Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La sentence

Couverture du livre « La sentence » de John Grisham aux éditions Lattes
  • Date de parution :
  • Editeur : Lattes
  • EAN : 9782709664097
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Octobre 1946.
Pete Banning, l'enfant chéri de Clanton, Mississippi, est revenu de la Seconde Guerre mondiale en héros, décoré des plus hautes distinctions militaires. Aujourd'hui fermier et fidèle de l'église méthodiste, il est considéré comme un père et un voisin exemplaire.
Par un matin ... Voir plus

Octobre 1946.
Pete Banning, l'enfant chéri de Clanton, Mississippi, est revenu de la Seconde Guerre mondiale en héros, décoré des plus hautes distinctions militaires. Aujourd'hui fermier et fidèle de l'église méthodiste, il est considéré comme un père et un voisin exemplaire.
Par un matin d'automne, il se lève tôt, se rend en ville, et abat calmement son ami, le révérend Dexter Bell.
Au choc que cause ce meurtre de sang-froid s'ajoute l'incompréhension la plus totale, car Pete se contente de déclarer au shérif, à ses avocats et à sa famille : « Je n'ai rien à dire. » Que s'est-il passé pour que Pete, un membre respecté de la communauté, devienne un meurtrier ? Et pourquoi se mure-t-il dans le silence ? Personne ne le sait. La seule certitude que sa famille possède c'est que ce qu'il tait est quelque chose de dévastateur, dont les retombées les hanteront, eux et la ville, pendant des décennies...
Avec cette oeuvre majeure et unique, John Grisham nous embarque dans un voyage incroyable, du vieux Sud ségrégationniste aux jungles des Philippines de la Seconde Guerre mondiale, d'un asile psychiatrique aux lourds secrets du tribunal de Clanton où l'avocat de Pete tente désespérément de sauver la vie de son client.

Donner votre avis

Avis (4)

  • Quand je me plonge dans un roman de John Grisham, je m'attends à lire un roman à base juridique ... 

    At bien avec celui-là, cela n'a pas du tout été le cas. 

    Si le roman commence bien avec le récit d'un meurtre et du procès qui s'ensuit, le corps du roman est consacré à la vie militaire du...
    Voir plus

    Quand je me plonge dans un roman de John Grisham, je m'attends à lire un roman à base juridique ... 

    At bien avec celui-là, cela n'a pas du tout été le cas. 

    Si le roman commence bien avec le récit d'un meurtre et du procès qui s'ensuit, le corps du roman est consacré à la vie militaire du héros, Peter Banning, officier du 26° de cavalerie, et affecté dès avant Pearl Harbour, aux opérations du Pacifique. 

    Rapidement fait prisonnier par les japonais, le récit développe les marches forcées dans la jungle philippine, les mois d'emprisonnement, la faim, les maladies puis l'évasion et la guerilla sous les ordres d'un général anglais.

    Après avoir tué le pasteur de son village, Pete Banning n'avait jamais voulu avouer les raisons de son acte. Seule sa sœur les connaissait ... 

    Dans la dernière partie du roman, un dernier procès au civil dépouille la famille Banning de ses derniers biens au profit de la veuve-pas-si-éplorée du pasteur et le fils, Joel mène un début d'enquête pour connaitre le mobile de l'acte de son père. 

    Un roman qui m'a permis d'en apprendre beaucoup sur la guerre du Pacifique. 

    Un roman sur la vie dans les plantations pauvres du Mississippi dans les années 30 à 50.

    Une écriture fluide, comme toujours chez Grisham, mais qui reste assez neutre, observatrice, sans trop d'empathie avec aucun des personnages. 

    Dommage.

    comment Commentaire (0)
  • Hum!c'est le rythme de la première partie très lent qui m'a laissée en retrait:pourquoi Pete tait les raisons de son meurtre.On ne le saura qu'à la fin!la partie sur la guerre aux Philippines si elle a un intérêt documentaire,,et,montre combien la mort peut être facile à donner,est par ses côtés...
    Voir plus

    Hum!c'est le rythme de la première partie très lent qui m'a laissée en retrait:pourquoi Pete tait les raisons de son meurtre.On ne le saura qu'à la fin!la partie sur la guerre aux Philippines si elle a un intérêt documentaire,,et,montre combien la mort peut être facile à donner,est par ses côtés très"américains"plus rebutante;Je n'ai pas accroché à la narration mais ai beaucoup appris:rouages de leur justice,ségrégation,importance de la religion etc...
    une lecture intéressante,MAIS...

    comment Commentaire (0)
  • Pete Banning ancien héros de guerre et grand propriétaire terrien, abat froidement le pasteur de la ville où il habite et ne donne aucune explication à son geste.
    Démarre alors pour ses 2 enfants, d’une vingtaine d’année, un véritable enfer. Leur père risque la peine de mort, tous leurs biens...
    Voir plus

    Pete Banning ancien héros de guerre et grand propriétaire terrien, abat froidement le pasteur de la ville où il habite et ne donne aucune explication à son geste.
    Démarre alors pour ses 2 enfants, d’une vingtaine d’année, un véritable enfer. Leur père risque la peine de mort, tous leurs biens et la terre de leurs ancêtres risquent de disparaitre au profit de la veuve du pasteur. Les procès vont s’enchainer. Leur père refuse de parler, ils ne comprennent pas. Est-ce que cela a un rapport avec leur mère enfermée en hôpital psychiatrique par leur père quelques temps auparavant ?
    John Grisham tient en haleine au cours des 3 grandes parties du livre. Dans la première, le meurtre, le procès de Pete Banning. Pourquoi un tel acte et un tel silence ?
    Dans la deuxième partie, Grisham fait un retour en arrière sur la vie de Pete Banning au cours de la seconde guerre. On y découvre l’horrible marche de la mort de Bataan aux Philippines et les conditions terribles des prisonniers de guerre puis celles des hommes au sein de la guérilla. Des passages durs où l’auteur ne nous cache pas les horreurs et les traumatismes qu’on pu vivre ses soldats. Bien qu’intéressante, cette partie peut paraitre un peu longue et ralentit l’intrigue principale du récit qui est de savoir pourquoi Pete Banning a assassiné de sang froid le pasteur.
    La troisième et dernière partie est plus accès sur Joël et Stella les enfants de Pete qui doivent mener de front tous les ennuis qui leur tombent dessus les uns après les autres.

    Une histoire qui se laisse lire mais j’avais préféré son avant dernier livre « les imposteurs » plus rythmé avec plus de suspens et dont la fin était mieux.

    comment Commentaire (0)
  • Début octobre 1946, Pete Banning un héros de la guerre, propriétaire d'une plantation de coton, s'éveille, il est temps de tuer, il est un soldat et il a une mission à mener. Il se gare dans une rue tranquille et se dirige vers l'église. Pete pointe son colt sur le pasteur Dexter Bell et presse...
    Voir plus

    Début octobre 1946, Pete Banning un héros de la guerre, propriétaire d'une plantation de coton, s'éveille, il est temps de tuer, il est un soldat et il a une mission à mener. Il se gare dans une rue tranquille et se dirige vers l'église. Pete pointe son colt sur le pasteur Dexter Bell et presse la détente.

    Pourquoi Pete a-t-il fait ça ? Il n'a rien à dire. Il regrette ce qui s'est passé, mais c'était nécessaire. Il refuse d'expliquer son geste.
    Pourquoi Pete ne veut-il pas sauver sa peau, pourquoi a-t-il décidé de s'auto détruire.

    John Grisham est un vrai narrateur, avec son écriture fluide il nous entraîne dans un thriller judiciaire. le roman composé de trois parties nous raconte un meurtre insensé, le procès qui l'a suivi et les événements qui ont conduit à ce drame.
    Tout au long des pages, avec habilité John Grisham nous interroge, sur le crime bien entendu et son origine, mais aussi sur Liza la femme de Pete internée, ses enfants, Joel et Stella, ont interdiction de la voir.
    « – C'est quoi, sa maladie ?
    - Aucune idée. Être une femme, je suppose. C'est un monde d'hommes, Joel, n'oublie jamais ça. Si un mari influent considère que sa femme est instable, dépressive et que ses hormones lui jouent des tours, il peut la faire enfermer pour un certain temps. »

    John Grisham évoque la vie des noirs sur les plantations dans l'état du Mississippi
    « Toutefois, en 1938, lyncher un Noir n'était pas considéré comme un meurtre ou un crime dans les États du Sud, et le Mississippi n'échappait pas à la règle. En revanche, un mot de travers à l'adresse d'une Blanche était passible de mort. »

    Mais surtout dans des pages terribles de réalisme, le récit rejoint l'Histoire, avec l'enfer de la bataille des Philippines, l'humiliation de la reddition aux Japonais, la marche forcée de cent kilomètres vers un camp de prisonniers.
    Les cadavres qui s'amoncellent dans les fossés. Des nuées de mouches qui bourdonnent autour des chairs en putréfaction, rejointes par les cochons et des chiens affamés. La malnutrition, ils sont réduits à manger de l'herbe et des feuilles. La plupart des hommes ont la dysenterie, le sol est couvert d'excréments, de sang, une boue immonde, des asticots de partout. L'eau reste leur principale préoccupation, ils ne transpirent plus, n'urinent plus. Leur salive est une pâte gluante, leur langue qui enfle. L'évasion, la guérilla dans les montagnes.

    Peu à peu, avec une certaine roublardise, l'auteur nous entraîne vers une explication évidente avant de nous asséner une fin inattendue, tout ça à cause d'un mensonge.

    comment Commentaire (1)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Autres éditions (1)