La tentation

Couverture du livre « La tentation » de Luc Lang aux éditions Stock
  • Date de parution :
  • Editeur : Stock
  • EAN : 9782234087385
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

C'est l'histoire d'un monde qui bascule. Le vieux monde qui s'embrase, le nouveau qui surgit. Toujours la même histoire... et pourtant. François, chirurgien, la cinquantaine, aime chasser. Il aime la traque, et même s'il ne se l'avoue pas, le pouvoir de tuer. Au moment où il va abattre un cerf... Voir plus

C'est l'histoire d'un monde qui bascule. Le vieux monde qui s'embrase, le nouveau qui surgit. Toujours la même histoire... et pourtant. François, chirurgien, la cinquantaine, aime chasser. Il aime la traque, et même s'il ne se l'avoue pas, le pouvoir de tuer. Au moment où il va abattre un cerf magnifique, il hésite et le blesse. À l'instant où il devrait l'achever, il le hisse sur son pick-up, le répare, le sauve. Quel sentiment de toute-puissance venu du fond des âges l'envahit ? Quand la porte du relais de chasse en montagne s'ouvre sur ses enfants, que peut-il leur transmettre ? Une passion, des biens, mais en veulent-ils seulement ? Son fils, banquier, a l'avidité du fauve. Sa fille, amoureuse éperdue, n'est plus qu'une bête traquée. Ce sont désormais des adultes à l'instinct assassin. Qui va trahir qui ? Luc Lang a écrit ici son histoire familiale de la violence. Son héros croit encore à la pureté. Cet ample roman nous raconte superbement sa chute et sa rédemption.

Donner votre avis

Avis(2)

  • Comment rendre hommage sans le dénaturer à un texte qui m’a éblouie ? Un récit atypique, crépusculaire parfois, empreint d’humanité.

    Le premier chapitre commence par une scène de chasse où le narrateur, François, blesse un cerf qu’il traque depuis plusieurs semaines.
    Contre toute logique,...
    Voir plus

    Comment rendre hommage sans le dénaturer à un texte qui m’a éblouie ? Un récit atypique, crépusculaire parfois, empreint d’humanité.

    Le premier chapitre commence par une scène de chasse où le narrateur, François, blesse un cerf qu’il traque depuis plusieurs semaines.
    Contre toute logique, il décide de ramener le cerf chez lui, dans son domaine de chasse, pour le soigner.

    Au quotidien, François est un chirurgien respecté, sa vie est rythmée entre sa clinique, son domaine de chasse, ses amis. Il est marié à une femme très mystique, ses deux enfants, jeunes adultes se sont, à son grand regret, détournés de la médecine. Son fils est un financier obsédé par les chiffres dont la seule religion est l’argent. Le compagnon de sa fille est un trader qui affiche un train de vie insolent.

    Lorsqu’un soir sa fille se réfugie dans son domaine de chasse, poursuivie par des tueurs, François devra affronter un véritable chaos.

    Ce sont deux mondes bien différents qui vont s’opposer, un ancien qui se termine incarné par François et un nouveau dont les valeurs lui sont étrangères.
    Chaos intérieur, chaos du monde extérieur, les certitudes de François vacillent.

    L’histoire familiale, l’évolution du monde, ce sont deux versions qui se confrontent.
    François se découvre inquiet et démuni face à ses enfants, une génération obsédée par l’argent ; quelle est sa part de responsabilité ? Quelles valeurs François a-t-il transmis ou cru transmettre ?

    J’ai beaucoup apprécié les échanges entre le père et le fils, entre le père et sa fille aussi où la tendresse est toujours présente en dépit des divergences.

    François découvre notamment avec stupeur leur avidité, comprenant qu’ils convoitent les parts de sa clinique privée.

    Très habilement l’auteur prévoit plusieurs versions pour une même scène, procédé déconcertant au début, finalement astucieux pour le lecteur.

    Le tout dans le décor somptueux de la forêt, des Alpes, les descriptions de la nature sont à couper le souffle.

    La grande force de Luc Lang est d’insuffler à son récit deux dimensions, l’une familiale, l’autre sociétale.
    J’ai été très impressionnée par le talent de l’auteur, par son habileté ; en effet chaque lecteur piochera des pistes de réflexion, un sens sans pour autant qu’une réponse tranchée lui soit proposée. François cèdera-t-il à la tentation d’un nouveau monde éloigné de ses convictions ?

    Un vrai coup de cœur de cette rentrée littéraire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • «L’index sur la détente, la joue sur la crosse, l’œil dans la lunette, il scrute l’animal, un cerf à seize cors dans la lumière dorée d’un jour d’octobre, qui se tient, puissant, campé dans une splendeur héraldique, les sabots enfouis dans une flaque de neige, la tête tournée de son côté avec...
    Voir plus

    «L’index sur la détente, la joue sur la crosse, l’œil dans la lunette, il scrute l’animal, un cerf à seize cors dans la lumière dorée d’un jour d’octobre, qui se tient, puissant, campé dans une splendeur héraldique, les sabots enfouis dans une flaque de neige, la tête tournée de son côté avec une sorte d’affectation, comme s’il regardait la mort en face.» Un léger trouble au moment de tirer et François voit s'échapper le grand cerf qu'il avait en joue. Le chasseur aguerri s'est soudain rendu compte que le combat était inégal, que l'animal n'avait aucune chance. Les gouttes de sang à l'endroit où le cervidé a pris la fuite semblent le confirmer. Rattrapé et chargé dans son pick-up, il va démontrer qu'il n'a rien perdu de ses qualités de chirurgien en décidant d'opérer la cuisse du cerf et d'en extraire les éclats de la balle qui l'a atteinte.
    Son fils Mathieu, qui l'a rejoint dans le relais de chasse familial, ne comprend pas cette décision bizarre.
    La suite du nouveau roman de Luc Lang va se poursuivre sur ce même registre, l'incompréhension. François n'a pas compris que son fils interrompe ses études de médecine et un avenir tout tracé dans sa clinique pour se lancer dans la finance et devenir en quelques années un as de la finance à New York. C'est aussi outre-Atlantique qu'il a épousé le mannequin Jennifer Lilianson avec laquelle il est venu passer quelques jours de vacances.
    François ne comprend pas non plus comment sa fille Mathilde, pourtant restée fidèle à la tradition en enchaînant les années de médecine, fréquente un homme aussi détestable qu’arrogant. Celui qui l'a «révélée à elle-même» nage dans des eaux troubles et fait de Mathilde la complice de ses trafics.
    François enfin, ne comprend pas que son épouse soit prise d'une crise mystique et effectue des séjours de plus en plus prolongés au carmel. En allant la chercher pour la ramener dans leur appartement lyonnais, on lui annonce qu'elle a déjà quitté l'établissement.
    Avec un sens aigu de la tension dramatique qui avait déjà fait merveille dans Au commencement du septième jour Luc Lang va nous conduire crescendo vers une scène de carnage autour de ce relais de chasse enneigé.
    On y retrouve le grand cerf, le chirurgien qui va à nouveau devoir agir, les trahisons de ses enfants, une femme tout à la fois présente et absente, des gendarmes, un ami naturaliste et quelques cadavres...
    N'est-ce pas quand on a tout, lorsqu'on a assuré son aisance financière et celle de ses enfants que tout se dérègle? Que l'envie de sortir du parcours tracé se fait de plus en plus pressante? Avec maestria, le romancier nous entraîne dans ces remises en cause parallèles qui vont virer au drame. Un livre à l’unisson de la météo ambiante du côté de la Vanoise: froid, âpre, traître.
    https://urlz.fr/azjx

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Autres éditions(1)

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions