Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La politique coloniale

Couverture du livre « La politique coloniale » de Jules Ferry et Georges Clemenceau aux éditions Magellan & Cie
Résumé:

En 1885, la France est en pleine expansion coloniale et toutes les grandes puissances internationales tentent d'élargir leurs territoires colonisés sur tous les continents. À cette même époque, Georges Clemenceau (1841-1929) est député de Paris à la Chambre des députés, mandat durant lequel la... Voir plus

En 1885, la France est en pleine expansion coloniale et toutes les grandes puissances internationales tentent d'élargir leurs territoires colonisés sur tous les continents. À cette même époque, Georges Clemenceau (1841-1929) est député de Paris à la Chambre des députés, mandat durant lequel la question de la colonisation et de son expansion prend une place importante dans les débats politiques. À ce sujet, deux discours ont marqués les esprits : celui de Jules Ferry le 28 juillet 1885 et la réponse de Georges Clemenceau le 31 juillet. Ce dernier s'oppose fermement au discours colonialiste de Jules Ferry en reprenant ses argument et en les démontant un à un. Ces débats sur les questions coloniales feront de Clémenceau le tombeur du ministère de Ferry en 1885.

Le discours de Clemenceau s'appuie sur les propos de Jules Ferry et sur sa vision des colonies. Il répond à son collègue afin de mieux réfuter ses arguments. Quels que soient les thèmes abordés, Clemenceau est en désaccord profond et tente d'expliquer clairement sa vision de la colonisation. Il aborde la question économique en premier lieu. Présentant ses chiffres et les comparant à ceux de Ferry, il accuse la colonisation d'être responsable de nombreuses pertes pour la France. Cette dernière n'aurait aucun bénéfice à s'associer à de nouveaux pays. Mais la vision économique de la colonisation n'est pas la seule à poser un problème selon lui. Les questions d'ordre humanitaire le sont tout autant. Il réfute vigoureusement l'idée de « race supérieure » ou « inférieure » évoquée par Jules Ferry. Il prend alors l'exemple de l'Allemagne qui avait utilisé cet argument contre la France : « Races supérieures ! Races inférieures ! C'est bientôt dit !

Pour ma part, j'en rabats singulièrement depuis que j'ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande, parce que le Français est d'une race inférieure à l'Allemand. » Enfin, pour lui, la France n'est pas encore capable de se lancer dans de nouvelles conquêtes. Elle doit se reconstruire et se consolider avant de se lancer dans une nouvelle guerre ? «Mais nous disons, nous, que lorsqu'une nation a éprouvé de graves, de très graves revers en Europe, lorsque sa frontière a été entamée, il convient peut-être avant de la lancer dans les conquêtes lointaines - fussent-elles utiles et, j'ai démontré le contraire -, de bien s'assurer que l'on a le pied solide chez soi et que le sol national ne tremble pas. Voilà le devoir qui s'impose ».

Ce discours tient une place importante dans la vie politique de Georges Clemenceau et demeure toujours d'actualité aujourd'hui alors que la mondialisation est au coeur des débats actuels. Et la vision de celui que l'on présente généralement comme un humaniste (Jules Ferry) est, sur ce point et analysée au présent, très contestable, contrairement à la vision de celui qui est réputé le plus conservateur : Georges Clemenceau.

Donner votre avis