La trace du sang

Couverture du livre « La trace du sang » de Peter May aux éditions Editions Du Rouergue
Résumé:

Alors qu'il vient de se découvrir atteint d'une forme de leucémie foudroyante, MacLeod, l'enquêteur hors pair, doit repartir en chasse d'un meurtrier sans visage qui menace sa famille. Son enquête va l'emporter des années en arrière dans un petit village espagnol où une famille britannique... Voir plus

Alors qu'il vient de se découvrir atteint d'une forme de leucémie foudroyante, MacLeod, l'enquêteur hors pair, doit repartir en chasse d'un meurtrier sans visage qui menace sa famille. Son enquête va l'emporter des années en arrière dans un petit village espagnol où une famille britannique séjourne avec ses trois enfants. Alors que les parents se sont absentés pour dîner, Richard, un garçon de vingt mois disparaît. Peter May déploie tous les arcanes d'une intrigue pleine de suspense pour le troisième opus de sa série française.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Enzo Mac Leod vient d'apprendre qu'il était atteint d'une forme de leucémie foudroyante, mais sa famille a besoin de lui car un meurtrier sans visage lui nuit.

    En effet, sa fille Kirsty échappe par miracle à un attentat. Le club de sport de son fils est quant à lui victime d'un incendie...
    Voir plus

    Enzo Mac Leod vient d'apprendre qu'il était atteint d'une forme de leucémie foudroyante, mais sa famille a besoin de lui car un meurtrier sans visage lui nuit.

    En effet, sa fille Kirsty échappe par miracle à un attentat. Le club de sport de son fils est quant à lui victime d'un incendie criminel. IL est clair qu'à travers eux, c'est Enzo que l'on veut atteindre.

    Enzo Mac Leod a déjà résolu deux affaires non élucidées et s'était juré dans résoudre d'autres. Quelqu'un ne veut pas que l'on remonte jusqu'à lui, mais qui ?? Çà c'est ce qu'Enzo va essayer de savoir.

    Cette enquête nous emmènera dans le passé à Cadaquès, petit village espagnol où un enfant de deux ans avait été enlevé il y a presque quarante ans...

    Dès les premières pages, on est séduit par la plume de Peter May , l'intrigue se met rapidement en place. Petit à petit, les protagonistes sont dévoilés, leur vie nous est contée, les pièces du puzzle sont disposées et au fil des pages, elles s'imbriquent les unes dans les autres.

    C'est prenant, palpitant, Peter May est un très joli raconteur d'histoires à l'imagination débordante. C'est cohérent, on pense avoir compris qui est derrière tout cela et puis cela s'efface, des rebondissements, d'autres éléments arrivent nous tenant en haleine jusqu'au bout.

    J'ai vraiment passé un excellent moment de lecture, l'écriture de Peter May m'enchante.

    Ce roman fait partie de la collection "Assassins sans visage" mais il peut être lu indépendamment des autres sans aucun problème. Il me donne envie de découvrir le reste de la série.

    Merci à Rouergue Noir pour cette belle découverte, j'avais apprécié et découvert l'auteur avec "L'île du serment". La trilogie écossaise m'attend dans mes lectures de cet été.

    Ma note : 9/10

    Les jolies phrases

    A présent, il devait trouver le courage de mourir. Ce n'était pas la mort elle-même qui l'angoissait. Tout le monde doit mourir. On le sait, mais on ignore quand. C'était cela le plus pénible.

    Bon sang, le destin aurait pu le faire mourir le lendemain dans un accident de voiture; il ne l'aurait su qu'à la dernière seconde, ou pas du tout. Voir ses dernières semaines, ses derniers jours filer entre les doigts lui paraissait la pire des tortures.

    Le problème, c'est que le corps commence à décliner quand le cerveau commence à se construire. La contradiction intrinsèque à laquelle tout athlète doit faire face. Lorsqu'on est jeune, le corps exulte mais on manque d'expérience. Une fois qu'on a de l'expérience, le corps crie grâce. Et voilà. Celui qui peut agir, celui qui ne peut pas enseigne.

    Quelquefois, on se parle du passé et on regrette de ne pas avoir pris des décisions différentes. Tu sais, les grandes décisions. La carrière avant la vie personnelle.

    La douleur de ceux qui restent ne s'efface jamais. On peut tout remplacer, sauf les gens.

    Elle s'était servie de sa colère contre lui pour se construire. Quand elle échouait, c'était la faute de son père. Quand elle réussissait, cela prouvait qu'elle n'avait pas eu besoin de lui.

    Mais, au moins, il deviendrait celui qu'il voulait être. Un homme né de bonne volonté. Maître de son avenir. Ce qui ne l'empêcherait pas de sentir la peur le tenailler.

    http://nathavh49.blogspot.be/2015/05/la-trace-du-sang-peter-may.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com