La Théo des fleuves

Couverture du livre « La Théo des fleuves » de Jean-Marc Turine aux éditions Esperluete
  • Date de parution :
  • Editeur : Esperluete
  • EAN : 9782359840766
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

La vieille Théodora ne marche plus, elle ne voit plus. Mais elle se souvient et raconte. Elle nous parle de sa vie, de ses rencontres, ses amours, ses espoirs, mais aussi ses errances, ses drames et ses désillusions.
Théodora est une enfant du fleuve. Née Rom, elle a voyagé au gré des vents.... Voir plus

La vieille Théodora ne marche plus, elle ne voit plus. Mais elle se souvient et raconte. Elle nous parle de sa vie, de ses rencontres, ses amours, ses espoirs, mais aussi ses errances, ses drames et ses désillusions.
Théodora est une enfant du fleuve. Née Rom, elle a voyagé au gré des vents. Traversant le temps, elle a vécu plusieurs vies. Née à l'aube du XXe siècle, elle le traverse tout entier. Temps de guerres, de communisme, d'oppressions répétées, l'histoire des Roms se révèle au fil du roman et se confond avec celle du siècle.
Naître femme, c'est s'exposer à la tutelle des pères et des maris, Théodora le comprendra vite. Tout comme elle pressentira aussi que par la lecture et l'écriture, elle échappera à la fatalité. Aladin, le tendre amant, Nahum, le fils d'élection, Joseph, le marin, croiseront sa route.
Personnages lumineux, ils partageront un temps sa vie avant qu'elle ne reprenne la route et construise sa destinée.
La force du travail de Jean Marc Turine, depuis ses premiers textes, réside dans son souci de donner la parole aux sans-voix, aux opprimés, aux victimes et de se dresser, sans relâche, contre la guerre et l'exclusion.
Par une écriture juste et engagée qui donne de la force à ce récit, il dénonce l'exil forcé, les brimades, l'injustice... Les voix du récit s'entremêlent pour nous emporter dans une histoire forte et entière, qui ne laisse pas le lecteur indifférent et le pousse à reconsidérer les questions de l'exil et de l'exclusion à la lumière de l'histoire contemporaine.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Magistral, « La Théo des fleuves » de Jean-Marc Turine est le survol d’un ricochet sur le fleuve des insoumis. On ouvre ce roman comme on retient son souffle. Tragique, puissante, cette histoire mémorielle est poignante. Théodora est Tsigane. Emblème de ce peuple à la dérive, dévoré par la...
    Voir plus

    Magistral, « La Théo des fleuves » de Jean-Marc Turine est le survol d’un ricochet sur le fleuve des insoumis. On ouvre ce roman comme on retient son souffle. Tragique, puissante, cette histoire mémorielle est poignante. Théodora est Tsigane. Emblème de ce peuple à la dérive, dévoré par la haine, le racisme, l’intolérance, venus du monde d’en haut. Leurs chants langoureux renforcent encore plus l’habitus des Tsiganes en îlot de survie. Théodora symbolise l’idiosyncrasie de ces êtres qui vivent à l’orée des frontières à l’instar de champs de fleurs. Majestueuse, libre, forte et altière on aime l’écho de sa voix contre les parois des destins qui s’effritent en larmes de torture. « Il est temps de partir… Pour partir où ? Elle hausse les épaules….. Elle réfléchit à sa demande… Ailleurs, quelque part. Sortir de l’existence pour rencontrer la vie… Le jeune garçon ne répond rien. »Théodora devenue âgée conte sa vie à la petite fille venue de nulle part. Est-ce son double ? Le rebours des années sonne le glas de cet entre-monde où Théodora risquait son destin dans un face à face musical avec l’accordéon d’Aladin. « Une arme peut détruire un accordéon. Mais aucune arme, aucune flamme ne peuvent faire taire le dévoilement de la musique, sa palpitation. » Théodora sait lire et écrire. Combattante, elle pousse la porte des diktats sociétaux. Enclenche la montée des eaux et risque sa vie pour s’affranchir. Tant de nobles et valeureux sentiments, de beautés enfouies dans ces lignes déployées en summum verbal, subrepticement comme si les mots de l’auteur habitaient le culte dès son apogée. L’écriture est douce, discrète, douée, elle coule de sens et de devoirs. Respectueuse envers Théodora « Instruite d’une géographie intérieure avance vers un lieu où personne ne la connaît, estimant l’anonymat essentiel à la réussite de son aventure. » La teneur de ce récit est à l’instar de ce qui ne meurt jamais. Sa gravité, sa fraternité, sa tristesse empreinte de cette compassion pour les Tsiganes est une délicatesse respectueuse. « Tous les fleuves, ne vont –ils pas à la mer ? Toutes les Théodora ne vont- -elles pas sur les fleuves ? »Le lecteur achève ce roman des rois, grandit en humanité. Publié par Les Editions & Esperluète « La Théo des fleuves » est majeur. Son exemplarité rare. Le sceau de l’auteur sera le témoignage perpétuel hors du temps et de l’espace. A lire d’urgence.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com