La vie selon Florence Gordon

Couverture du livre « La vie selon Florence Gordon » de Brian Morton aux éditions Plon
  • Date de parution :
  • Editeur : Plon
  • EAN : 9782259229463
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Florence Gordon est directe, brillante, acariâtre et passionnée. Maîtresse femme, elle est capable de réduire les imbéciles au silence d'une seule de ses piques acérées... Icône féministe aux yeux des filles, invisible aux yeux du reste du monde, à soixante-quinze ans, elle a mérité - enfin ! -... Voir plus

Florence Gordon est directe, brillante, acariâtre et passionnée. Maîtresse femme, elle est capable de réduire les imbéciles au silence d'une seule de ses piques acérées... Icône féministe aux yeux des filles, invisible aux yeux du reste du monde, à soixante-quinze ans, elle a mérité - enfin ! - de se délester du fardeau de la famille pour se consacrer à son oeuvre. Mais à peine a-t-elle entamé ses mémoires, si longtemps différés, que son fils Daniel revient s'installer à New York avec sa femme et sa fille. Florence se retrouve alors impliquée dans leurs mélodrames familiaux qui vont assombrir ses journées et menacer son rempart de solitude. Sans parler de son pied gauche, qui commence à la faire boiter...

Donner votre avis

Articles (1)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • chronique finale

    Florence Gordon décide à 75 ans d'écrire ses mémoires, pensant être tranquille, mais c’est sans compter sur l'arrivée de son fils, sa belle fille et sa petite fille qui reviennent s' installer à New York.
    Voilà la vie de Florence et ses projets bouleversés, elle doit...
    Voir plus

    chronique finale

    Florence Gordon décide à 75 ans d'écrire ses mémoires, pensant être tranquille, mais c’est sans compter sur l'arrivée de son fils, sa belle fille et sa petite fille qui reviennent s' installer à New York.
    Voilà la vie de Florence et ses projets bouleversés, elle doit désormais composer avec leurs mélodrames, ses soucis, sa santé qui vacille et dire adieu à la solitude.
    C'est un livre poignant, vrai, drôle qui se lit facilement, des chapitres courts, une traduction bien menée.
    On est entraîné dans le tourbillon de ces vies qui s' emmêlent, s' entrechoquent et qui parfois se singularisent.
    On a hâte de poursuivre le quotidien de ces personnages, on se plonge avec avidité dans ce roman, on devient spectateur.
    J'ai adoré ce roman, on s' attache à Florence avec son ton acerbe, sa personnalité sarcastique qui prône le féminisme mais qui au-delà de son masque austère et nombriliste porte un regard touchant à sa petite fille Emily qui renvoie un regard bienveillant sur cette grand mère qui dénote des conventions.
    On est happé par ce livre, je ne connaissais pas Brian Morton mais ce roman m'a donné envie de connaître ses œuvres , son écriture est fluide, sincère et très réaliste, il sait coucher sur le papier les émotions et les sentiments de ses personnages, retranscrire avec précision leur ressenti.
    Un livre que je recommande vivement et comme dit Emily " il faut toujours oser, tenter sa chance.Courir ce risque.Regretter ses paroles parce que cela vaut mieux que de regretter son silence".
    C'est une belle leçon de vie , partager, parler et oser dire les choses, vivre simplement sa vie car la vie est précieuse.
    Alors osez, tentez, courez le risque d'aimer ce livre . Bonne lecture...


    avis de la page 100

    Dans ce roman , Florence Gordon , écrivaine de 75 ans décide d'écrire sa biographie, c'est une féministe acariâtre.
    Le style d'écriture du livre est plaisant,il se lit facilement, les chapitres sont courts.
    Dans cette première partie, on fait connaissance avec les personnages dont le fils , la belle-fille et la petite fille de Florence qui sont venus s'installer à New York;on y rencontre aussi ses amies.
    A ce stade du livre on a envie de poursuivre la lecture et de partager la vie de tous ces gens, de Janine la belle-fille qui idolatre sa belle-mère à Florence qui est brut de décoffrage et qui ne mâche ni ses mots ni ses pensées.Ce roman nous livre un tableau fascinant, j'ai hâte de lire la suite donc j'y retourne ...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ma chronique sur La vie selon Florence Gordon :

    La vie selon Florence Gordon de Brian Morton est un très beau roman. C'est l'été, nous sommes à New York, Florence a un nouvel éditeur pour ses mémoires. Son fils Daniel prend des vacances. Sa femme Janine tombe amoureuse d'un de ses collègues....
    Voir plus

    Ma chronique sur La vie selon Florence Gordon :

    La vie selon Florence Gordon de Brian Morton est un très beau roman. C'est l'été, nous sommes à New York, Florence a un nouvel éditeur pour ses mémoires. Son fils Daniel prend des vacances. Sa femme Janine tombe amoureuse d'un de ses collègues. Leur fille Emily découvre le sexe, la drogue, mais surtout son incroyable grand-mère Florence, militante du partie féministe depuis les années 60. Florence est le personnage principal de l'histoire mais tout ne tourne pas autour d'elle, il y a des chapitres où on a le point de vu de Daniel, de Janine ou d'Emily, ce qui donne au livre une histoire de famille très attachante. Quand bien même ils vivent ensemble, chacun a sa vie, ses questions, ses problèmes et ses espoirs. On voit leurs relations évoluées avec de l'amour, de l'attention mais aussi des non-dits et des malentendus. C'est une famille ordinaire et moderne que j'ai trouvé super ! La vie selon Florence Gordon est un livre très sympa, certes avec une histoire banale mais des répartis marrantes et des personnages authentiques et vrais. A lire et à partager !

    "Le rendez-vous de la Page 100"

    La vie selon Florence Gordon de Brian Morton est un régal à lire ! Les personnages sont attachants et l'histoire est simple. Florence, notre héroïne, est une vieille femme qui veut écrire ses mémoires des années 60, ses années d'aventures et de folie, d'amour et d'eau fraîche, de musique et de liberté. Sa famille, ses ami(e)s et même son ex-mari, sont là pour la soutenir, mais elle n'est pas toujours disponible pour les recevoir, que ce soit par manque de temps ou manque d'envie. Son fils, Daniel, est policier. Il rejoint sa femme, Janine, à New York et en profite pour prendre, enfin!, des vacances. Après vingt-trois ans de mariage, il y a toujours une complicité entre eux. Mais plus tellement d'amour … Du moins du côté de Janine qui est toutefois une grande fan de Florence. Mais Florence n'est pas du genre à partager ses émotions et encore moins son travail. Emily, sa petite fille, est une belle ado pleine d'esprit. Elle ne cherche pas à en mettre plein la vue, mais lorsqu'elle parle, c'est toujours bien pensé et sympa. J'aime beaucoup ces personnages et cette famille. Je trouve qu'il y a une ambiance détendue, à la fois de vacances, avec le rythme tranquille de Daniel qui revoit sa fille, et de boulot, avec ceux de Florence qui rencontre son nouvel éditeur et de Janine qui continue de travailler. C'est comme si on pouvait croiser cette famille au coin de la rue. Ces personnages existent et on peut facilement se retrouver dans l'un d'eux.
    Je trouve ce livre très rafraîchissant et j'ai hâte de lire la suite !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • je me suis ennuyée dès le début. Ce livre m'a déçue...

    je me suis ennuyée dès le début. Ce livre m'a déçue...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Au premier abord, difficile de s’entendre avec Florence Gordon, 75 ans, icône féministe qui vous remet en place dès qu’elle en a l’occasion. Elle vit sa vie comme bon lui semble. Elle n’hésitera jamais à vous faire savoir le fin fond de sa pensée. Ecrivaine, elle se lance dans la rédaction de...
    Voir plus

    Au premier abord, difficile de s’entendre avec Florence Gordon, 75 ans, icône féministe qui vous remet en place dès qu’elle en a l’occasion. Elle vit sa vie comme bon lui semble. Elle n’hésitera jamais à vous faire savoir le fin fond de sa pensée. Ecrivaine, elle se lance dans la rédaction de ses mémoires et se retrouve chamboulée par l’arrivée de son fils Daniel et de sa famille à New York.
    Ce roman comporte des chapitres très courts ce qui rend la lecture très fluide. A mon sens il n’y a pas de réelle intrigue à l’histoire. Il est juste question de quatre personnages et des aléas de la vie. Sont-ils tous attachants ? Non pas forcément mais leurs imperfections les rendent réels. Daniel, Janine sa femme, leur fille Emily et Florence Gordon ont chacun leur souffrance qu’ils partagent avec nous. Ils ont cependant des difficultés à communiquer entre eux, ce qui résulte en des malentendus voire des situations très délicates.
    J’ai préféré la deuxième moitié du roman à la première mais je suis malgré tout restée sur ma fin. Il était tout de même intéressant de voir les personnages évoluer et en particulier Florence Gordon et sa petite-fille Emily.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Explorateurs de la rentrée littéraire 2015 - Chronique finale

    Un roman passionnant tant par les personnages, les situations que par le style. C’est bien simple, on croirait suivre les épisodes d’une série addictive. Chaque personnage est bien développé. On alterne les points de vue d’une même...
    Voir plus

    Explorateurs de la rentrée littéraire 2015 - Chronique finale

    Un roman passionnant tant par les personnages, les situations que par le style. C’est bien simple, on croirait suivre les épisodes d’une série addictive. Chaque personnage est bien développé. On alterne les points de vue d’une même scène, à la manière de Tarantino dans Pulp Fiction, pour bien comprendre comment chaque héros a vécu une même situation. Pour autant, rien de répétitif dans cette mécanique. L’héroïne, écrivain féministe septuagénaire, divorcée, mère et grand-mère, reste l’axe central de l’histoire. Mais on se passionne tant pour chaque membre de sa petite famille qu’on aurait aimé savoir le fin mot de l’histoire pour chacun d’entre eux. Les rebondissements dans leur vie respective se multiplient si bien, qu’on s’y attache au fil des pages. Alors que ça n’était vraiment pas gagné pour l’un d’entre eux en particulier (je vous laisse le découvrir). Peut-être que l’auteur nous réserve un Tome 2 ? Outre les qualités narratives du roman, c’est un ouvrage également très instructif sur l’histoire du féminisme aux Etats-Unis depuis plus d’un siècle. De plus c’est un livre qui vieillira bien tant les différentes générations, et leurs difficultés à communiquer, sont bien décrites. L’usage du téléphone portable et des réseaux sociaux, et leurs conséquences sont, en effet, un des fils conducteurs du roman. C’est une très belle découverte qui me donne envie de lire les autres œuvres de Brian Gordon.

    Rendez-vous de la page 100 :
    Un très bon signe : j'ai déjà pris 5 photos (l'équivalent propre du "surlignage") pour mettre de côté de très beaux passages, drôles, émouvants, et/ou plein de sagesse. L'héroïne est très amusante, intelligente et attachante. On pouvait s'attendre à une Tatie Danielle (vieille femme acariâtre), mais ce n'est pas le cas. A 75 ans, elle s'autorise simplement à dire ce qu'elle pense et à ne pas se laisser emmerder. Je dévore littéralement les pages et devrais bientôt arriver à la fin (307 pages). Pour l'instant, tous les personnages sont bien développés et les transitions sont agréables. On va de rebondissements en rebondissements. Qui aurait cru que la vie d'une septuagénaire pouvait être aussi remplie et captivante ? A suivre ! :)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Florence Gordon a soixante-quinze ans et une farouche envie de conserver sa solitude. Caractère acariâtre, fervente féministe depuis les années 70, elle va se retrouver malgré elle obligée de composer avec sa famille : fils, belle-fille et petite-fille.

    "La vie selon Florence Gordon", c'est...
    Voir plus

    Florence Gordon a soixante-quinze ans et une farouche envie de conserver sa solitude. Caractère acariâtre, fervente féministe depuis les années 70, elle va se retrouver malgré elle obligée de composer avec sa famille : fils, belle-fille et petite-fille.

    "La vie selon Florence Gordon", c'est un roman contemporain qui explore des thèmes aussi différents que les failles des relations familiales, le combat féministe ou encore la vieillesse et le perfectionnisme. Autant le dire directement, je n'ai pas été plus emballée par cette histoire que cela. Pourtant, force est de constater que le style est bon, le ton juste. Mais le burlesque des situations entre les personnages est quelque chose qui me déplaît souvent en littérature. Je ne m'attache pas aux personnages et j'ai une impression loufoque tout au long de ma lecture. Et c'est ce qui est arrivé avec ce livre.

    Le personnage principal est Florence Gordon, cette personnalité haute en couleur, taciturne, d'apparence sûre d'elle. Elle se suffit à elle-même et reste persuadée qu'elle n'a besoin de personne pour vivre sa vie. Vie riche puisqu'ancienne militante féministe. La rédaction de ses mémoires soulève la presse, ses interventions dans les discussions sur le sujet sont très demandées. Malheureusement, c'est à ce moment que son fils refait son apparition à ses côtés, avec sa femme et sa fille. Ce qui n'est pas du tout du goût de Florence.
    Ce que l'auteur montre avec son histoire, c'est l'idée que l'on croit fermement connaître les membres de sa famille, alors que c'est précisément le contraire. Quand on croit tout savoir, on ne pose plus de questions, on ne s'intéresse plus sincèrement à l'autre. On s'éloigne tout simplement. Un thème très bien mis en avant dans le roman, ce que j'ai particulièrement apprécié.
    De même que Florence représente l'image de l'être humain vieillissant, dont l'esprit reste toujours aussi jeune et alerte. Une ambiguité terrible qui, je crois, la terrifie. C'est peut-être pour cela que la relation qui va se nouer avec Emily, sa petite-fille, lui paraît aussi agaçante que nécessaire. Emily, une jeune demoiselle qui navigue entre des parents qui ne la comprennent plus, et qui, de toutes les manières, ne se comprennent plus entre eux. Chez Florence, elle va retrouver un adulte à admirer et peut-être à sauver.

    Un livre qui développe des sujets très intéressants mais qui, dans sa forme, n'aura pas su me toucher.


    Le rendez-vous de la page 100
    #ExploLecteur

    Florence Gordon a soixante-quinze et un passé de militante féministe de haut vol. Aujourd'hui en pleine écriture de ses Mémoires, elle est mise sur le devant de la scène par son éditeur. Femme cynique, égocentrique, passionnée par elle-même essentiellement. Voilà ce que je retiens de cette première partie. J'ai découvert Florence ainsi que les membres de sa famille et ses amies de longue date. Florence, c'est la grand-mère incapable de se souvenir du prénom de sa petite-fille.
    Ecriture bourrée d'humour, noir évidemment, un brin burlesque. Des chapitres courts qui me font vite tourner les pages.
    Cependant, je reste dubitative : où l'auteur veut nous emmener ? Serais-je réceptrice à son histoire ? Pas certain, à suivre donc.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Présent dans les listes

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com