La philosophie dans le boudoir

Couverture du livre « La Philosophie dans le boudoir » de Donatien-Alphonse-Francois De Sade aux éditions Kinoscript
Résumé:

La philosophie dans le boudoir fait partie de ces livres dont tout le monde parle sans jamais les avoir lus. Il est de bon ton d'enfiler la redingote du Divin Marquis, de prendre des airs de sinistre gentilhomme et de répandre deci delà que Sade reste d'actualité. Encore et toujours. Certes, la... Voir plus

La philosophie dans le boudoir fait partie de ces livres dont tout le monde parle sans jamais les avoir lus. Il est de bon ton d'enfiler la redingote du Divin Marquis, de prendre des airs de sinistre gentilhomme et de répandre deci delà que Sade reste d'actualité. Encore et toujours. Certes, la cause est entendue. Sade, c'est pour les rebelles. Les insoumis de la colonne de Juillet. Les guerrilléros du dimanche. Et cela, si on s'en tient aux premières impressions d'une lecture hâtive : Sade, un mélange de porno et de philo. Mais l'effroi s'empare du lecteur, à une lecture plus attentive. Pourquoi? Car, La philosophie dans le boudoir, est une machine de guerre contre bien-pensants. Une mécanique fatale et impitoyable à broyer de la pensée unique. Pour fabriquer des forces vives. Que Sade nous apprend-t-il de la pauvreté? Une excuse que les faibles aiment bien donner à leur langueur; et la peine de mort alors? Une absurdité. Non parce qu'elle serait une insulte aux droits de l'homme, mais qu'elle se livre comme apanage de l'Etat sur l'individu. En somme, Sade lui préfère la justice directe, qui ne fait guère bon ménage avec une quelconque législation. Et ce qui choque, c'est plus la violence d'une philosophie à laquelle rien ne prépare, que la cruauté de scènes d'amour "sadiques". L'édition ici proposée reprend celle de 1795. L'oeuvre s'y donne dans toute sa polyphonie : tantôt "nouvelle" érotique, puis pièce de théâtre à huis clos et enfin dissertation philosophique. On retrouve même le genre du pamphlet politique avec le célèbre texte "Français, encore un effort pour devenir républicains", où l'ironie de Sade fouette tous-azimuts, à la gauche comme à la droite du Roi... OEuvre réservée à des lecteurs avertis et endurcis au politiquement incorrect.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • C'est un livre écrit sous une forme théâtrale où un frère et une soeur, aidés par un ami, se décident à enseigner les délices du libertinage à une jeune gourgandine de 15 ans. On passe donc à des dissertations sur la religion, la transvaluation de la vertu en vice en passant par la sodomie...
    Voir plus

    C'est un livre écrit sous une forme théâtrale où un frère et une soeur, aidés par un ami, se décident à enseigner les délices du libertinage à une jeune gourgandine de 15 ans. On passe donc à des dissertations sur la religion, la transvaluation de la vertu en vice en passant par la sodomie jusqu'à la pratique. Il est vraiment étrange de voir la belle langue mêlée à la vulgarité, cela donne une ambivalence au texte, et certains ont pu y voir, dans ces dialogues, un hymne au féminisme et à la liberté bien qu'en réalité ce soit tout le contraire, il n'y a qu'à lire "Les 120 jours de Sodome" pour s'en rendre compte. Quant à la philosophie de ce livre, elle n'est qu'immorale. En revanche, l'édition présente est seulement constituée des quatre premiers dialogues alors qu'il y en a normalement sept en tout. L'histoire s'arrête lorsque la soeur Mme de Saint-Ange va chercher le jardinier parce qu'il a un "engin" de "treize pouces de long sur huit et demi de circonférence".

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com