Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'âme au diable t.1 : littérature & autres curiosités

Couverture du livre « L'âme au diable t.1 : littérature & autres curiosités » de Thierry Beinstingel et Dantinne/Alain et Gisele Bienne et Claire Bechec et Herve Carn et Alain Emery et Gisele Banton aux éditions L'ame Au Diable
Résumé:

Le pari démoniaque de L'Âme au Diable ? Donner à lire ! A l'heure où l'écran promet le paradis et où le papier brûle en enfer, voici une revue littéraire bien en feuilles, offrant à des écrivaines et à des écrivains de métier de s'expliquer sur leur rapport à l'écriture, d'en faire l'objet d'un... Voir plus

Le pari démoniaque de L'Âme au Diable ? Donner à lire ! A l'heure où l'écran promet le paradis et où le papier brûle en enfer, voici une revue littéraire bien en feuilles, offrant à des écrivaines et à des écrivains de métier de s'expliquer sur leur rapport à l'écriture, d'en faire l'objet d'un récit, d'une nouvelle, comme une sorte de purgatoire sur le chemin de leur grand oeuvre. Pourquoi ces femmes et ces hommes, présumés sains de corps et d'esprit, ont-ils un jour choisi de vendre leur âme au démon des lettres ? Plutôt qu'une vocation, l'écriture serait-elle une damnation ? Une chose est sûre : dans les pages de L'Âme au Diable, tout acte de création littéraire cache un pacte faustien.

Auteurs : Alain Emery, Claire Béchec, Thierry Beinstingel, Gisèle Bienne, Jacqueline Banton, Hervé Carn, Alain Dantinne, Alain Emery, Fabienne Juhel, Mérédith Le Dez, Christophe Mahy, Arnaud Pagnier, Dominique Pagnier, Fanch Rebours, Remi Rousselot, Brigitte Tissot, Alexis Weinberg.

Donner votre avis

Avis (1)

  • Les réseaux sociaux sont la pire et la meilleure des choses. J’essaie d’en oublier le pire pour ne garder que le meilleur. C’est ainsi que grâce au "post Facebook" d’une auteure que j’apprécie beaucoup, j’ai appris la naissance, à Saint-Brieuc dans les Côtes d’Armor, d’une nouvelle revue...
    Voir plus

    Les réseaux sociaux sont la pire et la meilleure des choses. J’essaie d’en oublier le pire pour ne garder que le meilleur. C’est ainsi que grâce au "post Facebook" d’une auteure que j’apprécie beaucoup, j’ai appris la naissance, à Saint-Brieuc dans les Côtes d’Armor, d’une nouvelle revue littéraire baptisée "L’âme au diable".

    Fabienne Juhel, puisqu’il s’agit d’elle a partagé sur sa page un article du journal Ouest-France consacré à cette information. Il relate l’aventure littéraire de Stéphane Balcérowiak, médecin et amoureux des lettres. Aidée par sa compagne Virginie Le Lionnais, il se jette dans l’aventure de l’édition… Aussitôt lu, aussitôt envoyé un message à l’adresse indiquée. Aussitôt la réponse, aussitôt le virement réalisé, je n’ai pas attendu plus de trois jours… Le résultat est, là, tout simplement magique…en rouge et noir, les couleurs de l’enfer.

    La revue est magnifique, au format livre joliment orné d’œuvres de divers artistes, croqueurs, dessinateurs, photographes présentés en début d’ouvrage. Elles agrémentent les seize textes, seize nouvelles inédites, toutes aux accents lucifériens. Dès l’avant-propos, signé de l’éditeur j’ai compris que la qualité serait au rendez-vous. L’écriture minutieusement travaillée, le vocabulaire particulièrement recherché, la syntaxe aux allures parfois désuètes mais tellement élégantes m’on tout de suite incitée à poursuivre. Et dans ce genre, le plaisir est de grapiller, inutile de suivre le fil, il n’y en a pas…Je ne vous les citerai pas toutes ces courtes histoires, là n’est pas le but. J’ai trouvé en chacune un petit quelque chose de "ouf", comme dirait mon petit-fils, j’y ai trouvé surtout une écriture de belle facture, lisse ou plus sèche, mais toujours coruscante.

    Sombre est l’histoire racontée par Fabienne Juhel dans "La meute", qui m’a rappelée ce cher Joseph Ponthus et ses carcasses pour ce qui est du fond. Pour la forme, l’écriture emporte tout, vive, claquante et belle, aux phrases courtes et rythmées. Waouh ! Plus feutrée celle de Mérédith Le Dez qui fait route avec le diable, sereine et tranquille, enveloppée de brume. Et si Alain Emery m’a embarquée avec son voisin aux allures de démon dans une partie d’échecs un soir de tempête, Fañch Rebours m’a fait rire aux éclats, jaunes, lors de son "Faust-Noz", à la fois satanique et tellement actuel. Et tous les autres textes sont d’un haut niveau. Ils sont poétiques, éclectiques, érudits et la littérature partout présente.

    Il m’a suffi d’un week-end pluvieux pour aller, par des chemins sinueux, au bout de cette aventure diabolique. Je souhaite une longue vie à cette revue méphistophélique belle sous tout rapport. Et je jure, la main droite levée, que sa bretonnitude n’y est pour rien.

    C'est tout simplement une belle réussite.

    https://memo-emoi.fr

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.