L'amie prodigieuse t.4 ; l'enfant perdue

Couverture du livre « L'amie prodigieuse t.4 ; l'enfant perdue » de Elena Ferrante aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072699313
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

À la fin de Celle qui fuit et celle qui reste, Lila montait son entreprise d'informatique avec Enzo, et Elena réalisait enfin son rêve : aimer Nino et être aimée de lui, quitte à abandonner son mari et à mettre en danger sa carrière d'écrivain. Car elle s'affirme comme une auteure importante et... Voir plus

À la fin de Celle qui fuit et celle qui reste, Lila montait son entreprise d'informatique avec Enzo, et Elena réalisait enfin son rêve : aimer Nino et être aimée de lui, quitte à abandonner son mari et à mettre en danger sa carrière d'écrivain. Car elle s'affirme comme une auteure importante et l'écriture l'occupe de plus en plus, au détriment de l'éducation de ses deux filles, Dede et Elsa.
L'histoire d'Elena et de Nino est passionnelle, et bientôt Elena vit au gré de ses escapades pour retrouver son amant. Lors d'une visite à Naples, elle apprend que Lila cherche à la voir à tout prix.
Après avoir embrassé soixante ans d'histoire des deux femmes, de Naples et de toute l'Italie, la saga se conclut en apothéose. Plus que jamais, dans L'enfant perdue, Elena Ferrante nous livre un monde complet, riche et bouillonnant, à la façon des grands romanciers du XIXe siècle, un monde qu'on n'oublie pas.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (19)

  • J'ai adoré de lire cette saga. L'histoire, l'écriture, les personnages. Tout me plait.

    J'ai adoré de lire cette saga. L'histoire, l'écriture, les personnages. Tout me plait.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pour vivre pleinement son amour avec Nino, Lena n'a pas hésité à quitter mari et enfants. Auteure reconnue, elle multiplie les conférences et les séances de lecture aux quatre coins de l'Italie et même en Europe, à seule fin de se ménager des escapades avec son amant. Sans souci du sévère...
    Voir plus

    Pour vivre pleinement son amour avec Nino, Lena n'a pas hésité à quitter mari et enfants. Auteure reconnue, elle multiplie les conférences et les séances de lecture aux quatre coins de l'Italie et même en Europe, à seule fin de se ménager des escapades avec son amant. Sans souci du sévère jugement de sa mère ou des mises en garde de Lila, la jeune femme ne songe plus qu'à s'installer avec Nino qui la veut près de lui à Naples. Mais Lena n'est pas prête à retrouver cette ville qu'elle a fuie sans désir de retour. Naples l'étouffe, Naples l'enferme dans son passé, Naples lui fait peur. Et à Naples, il y a Lila...Les deux amies ne se fréquentent plus guère. Même si Lila, installée dans le quartier de leur enfance, ne cesse de la relancer, Lena fait la sourde oreille, soucieuse de son indépendance, de sa liberté retrouvée, de son bonheur...

    Avec L'enfant perdue, Elena Ferrante clôt en beauté sa magistrale saga napolitaine. Même si les deux amies sont un temps séparées, on y retrouve tout le sel de cette amitié particulière avec en toile de fond les évènements qui ont secoué l'Italie au fil des années. Pour Lena, toute tentative de rébellion a été étouffée dans l'oeuf par les contingences de la vie domestique et, avec la maturité, vient la prudence et des positions politiques moins tranchées. L'auteure se veut toujours de gauche et prête à défendre la cause des femmes, mais elle préfère éviter les polémiques. Plus téméraire, Lila a prouvé par les actes que les femmes peuvent sortir de leurs cuisines. A la tête d'une entreprise innovante, elle est devenue une figure respectée du quartier qu'elle tente de libérer du joug des frères Solara.
    Lena et Lila vont finir par se retrouver, partager à nouveau ce lien étrange, fait d'amour, de haine, de rivalité, d'envie. Pour le meilleur et pour le pire.
    Pertes, deuils, trahisons...rien ne leur sera épargné et chacune va devoir vieillir avec ses blessures.
    Si au terme de ces quatre tomes, il fallait faire un choix, c'est définitivement Lila qui gagnerait ! Une maîtresse femme forte, entêtée, volontaire, indépendante. A côté de cette passionnée à fleur de peau, la blonde Lena fait bien pâle figure avec son manque de confiance, son manque d'empathie, son manque de lucidité, son manque de personnalité.
    Elles auront pourtant réussi toutes deux à nous passionner jusqu'au bout. Et on les quitte avec beaucoup de tristesse.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Et voilà ! Je suis arrivé au bout de l’aventure mais bien d’autres l’ont fait avant moi. J’y suis allé pas à pas, progressivement, laissant du temps entre chacun des quatre volumes mais je suis heureux car le régal a été complet, de tout en bout, grâce au talent d’une autrice disant s’appeler...
    Voir plus

    Et voilà ! Je suis arrivé au bout de l’aventure mais bien d’autres l’ont fait avant moi. J’y suis allé pas à pas, progressivement, laissant du temps entre chacun des quatre volumes mais je suis heureux car le régal a été complet, de tout en bout, grâce au talent d’une autrice disant s’appeler Elena Ferrante.

    L’amie prodigieuse (Le nouveau nom ; Celle qui fuit et celle qui reste) m’a permis une belle aventure littéraire et c’est le principal.

    Le titre du quatrième volume, le plus long, s’intitule L’enfant perdue, ce qui annonce un drame qui va bouleverser la vie des deux amies : Elena Greco (Lenuccia ou Lenù) et Raffaella Cerullo (Lila ou Lina), la première étant la narratrice.
    Revoilà Nino Sarratore au centre des deux tiers de ce quatrième volume, ce Nino qui séduit, enchante les femmes, grand amour de Lenù adolescente, amour qui lui a échappé car Lila avait mis le grappin dessus. Hélas, Nino est déjà marié, père de deux enfants, au moins, avec des femmes différentes et, malgré toutes ses contorsions et ses mensonges, ne quitte pas Eleonora, son épouse pour Lenù.
    Celle-ci, justement, fait de grands sacrifices et cela devient très orageux avec Pietro, son mari, ainsi qu’avec sa belle-famille. Dede et Elsa, ses filles, profitent puis souffrent de ces déchirements. Si l’action se déplace entre Gênes et Milan, c’est surtout Naples qui est au centre du livre. L’autrice nous en révèle bien des aspects, une évolution dont les trafics sont symbolisés par les frères Solara, trafic qui basculent vite vers la drogue mais, pour cela, il vaut mieux lire Roberto Saviano.
    Lenù est écrivaine et nous suivons l’évolution de sa carrière. Elena Ferrante ne cache aucun des problèmes que pose ce métier à une femme, en Italie. Le rôle de la presse est bien montré, comme la jalousie qui émerge dans l’entourage, dans le quartier où vit celle qui tente de publier ses livres.
    Les drames sont inévitables comme la maladie qui frappe les êtres chers. Enfin, la fameuse disparition des poupées de Lenù et Lila, racontée dans le premier tome, redevient d’actualité, sur la fin.
    Avec Nino et Pasquale, la vie politique italienne est bien suivie et cela permet de suivre son évolution permettant de comprendre ce qui se passe actuellement de l’autre côté des Alpes. La corruption discrédite ceux qui avancent les plus belles idées et fait le lit de l’extrême-droite.
    Si Lenù quitte Naples en 1995, pour Turin, alors que Lila se passionne pour l’histoire de sa ville et les détails qu’elle livre donnent envie de connaître plus avant cette ville, au pied du Vésuve.
    La formidable épopée de L’amie prodigieuse est terminée, épopée à la fois intimiste, populaire, politique, riche d’expériences, de sentiments, d’amour, de haine, de violence mais riche d’une vie pleine, vies de femmes et d’hommes qui se côtoient, s’aiment, se détestent.

    Plusieurs questions se posent à la fin de cette histoire. Que reste-t-il d’une vie ? Faut-il écrire ? Si oui, qui lira tout ça ? Je pense que l’essentiel est de vivre, de passer au-dessus des jalousies, des inimitiés pour mettre à profit les années qui nous sont données. Le reste…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce dernier tome fini la saga de L'amie prodigieuse. Et quelle saga ! Je ne suis pas particulièrement fan des romans sur plusieurs tomes, me demandant souvent s'il est bien nécessaire de faire durer autant une histoire. Ici, je revois mon jugement.

    J'ai été happée par cette histoire si...
    Voir plus

    Ce dernier tome fini la saga de L'amie prodigieuse. Et quelle saga ! Je ne suis pas particulièrement fan des romans sur plusieurs tomes, me demandant souvent s'il est bien nécessaire de faire durer autant une histoire. Ici, je revois mon jugement.

    J'ai été happée par cette histoire si particulière entre deux amies. Mais est-ce réellement une amitié ? Je me suis régulièrement posée la question sans en trouver la réponse : parfois oui, lorsqu'elles se soutiennent l'une l'autre dans les épreuves de la vie, mais souvent non à mon sens lorsqu'elles se disputent, envie la vie de l'autre... Et pourtant à 60 ans elles sont toujours là.

    Ce que j'ai particulièrement aimé dans ce tome ce sont les sujets de société et son évolution : le travail, la famille, le féminisme, la politique...

    La fin est à l'image de toute la saga. Surprenante ? Pas tant que ça finalement, simplement à l'image de Lena et de Lila.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L'amie prodigieuse m'avait beaucoup plu;
    Le nouveau nom avait continué à me convaincre;
    Celle qui fuit et celle qui reste, opus qui m'avait quelque peu déçue (j'avais l'impression que l'auteure avait écrit ce roman à la va-vite comme si elle avait répondu à une commande ou avait été victime...
    Voir plus

    L'amie prodigieuse m'avait beaucoup plu;
    Le nouveau nom avait continué à me convaincre;
    Celle qui fuit et celle qui reste, opus qui m'avait quelque peu déçue (j'avais l'impression que l'auteure avait écrit ce roman à la va-vite comme si elle avait répondu à une commande ou avait été victime de son succès).

    L'enfant perdue m'a happée, m'a bouleversée même.

    J'ai beaucoup aimé cette chronique italienne même si j'ai souvent eu envie de donner des baffes, tour à tour, à Lila et Elena.
    Par contre, je ne comprends pas cette amitié car, pour moi, elles ne sont pas amies, pas au sens où je l'entends. Elles ne s'aiment pas, ne sont pas bienveillantes l'une envers l'autre, ne se serrent les coudes que par nécessité... C'est assez loin de l'idée que je me fais de l'amitié.

    Mais j'ai adoré la toute fin, vraiment. C'est d'une violence rare, contenue, et, enfin, cela devient authentique, au bout de tout ce temps...

    Je pourrais tout à fait relire ces livres dans quelques années.

    J'encourage leur découverte.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un bel épilogue à cette brillante saga et à cette amitié d'une vie entre deux protagonistes si différentes. J'ai lu le premier et écouté les 3 suivants en audio livre (superbe lecture), j'étais un peu triste d'arriver à la fin et ne regrette absolument pas cette lecture, qui me donne envie de...
    Voir plus

    Un bel épilogue à cette brillante saga et à cette amitié d'une vie entre deux protagonistes si différentes. J'ai lu le premier et écouté les 3 suivants en audio livre (superbe lecture), j'étais un peu triste d'arriver à la fin et ne regrette absolument pas cette lecture, qui me donne envie de mieux connaître l'Italie !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Avec ce dernier volume, Elena Ferrante clôt la tétralogie de L'amie prodigieuse qui suit tout au long de leurs vies l'amitié de deux fillettes, du Naples pauvre des années 50, Elena Greeco et Lila Cerrulli .

    Ce quatrième ouvrage s'ouvre sur Elena qui a finalement quitté Pietro, son mari, pour...
    Voir plus

    Avec ce dernier volume, Elena Ferrante clôt la tétralogie de L'amie prodigieuse qui suit tout au long de leurs vies l'amitié de deux fillettes, du Naples pauvre des années 50, Elena Greeco et Lila Cerrulli .

    Ce quatrième ouvrage s'ouvre sur Elena qui a finalement quitté Pietro, son mari, pour aller vivre à Naples avec Nino.

    Ses retrouvailles avec Lila, leur amitié passionnelle, leur emprise réciproque reprendront de plus belle et gagneront mêmeleurs enfants.

    De choix en désillusions, de gloires en abandons, ce roman reprend tous les thèmes évoqués dans les précédents, en les renforçant à l'approche de la maturité puis de la vieillesse.

    A l'heure des mani pulite la gloire et la main-mise des caïds mafieux n'est plus ce qu'elle était, et les règlements de compte modifient les rapports de forces du quartier ...

    On verra même, à l'orée des années 2000, l'un des protagonistes s'engager dans la politique parlementaire.

    60 ans de l'histoire contemporaine de l'Italie auront donc défilé au fil de l'amitié de Lila et Elena ... 

    Une saga que je suis contente d'avoir lue, même si les protagonistes m'ont régulièrement agacée par leurs choix, leurs non-choix, leur inertie, leur refus d'abandonner les carcans de leur quartier. Ce dernier tome a par ailleurs quelques longueurs et manque de profondeur sur les sujets majeurs qui ont frappé l'Italie dans le dernier quart du XXème siècle : mani pulite, les brigades rouges, les crises politiques ... 

    Pour une vision beaucoup plus approfondie de cette période italienne, j'ai bien plus apprécié 'Nos meilleures années' le film de Marco Tullo Giordana :)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Voici la fin de cette "saga".
    une sorte de come back proposant une "relecture" partielle des évènements.
    La narratrice est quand même d'un égoïsme assez étonnant d'autant qu'il est habillé d'une bonne conscience confondante !
    J'ai aimé ce dernier texte hors le troisième quart de ce texte qui...
    Voir plus

    Voici la fin de cette "saga".
    une sorte de come back proposant une "relecture" partielle des évènements.
    La narratrice est quand même d'un égoïsme assez étonnant d'autant qu'il est habillé d'une bonne conscience confondante !
    J'ai aimé ce dernier texte hors le troisième quart de ce texte qui se met à être bavard pour "rien".
    J'avoue que c'est le fait que j'avais déjà lu les trois premiers qui m'ont amené à ne pas abandonné.
    Et bien m'en a pris car la fin a repris le niveau de l'ensemble.

    Conclusion, même si je n'ai pas réellement choisi de lire le premier tome, (lu pour faire plaisir à des amies), j'ai été rapidement prise au coeur de la vie de ces personnages. Donc j'ai mis 4 étoiles à chaque tome et pourtant si je devais noter l'ensemble, je mettrais peut être 5 étoiles !!! Curieux exercice tout de même.

    J'ai savouré cette lecture en Audio, surtout n'hésitez pas, c'est une lecture vraiment très très bien réalisée.

    Je vous recommande cette lecture. Les 4 tomes d'affilée en Audio. C'est totalement addictif.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions