Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La trilogie de la poussière t.1 ; la belle sauvage

Couverture du livre « La trilogie de la poussière t.1 ; la belle sauvage » de Philip Pullman aux éditions Gallimard-jeunesse
Résumé:

Dix ans avant À la croisée des mondes: découvrez l'enfance de Lyra dans le 1er tome de la nouvelle trilogie.

À l'auberge de la Truite, tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Certains sont étrangement intéressés par le bébé nommé Lyra et son dæmon... Voir plus

Dix ans avant À la croisée des mondes: découvrez l'enfance de Lyra dans le 1er tome de la nouvelle trilogie.

À l'auberge de la Truite, tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Certains sont étrangement intéressés par le bébé nommé Lyra et son dæmon Pantalaimon. Quels secrets, quelles menaces entourent son existence? Pour la sauver, Malcolm et Alice, sa compagne d'équipée, doivent s'enfuir avec elle. Dans une mer déchaînée, le trio embarque à bord de La Belle Sauvage.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (4)

  • Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour mon avis sur le premier tome de la Trilogie de la Poussière, La Belle Sauvage (titre également francophone en anglais, cocorico !) qu'il y a deux ans, j'attendais comme le Saint Graal tant j'étais impatiente à l'idée de retrouver cet...
    Voir plus

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour mon avis sur le premier tome de la Trilogie de la Poussière, La Belle Sauvage (titre également francophone en anglais, cocorico !) qu'il y a deux ans, j'attendais comme le Saint Graal tant j'étais impatiente à l'idée de retrouver cet époustouflant univers d'A la croisée des mondes crée d'une main de maître par le conteur de génie Philip Pullman et que j'aime de façon incommensurable. Et l'attente en valait résolument la peine, je peux vous l'affirmer !

    En effet, dès qu'il s'agit de Philip Pullman, ou cet immense auteur pour la jeunesse britannique qu'on ne présente même plus, on escompte toujours du lourd et de l'extraordinaire, de la haute voltige car son écriture et son imagination sont tout bonnement prodigieuses et leur réputation n'est purement et simplement plus à faire. Et même si ce grand romancier de renom n'avait plus rien à nous prouver en matière d'histoires monumentales dignes des légendes les plus magiques et saisissantes, il a décidé de nous faire un exceptionnel cadeau avec ce tome préquel à l'incontournable saga d'A la croisée des mondes avec La Belle Sauvage, titre enchanteur et poétique qui m'a embarquée pour la plus grandiose et périlleuse des aventures.

    Mais au fait, pourquoi cette chronique deux ans après ? La raison en est en réalité bête comme chou : Gallimard Jeunesse a tout récemment teasé la sortie prochaine (la parution VO est normalement prévue pour début 2020) du tome deux de cette remarquable seconde trilogie qui s'annonce aussi prometteuse et inoubliable que la première et je me suis ainsi dit qu'il était grand temps que je consacre un article dûment mérité à ce premier tome qui m'avait à l'époque fait vivre un moment d'une beauté inouïe et aussi affronter les pires dangers au côté de personnages extraordinaires, j'ai nommé mon petit chéri Malcolm, si altruiste, si généreux et curieux de tout, avide de savoir et de comprendre le monde qui l'entoure (et qui ne tourne décidément pas rond), et mon admirable Alice, que j'avais pourtant fort mal jugée au départ alors que sous ses airs revêches se cache une jeune fille au cœur noble et qui ne manque pas de courage, ni de ressources. Encore une fois, notre héros ne s'en serait certainement pas sorti sans une compagne de route aussi intelligente et lucide pour lui porter secours. Que j'aime lorsque les relations s'inversent et que l'on nous propose de suivre les folles élucubrations de protagonistes féminines fortes, déterminées, ingénieuses, qui ne se laissent pas marcher sur les pieds et qui n'ont pas leur langue dans leur poche et de figures masculines qui nous donnent à voir toute leur sensibilité ainsi que leurs failles ! Qu'est-ce que cela FAIT DU BIEN, sérieusement ! Tous autant que nous sommes, nous ne méritons pas d'être bêtement enfermés dans des cases (voilà, c'était le petit instant de réflexion/crise identitaire de cette critique). Et il est important de faire comprendre cela aux enfants dès le départ, afin qu'ils puissent se construire au mieux et être pleinement eux-même (in fine, ma petite envolée philosophique n'était pas terminée, oups). Je remercie donc du fond du cœur des auteurs comme Philip Pullman ou encore sa compatriote Frances Hardinge (autrice des magnifiques L'île aux mensonges et La Voix des Ombres parus également chez Gallimard Jeunesse) de rappeler à nous cette liberté fondamentale qui est celle de pouvoir choisir qui l'on souhaite être et de ne pas se laisser enfermer, stigmatiser par des stéréotypes abrutissants et répugnants, pour ne pas dire ignobles. Merci à eux pour l'authenticité désarmante de leur plume et pour la magnificence de leurs idées, véritable phare dans la nuit sans fin d'un monde où l'injustice et ignominie atteint depuis quelques années déjà (depuis toujours ?) son paroxysme.

    Parlons désormais justement de ce qui a pu fâcher et qui continue encore à susciter la polémique chez les écrits de Pullman, à savoir sa critique à peine voilée de la religion catholique et du gouvernement (de la politique de façon plus générale). De mon côté, en tant que croyante pas tant que ça pratiquante (je remets assez souvent ma foi en question, je le reconnais - telle une Malcolm bis, je me pose énormément de questions qui ont un besoin crucial de réponses), je n'en ai pas pris ombrage, bien au contraire car je le dis en toute honnêteté : je ne pense pas que Pullman ait une dent particulière contre le catholicisme. Selon moi, il ne fait que dévoiler au grand jour tout ce qui peut se tapir de mauvais, d'hypocrite et même de profondément pervers et malsain dans l'ombre colossale de cette institution toute puissante depuis des siècles et siècles et nier que tous ces non-dits et ces actions et décisions abjectes existent serait à mon sens la pire des félonies et des bêtises. Je dirais que l'auteur cherche simplement à nous faire réaliser que l'Homme est capable de transformer quelque chose de beau, de pur et source de rassemblement de l'ensemble de l'Humanité, à savoir nos croyances quel qu'elles soient, en un outil d'obscurantisme, de haine et de destruction massive. Vous pouvez me considérer comme une lectrice naïve si vous le souhaitez, mais je vous prierai de respecter ma vision des choses. Pour ce qui est de la politique, je ne me montrerai pas aussi loquace car je pourrais vous parler des heures durant de tout ce qui ne fonctionne pas dans ce domaine, mais disons que l'auteur a su très habilement appuyer ici pile poil là où il faut et nous rappeler avec beaucoup de bon sens et de clairvoyance à quel point tout peut dégénérer très vite. Voilà une leçon du passé que l'on se garderait mal d'oublier.

    Last but not least (mais j'aurais peut-être dû commencer par cela - cette chronique part résolument dans tous les sens ; voilà ce qui arrive quand je tombe irrémédiablement amoureuse d'un bouquin au point d'en perdre la tête et tous mes repères) : si jamais vous n'avez pas lu A la croisée des mondes, rassurez-vous car ce tome préquel, comme son appellation l'indique, peut très bien se lire avant la saga mère. Cependant, je vous conseille vivement de commencer par A la croisée des mondes car de 1/ Comment est-ce possible que vous n'ayez pas ENCORE lu cette pépite de la littérature jeunesse-?!! C'EST UN VÉRITABLE SCANDALE !!!! (*humour* - quoique...) et de 2/ Vous manqueriez les nombreux petits mais signifiants clins d'œil que Philip Pullman fait à la première trilogie et vous auriez plus de mal à comprendre le sincère et puissant attachement qui unit Malcolm et Alice ainsi que l'ensemble des fans de His Dark Materials (titre V.O. de la première saga) à Lyra et ça, ce serait franchement dommage-! Allez hop, vous avez de la formidable lecture qui vous attend (si on additionne la trilogie mère + La Belle Sauvage, tout cela fait près de 1666 pages, pas de risques de s'ennuyer avec ça !), ça ne se refuse pas !

    Pour conclure, je dirais que La Belle Sauvage est assurément à la hauteur de ses prédécesseurs (ou plutôt de ses successeurs en terme de chronologie de l'intrigue) et sera parfait pour accompagner vos journées de grand froid/grisaille/pluie tonitruante dans votre lit/canapé/fauteuil sous votre plaid favori avec un bon chocolat chaud/thé pour agrémenter le tout ! Il suffit juste de ne pas avoir trop peur des intempéries car ça va sacrément brinquebaler à bord de La Belle Sauvage - trombes d'eau et haut-le-cœur garantis (sur ce, bon appétit !) ! En clair, si vous avez le désir de faire l'expérience de la plus intense épopée de votre vie tout en restant confortablement affalé dans votre spot de lecture préféré, alors La Belle Sauvage est définitivement fait pour vous !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai gardé un merveilleux souvenir des Royaumes du nord et le premier volume d'une nouvelle trilogie ne me déçoit pas, l'attends la suite avec impatience

    J'ai gardé un merveilleux souvenir des Royaumes du nord et le premier volume d'une nouvelle trilogie ne me déçoit pas, l'attends la suite avec impatience

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Quand j'étais adolescente, Philipp Pullman était avec JK Rowling mon auteur préféré, tant je trouvais incroyable sa façon de raconter des histoires : que ce soit A la croisée des mondes ou Sally Lockhart, ce sont des livres que j'ai lus et relus, et que je garde aujourd'hui encore dans la...
    Voir plus

    Quand j'étais adolescente, Philipp Pullman était avec JK Rowling mon auteur préféré, tant je trouvais incroyable sa façon de raconter des histoires : que ce soit A la croisée des mondes ou Sally Lockhart, ce sont des livres que j'ai lus et relus, et que je garde aujourd'hui encore dans la bibliothèque de la maison familiale. Mais il faut croire que j'ai grandi, et que je ne suis plus la cible des romans de l'auteur.
    La belle sauvage, premier opus de La trilogie de la poussière, est en effet une sacrée douche glacée : et pourtant, impossible de reprocher à l'auteur son ton trop adressé à un public plus jeune que moi, étant donné que c'est bel et bien à ce dernier qu'il est adressé ! Mais certaines naïvetés ou situations m'ont terriblement ennuyée, voir agacée.
    Je ne lirai donc pas les autres tomes de La trilogie de la poussière mais rien n'empêche qu'à l'occasion, je feuillette à nouveau l'un des romans de ses sagas précédentes.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai adoré ce beau livre à la couverture précieuse et inspirante. Le monde évoqué, mélange de réel anglais et d'imaginaire, est riche en détail et fait voyager. Les personnages sont très attachants et le jeune héros courageux très réussi.
    Il me reste maintenant à commencer la trilogie de la...
    Voir plus

    J'ai adoré ce beau livre à la couverture précieuse et inspirante. Le monde évoqué, mélange de réel anglais et d'imaginaire, est riche en détail et fait voyager. Les personnages sont très attachants et le jeune héros courageux très réussi.
    Il me reste maintenant à commencer la trilogie de la croisée des mondes que je n'ai pas lue!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.