Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La plus secrète mémoire des hommes

Couverture du livre « La plus secrète mémoire des hommes » de Mohamed Mbougar Sarr aux éditions Philippe Rey
Résumé:

En 2018, Diégane Latyr Faye, jeune écrivain sénégalais, découvre à Paris un livre mythique, paru en 1938 : Le labyrinthe de l'inhumain. On a perdu la trace de son auteur, qualifié en son temps de « Rimbaud nègre », depuis le scandale que déclencha la parution de son texte. Diégane s'engage... Voir plus

En 2018, Diégane Latyr Faye, jeune écrivain sénégalais, découvre à Paris un livre mythique, paru en 1938 : Le labyrinthe de l'inhumain. On a perdu la trace de son auteur, qualifié en son temps de « Rimbaud nègre », depuis le scandale que déclencha la parution de son texte. Diégane s'engage alors, fasciné, sur la piste du mystérieux T.C. Elimane, se confrontant aux grandes tragédies que sont le colonialisme ou la Shoah. Du Sénégal à la France en passant par l'Argentine, quelle vérité l'attend au centre de ce labyrinthe ?

Sans jamais perdre le fil de cette quête qui l'accapare, Diégane, à Paris, fréquente un groupe de jeunes auteurs africains : tous s'observent, discutent, boivent, font beaucoup l'amour, et s'interrogent sur la nécessité de la création à partir de l'exil. Il va surtout s'attacher à deux femmes : la sulfureuse Siga, détentrice de secrets, et la fugace photojournaliste Aïda...

D'une perpétuelle inventivité, La plus secrète mémoire des hommes est un roman étourdissant, dominé par l'exigence du choix entre l'écriture et la vie, ou encore par le désir de dépasser la question du face-à-face entre Afrique et Occident. Il est surtout un chant d'amour à la littérature et à son pouvoir intemporel.

Donner votre avis

Avis (40)

  • Je n'avais pas très envie de le lire ce roman.
    Les avis étaient trop clivants ; très élogieux d'un côté, dépeignant un roman fantastique voire un chef d’œuvre, très critiques presque méprisants d'un autre côté décrivant un roman pompeux, soporifique et même incompréhensible.
    Et puis, j'ai dû...
    Voir plus

    Je n'avais pas très envie de le lire ce roman.
    Les avis étaient trop clivants ; très élogieux d'un côté, dépeignant un roman fantastique voire un chef d’œuvre, très critiques presque méprisants d'un autre côté décrivant un roman pompeux, soporifique et même incompréhensible.
    Et puis, j'ai dû le lire dans le cadre du jury du livre de poche 2023 et je me suis située entre le deux camps.
    C'est l'histoire d'un homme qui part sur les traces d'un écrivain qui, accusé de plagiat, a disparu et n'a plus rien écrit après son premier roman.
    Cette quête est presque un conte.
    Il faut se concentrer mais le va-et-vient entre les époques et les lieux est compréhensible presque envoutant.
    Il est questions de racisme, de quête d'identité, de pauvreté, de colonisation, de blessure d'enfance et de fantasmagorie.
    L'écriture est dense, sensible et exigeante.
    Il y a aussi beaucoup de lourdeurs et d'errances qui desservent le récit.
    Les personnages sont franchement peu attachants.
    Une lecture donc intéressante mais qui ne m'a pas conquise ; j'ai éprouvé trop peu de plaisir pendant celle-ci.
    Ni un chef d’œuvre ni un fiasco me concernant.
    Lu dans le cadre du prix des lecteurs du livre de poche 2023.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • « La plus secrète mémoire des hommes » de Mohamed Mbougar Sarr est un roman éblouissant, que j’ai eu du mal à lire.
    Tout d’abord, il m’a fallu m’y reprendre à deux fois pour le lire à plusieurs mois d’intervalle (il faut avoir du cerveau disponible, ce qui n’était sûrement pas mon cas il y a...
    Voir plus

    « La plus secrète mémoire des hommes » de Mohamed Mbougar Sarr est un roman éblouissant, que j’ai eu du mal à lire.
    Tout d’abord, il m’a fallu m’y reprendre à deux fois pour le lire à plusieurs mois d’intervalle (il faut avoir du cerveau disponible, ce qui n’était sûrement pas mon cas il y a quelques mois).
    Ensuite, j’ai trouvé ce livre ardu, avec des phrases longues, des mots compliqués et je me suis perdue dans les époques et les lieux.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un régal de lecture, des mots que je n'avais jamais lu suscite ma curiosité pour aller plus loin, l'histoire si belle et captivante jusqu'au 2/3 devient un peu lassante, mais le texte reste beau.

    Un régal de lecture, des mots que je n'avais jamais lu suscite ma curiosité pour aller plus loin, l'histoire si belle et captivante jusqu'au 2/3 devient un peu lassante, mais le texte reste beau.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je me méfie des Goncourt.
    Mieux, je les évite.
    Très souvent déçue.
    Trop.
    Celui-ci, je m'y plonge encouragée par l'enthousiasme de ma cops de lecture, @lenotebookdemina
    Curieuse aussi, après avoir eu l'occasion d'écouter l'auteur parler de littérature.
    La secrète mémoire des hommes, tient...
    Voir plus

    Je me méfie des Goncourt.
    Mieux, je les évite.
    Très souvent déçue.
    Trop.
    Celui-ci, je m'y plonge encouragée par l'enthousiasme de ma cops de lecture, @lenotebookdemina
    Curieuse aussi, après avoir eu l'occasion d'écouter l'auteur parler de littérature.
    La secrète mémoire des hommes, tient toute entière dans ses pages. Dans toutes les pages du monde.
    Du Sénégal à la France, en passant par l'Argentine.
    C'est d'une écriture précise et puissante, un souffle, une déflagration, que Mohamed Mbougar Sarr nous entraîne dans une folle poursuite. Celle d'un auteur dont le livre est maudit. le labyrinthe de l'inhumain. Assurément maudit puisqu'il a causé la faillite de sa maison d'éditions. Anéanti la crédibilité de son auteur. Et poussé au suicide la quasi-totalité des journalistes qui se sont essayés à en tirer une critique, une analyse... jusqu'à y apposer le mot de Plagiat.
    L'auteur de ce Labyrinthe est africain de naissance. T.C.Elimane. D'une naissance lourde de secrets. D'absences. Il fera ses études en France. Y publiera son livre, ce livre comme un crime qui marquera tant de vies. Les bouleversera. Les renversera. Voilà toute la violence de la littérature exposée, nue, brute. Belle.
    Des années plus tard, fasciné par T.C.Elimane, Diégane part à sa recherche. Elimane l'accapare. S'empare de son esprit, de son temps. de ses mots. Et le lecteur l'accompagne dans cette quête. Avec plaisir, allais-je dire. Mais ce n'est certes pas assez. Follement, serait plus juste.
    Coup de coeur absolu pour cette écriture inventive et exigeante.
    Chaque phrase est une ode à la littérature.
    Merci, merci pour ce livre qui me réconcilie avec le prix Goncourt ! :D

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le mystérieux roman, Le labyrinthe de l’inhumain, paru en 1938, symbolisa, à lui seul, tout ce que la littérature africaine a créé depuis la fin de la colonisation, et il focalisa ce que les intellectuels du début du XXème siècle ont perçu de ses auteurs.
    Tout a été dit au sujet de ce livre,...
    Voir plus

    Le mystérieux roman, Le labyrinthe de l’inhumain, paru en 1938, symbolisa, à lui seul, tout ce que la littérature africaine a créé depuis la fin de la colonisation, et il focalisa ce que les intellectuels du début du XXème siècle ont perçu de ses auteurs.
    Tout a été dit au sujet de ce livre, savante composition littéraire, réécriture de textes anciens, plagiat de grands auteurs, mais aussi livre sacré, livre-fantôme et même œuvre du démon. Selon que l’on se place du côté du « ghetto » intellectuel parisien, des chercheurs en ethnologie ou des experts en littérature, chacun a eu son interprétation de ce roman unique qui défraya la chronique avant-guerre, puis sombra dans l’oubli.
    De nos jours, se lançant sur la piste de son insaisissable auteur TC Elimane, le jeune écrivain camerounais Diégane Latyr Faye explore la mémoire des personnes qui l’ont côtoyé et aimé.
    A travers cette recherche, il réveille les souvenirs de l’apogée de l’Intelligentsia d’avant-guerre, de la terrible occupation allemande, puis de l’explosion des libertés dans le Paris libéré. En suivant l’auteur prodige à travers le monde, il fait revivre les manifestations pour la liberté de Dakar et celles qui s’opposèrent à la dictature en Argentine.
    Tel l’Igitur de Mallarmé, Elimane, au fil de sa longue vie, en menant une mystérieuse quête, « boit la goutte de néant qui manque à la mer » et « descend les escaliers de l’esprit humain » pour aller se coucher sur la tombe de ses ancêtres.
    Autant j’ai aimé le début de ce roman avec Diégane, ce jeune auteur érudit, désabusé et drôle, autant les souvenirs que lui révèlent ensuite ceux qui ont connu TC Elimane n’ont pas réussi à me captiver. Et je n’ai ressenti le plaisir sensuel des mots qu’à la toute fin du roman, avec un Diégane trouvant enfin le sens de sa vie.
    Dans ce complexe jeu de mémoire, Mohamed Mbougar Sarr explore tous les styles littéraires et, de Rimbaud à Proust, il mélange un nombre incalculable de touches colorées sur une palette littéraire dont il maîtrise bien des nuances. Mais il y a, à mon goût, trop de choses dans ce roman qui pourrait en contenir trois et je me suis sentie débordée par tant de récits imbriqués, fussent-ils lumineux.
    J’aurais sans aucun doute été conquise par un fil moins diffus et ce roman ne fut pas, pour moi, la révélation qu’y trouva une grande partie de la critique littéraire. La seule chose dont je suis sûre, c’est qu’avec tant de qualités, l’auteur n’a pas fini de faire parler de lui.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Difficile de décrire les sentiments ressentis au fil de cette lecture. La lecture du premier livre m’a désorientée: rien ne semblait aller dans la direction de l’histoire que j’espérais. Le deuxième livre ne m’a pas intéressée et j’ai failli poser le livre. Seules les pages rapportant les...
    Voir plus

    Difficile de décrire les sentiments ressentis au fil de cette lecture. La lecture du premier livre m’a désorientée: rien ne semblait aller dans la direction de l’histoire que j’espérais. Le deuxième livre ne m’a pas intéressée et j’ai failli poser le livre. Seules les pages rapportant les extraits de journaux de 1938 ont sauvé cette partie. Mais dès le troisième livre, il est impossible de s’arrêter de lire.
    Une sacrée aventure qu’il va falloir reconduire pour peut-être mieux apprécier le début qui sait…

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Qu'il est difficile d'écrire une chronique sur ce livre.
    Mes mots semblent si pauvres, si communs après cette lecture.
    Tout le début parle de littérature en général, de littérature africaine en particulier.
    Et avec quel talent.
    Avec une écriture magnifique qui se déroule et nous...
    Voir plus

    Qu'il est difficile d'écrire une chronique sur ce livre.
    Mes mots semblent si pauvres, si communs après cette lecture.
    Tout le début parle de littérature en général, de littérature africaine en particulier.
    Et avec quel talent.
    Avec une écriture magnifique qui se déroule et nous enveloppe.
    Avec des mots rares et précieux, comme prolégomènes, cosmogonie, cénobitisme, peccamineux, flaccide, involucré, cénotaphe............
    Des mots qu'on recherche et qu'on trouve avec délectation dans le dictionnaire.
    Ensuite, on est entraîné dans une enquête passionnante à propos d'un livre qui a pratiquement disparu : « Le labyrinthe de l'inhumain » de T.C. Elimane.
    Livre qui a été largement controversé à sa parution en 1938.
    Diégane Latyr Faye, jeune écrivain sénégalais contemporain fait des recherches scrupuleuses, rencontre des gens incroyables pour retracer la vie d'Elimane, pour tenter de le retrouver.
    De légendes en témoignages, en archives il poursuit ses recherches avec obsession, y consacre sa vie.
    Des recherches qui nous emmènent dans des villes, des pays où des personnages pittoresques et hors norme l'aident dans sa quête.
    C'est un livre puissant, magnifique qui m'a tenu en haleine pendant plusieurs jours.
    Un livre sur la littérature, l'exil, l'amour.....
    Un Goncourt plus que largement mérité.
    Un écrivain extraordinaire.
    Il va m'être difficile de me plonger dans une autre lecture après ça.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Tout à fait d'accord avec l'avis de Marie Nel.
    Un livre qui exige une grande attention de lecture afin de ne pas se perdre entre les différents narrateurs de ce récit. Mais cette exigence est récompensée par l'intérêt de cette histoire peu ordinaire et la magnifique maîtrise de l'auteur, tant...
    Voir plus

    Tout à fait d'accord avec l'avis de Marie Nel.
    Un livre qui exige une grande attention de lecture afin de ne pas se perdre entre les différents narrateurs de ce récit. Mais cette exigence est récompensée par l'intérêt de cette histoire peu ordinaire et la magnifique maîtrise de l'auteur, tant du point de vue de la construction que de sa très belle prose.
    La demi étoile en moins vient du fait que, dans certains passages, l'auteur en fait parfois un peu trop !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.