La voix

Couverture du livre « La voix » de Arnaldur Indridason aux éditions Points
  • Date de parution :
  • Editeur : Points
  • EAN : 9782757807255
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Tuer un père Noël, il n'y a qu'un Islandais pour oser imaginer ça ! Le commissaire Erlendur, qui déteste les fêtes de fin d'année, doit enquêter sur un père Noël assassiné dans un hôtel de luxe juste avant un goûter d'enfants. Sale boulot pour le commissaire, dont la fille essaye de ne pas... Voir plus

Tuer un père Noël, il n'y a qu'un Islandais pour oser imaginer ça ! Le commissaire Erlendur, qui déteste les fêtes de fin d'année, doit enquêter sur un père Noël assassiné dans un hôtel de luxe juste avant un goûter d'enfants. Sale boulot pour le commissaire, dont la fille essaye de ne pas replonger dans la drogue. La victime était portier et occupait une petite chambre dans les sous-sols depuis vingt ans. Son licenciement lui avait été signifié la veille. Le commissaire prend ses quartiers d'hiver pour une enquête qui va faire remonter à la surface de vieux démons.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Un très bon roman policier: on entre dans la vie de la personne disparue (un père noel!), de sa famille mais aussi de la vie du commissaire Erlendur et de sa fille. A lire si vous avez envie de découvrir les pays froids. Attention, beaucoup de noms de personnes et de villes, de lacs, d'endroits...
    Voir plus

    Un très bon roman policier: on entre dans la vie de la personne disparue (un père noel!), de sa famille mais aussi de la vie du commissaire Erlendur et de sa fille. A lire si vous avez envie de découvrir les pays froids. Attention, beaucoup de noms de personnes et de villes, de lacs, d'endroits vont vous paraître compliqués au début! Et certains prénoms aussi (fille ou garçon?) Mais acccrochez-vous! Cela en vaut la peine!!!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un peu moins bon que les deux premiers mais j'attend avec impatience de commencer le prochain

    Un peu moins bon que les deux premiers mais j'attend avec impatience de commencer le prochain

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est mon troisième roman d'Indridason. Après "La femme en vert" et "Hypothermie", je fais un petit retour en arrière dans l'ordre chronologique des parutions avec "La voix". Ca me gêne un peu mais je retrouve avec plaisir le commissaire Erlendur et ses deux acolytes, Elinborg et Sigurdur...
    Voir plus

    C'est mon troisième roman d'Indridason. Après "La femme en vert" et "Hypothermie", je fais un petit retour en arrière dans l'ordre chronologique des parutions avec "La voix". Ca me gêne un peu mais je retrouve avec plaisir le commissaire Erlendur et ses deux acolytes, Elinborg et Sigurdur Oli.

    Dans un hôtel de luxe islandais (bon l'aspect luxueux ne saute pas aux yeux !) fréquenté en ces temps de Noël par de nombreux touristes étrangers, un portier est retrouvé assassiné, en costume de père Noël et dans une posture humiliante, dans le sinistre cagibi où il logeait. Mais qui était ce portier que personne ne connaissait vraiment et dont la mort ne semble affecter ni sa famille ni ses collègues de travail ?

    La magie de Noël, Erlendur s'en moque. Pour lui, cette période de l'année est associée à de sombres souvenirs, alors, comme chaque année, il n'a rien prévu, tout au plus manger du mouton fumé avec Eva sa fille qui n'est d'ailleurs pas au mieux de sa forme. Alors s'installer dans une chambre glaciale que le directeur de l'hôtel a consenti à lui céder, pour être au plus près de son enquête, n'est pas du tout un problème voire même cela l'arrange plutôt.

    Le voici donc, au grand dam du directeur inquiet pour la réputation de son établissement, errant dans le palace, de sa chambre au cagibi en passant par le buffet et le bar de l'hôtel, récoltant les témoignages des clients et employés. Peu à peu les voiles tombent, les langues de délient, et Erlendur reconstitue avec ténacité la vie de cet homme abandonné de tous, enfant-star détenteur d'une voix céleste qui le destinait à un avenir grandiose mais qu'une puberté précoce a renvoyé tragiquement à l'indifférence du monde.

    Soyons honnêtes, bien qu'un peu moins tendue que dans "La femme en vert", l'ambiance n'est pas franchement à la rigolade, Erlendur restant ancré dans sa mélancolie, hanté par ses morts, préoccupé par ses vivants : une fille désemparée bien près de retomber dans la drogue et un fils qu'il ne voit plus. Cependant, on apprécie les quelques traits d'humour et la petite note positive dans cette noirceur, Erlendur fait la connaissance d'une jolie enquêtrice qui, pour la première fois, éveille son intérêt, une lueur d'espoir pour le roman suivant ?

    Quant à moi, je reste accro. A bientôt commissaire !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Inhabituel et prenant. Cette histoire se déroule en Islande, pays natal de l’auteur Arnaldur Indridason ; une île volcanique où les hivers sont très longs, où les journées s’éternisent à la « belle saison » ; l’ambiance qui se dégage est donc particulière et fait de ce peuple un peuple unique....
    Voir plus

    Inhabituel et prenant. Cette histoire se déroule en Islande, pays natal de l’auteur Arnaldur Indridason ; une île volcanique où les hivers sont très longs, où les journées s’éternisent à la « belle saison » ; l’ambiance qui se dégage est donc particulière et fait de ce peuple un peuple unique. Les histoires d’Indridason sont imprégnées de cette ambiance et nous permettent de trouver un nouveau charme à ces énigmes policières. Indridason accorde aussi une grande place à la psychologie de son enquêteur « l'abrupt Erlendur torturé par la disparition de son frère alors qu'il n'était qu'un enfant et tourmenté par sa fille toxicomane. Ce sont ces souffrances et les conditions qui les ont engendrées qui intéressent particulièrement Arnaldur car « le bonheur se suffit à lui-même, il n'y a rien à en dire. Harlan Coben, encense Indriðason ainsi : ces nouvelles sont prenantes, authentiques, hantantes et lyriques! ». Je partage totalement cet avis et vous recommande chaudement la lecture de ces romans !!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Toujours cette atmosphére nordique, c'est personnages à la la limite...... et bonne intrigue.

    Toujours cette atmosphére nordique, c'est personnages à la la limite...... et bonne intrigue.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Décidément cet auteur est toujours aussi bon, après avoir savouré ses deux premiers romans je me suis délecté avec celui-là. Comme à son habitude, il nous plonge dans l'univers sombre du polar, avec un parfum de nostalgie, pour cet opus. Le thème de l'enfance volée est abordé avec beaucoup de...
    Voir plus

    Décidément cet auteur est toujours aussi bon, après avoir savouré ses deux premiers romans je me suis délecté avec celui-là. Comme à son habitude, il nous plonge dans l'univers sombre du polar, avec un parfum de nostalgie, pour cet opus. Le thème de l'enfance volée est abordé avec beaucoup de talent, et l'inspecteur Erlendur a toujours autant de tourment.
    J'ai retrouvé l'ambiance un peu glauque que j'affectionne particulièrement et que je retrouve chez des auteurs comme Ian Rankin, Henning Mankell..., qui nous livrent un personnage tourmenté et une ambiance des plus sombres.
    Bref cet auteur a tous les talents d'un grand écrivain de polar, et ces romans sont des petits chefs d'œuvre que l'on prend plaisir à lire. Je recommande ce livre aux amateurs du genre, ils seront comblés...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • excellent polar, bonne description des relations humaines (ou de leur absence d'ailleurs)

    excellent polar, bonne description des relations humaines (ou de leur absence d'ailleurs)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lechoixdeslibraires.com

    En plus d'intrigues admirablement ficelées, la puissance des romans d'Indridason réside dans l'épaisseur de l'atmosphère et la finesse des caractères. L'enquête structure une vision de l'âme humaine dans ce qu'elle a de plus noir et de plus fragile aussi. Après les excellents La cité des jarres...
    Voir plus

    En plus d'intrigues admirablement ficelées, la puissance des romans d'Indridason réside dans l'épaisseur de l'atmosphère et la finesse des caractères. L'enquête structure une vision de l'âme humaine dans ce qu'elle a de plus noir et de plus fragile aussi. Après les excellents La cité des jarres et La femme en vert, La voix ne dément pas le talent du maître islandais du roman noir.

Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions