Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel

Couverture du livre « La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel » de Romain Puertolas aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253098676
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

« Chaque seconde qui passait était une seconde de vie perdue pour Zahera. Car la maladie progressait à pas d'ogre et l'hôpital, là-bas, n'avait pas les moyens techniques de s'en occuper. La petite fille ne devait donc son salut qu'à sa volonté de fer, et à l'espoir, maintenant, que sa maman... Voir plus

« Chaque seconde qui passait était une seconde de vie perdue pour Zahera. Car la maladie progressait à pas d'ogre et l'hôpital, là-bas, n'avait pas les moyens techniques de s'en occuper. La petite fille ne devait donc son salut qu'à sa volonté de fer, et à l'espoir, maintenant, que sa maman vienne la chercher au plus vite. » R. P.
Alors que la jeune et jolie factrice parisienne Providence Dupois s'apprête à partir en Afrique chercher la petite fille qu'elle aime le plus au monde, un volcan islandais se réveille, paralysant l'ensemble du trafic aérien européen. D'aéroport en monastère tibétain, commence alors pour elle le plus haletant et le plus prodigieux des voyages. L'amour donne des ailes. Êtes-vous prêt à vous envoler ?

« Une bouffée d'air frais, qui mêle de la fantaisie, du rêve et beaucoup d'amour. » Yves Calvi.

« Laissez-vous tenter », RTL.

Donner votre avis

Avis (18)

  • J'ai été emportée par ce livre comme par une bouffée d'oxygène. Les personnages sont attachants. La jolie factrice et la jeune marocaine atteinte de la mucoviscidose se sont liées par hasard, à l'hôpital, par un lien d'amitié qui devient, par l'adoption, un lien d'amour fort entre une mère et sa...
    Voir plus

    J'ai été emportée par ce livre comme par une bouffée d'oxygène. Les personnages sont attachants. La jolie factrice et la jeune marocaine atteinte de la mucoviscidose se sont liées par hasard, à l'hôpital, par un lien d'amitié qui devient, par l'adoption, un lien d'amour fort entre une mère et sa fille malade. Le cœur de l'histoire est l'aventure totalement loufoque de la mère qui souhaite rejoindre enfin sa fille pour la rapatrier en France, en volant dans les airs. Cette histoire drôlatique est une façon de cacher une réalité sombre, triste et poignante. Je vous laisse la découvrir...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La jolie factrice parisienne Providence s'apprête à partir à l'autre du monde chercher sa fille adoptive, mais un volcan l'en empêche paralysant le trafic aérien s'ensuit alors pour elle toute une aventure pour rejoindre celle-ci ...

    C'est mon premier livre de cet auteur au debut je ne voyais...
    Voir plus

    La jolie factrice parisienne Providence s'apprête à partir à l'autre du monde chercher sa fille adoptive, mais un volcan l'en empêche paralysant le trafic aérien s'ensuit alors pour elle toute une aventure pour rejoindre celle-ci ...

    C'est mon premier livre de cet auteur au debut je ne voyais pas ou il voulait en venir le cote loufoque de cette histoire la dame qui essaye de voler, les differentes etapes pour y parvenir ne plaisait guere , mais il y a l'autre cote de l'histoire lui plus realiste la petite fille , la maman qui veut rejoindre son enfant ,l'adoption, la maladie ... j'ai trouvé ce livre long (et pourtant si court) certes les dernières pages nous expliquent toute l'histoire, certes c'est beau, c'est poétique mais je n'accroche pas du tout !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Histoire entre une mère adoptive et une enfant malade qui se sont choisies. Au cours de cette lecture nous naviguons entre l'irréalisme, le burlesque, l'émotion, la tristesse et ne nous laisse pas indifférents sur la profondeur des sentiments entre deux êtres.

    Histoire entre une mère adoptive et une enfant malade qui se sont choisies. Au cours de cette lecture nous naviguons entre l'irréalisme, le burlesque, l'émotion, la tristesse et ne nous laisse pas indifférents sur la profondeur des sentiments entre deux êtres.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Grande adepte des romans bizarres, je ne pouvais passer à côté de Romain Puertolas. Dans la veine de JM Erre ou de David Safier, ses romans sont de vraies bouffées d'air absurde et n'ayons pas peur des mots, drolatique. Pourtant derrière des situations pour le moins surréalistes, il aborde des...
    Voir plus

    Grande adepte des romans bizarres, je ne pouvais passer à côté de Romain Puertolas. Dans la veine de JM Erre ou de David Safier, ses romans sont de vraies bouffées d'air absurde et n'ayons pas peur des mots, drolatique. Pourtant derrière des situations pour le moins surréalistes, il aborde des thèmes sérieux le terrorisme islamiste dans Vive l'empereur et ici la maladie chez les enfants.

    Les chapitres sont courts, le rythme rapide (presque tout le récit se passe sur une journée). Les actions s'enchainent sans laisser le temps au lecteur de se poser.

    L'histoire commence par une visite du narrateur, Monsieur Machin, chez un coiffeur. Travaillant à la tour de contrôle d'un aéroport parisien, il lui raconte une histoire extraordinaire : celle de Providence, jeune mère adoptive d'une fillette atteinte d'un mal incurable puisqu'elle a avalé un nuage. Providence doit la retrouver ce jour-là pour la ramener en France et lui donner peut-être une chance de survie. Hélas un volcan islandais au nom imprononçable cloue tous les avions européens au sol. Deuxième fois hélas, la fillette est au Maroc. Mais Providence est pleine de ressource et de rencontres en rencontres, de péripéties en rebondissements, elle prend conscience d'un don incroyable : elle peut voler. Voilà comment à tir de bras, elle part rejoindre sa fille après avoir demandé à la tour de contrôle l'autorisation de s'envoler malgré l'interdiction des aéroports parisiens.

    C'est un roman qui se lit facilement si on accepte d'entrer dans l'univers particulier de l'auteur. J'ai aimé les messages distillés l'air de rien au fil des pages sur le pouvoir de l'imaginaire, de l'amour et de l'écriture. Romain Puertolas ne ment pas. En citant Boris Vian en préambule, il prévient de ses intentions mais son talent est de nous faire oublier ses mises en garde pour mieux nous surprendre et nous emporter dans les méandres de son récit ou plutôt de ses récits...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Absolument Adorable
    J'ai trouvé ça frais et doux à lire.
    Les personnages sont attachants, l'histoire est loufoque et nous entraine.
    La fin m'a laissé bouche bée et m'a arrachée une petite larme.
    Un livre que je conseille à ceux qui veulent s'envoler le temps d'un livre.

    Absolument Adorable
    J'ai trouvé ça frais et doux à lire.
    Les personnages sont attachants, l'histoire est loufoque et nous entraine.
    La fin m'a laissé bouche bée et m'a arrachée une petite larme.
    Un livre que je conseille à ceux qui veulent s'envoler le temps d'un livre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Providence Dupois postière à Paris, doit se rendre au Maroc pour chercher sa fille adoptive atteinte de mucoviscidose. C’est une question de vie ou de mort.
    Malheureusement, un volcan islandais en éruption paralyse le trafic aérien.
    Seul recours, apprendre à voler, tout comme elle a appris à...
    Voir plus

    Providence Dupois postière à Paris, doit se rendre au Maroc pour chercher sa fille adoptive atteinte de mucoviscidose. C’est une question de vie ou de mort.
    Malheureusement, un volcan islandais en éruption paralyse le trafic aérien.
    Seul recours, apprendre à voler, tout comme elle a appris à marcher à l’âge de sept mois.
    C‘est une jolie histoire, loufoque, sympathique et optimiste, pleine de poésie et de bons sentiments et ça ne fat pas de mal.
    J’ai quand même préféré l’histoire du Fakir et de l’armoire Ikea, peut-être un peu plus intense, mais on reste dans le même esprit.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je suis toujours autant envoutée par les livres de Romain Puertolas, j'ai d'ailleurs versé une petite larme dans les dernières pages de ce roman, je dirais même plutôt ce conte. L'histoire est loufoque, on a beau se dire que cela n'est pas réel (une femme qui vole!) mais on se prends au jeu et...
    Voir plus

    Je suis toujours autant envoutée par les livres de Romain Puertolas, j'ai d'ailleurs versé une petite larme dans les dernières pages de ce roman, je dirais même plutôt ce conte. L'histoire est loufoque, on a beau se dire que cela n'est pas réel (une femme qui vole!) mais on se prends au jeu et on espère qu'elle arrivera à temps pour voir sa fille au Maroc qui est malade. Bizarrement je ne m'attendais pas à cette fin même si entre les lignes, l'auteur l'annonce mais je pense qu’inconsciemment on souhaite ne pas croire à cette fin et on se prends à rêver que l'histoire que raconte Léo est vrai.
    Le style de l'auteur est fluide, rapide à lire (idéal pour les transports je trouve car on se retrouve projeté dans l'histoire et on en oublie le monde extérieur...ce qui peut être dangereux le matin pour aller au travail! j'en ai loupé mon arrêt de RER!).
    C'est une lecture que je recommande vivement car l'auteur arrive à nous plonger rapidement dans l'histoire, on s'attache beaucoup aux personnages et à un moment on croise un fakir...qui était peut être coincé dans une armoire Ikea auparavant?
    Ensuite, je trouve la métaphore du titre très bien choisi, qui est en rapport avec la maladie de la petite fille, mais je n'en dévoile pas plus pour garder le suspense :)
    En somme, je n'ai qu'un mot à dire : foncer! Foncer découvrir ce livre et le faire partager, on ne lit plus assez de conte de nos jours et Romain Puertolas contribue à le remettre au goût du jour.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Si vous voulez voyager au pays de l'absurde, de la fantaisie et de l'humour, ouvrez-moi ce livre. Vous commencerez par ce salon de coiffure, d'où l'histoire, vraie bien entendu, est racontée par Monsieur Machin. Après un passage mémorable à Orly, vous passerez par Barbès, la région parisienne,...
    Voir plus

    Si vous voulez voyager au pays de l'absurde, de la fantaisie et de l'humour, ouvrez-moi ce livre. Vous commencerez par ce salon de coiffure, d'où l'histoire, vraie bien entendu, est racontée par Monsieur Machin. Après un passage mémorable à Orly, vous passerez par Barbès, la région parisienne, les airs, l'amour, l'espoir, la ténacité.
    Monsieur Puértolas est un véritable conteur pour adultes, grands enfants que nous sommes. C'est percutant, c'est loufoque, c'est vivant. Avec cet auteur, j'ai compris pourquoi j'aime tant l'absurde et l'imaginaire : ce sont les ennemis de l'ennui.
    On aime Providence, on vole avec elle. On médite avec elle. On prie pour Zahera, qu'on croit ou non en un Dieu. On avale tout ce que nous conte l'auteur. Plus c'est gros, comme cet énorme nuage, plus on gobe. Romain Puértolas écrit un véritable hommage au plus beau des métiers : celui d'être maman. Rien n'est impossible pour une mère qui veut sauver son enfant. Pas même voler comme un oiseau. Voler sans aile. Puisque seul le coeur suffit. Les petites références au fakir de son premier roman ou à d'autres romans, comme Les écureuils de Pancol m'ont fait sourire. Puértolas laisse filer sa plume, sans contrainte, sans qu'en dira-ton, sans complexe. Il est libre, comme l'oiseau. Si vous êtes prêt à décoller pour un voyage insolite, alors ouvrez vite cette couverture toute bleue. Bleue comme la mer, bleue comme le ciel. Bleue comme mes yeux. Oups, il semblerait que je ne sois pas redescendue de mon nuage.
    PS : En revanche, j'ai un gros doute Monsieur Puértolas. Vous écrivez qu'un européen est un spationaute, et un américain un astronaute. Ne serait-ce pas l'inverse ? Astro vient d'astre. Spatio vient de Space. Si j'ai tort, je me lance le défi d'apprendre à voler ! PS2 : une petite histoire absurde pour vous Monsieur Puértolas : Deux oeufs sont dans une poêle en train de cuire. L'un dit à l'autre : « Purée, il fait chaud d'un coup ! ». L'autre lui répond : « Ça alors, un oeuf qui parle ! ». Voilà, c'est cadeau, c'est pour vous, bon week-end !

    Ma mise en scène :
    https://twitter.com/jalleks/status/822462851285651456

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.