Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La toile du monde

Couverture du livre « La toile du monde » de Antonin Varenne aux éditions Albin Michel
Résumé:

La toile du monde possède le souffle sensuel et l’énergie des grands romans qui plient la réalité aux dimensions du rêve. Rêve de liberté d’une femme venue d’un autre monde, rêve de métamorphose du Paris de 1900, décor de l’Exposition universelle. Après Trois mille chevaux-vapeur et Équateur,... Voir plus

La toile du monde possède le souffle sensuel et l’énergie des grands romans qui plient la réalité aux dimensions du rêve. Rêve de liberté d’une femme venue d’un autre monde, rêve de métamorphose du Paris de 1900, décor de l’Exposition universelle. Après Trois mille chevaux-vapeur et Équateur, Antonin Varenne signe une œuvre saisissante et confirme la singularité de son talent.
Aileen Bowman, trente-cinq ans, journaliste, célibataire, est venue couvrir l’événement pour le New York Tribune. Née d’un baroudeur anglais et d’une française utopiste, élevée dans le décor sauvage des plaines du Nevada, Aileen est un être affranchi de tout lien et de toute morale, mue par sa passion et ses idéaux humanistes. Au fil d’un récit qui nous immerge au cœur de la ville en chantier, du métropolitain naissant aux quartiers des bordels chers aux peintres, la personnalité singulière d’Aileen se confond avec la ville lumière. Un portrait en miroir qui dessine la toile du monde, de l’Europe à l’Amérique, du XIXe et au XXe siècle, du passé d’Aileen à un destin qu’elle n’imagine pas.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (3)

  • La toile du monde est le troisième volet d’une trilogie dont les deux premiers tomes sont Trois mille chevaux vapeur et Équateur. Nul besoin d’avoir lu les deux premiers volumes pour l’apprécier pleinement.

    Aileen Bowman est journaliste au New York Tribune. En ces débuts de l’année 1900, tous...
    Voir plus

    La toile du monde est le troisième volet d’une trilogie dont les deux premiers tomes sont Trois mille chevaux vapeur et Équateur. Nul besoin d’avoir lu les deux premiers volumes pour l’apprécier pleinement.

    Aileen Bowman est journaliste au New York Tribune. En ces débuts de l’année 1900, tous les regards convergent vers Paris où doit se tenir l’Exposition Universelle. Elle veut en être. De mère française, elle voit là une occasion idéale pour retrouver une partie de ses racines.

    Ayant été élevée par des parents aventuriers pour qui la liberté était le maître mot, Aileen est une femme au caractère bien trempé. Elle convainc non sans mal son rédacteur en chef de l’envoyer à cette grande kermesse internationale.

    Aileen a deux idées derrière la tête en se rendant à Paris. La première est de continuer sa lutte pour la cause des femmes en publiant en parallèle de son travail pour le New York Times, des articles dans un journal féministe. La deuxième, est de retrouver son cousin Joseph, fils d’un américain et d’une indienne. Joseph s’est marginalisé, oubliant sa part blanche. Aileen va tout tenter pour le faire quitter le Pawnne Bill’s Show et revenir dans le droit chemin.

    Son arrivée à Paris n’est pas des plus discrètes. Son accoutrement fait scandale. Dans une France où le port du pantalon est interdit pour les femmes, elle le revendique fièrement, arpentant les rues de la capitale chaussée de bottes de cheval. Elle cultive cette apparence masculine. Celle qu’elle arbore depuis toujours.

    Peu à peu Aileen se laisse gagner par l’effervescence de l’Exposition. Elle goûte au plaisirs parisiens, fréquente les peintres, les maisons closes. Elle en oublie sa cause. Sur le plan familial, elle retrouve Joseph qui lui fait comprendre qu’en volant à son secours, c’est elle-même qu’elle veut sauver. Il lui fait prendre conscience qu’elle a mis de côté ses valeurs.

    « La peur dissolvait les mensonges d’Aileen, comme la colère faisait fondre les peintures de Joseph, pour révéler les lignes guerrières des tatouages. Ils le savaient tous les deux, ce n’était pas Joseph qu’elle venait sauver, mais une part d’elle-même en lui, à laquelle elle avait commencé à renoncer : la résistance. L’absence de compromis. »

    L’Exposition universelle va agir comme un révélateur sur Aileen. Paris va lui tendre un miroir. Dans ses articles, elle décrit la capitale comme une prostituée qui s’offre au monde pour des accords commerciaux, pour le prestige, pour être le centre du monde. Aileen, elle, oublie ses idéaux pour se vautrer dans les plaisirs immédiats.

    L’Exposition Universelle qui se veut la vitrine du monde moderne, un lieu de promotion de la paix apparaît à Aileen comme le symbole d’un monde ancien, un monde où les colonisateurs donnent les indigènes en spectacle pour divertir les visiteurs. Un monde où les tensions entre puissants même si elle sont cachées le temps de cette grande messe, sont bien réelles et que cet idéal de paix n’est qu’un vœu pieux.

    La toile du monde est une description passionnante et bouillonnante de ce Paris, capitale du monde en cette année 1900 mais c’est surtout une plongée dans la personnalité d’Aileen Bowman, cette féministe convaincue, dans ses contradictions, dans sa lutte pour rester fidèle à ses convictions.

    J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir la plume d’Antonin Varenne. Je me plongerai sous peu dans les deux premiers volumes de la trilogie.

    « Le sexe de la femme était du même rose que son front et son visage, penché et concentré sur la feuille qui sortait, droite comme une érection, de la machine à écrire. Ce sexe, origine biologique du monde, était autant qu’un lieu de plaisir, une source d’énergie et d’inspiration, l’origine de la création intellectuelle. Alors on notait sa bouche, lèvres fermées mais sur le point de s’ouvrir comme les cuisses ouvertes et les autres lèvres, le clitoris pointé. Les correspondances de couleurs et de matières entre le sexe et la tête d’Aileen, étaient le véritable sujet de ce nu : l’inspiration, et l’extase intime qui l’accompagnait, d’une femme écrivain. Pas une bourgeoise, pas une nymphe, pas une prostituée. »

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • Passionnant ,belle histoire pour tout dire à decouvrir et aussi l auteur que je ne connaissais pas en tant ecrivain belle découverte pour moi

    Passionnant ,belle histoire pour tout dire à decouvrir et aussi l auteur que je ne connaissais pas en tant ecrivain belle découverte pour moi

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.