La proie

Couverture du livre « La proie » de Philippe Arnaud aux éditions Sarbacane
  • Date de parution :
  • Editeur : Sarbacane
  • EAN : 9782377311804
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Anthéa sent si souvent qu'il faudrait fuir. Fuir les manoeuvres des garçons que sa beauté fascine. Fuir les humiliations de l'école, la violence des adultes. Et ce couple de Blancs qui veut l'emmener avec elle en France, si loin du Cameroun... sont-ils vraiment la chance qu'imaginent ses parents... Voir plus

Anthéa sent si souvent qu'il faudrait fuir. Fuir les manoeuvres des garçons que sa beauté fascine. Fuir les humiliations de l'école, la violence des adultes. Et ce couple de Blancs qui veut l'emmener avec elle en France, si loin du Cameroun... sont-ils vraiment la chance qu'imaginent ses parents ? En vérité, Anthéa ne demandait rien d'autre que vivre chez elle, dans son pays. Travailler la terre, conter aux enfants les histoires de son village, rire avec Diane du monde des adultes.
Quand l'étau se resserre, il ne lui reste plus pour l'aider à survivre - et à se battre - qu'une ombre familière dans ses rêves. Et le souvenir d'un garçon qui l'aimait.

Donner votre avis

Avis(4)

  • Moi j'ai moins été séduite que mes collègues. Le thème est très intéressant évidemment et mérite de figurer dans les programmes de nos jeunes ou moins jeunes lecteurs mais j'ai trouvé l'écriture lourde et nébuleuse pour le public visé. La narration est difficile à suivre, les changements de...
    Voir plus

    Moi j'ai moins été séduite que mes collègues. Le thème est très intéressant évidemment et mérite de figurer dans les programmes de nos jeunes ou moins jeunes lecteurs mais j'ai trouvé l'écriture lourde et nébuleuse pour le public visé. La narration est difficile à suivre, les changements de style souvent trop entremêlés pour servir l'intrigue.
    Et puis, je n'ai pas aimé qu'on s'acharne à montrer Anthéa comme une ravissante idiote un peu rêveuse.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Anthéa, belle petite fille Camerounaise, gaie, pleine de vie, et grande conteuse d’histoires aux enfants de son village, aide ses parents, et seconde sa mère du mieux qu’elle peut au marché. Anthea n’est pas très scolaire et fait ce qu’elle peut à l’école. Mais cette enfant aime sa vie en...
    Voir plus

    Anthéa, belle petite fille Camerounaise, gaie, pleine de vie, et grande conteuse d’histoires aux enfants de son village, aide ses parents, et seconde sa mère du mieux qu’elle peut au marché. Anthea n’est pas très scolaire et fait ce qu’elle peut à l’école. Mais cette enfant aime sa vie en Afrique et partage tant de moments agréables avec sa cousine Diane. Un jour, elle est « repérée » au marché, par un couple de blanc et leurs enfants, ils souhaitent l’aider à avoir un avenir plus certain. Ils proposent à ses parents de prendre soin d’elle en France et l’aider à lui assurer une scolarité plus adaptée et un avenir plus réjoui... entre promesse d une vie meilleure en France, pays tant convoité, et l’envie d’aider financièrement ses parents, Anthéa plonge dans une situation dont elle ne mesure pas encore les conséquences...
    Une lecture immersive et agréable, une écriture fluide et un récit bien amené.
    Ce début de récit m’a fait voyagé, l’auteur nous emmène en Afrique, nous en sentons les odeurs, nous en entendons les chants, nous voyons ces paysages, et ces coutumes, à l’heure Camerounaise. Anthéa, m’a tout d’abord touché, par son attitude innocente, et sa bonne volonté mise à dure épreuve. J’ai eu ensuite mal, si mal pour elle... Je ne suis pas restée indifférente à sa cousine Diane, à leur grande complicité, et à sa répartie qui m’a fait sourire.
    Philippe Arnaud nous livre un roman qui interroge, qui questionne, en tous les cas qui ne laisse pas indifférent, un thème encore d’actualité, malheureusement...
    Une lecture que je conseille vivement !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le roman "La proie" est un hymne à la liberté, mais avant tout un bon roman qui fait tombé de nombreux préjudices raciaux dans notre société contemporaine.

    Anthéa, jeune camerounaise, ne souhaite qu'une chose : vivre dans son pays. Malheureusement, elle va devoir quitter sa famille et partir...
    Voir plus

    Le roman "La proie" est un hymne à la liberté, mais avant tout un bon roman qui fait tombé de nombreux préjudices raciaux dans notre société contemporaine.

    Anthéa, jeune camerounaise, ne souhaite qu'une chose : vivre dans son pays. Malheureusement, elle va devoir quitter sa famille et partir vivre en France dans une famille de Blancs pour se construire un meilleur avenir. D'un pays à l'autre, les personnalités des personnages peuvent changer et une aventure peur tourner au drame.

    On suit avec joie les péripéties d'Anthea, de l'Afrique, sa terre natale, à la France, sa terre d'accueil. Elle va connaître de bons moments comme des mauvais moments. Ce roman dénonce surtout les préjudices raciaux : comme le harcèlement, l'esclavage, la violence physique et psychologique, etc.

    Anthea va devoir être très forte et trouver cette force inconsciente pour faire face à ces situations dramatiques au point d'oublier qui elle est vraiment. Cependant, elle va rencontrer des personnages extraordinaires qui peuvent lui changer la vie à tout jamais.
    Les personnages sont très bien construits, pour certains, parfois de manière extrême et de manière caricaturale.

    L'histoire est très bien ficelée et nous saisit jusqu'aux tripes. Avec son écriture fluide et maîtrisée, l'auteur raconte, à la façon d'un thriller psychologique, une histoire peu connue mais qui se passe dans la réalité. Une fois la lecture de ce roman, on ne peut plus s'arrêter. L'écriture haletante, décrivant parfaitement les sentiments des personnages, rend ce livre addictif et difficile à lâcher des mains.

    Un roman que je vous recommande fortement de découvrir pour un public jeunesse / young adult !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman jeunesse qui est un hymne à la liberté et à la lutte contre les préjugés raciaux.

    « Etudie, ma fille. Je veux que tu puisses vivre sans avoir besoin d’un mari. Que tu sois libre ». Cette déclaration d’un papa camerounais à sa fille de huit ans parait aller à l’encontre de la culture...
    Voir plus

    Un roman jeunesse qui est un hymne à la liberté et à la lutte contre les préjugés raciaux.

    « Etudie, ma fille. Je veux que tu puisses vivre sans avoir besoin d’un mari. Que tu sois libre ». Cette déclaration d’un papa camerounais à sa fille de huit ans parait aller à l’encontre de la culture du pays.

    Anthéa a huit ans lorsque l’on fait sa connaissance. Aux yeux des gens, elle est douce, tranquille, sérieuse, le contraire de sa cousine Diane. A mes yeux, je rajouterais docile et un peu effacée. Elle va à l’école, sauf le mardi. C’est jour de marché et elle doit aider sa maman à vendre les fruits et légumes. De ce fait, elle accumule du retard scolaire. C’est l’aînée de la famille, elle s’occupe de ses petits frères, c’est ainsi dans la tradition camerounaise. Anthéa n’aime pas l’école, mais elle chérit sa culture, sa famille, sa liberté, même si tout n’est pas toujours rose autour d’elle. Et puis, elle grandit, elle embellit, son corps change. Fini le temps de l’insouciance. Le 23 avril 2010, c’est le jour où tout change pour elle. Elle a 12 ans et son père lui annonce qu’elle va partir en France vivre chez un couple de blancs, des français. Ses parents l’aiment de tout cœur, mais leur situation financière a eu raison de leur amour. Comme beaucoup d’africains, ils pensent qu’en France, c’est l’eldorado. Leur fille pourra y poursuivre ses études, apprendre un métier, et les aider financièrement. Et puis, ils connaissent le couple avec qui Anthéa va repartir. Le mari et sa femme sont arrivés il y a deux ans, pour une mission professionnelle. La femme est une cliente régulière du marché, elle achète les fruits et légumes de la maman et prend parfois le temps de discuter un peu. Ils ont deux enfants, un garçon à peine plus jeune qu’Anthéa, et une petite fille. C’est une famille perçue comme modèle, idéale et en plus, aisée de surcroît. Autour d’elle, Anthéa fait des envieux. Car aux yeux de tous, la France est le but ultime, le rêve de tout africain. Mais voilà, le rêve va tourner au cauchemar. Déjà, pour Anthéa, il lui faut s’habituer à une nouvelle culture, un nouvel environnement. L’insolence des ados envers leurs professeurs et leurs parents, elle n’y est pas habituée. Et puis surtout, le changement de comportement des adultes chez qui elle loge. Eux qui paraissaient si calmes et bienveillants au Cameroun changent radicalement d’attitude, face au rythme effréné de la vie parisienne, au stress engendré par leurs problèmes de couple que leur séjour au Cameroun n’a pas réglé, mais surtout face à certains préjugés tenaces. Des siècles après l’abolition de l’esclavage, certains persistent encore dans cette idée de race inférieure, d’humains destinés servilement à l’accomplissement des tâches domestiques… Car c’est ce que va vivre Anthéa, un état de servitude.

    "- « Esclavage ? »
    - Le mot te choque ? Tu as perçu un salaire pour ce que tu as fait chez eux ? Privée de liberté, de papiers, mise à leur service jour et nuit. Tu appellerais ça comment ?
    - Il y en a d’autres alors…des cas comme moi ?
    - Oui. Sans doute beaucoup, et ça n’intéresse pas grand monde. On est dans le pays des Droits de l’Homme, circulez, y’a rien à voir."

    Il est grand temps d’abolir dans les esprits récalcitrants ce lieu commun : Noir = esclave...UN AFRICAIN NE NAIT PAS POUR ETRE ESCLAVE !!! L’apartheid, la traite des noirs, l’esclavage, c’est terminé !

    La douce Anthéa, effacée, qui ose à peine se rebeller. En France, ce n’est pas la liberté qu’elle a trouvé, mais la captivité. Seule, noire, étrangère… c’est une proie, une proie facile, « la proie », comme d’autres l’ont été avant elle et le seront après elle. La couverture, que je trouve superbe, met en valeur cette jeune fille africaine qui rêve d’évasion, de son pays natale, de sa montagne, des siens. Elle n’aura d’autres choix que de puiser dans ses ressources pour apprendre à s’affirmer et à ne pas laisser les autres la soumettre comme une moins que rien. Elle va se battre pour retrouver sa liberté, on assiste à l’évolution de sa personnalité qui fera d’elle une femme décidée.
    Après avoir terminé le récit, j’ai relu le prologue, où il est question d’une fourmi traquée par un enfant, qu’Anthéa observe à 4 ans et qu’elle espère vivante. Une fourmi qui lui servira de fil conducteur entre le Cameroun et la France. Cette anecdote prend tout son sens une fois le roman achevé. Car cette fourmi, c’est Anthéa…

    C’est un roman jeunesse qui peut être exploité avec des ados sur plusieurs points (là, c’est la doc qui parle) : la France vue par les étrangers, ce « pays où l’argent pousse sur les arbres » ; puis ce qu’elle est dans la réalité, comment les élèves, qui y vivent, la perçoivent. Des discussions sur la culture africaine, la tolérance, l’acceptation de l’autre et surtout de l’étranger peuvent aussi être menées.

    Comment amener les ados à la lecture de ce livre ? Une playlist aux styles divers et variés (jazz, rock, soul…) accompagne chaque partie du roman. Des sons connus, tel « Think » d’Aretha Franklin, et moins connus, au rythme africain qui réjouira les classes multiculturelles. Quand la musique sert de passerelle à la lecture… Quant à moi, j’ai découvert une petite merveille, « Say yes », d’Iyeoka, une jolie ballade amoureuse qui colle parfaitement à l’esprit de la dernière partie du roman.

    A partir de 14-15 ans, et pour les adultes aussi bien sûr!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions