, mendiant la reconnaissance de ses concitoyens, mythomane et envieux, c’est par la pratique stricte de la religion qu’il gagnera l’estime et le respect de ses voisins, ce à quoi il tient beaucoup et qu’il n’a pas réussi à s’assurer dans les premiers tomes.

    Le jeune Riad, que l’on suit cette fois de ses 9 ans à ses 14 ans, vit pour sa part l’écartèlement qu’éprouvent beaucoup d’immigrés et de binationaux… sans doute encore plus exacerbé dans son cas puisque chaque parent incarne un pays différent. La scolarité se révèle une véritable épreuve dans les deux pays : bien que les motifs invoqués et les moyens employés soient différents selon le pays, on se moque de lui et on le maltraite. Ses relations avec les adultes sont assurément plus satisfaisantes en France qu’en Syrie. Il développe une véritable relation avec Charles, le compagnon de la grand-mère, qui s’est pris d’affection pour lui et qui est le premier à reconnaître son talent, et à le prendre au sérieux. L’éveil de la sexualité, les transformations physiques et physiologiques, le discours de son père sur les femmes viennent encore compliquer l’entrée dans l’adolescence.

    Riad Sattouf travaille en grand aplats de noir, blanc, bleu ou vert, et de différentes nuances de rouge. Avec cette palette restreinte et la sûreté de son trait, il réussit magnifiquement à rendre une large gamme d’émotions chez ses personnages et à nous les faire éprouver à notre tour. Vivement le cinquième tome : j’ai hâte de savoir comment va tourner le coup d’État du père !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com