La servante écarlate

Couverture du livre « La servante écarlate » de Margaret Atwood aux éditions Robert Laffont
Résumé:

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d'esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d'autres, à qui l'on a ôté jusqu'à son nom, met donc... Voir plus

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d'esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d'autres, à qui l'on a ôté jusqu'à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l'austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler... En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s'est vendu à des millions d'exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n'est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n'a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés. La série adaptée de ce chef-d'oeuvre de Margaret Atwood, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique.

Donner votre avis

Articles (5)

Avis (46)

  • Ecrit il y a plus de 30 ans et récemment mis à l’écran en série TV (que j’ai très envie de voir maintenant !), « La servante écarlate » est un roman coup de poing, terrifiant et qui laisse le lecteur, et davantage encore la lectrice, sous le choc. Vers le milieu des années 80, les USA dont...
    Voir plus

    Ecrit il y a plus de 30 ans et récemment mis à l’écran en série TV (que j’ai très envie de voir maintenant !), « La servante écarlate » est un roman coup de poing, terrifiant et qui laisse le lecteur, et davantage encore la lectrice, sous le choc. Vers le milieu des années 80, les USA dont sombré dans une théocratie puritaine, à cause d’une baisse dramatique de la natalité et d’une crise politique sans précédent. La constitution a été suspendue, les libertés individuelles rayées de la carte, les frontières fermées hermétiquement et la société entièrement repensée sous forme de caste. Les premières et principales victimes sont les femmes (évidemment…) et parmi elles les plus fécondes ont été réduites à l’état d’esclaves sexuelles, d’incubateurs vivants mis à la disposition des dirigeants du nouveau régime. Defred, l’une d’elle, raconte sa vie quotidienne, et elle se souvient de l’époque si proche où elle était libre, libre de travailler, de se marier, de faire un enfant à elle. Si un jour Defred rencontre un petit espoir de s’enfuir, saura t’elle le reconnaitre ou la peur l’empêchera t’elle de saisir cette infime chance ? La dictature religieuse décrite dans « La servante écarlate » est d’autant plus terrifiante que, comme son auteur l’indique en postface, elle n’a rien inventé : toutes les dérives compilées ici se sont déjà produits quelque part dans l’Histoire ou quelque part sur la Planète, pas de façon aussi compilée bien-sur mais cela reste très percutant pour la lectrice moderne que je suis. La narration de Defred est très descriptive, et c’est au travers des nombreuses digressions que l’on comprend peu à peu comment les Etats-Unis en sont arrivé là, et comment elle, en tant que femme, en est arrivée là où elle est, servante rouge chez le Commandant. La peur omniprésente de faire un faux pas, d’être dénoncée, d’être envoyée aux « colonies » ou pire, d’être exécutée en public, imprègne son récit, entre espoir fou et résignation. Nous n’avons pas à faire à une héroïne mais à une femme ordinaire mise dans une situation extraordinaire. Le dernier chapitre, sous forme d’une conférence en flash forward sur le récit de Defred, livre un certain nombre des clefs qui nous manquaient encore pour bien comprendre le monde terrifiant des USA d’alors, rebaptisés Gilead. Quand on referme « la servante écarlate », on entend comme un « gong » lointain, un gong qui nous rappelle qu’une société peut basculer très facilement vers la dictature et l’obscurantisme, bien plus facilement qu’on ne le croit en 2017 dans un pays occidental. Cela rend la découverte de la « Servante écarlate » indispensable, pour tous ceux et toutes celles qui veulent garder un jour les libertés d’aujourd’hui.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un peu compliqué de rentrer dans l'histoire. J'en avais tellement entendu parlé que j'avais mis la barre tres haute. Beaucoup de longue phrases, de descriptions, etc... Mais cela fait aussi partit de l'ambiance du roman. Sans ca, l'histoire n'aurait pas la meme portée. Ce qu'il s'y passe est a...
    Voir plus

    Un peu compliqué de rentrer dans l'histoire. J'en avais tellement entendu parlé que j'avais mis la barre tres haute. Beaucoup de longue phrases, de descriptions, etc... Mais cela fait aussi partit de l'ambiance du roman. Sans ca, l'histoire n'aurait pas la meme portée. Ce qu'il s'y passe est a la fois tres surréaliste et tellement "réel"? Tout le long je n'arretais pas d'hésiter entre "Non, c'est pas possible que ca arrive" et "Et pourtant... ca pourrait..."

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Captivant journal d'une femme ayant vécu l'avant et l'après d'une société. Cette société qui devient extrême dans tous les sens du terme. C'est fort, souvent angoissant, oppressant.
    Un monde qui fait réfléchir sur notre futur, un monde où il ne ferait pas bon vivre.
    À lire absolument !

    Captivant journal d'une femme ayant vécu l'avant et l'après d'une société. Cette société qui devient extrême dans tous les sens du terme. C'est fort, souvent angoissant, oppressant.
    Un monde qui fait réfléchir sur notre futur, un monde où il ne ferait pas bon vivre.
    À lire absolument !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Angoissant ET captivant ET repoussant ET prenant.
    Un roman d'anticipation d'une force inquiétante...ou quand le danger ne viendrait pas d'où on voudrait nous le faire croire...
    une fin énorme...

    Angoissant ET captivant ET repoussant ET prenant.
    Un roman d'anticipation d'une force inquiétante...ou quand le danger ne viendrait pas d'où on voudrait nous le faire croire...
    une fin énorme...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Notre société n existe plus et désormais aux États-unis a été fondée la société de Gilead. Une femme a un rôle déterminé : épouse de dignitaire, servante rouge faite pour procréer aux lieux et place des couples infertiles, domestiques, les rebelles sont dans des colonies.
    On ne peut plus lire (...
    Voir plus

    Notre société n existe plus et désormais aux États-unis a été fondée la société de Gilead. Une femme a un rôle déterminé : épouse de dignitaire, servante rouge faite pour procréer aux lieux et place des couples infertiles, domestiques, les rebelles sont dans des colonies.
    On ne peut plus lire ( les livres ont été détruits comme dans toute société totalitaire), on est consigné a une tâche, la notion de plaisir , désir n'existe plus. On est surveillé pour chacun des ses faits et gestes.
    On suit l histoire de Defred, servante à la robe rouge subissant sa position , tout en se remémorant la société d avant ( la nôtre)
    Il est possible un jour que notre société bascule
    À lire pour que cela n arrive jamais

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une étoile pour la feuille et l'encre comme on dit à l'école.
    J'ai détesté ce livre. Le style comme l'histoire. C'est lourd, employant par moment un langage incompréhensible.
    Mais le pire c'est l'image de la femme. Comment peut on l'a dégradée ainsi ?

    Une étoile pour la feuille et l'encre comme on dit à l'école.
    J'ai détesté ce livre. Le style comme l'histoire. C'est lourd, employant par moment un langage incompréhensible.
    Mais le pire c'est l'image de la femme. Comment peut on l'a dégradée ainsi ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • A lire absolument!
    Et ensuite voir la série, très bonne adaptation...

    A lire absolument!
    Et ensuite voir la série, très bonne adaptation...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Captivant et terrifiant, ce bestseller incontournable n'a cessé de me faire osciller entre malaise et avidité. On plonge avec effroi dans un monde occidental uchronique et glacial dans lequel les femmes sont rangées par "castes" : Epouses, Marthas (domestiques) ou servante écarlate (destinée à...
    Voir plus

    Captivant et terrifiant, ce bestseller incontournable n'a cessé de me faire osciller entre malaise et avidité. On plonge avec effroi dans un monde occidental uchronique et glacial dans lequel les femmes sont rangées par "castes" : Epouses, Marthas (domestiques) ou servante écarlate (destinée à porter les enfants des personnalités importantes) à l'image de notre héroïne Defred. Souvent qualifié de "dystopie féministe", il n'en reste pas moins que l'intrigue et l'univers dans lequel évolue la protagoniste ne fait pas vraiment la part belle aux hommes, eux aussi parfois relégué au rand de sous-hommes. Cela en fait finalement un roman beaucoup plus profond et construit qu'il n'y parait.
    La fin de l'intrigue m'a surprise contre toute attente, tant je ne m'attendais pas à ce que Atwood laisse entrevoir une lueur d'espoir à un roman aussi sombre.
    En bref, ce livre mérite son succès.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions