Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'amour au temps des éléphants

Couverture du livre « L'amour au temps des éléphants » de Ariane Bois aux éditions Belfond
  • Date de parution :
  • Editeur : Belfond
  • EAN : 9782714493316
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Ils ne se connaissent pas et pourtant, en cette journée caniculaire de septembre 1916 dans une petite ville du Sud des États-Unis, ils assistent parmi la foule au même effroyable spectacle : l'exécution par pendaison d'une éléphante de cirque, Mary, coupable d'avoir tué un homme. Cette vision... Voir plus

Ils ne se connaissent pas et pourtant, en cette journée caniculaire de septembre 1916 dans une petite ville du Sud des États-Unis, ils assistent parmi la foule au même effroyable spectacle : l'exécution par pendaison d'une éléphante de cirque, Mary, coupable d'avoir tué un homme. Cette vision bouleversera la vie d'Arabella, de Kid et de Jeremy.

De l'Amérique qui entre en guerre au Paris tourbillonnant des années 1920, des champs de bataille de l'Est de la France aux cabarets de jazz, des pistes de cirque jusqu'au Kenya dissolu des colons anglais, ces trois êtres devenus inséparables vont se lancer sur la trace des éléphants au cours d'une prodigieuse expédition de sauvetage.

Dans cette éblouissante saga, une jeunesse ivre d'amour et de nature livre son plus beau combat pour la liberté des animaux et celle des hommes.

Donner votre avis

Avis (7)

  • Septembre 1916 dans le Tennessee, Arabella assiste à la parade du cirque Sparks dont la vedette est Big Mary une éléphante d'Asie. Soudain, l'animal projette son soigneur comme un pantin et de sa lourde patte il explose sa tête dans un mélange de sang et de cervelle. Surnommée Mary La tueuse,...
    Voir plus

    Septembre 1916 dans le Tennessee, Arabella assiste à la parade du cirque Sparks dont la vedette est Big Mary une éléphante d'Asie. Soudain, l'animal projette son soigneur comme un pantin et de sa lourde patte il explose sa tête dans un mélange de sang et de cervelle. Surnommée Mary La tueuse, l'éléphante sera exécutée par pendaison devant une foule enthousiaste. Avec ce fait divers tragique Jeremy Parkman espère bien décrocher la une du journal où il travaille. Perdu au milieu de cette foule excitée, Kid un jeune noir échappe de peu au lynchage pour avoir bousculé malencontreusement une femme blanche.
    C'était ainsi dans le Sud, une vie de Noir ne valait rien.

    Kid le joueur de Clarinette, Jeremy le coureur de jupons et Arabella l'étudiante infirmière passionnée par les éléphants vont se retrouver en France sur le front d'une guerre sanglante où les crânes sont brisés comme des coquilles d'oeufs, où des gamins avec des membres en charpie appellent leur mère.

    Un roman choral qui m'a intéressé dans sa première partie portée par une écriture simple et agréable, nous suivons successivement Arabella, Jeremy et Kid, mais la seconde partie qui commence par l'enlèvement d'un éléphant et son transport sur un petit cargo de Marseille au Kenya m'a paru souvent invraisemblable.

    Basé sur de faits historiques et évoquant certaines personnes ayant vraiment existées, ce récit est une description réaliste de la guerre de 14 et du Paris de l'après-guerre ; de la vie de débauchés des Anglais expatriés en Afrique, trompant leur ennui dans l'alcool, la drogue et le sexe. Un roman d'aventures sans prétention porté par un trio lié par la guerre, l'amitié et l'amour des éléphants.

    Un grand merci aux éditions Belfond et #ArianeBois #NetGalleyFrance, pour leur confiance.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le 13 septembre 1916, à Erwin, petite ville du Tennessee, une foule immense trépigne d’impatience, on a même amené les enfants, pour assister à la pendaison de Mary une éléphante qui a piétiné et tué son soigneur, maltraitant bien-sûr, mais quelle importance ?

    Trois jeunes gens assistent avec...
    Voir plus

    Le 13 septembre 1916, à Erwin, petite ville du Tennessee, une foule immense trépigne d’impatience, on a même amené les enfants, pour assister à la pendaison de Mary une éléphante qui a piétiné et tué son soigneur, maltraitant bien-sûr, mais quelle importance ?

    Trois jeunes gens assistent avec répulsion à cette scène barbare : Arabella, Jeremy qui se sont déjà rencontrés lors du procès, et Kid, jeune Noir qui a voulu assister à la pendaison.

    Arabella Cox est la fille d’un pasteur adventiste, rigide, où pratiquement tout est interdit à part la lecture de la bible, alors elle ne peut que tenter de désobéir quitte à recevoir des coups. Un jour où elle a fait le mur, elle a failli être violée et son père l’a mise dehors.

    Jeremy Parkman est l’héritier d’une famille arrivée à bord du Mayflower, qui s’est enrichie dans le commerce, et il refuse de prendre la suite de son père, préférant le journalisme.

    William Vernon, alias Kid, a assisté aussi à la pendaison de Mary, mais en tant que Noir, da présence était loin d’être souhaitée, et en rentrant chez lui, il bouscule par mégarde une femme blanche, qui hurle à l’agression, ce qui lui vaut une bastonnade dont il réussit à s’échapper, mais les Blancs racistes ne veulent pas en rester là et lui régler son compte ; ils ont été bien échauffer avec la pendaison de Mary alors la soif de sang et de mort est toujours là. Il réussit à quitter la ville direction la Capitale avec son clarinette om son talent pourra s’exprimer, c’est l’époque du jazz.

    Tous les trois vont s’engager activement dans la guerre : Kid comme soldat dans les Harlem Hellfighters, Jeremy comme reporter de guerre et Arabella comme infirmière, et des horreurs se dérouleront sous leur yeux… Arabella et Jeremy se retrouveront par hasard le jour de l’armistice, et Kid les rejoindra plus tard. Les horreurs de la guerre vont modifier leur vie, Kid en sortant libre alors que Jeremy, blessé à la jambe va être envahi par l’angoisse (SSPT) et fragilisé.

    Toujours est-il qu’aucun des trois ne désirent rentrer aux USA où règnent, le Ku Klux Klan et la prohibition alors qu’à Paris flotte un vent de liberté et notre trio va ainsi côtoyer Hemingway, James Joyce, Sylvia Beach qui possède la librairie Shakespeare & Company et Adrienne Monnier, sa compagne, ou encore le couple Fitzgerald ou Joséphine Baker…

    Mais, revoilà le cirque, les éléphants maltraités et un jour va naître un projet fou, libérer une éléphante de ses chaînes, la ramener en Afrique et lui rendre sa liberté. Ainsi commence le nouveau voyage, en route vers le Kenya…

    J’ai adoré toute la partie du roman concernant la jeunesse des trois héros, la guerre et la manière dont ils en sortent, coupant ou non le cordon ombilical, de même que la période parisienne après l’armistice.

    J’ai un peu moins aimé leur périple au Kenya, parmi ces Anglais, aristos au pas qui ne pensent qu’à ne rien faire, à part la fait, boire comme des trous et se livrer à une sexualité débridée, avec toujours leur morgue vis-à-vis du personnel africain, leurs laquais, une autre forme d’esclavage, sur leur propre terre.

    J’ai découvert Ariane Bois avec « Sans oublier » que j’ai beaucoup aimé et j’ai été très heureuse de retrouver sa plume. J’ai encore quelques-uns de ses romans à découvrir, en particulier « Dakota Song ». Ce voyage du Tennessee, aux tranchées de la Marne, puis au Kenya m’a fait un bien fou, en parcourant l’Histoire, les artistes de l’époque, le jazz, le gospel, le blues, toutes ces musiques que j’adore. En période de confinement, couvre-feu, cela donne du punch.

    La couverture est très belle et j’aurais bien aimé être enroulée ainsi, lovée dans la trompe d’un éléphant…

    Un grand merci à Babelio et aux éditions Belfond qui m’ont permis de découvrir ce roman et de retrouver une auteure que j’apprécie.
    https://leslivresdeve.wordpress.com/2021/01/20/lamour-au-temps-des-elephants-dariane-bois/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J’avais gardé un bon souvenir du dernier livre lu d’Ariane Bois sur le scandale d’État des « enfants de la Creuse ». L’association d’une histoire avec l’Histoire avait très bien fonctionné.

    Cette fois-ci, nous voilà transportés en 1916 aux États-Unis. On suit trois personnages, aux statuts...
    Voir plus

    J’avais gardé un bon souvenir du dernier livre lu d’Ariane Bois sur le scandale d’État des « enfants de la Creuse ». L’association d’une histoire avec l’Histoire avait très bien fonctionné.

    Cette fois-ci, nous voilà transportés en 1916 aux États-Unis. On suit trois personnages, aux statuts sociaux différents, dont les destinées vont se croiser pour ne plus se quitter. Ils ont en commun de ne pas entrer dans les cases. Leurs singularités les poussent en dehors de leurs sociétés respectives. Ils sont rejetés parce qu’ils n’agissent pas comme les autres et parce qu’ils cherchent à s’affirmer. A travers ces aventures, l’autrice nous dresse ainsi un panorama de la mentalité et les coutumes de ces années-là. Le trio amical agit comme un révélateur des maux de l’époque (racisme, place des femmes...).

    On voit aussi du pays à leurs côtés. Leur exil nous emmène des États-Unis, en passant par la France, jusqu’en l’Afrique. Comme d’habitude, cette aventure utilise la fiction pour aborder des thèmes beaucoup plus importants. Elle nous parle de la dure réalité de la guerre, de la folie parisienne et du comportement des colons en terrain colonisé. Et bien sûr, comme son titre l’indique, elle s’intéresse aussi à la condition des animaux. A travers l’image des éléphants, les acteurs mènent un combat qui souligne l’importance de prendre soin de nos amis les bêtes.

    Ce voyage m’a procuré un dépaysement total. Le livre nous change d’époque, de lieux, de thèmes et nous dépeint le monde tel qu’il était. Ce mélange entre amour, amitié et liberté des êtres vivants nous fait passer par tous les sentiments. L’écriture d’Ariane Bois est à la hauteur de la beauté de son histoire. Ses personnages très attachants m’ont conquis et leurs destins chahutés m’ont tenu en haleine de bout en bout. Je me suis passionné pour cette saga humaine, courte, mais dense en émotions !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Merci à Masse Critique Privilégiée de Babelio et au éditions Belfond pour cette lecture.
    Erwin une grosse bourgade du Tennessee, le 13 septembre 1916 Big Mary l’éléphante est pendue pour avoir piétiné un homme qui la maltraitait.
    Dans le public Arabella une jeune fille corsetée au sein d’une...
    Voir plus

    Merci à Masse Critique Privilégiée de Babelio et au éditions Belfond pour cette lecture.
    Erwin une grosse bourgade du Tennessee, le 13 septembre 1916 Big Mary l’éléphante est pendue pour avoir piétiné un homme qui la maltraitait.
    Dans le public Arabella une jeune fille corsetée au sein d’une famille adventiste, Jeremy fils d’une famille aristocrate qui devrait suivre la lignée en reprenant l’entreprise familiale et en épousant une jeune fille de son rang et Kid jeune homme noir.
    Chacun rêve de liberté, pour Kid c’est une question de vie ou de mort. Après la pendaison de Big Mary il était bouleversé et en fuyant ce spectacle nauséabond, il a bousculé une femme blanche. En jeune homme bien élevé il a voulu l’aider à se relever et à ramasser ses paquets. Mais c’est un crime, il est noir et ne doit ni approcher ni toucher un blanc. Il a été boxé sur place.
    Pour lui pas d’autre alternative que de fuir dans le Nord où la situation est moins effroyable pour les noirs. Il laisse sa mère veuve, un frère et une sœur. Il doit quitter la maison dans l’heure, avant que les hommes du Ku Klux Khan viennent le chercher pour le lyncher.
    La première partie du roman est confuse par sa densité, la lectrice que je suis aurait parfois aimé en savoir plus. Pour le kid c’est clair mais pour Arabella et Jeremy certains développement auraient été bienvenus.
    En Europe c’est la guerre et nos trois protagonistes vont s’y trouver pour différentes raisons et vont se rencontrer.
    C’est ainsi que continue l’histoire dans le Paris des années 20 et ensuite en Afrique.
    Très narratif dans un style journalistique, parfaitement documenté, le roman verse dans la romance.
    ©Chantal Lafon

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le 13 septembre 1916 à Erwin dans le Tennessee, Mary, une éléphante d'un cirque est exécutée par pendaison pour avoir la veille tué son cornac de remplacement lors d'une parade dans la ville voisine.

    Arabella, Jeremy et Kid, nos trois protagonistes assistent à la scène...
    Voir plus

    Le 13 septembre 1916 à Erwin dans le Tennessee, Mary, une éléphante d'un cirque est exécutée par pendaison pour avoir la veille tué son cornac de remplacement lors d'une parade dans la ville voisine.

    Arabella, Jeremy et Kid, nos trois protagonistes assistent à la scène horrifiés.

    Arabella Cox est la fille d'un père adventiste qui ne souhaite qu'une chose, la voir mariée, femme au foyer mais Arabella, 18 ans ne l'entend pas ainsi, son souhait : prendre son indépendance et devenir infirmière. Elle est fascinée par les pachydermes et a essayé de défendre la cause de Mary notamment auprès d'un certain Jérémy Parkman.

    Jérémy est journaliste au Herald, il vient de Boston et est issu d'une riche famille d'armateur. Sa route semble toute tracée, reprendre les rennes de l'entreprise familiale et épouser Rosemary une riche héritière mais lui aussi veut autre chose, il veut sa liberté et devenir un journaliste célèbre.

    Ce jour là à Erwin, il y avait aussi Kid alias William Vernon, un jeune noir, vivant avec sa mère et ses jeunes frère et soeur. Il aide sa mère à s'en sortir dans les champs de coton, ils vivent dans une cabane de misère. N'oubliez pas qu'on est dans le Sud en 1916 et que le racisme et ségrégationnisme sont toujours bien présents tout comme le Ku Klux Klan. Par mégarde, Kid a bousculé et renversé une dame blanche, il se confond en excuse, veut aider la dame à se relever, à ramasser ses affaires mais cela tourne au drame , elle crie au voleur... Kid n'a pas d'autre solution que de fuir pour éviter le lynchage. Sa mère lui ordonne de fuir vers le Nord, de tenter sa chance mais surtout de continuer à jouer chaque jour de la clarinette car il a la musique en lui.

    Durant la première partie du récit, nous allons suivre par de courts chapitres les pérégrinations de chacun , nous emmenant vers New York, Harlem, en rencontrant des personnages illustres dans le domaine du jazz par exemple puis en France; dans les champs de bataille de l'est puis à Paris.

    Nos personnages finiront par se rencontrer et ne plus se quitter, une grande histoire d'amitié avec un point commun les éléphants et une idée de sauvetage qui fera basculer le roman dans la seconde partie, direction Kenya, vers "Out of Africa".

    Prêts pour un voyage magnifique ?

    Ce roman à l'écriture fluide et agréable est très bien documenté, c'est une fiction certes mais elle nous fait traverser l'Histoire et rencontrer multitudes de personnages intéressants, peut-être un peu trop pour que ce soit vraiment crédible mais peu importe l'écriture nous emporte que ce soit sur les champs de batailles, dans les années 20 parisiennes, dans le domaine du jazz, du ragtime, ou dans la Happy Valley à la rencontre de ses habitants aux moeurs un peu légères et particulières.

    Il s'agit bien d'une romance comme son titre l'indique mais en abordant des thèmes sérieux comme le racisme, le colonialisme, la nature humaine cruelle, la cause animale, les guerres et barbaries, la musique jazz et c'est surtout l'histoire d'une belle amitié.

    J'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à sa lecture.

    Ma note : 9/10

    Les jolies phrases

    La violence est une vieille habitude.

    Les Blancs avaient le pouvoir et les Noirs leurs yeux pour pleurer.


    La scène, c'est tout un art, il faut savoir s'effacer, laisser les autres briller, pour mieux s'imposer, flamber, aux limites de l'extravagance.

    Quand le sol vibre et que les fusées déchirent le ciel, comment engager une conversation avec des hommes qui ne seront peut-être plus demain que des cadavres entassés sur une charette?

    La guerre a modifié son regard sur la vie, ses sentiments et l'idée qu'il se faisait sur lui même. Il ne s'habituera jamais à voir des hommes crever près de lui.

    Toujours la même chose, éructe Kid. Le négro peut bien se faire trouer la peau pour défendre la civilisation. Mais pour la reconnaissance de la patrie, on se brosse !

    Ici un homme est jugé sur son mérite, pas sur la couleur de sa peau.

    Arabella la dévisage, surprise. Elles n'avaient pas vingt ans, il serait toujours temps de se reproduire ! Si la guerre lui avait appris quelque chose, c'était bien la dimension fragile, aléatoire de l'existence, ce cadeau qu'on pouvait vous retirer en une seconde. Plus que jamais, elle entendait profiter de la vie, traverser des paysages, rencontrer des gens rares, éprouver toutes les émotions, avant de fonder une famille.

    Perdre son père, c'est perdre une partie de son enfance, changer de place dans l'échiquier des générations, se retrouver au premier rang.

    Ici, tous les autres Noirs sont des boys, des serviteurs. Les Africains ne possèdent aucun droit et vivent sous la loi des Blancs qui les "protègent" en profitant de leur travail.

    Traquer, survivre, c'est le loi de la nature.
    Ne me parle pas de traque, ni de survie, bwana, risposte Kid. Je sais ce que c'est !

    https://nathavh49.blogspot.com/2021/01/lamour-au-temps-des-elephants-ariane.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Trois jeunes gens d'origine différente assistent séparément à la pendaison d'une éléphante tueuse d'homme, dans une petite ville du Tennessee et ce en 1916.
    Arabella est une jeune fille ayant du "caractère", Jeremy, fils de grande famille rêve de journalisme à la Hemingway, et Kid, enfant noir...
    Voir plus

    Trois jeunes gens d'origine différente assistent séparément à la pendaison d'une éléphante tueuse d'homme, dans une petite ville du Tennessee et ce en 1916.
    Arabella est une jeune fille ayant du "caractère", Jeremy, fils de grande famille rêve de journalisme à la Hemingway, et Kid, enfant noir doit fuir pour avoir voulu aider une femme blanche qui , elle, a cru à une agression.
    Le roman raconte les pérégrinations de ces jeunes gens, leur rencontre, leur indéfectible amitié au fil des années de guerre, on les retrouve en France, plus tard en Afrique, Arabella voulant se consacrer au sauvetage des éléphants.
    Tout cela donne un joli roman à la Ariane Bois. Quelques invraisemblances, mais c'est un roman qui donne à réfléchir au sort des animaux sauvages privés de liberté.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions Belfond ainsi que Masse Critique Privilégiée de Babelio, sans qui je n’aurais pas eu l’avantage et le plaisir de lire ce roman, avant sa sortie en librairie le 14 janvier 2021 !

    Septembre 1916, à Kingsport dans le Tennessee. La jeune Arabella...
    Voir plus

    Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions Belfond ainsi que Masse Critique Privilégiée de Babelio, sans qui je n’aurais pas eu l’avantage et le plaisir de lire ce roman, avant sa sortie en librairie le 14 janvier 2021 !

    Septembre 1916, à Kingsport dans le Tennessee. La jeune Arabella Cox, friande de spectacles de cirque, est littéralement passionnée par les éléphants, au grand dam de son père. Elle va assister – horrifiée – à la pendaison de Mary, une éléphante accusée d’avoir tué la veille, un cornac brutal. C’est à cette occasion qu’Arabella va faire la connaissance de Jeremy Parkman, journaliste au Boston-Herald.

    Kid (William Vernon) est un jeune noir qui va devoir fuir Kingsport en quelques heures, afin d’échapper à la vindicte de blancs malveillants, victime du racisme hélas toujours de mise dans le sud de l’Amérique …

    Les évènements vont forcer les trois jeunes protagonistes de ce récit à s’éloigner au plus vite de leur domicile parental respectif. En Europe, c’est la « grande guerre » et notre trio va partir vers la France. Ils finiront par s’installer à Paris. Leur amour commun pour les éléphants les conduira finalement vers la lointaine Afrique.

    Je vous laisse le soin de découvrir par vous-mêmes la suite de leurs aventures ! Un nouveau roman distrayant, tout à fait à l’image de son auteure, entière et bienveillante … Un agréable moment de lecture.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.