Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La petite ritournelle de l'horreur

Couverture du livre « La petite ritournelle de l'horreur » de Cecile Cabanac aux éditions Fleuve Noir
Résumé:

Un appel au coeur de la nuit. Des gyrophares qui tournoient dans l'obscurité. Une vieille bâtisse à l'abandon. Quand la commandant Virginie Sevran arrive sur les lieux, les techniciens de l'identité judiciaire sont déjà à l'oeuvre à l'intérieur. Ils font face à l'insoutenable. À la noirceur de... Voir plus

Un appel au coeur de la nuit. Des gyrophares qui tournoient dans l'obscurité. Une vieille bâtisse à l'abandon. Quand la commandant Virginie Sevran arrive sur les lieux, les techniciens de l'identité judiciaire sont déjà à l'oeuvre à l'intérieur. Ils font face à l'insoutenable. À la noirceur de l'âme humaine. Au cadavre d'une gamine dissimulé derrière une cloison que le nouveau propriétaire tentait d'abattre.
Là, au milieu de la campagne francilienne, le silence est oppressant. L'angoisse monte. Et, bientôt, les murs confient deux autres corps aux policiers. Deux autres enfants... Rapidement, la sidération laisse place à une enquête éprouvante. Certainement la plus sordide de toutes celles auxquelles la commandant et son binôme, Pierre Biolet, ont été confrontés durant leurs carrières. Une seule certitude, personne ne ressortira indemne de cette affaire...

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (7)

  • Coup de coeur pour ce remarquable roman qui déploie tout ce que j'aime et recherche lorsque je lis un thriller : un ancrage sociétal, du très sombre qui fore les tourments de l'âme humaine jusqu'à vous bouleverser au plus profond, un récit propulsif et dense qui se conclut en un final à la...
    Voir plus

    Coup de coeur pour ce remarquable roman qui déploie tout ce que j'aime et recherche lorsque je lis un thriller : un ancrage sociétal, du très sombre qui fore les tourments de l'âme humaine jusqu'à vous bouleverser au plus profond, un récit propulsif et dense qui se conclut en un final à la hauteur des attentes. Ce roman, c'est tout cela à la fois. J'ai juste un peu hésité à lâcher les cinq étoiles en me disant qu'une écriture moins impersonnelle et plus racée aurait apporté encore plus de densité au récit ... mais après un mois de digestion, l'empreinte reste aussi forte qu'une fois le roman refermé, alors je ne radine pas !

    La scène inaugurale vous happe immédiatement. Un corps, puis deux, puis trois d'adolescents sont retrouvés dans un mur au hasard de travaux dans une maison isolée, faisant ressortir un cold case d'enfant disparu. Toute l'équipe d'enquêteurs est secouée, d'autant plus qu'il s'avère assez vite que les anciens propriétaires de la « maison de l'horreur » ( ainsi surnommée par les médias ) ont été familles d'accueil pour la DDASS, lui est décédé depuis un moment, elle depuis peu dans un EHPAD.

    Cécile Cabanac ancre les racines de son roman dans la réalité en mettant en scène la maltraitance subie par des enfants placés par l'ASE ( Aide sociale à l'enfance ) et ses conséquences dans la vie adulte. Les nombreux dysfonctionnements de ces services départementaux ont été récemment mis en lumière par deux reportages déchirants réalisé par le journaliste Sylvain Louvet ( « Enfants placés, les sacrifiés de la république » et sa suite « Enfants placés : que fait la République ? » ) mais aussi par le téléfilm diffusé sur France2 « Enfant de personne » qui racontait le douloureux parcours de Lyes Louffok, ex-enfant placé aujourd'hui militant des droits des enfants. Evidemment, dans un thriller, les curseurs sont poussés beaucoup plus loin dans la violence et la noirceur, mais lorsque sont décrits certains sévices, le lecteur est glacé de sentir à quel point la réalité n'est peut-être pas si éloignée de la fiction.

    C'est à travers le regard de trois enquêteurs que l'auteure plonge le lecteur dans l'intrigue, un trio empathique qui partage avec lui ses angoisses face à l'horreur : la commandant Virginie Sevran et son binôme Pierre Biolet ( c'est leur troisième enquête après Des Poignards dans les sourires et Requiem pour un diamant, j'ai adoré ce duo complice à la vie normale loin des clichés des flics torturés ), et le lieutenant Marc Dombard aux méthodes plus brutales mais efficaces.

    Les chapitres courts alternent les points de vue des différents protagonistes, emportant l'intrigue dans un rythme addictif et haletant porté par une écriture précise et soignée. Cécile Cabanac sait parfaitement mettre en scène son enquête en brouillant subtilement les pistes. Son scénario, tentaculaire avec ses nombreux rebondissements et suspects, est bétonnée jusqu'à une résolution totalement surprenante et cohérente tant les personnalités présentées étaient difficiles à cerner de part leur psychologie troublée. le lecteur n'est libéré que dans les dernières pages après un final absolument irrespirable.

    Un superbe thriller à la fois sombre et sensible qui parvient brillamment à ne jamais tomber dans le glauque, le pathos ou le sensationnalisme malgré un sujet qui s'y prêtait. Son titre un peu convenu ne reflète pas sa subtilité même s'il met douloureusement en lumière la terrible répétition des cruautés infligés à des enfants qui ne demandaient qu'à être un peu aimés.

    PS : à noter que le 25 janvier 2022, a été adopté un projet de loi prévoyant tout un arsenal de mesures visant à mieux protéger les jeunes placés dans le cadre de l'ASE après le constat de nombreuses défaillances.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une maison abandonnée achetée par un nouveau propriétaire qui en faisant des travaux découvrent le cadavre de trois enfants emmurés, le cadavre d'une adolescente découvert dans le bois à proximité. Une enquête complexe, éprouvante et glaçante menée par la commandant Sevran, de la DRPJ de...
    Voir plus

    Une maison abandonnée achetée par un nouveau propriétaire qui en faisant des travaux découvrent le cadavre de trois enfants emmurés, le cadavre d'une adolescente découvert dans le bois à proximité. Une enquête complexe, éprouvante et glaçante menée par la commandant Sevran, de la DRPJ de Versailles, assistée de son équipe commence. Les différentes pistes la mèneront à un couple de Thénardier, décédé, auquel l'ASE (Aide Sociale à l'Enfance) confiaient des enfants malmenés par leur famille et à ces enfants devenus adultes, du moins ceux qui ont survécu.
    Très bon thriller au suspense bien entretenu avec des personnages de policiers très humains, absolument pas caricaturaux, qui se débattent avec une enquête qui ne leur permet pas de garder assez de distance pour se préserver et avec leurs propres problèmes.
    L'auteure ancre son roman sur fond sociétal, celui de familles dysfonctionnelles, qui baignent dans la violence, la drogue, la misère affective et économique et n'offrent ni amour, ni protection à leurs enfants enfants. C'est aussi un violent réquisitoire contre l'ASE, son manque de contrôle, ses compromissions, ses lâchetés qui sont probablement à nuancer comme toute généralisation. Enfin, ce thriller aborde également les relations presse/police souvent dépeintes comme antagonistes, marquées par une méfiance réciproque; ici les deux entités collaborent au bénéfice de l'enquête.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Heureuse de retrouver le duo que forme Virginie Sevran et Pierre Biolet dans cette nouvelle enquête sans oublier l'électron libre qu'est le lieutenant Dombard, toujours aussi savoureux. Dans ce roman, on franchit un cap dans l'horreur. Il faut dire que dès que l'on parle d'enfants je suis...
    Voir plus

    Heureuse de retrouver le duo que forme Virginie Sevran et Pierre Biolet dans cette nouvelle enquête sans oublier l'électron libre qu'est le lieutenant Dombard, toujours aussi savoureux. Dans ce roman, on franchit un cap dans l'horreur. Il faut dire que dès que l'on parle d'enfants je suis toujours hameçonnée en plein cœur. Tout débute avec la découverte macabre d'un nouveau propriétaire qui faisant des travaux dans sa nouvelle maison se retrouve face au cadavre d'une fillette emmurée. Les murs de cette ancienne bâtisse n'ont pas finit de délivrer d'autres petites victimes. En se penchant sur le passé des précédents propriétaires on entre dans la maison de l'horreur. Un polar qui reprend le thème des familles d’accueil, des placements d'enfants et des manquements de l'ASE (l'aide sociale à l'enfance) de la maltraitance et de la pédocriminalité. C'est terrifiant de réalisme et peut être pas loin de la réalité des faits divers qui explose au grand jour régulièrement. J'ai dévoré ce roman qui prend aux tripes du lecteur autant que des policiers chargés de l'enquête. En ce sens les personnages sont bien construits et des pans de leur vie privée viennent adoucir la rudesse du récit. Les chapitres nominatifs s’enchaînent avec le point de vue des différents personnages ce qui donne une vision large de l'affaire et m'a permis de commencer à tirer des plans pour tenter de trouver le ou les coupables. Pourtant je suis restée bien en deçà du scénario machiavélique de l'auteure. Au fils des pages on s’enfonce dans la perversité, le nauséabond et on ne peut que ressentir de l'empathie pour les survivants mais c'est sans compter les surprises que révèlent ce roman. J'ai apprécié tout le côté psychologique de l'histoire qui est bien vu et tient la route. C'est dur, cruel et pour tout dire captivant. Bonne lecture.

    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/10/25/38597668.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • En quelques années, le thriller s’est taillé une place de choix dans le monde de la littérature française. Les représentants de ce genre sont aussi nombreux que talentueux. J’ai lu beaucoup d’entre eux et pourtant j’étais passé à côté de Cécile Cabanac. Mea culpa !

    Cette histoire est la...
    Voir plus

    En quelques années, le thriller s’est taillé une place de choix dans le monde de la littérature française. Les représentants de ce genre sont aussi nombreux que talentueux. J’ai lu beaucoup d’entre eux et pourtant j’étais passé à côté de Cécile Cabanac. Mea culpa !

    Cette histoire est la troisième enquête de Virginie Sevran mais elle peut se lire indépendamment. Dès les premières pages, on entre dans le vif du sujet et on sent que celui-ci va être très sombre. A chaque chapitre, on passe d’un protagoniste à un autre. Au fil de ces différents points de vue, on a donc une vue d’ensemble de toute l’affaire. Le puzzle macabre se reconstitue alors à chaque nouvelle révélation.

    De par les thèmes abordés, ce roman peut être un peu choquant et n’est pas à mettre en toutes les mains. Il parle de maltraitance, de meurtres d’enfants et se permet même un côté subversif en mettant à mal le sacro-saint instinct maternel. Sans faire la morale ou juger, l’autrice nous met simplement face à des personnages marginaux, dénués de sens commun et capables d’actes ignobles. Leur singularité et leur folie les rend tellement imprévisibles qu’ils en deviennent insaisissables. Pris au piège de cette ambiance malsaine et déroutante, le lecteur a du mal à reprendre son souffle.

    Pour ma part, ce récit sans concession représente tout ce que j’aime dans les thrillers. Frissons, suspense, démence, immoralité, rien ne nous est épargné. Grâce à une écriture fluide et à une construction maîtrisée, le résultat est d’une efficacité terrible. « La petite ritournelle de l’horreur » fait partie de ces polars marquants dont on se souvient longtemps après la fermeture. Autant vous dire que Cécile Cabanac vient de faire une entrée fracassante dans les rayons de ma bibliothèque. Ce fut une belle découverte qui en appelle d’autres !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2022/02/07/732-cecile-cabanac-la-petite-ritournelle-de-lhorreur/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lien de mon avis sur le blog : https://les-livres-de-nancy.blogspot.com/2022/01/la-petite-ritournelle-de-lhorreur.html

    Je remercie tout d'abord les éditions 12-21 de m'avoir permis de découvrir ce roman en avant-première.

    La vie de Pio Achenza bascule dans l'horreur quand il commence à...
    Voir plus

    Lien de mon avis sur le blog : https://les-livres-de-nancy.blogspot.com/2022/01/la-petite-ritournelle-de-lhorreur.html

    Je remercie tout d'abord les éditions 12-21 de m'avoir permis de découvrir ce roman en avant-première.

    La vie de Pio Achenza bascule dans l'horreur quand il commence à faire des travaux dans la maison qu'il vient d'acheter. Alors qu'il abat une cloison, il découvre le cadavre d'une petite fille.
    A l'arrivée de la police, l'horreur continue quand la cloison révèle deux autres cadavres...

    "La petite ritournelle de l'horreur" est le troisième roman où l'on retrouve Virginie Sevran, mais vous n'êtes pas obligé d'avoir lu les tomes précédents pour lire celui-ci. Et d'ailleurs pour moi, c'est mon premier Cécile Cabanac et quelle découverte !

    C'est un gros coup de cœur pour moi !
    Dès les premières pages, j'ai été happé par cette histoire qui est hyper addictive. L'intrigue est super bien menée avec beaucoup de suspense et de rythme. C'est un thriller assez sombre et terriblement efficace. Je ne me suis pas du tout ennuyer une seule seconde.

    J'ai adoré que l'autrice s'attarde sur les victimes de cette famille d'accueil. Ce qu'ils ont pu vivre et comment certains arrivent à s'en sortir ou pas...

    J'ai trouvé l'intrigue vraiment originale. L'autrice nous entraîne dans le contexte de la protection de l'enfance et des familles d'accueil qui sont parfois complètement défaillantes. Il me semble que c'est le premier roman que je lis avec cette thématique qui m'a beaucoup plus.

    J'ai adoré suivre notre duo d'enquêteurs principaux qui sont fusionnels. Ils ont chacun leur vie de famille. J'ai adoré que l'autrice nous propose des enquêteurs qui ont une vie ordinaire, car cela change par rapport à de nombreux thrillers où nous avons des policiers torturés avec un passif assez dur. J'ai aimé suivre les personnages que nous proposait l'autrice. Je les ai trouvés attachants et surtout très humains.

    Avec ce roman, je découvre la plume de Cécile Cabanac qui est fluide et très agréable à lire. L'alternance entre les personnages donne beaucoup de rythme à l'histoire et la psychologie des personnages est hyper bien travaillée que ce soit celle des enquêteurs ou des victimes.

    En bref, un gros coup de cœur pour cette lecture qui m'a captivé du début à la fin. Je me procurerai très certainement les tomes précédents.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un thriller glaçant, noir de chez noir.

    J'avais découvert Cécile Cabanac lors d'un apéro du Gang Pocket Polar où elle nous présentait Des poignards dans des sourires, très brillant premier roman.
    Je n'ai donc pas hésité quand il m'a été proposé de lire en avant-première La petite...
    Voir plus

    Un thriller glaçant, noir de chez noir.

    J'avais découvert Cécile Cabanac lors d'un apéro du Gang Pocket Polar où elle nous présentait Des poignards dans des sourires, très brillant premier roman.
    Je n'ai donc pas hésité quand il m'a été proposé de lire en avant-première La petite ritournelle de l'horreur, la nouvelle enquête du commandant Virginie Sevran et de son équipe composée Pierre Biolet, Kervan, Ortiz et le borderline Dombard.

    Ce nouvel opus met brillamment en exergue la noirceur de l'âme humaine. D'aucuns ont l'habitude de dire que les secrets sont généralement bien gardés... Que dire quand ils sont enfouis dans le béton des murs d'une vieille bâtisse.
    Mettons nous à la place de Pio Achenza, le nouveau propriétaire de cette ancien lieu d'accueil de jeunes enfants. Alors même qu'il rénove la maison et décide d'abattre un mur, il tombe sur 3 cadavres de jeunes enfants ! Et les surprises laissées par Madeleine et Bernard Duflot ne s'arrêtent pas là...

    Comment Virginie et sa bande vont s'y prendre pour dans un premier temps identifier les cadavres et retrouver le meurtrier ? Et ce dernier, qui est il? On suspecte un grand malade...il est bien pire que cela.

    Un thriller haletant, un thriller captivant et très prenant durant lequel on passe par tous les états.
    Et Cécile Cabanac nous "libère" uniquement au point final ! Jusqu'à l'ultime signe en effet des rebondissements et événements inattendus se produisent.

    Une écriture incisive, des chapitres courts alternant les points de vue des différents personnages et au final quasi 500 pages que l'on ne voit pas passer. Et pourtant la folie, la maltraitance, la maladie... sont autant de thèmes que toute personne va fuir rapidement.

    Un excellent millésime, un premier coup de coeur noir pour cette année 2022.
    Une nouvelle preuve qu'un auteur noir peut s'emparer et mettre sur le devant de la scène des thèmes compliquées. Bravo Cécile.

    A lire indéniablement...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Jamais Pio n’aurait pensé vivre un tel cauchemar en devenant propriétaire de cette maison. Il lui avait couté peu, elle allait lui permettre d’y accueillir sa femme, ses enfants et le bébé à naitre. Jamais les travaux n’auraient dû l’amener à une telle découverte.

    L’auteur dans une intrigue...
    Voir plus

    Jamais Pio n’aurait pensé vivre un tel cauchemar en devenant propriétaire de cette maison. Il lui avait couté peu, elle allait lui permettre d’y accueillir sa femme, ses enfants et le bébé à naitre. Jamais les travaux n’auraient dû l’amener à une telle découverte.

    L’auteur dans une intrigue écrite et distillée à la perfection, nous emmène au plus profond de l’horreur. Cette horreur qui ne s’arrête jamais, telle une ritournelle. Une horreur grandissante. Une fois la lecture entamée, impossible de l’arrêter! Un roman parfait, des personnages comme des amis avec lesquels on partage l’enquête avec ses doutes, ses joies et ses peines…

    C’est aussi l’occasion de plonger dans un univers peu traité, celui des enfants confiés à l’aide sociale à l’enfance, les enfants en famille d’accueil. Notamment ceux pour qui le placement se passe mal, très mal…

    Une pure réussite, je me suis perdue à un moment devant le nombre important de personnages mais cela rentre très vite dans l’ordre et ne perturbe pas la lecture.

    Avec la Petite ritournelle de l’horreur, l’année 2022 commence vraiment très très bien!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.