La salle de bal

Couverture du livre « La salle de bal » de Anna Hope aux éditions Gallimard
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Articles (4)

Avis(31)

  • Ella se retrouve à l'asile d'aliénés de Sharston dans le Yorkshire, une bien triste punition pour avoir cassé une vitre de la filature où elle travaille depuis ses huit ans oui elle a cassé une vitre car elle étouffait dans cet endroit où ne rentre aucune fraicheur.
    John, quant à lui , est...
    Voir plus

    Ella se retrouve à l'asile d'aliénés de Sharston dans le Yorkshire, une bien triste punition pour avoir cassé une vitre de la filature où elle travaille depuis ses huit ans oui elle a cassé une vitre car elle étouffait dans cet endroit où ne rentre aucune fraicheur.
    John, quant à lui , est depuis quelques années interné dans ce lieu car c'est là qu'il a été amené quand il a été trouvé malade sur le bord d'une route.
    Dans cet endroit les hommes travaillent la terre , s'occupent des bêtes et les femmes sont occupées à la laverie.
    Tous les vendredis, hommes et femmes se retrouvent dans une salle immense appelée " la salle de bal " et dansent au son de l'orchestre dirigé par le Docteur Fuller.
    Un homme bizarre qui profite de ces bals pour surveiller les malades, les juger et choisir les cobayes pour ses projets de guérison.
    C'est dans un de ces bals qu'Ella et John vont apprendre à se connaître sous l'oeil de Fuller qui n'a qu'une envie les séparer et plus .......
    La vie de ces malades durant l'année 1911 dans cet asile est plus qu'émouvante et tragique.
    Une belle écriture, un beau récit malgré la noirceur du lieu, un roman poignant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout commence en 1911 dans une filature anglaise, Ella, alors esclave dans cette usine depuis l'âge de 8 ans, brise une vitre de la filature. Un tel acte insensé l'envoie tout droit à l'asile. Le roman nous dépeint le quotidien terrifiant de ces femmes entassées, enfermées. Dans un autre...
    Voir plus

    Tout commence en 1911 dans une filature anglaise, Ella, alors esclave dans cette usine depuis l'âge de 8 ans, brise une vitre de la filature. Un tel acte insensé l'envoie tout droit à l'asile. Le roman nous dépeint le quotidien terrifiant de ces femmes entassées, enfermées. Dans un autre bâtiment de l'établissement John est enfermé pour cause de mélancolie suite à la mort de sa fille et au départ de sa femme. Les deux protagonistes vont faire connaissance dans la salle de bal de l'asile, lieu où une fois par semaine, se rencontrent hommes et femmes méritants.
    Dans son livre, Anne Hope nous dévoile une réalité historique méconnue de l'histoire anglaise, celle de la stérilisation des personnes faibles d'esprit. C'est une des idées fortes de Winston Churchill, alors ministre de l'intérieur : stériliser un grand nombre de britanniques pour l'amélioration de la race anglaise.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • 1911.

    Ella est internée après avoir brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaille depuis l’enfance.

    John, bel irlandais mélancolique, l’aperçoit le jour de son arrivée.

    Charles, médecin passionné de musique, cherche auprès de ses patients un moyen de faire ses...
    Voir plus

    1911.

    Ella est internée après avoir brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaille depuis l’enfance.

    John, bel irlandais mélancolique, l’aperçoit le jour de son arrivée.

    Charles, médecin passionné de musique, cherche auprès de ses patients un moyen de faire ses preuves.

    Ces trois personnes vont évoluer en parallèle et s’entrecroiser au cours du grand bal hebdomadaire, tout au long de l’année 1911, dans un asile en Angleterre.

    Des ravages psychiques liés à la paupérisation des populations les plus modestes et à la pression sociale des classes les plus aisées aux balbutiements de la science qui croyait déjà en sa toute puissance, « La salle de bal » aborde des sujets très intéressants. Malheureusement (pour moi), l’accent est plus porté sur la romance que sur ces thématiques qui servent surtout de toile de fond à la vie des personnages.

    Une lecture agréable mais que j’oublierai certainement assez rapidement.

    A lire calé dans un fauteuil crapaud avec une tasse de thé et des pâtes de fruit.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce roman m'a fait découvrir avec effarement un pan d'histoire que je connaissais peu, celui de l'univers psychiatrique au début du 20e siècle. C'est la vie des patients enfermés dans l'asile de Sharston, en Angleterre, qu'Anna Hope nous fait partager. Dans cet asile, on peut être enfermé parce...
    Voir plus

    Ce roman m'a fait découvrir avec effarement un pan d'histoire que je connaissais peu, celui de l'univers psychiatrique au début du 20e siècle. C'est la vie des patients enfermés dans l'asile de Sharston, en Angleterre, qu'Anna Hope nous fait partager. Dans cet asile, on peut être enfermé parce que l'on est fou mais aussi juste parce que l'on est pauvre ou rebelle ou déprimé. Les hommes et les femmes sont séparés : les hommes cultivent la terre, les femmes accomplissent leur tâche à l'intérieur.
    Le vendredi, quelques uns peuvent avoir l'occasion de se retrouver et de danser dans la salle de bal. C'est Charles Fuller, un médecin violoniste qui dirige l'orchestre chaque semaine.Il croit aux bienfaits de la musique sur les malades et veut vérifier cette théorie en les observant évoluer dans la salle de bal.
    C'est là qu'Ella et John, deux personnages enfermés suite à des circonstances malheureuses vont se rencontrer, vont apprendre à se connaitre et à s'aimer.
    On partage la vie de ces différents personnages, leur évolution C'est avec horreur que l'on constate que peu à peu que l'ambition du médecin va l'amener à rencontrer Winston Churchill favorable aux thèses eugénistes et à adopter ses idées.Il va mettre à exécution son projet de loi sur le contrôle des faibles en sélectionnant certains des patients . Dans ce projet de loi de 1913, Winston Churchill préconisait de stériliser les « inaptes » au système dans le but d'améliorer la « race .
    Ce roman est superbement écrit, l'auteure nous décrit avec poésie la beauté de la nature. J'ai été séduite par l'histoire d'amour romanesque des deux personnages et j'ai trouvé vraiment intéressant tout l'aspect historique concernant le domaine de la psychiatrie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions