La petite barbare

Couverture du livre « La petite barbare » de Astrid Manfredi aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266267250
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

La rage au ventre, le vide au coeur. La Petite Barbare, comme on l'appelle en prison, n'a pas baissé les armes. Ce qu'elle voulait ? Une coupe de champagne et la beauté du diable. Leur faire cracher, à ceux qui sont nés du bon côté, l'argent que son berceau de béton, d'échec, de haine, lui... Voir plus

La rage au ventre, le vide au coeur. La Petite Barbare, comme on l'appelle en prison, n'a pas baissé les armes. Ce qu'elle voulait ? Une coupe de champagne et la beauté du diable. Leur faire cracher, à ceux qui sont nés du bon côté, l'argent que son berceau de béton, d'échec, de haine, lui interdisait. La vie facile. Alors, elle a détourné les yeux. Laissé faire l'horreur. Pas de remords. Juste quelques mots, quelques mots d'un livre, et la possibilité infime d'une rédemption, peut-être.

« Un premier roman qui cogne dur. Et vise juste. » Le Parisien / Aujourd'hui en France « Une écriture fougueuse et survoltée, qui alterne violence et tendresse, vulgarité et ode à Duras. » 20 minutes Cet ouvrage a reçu le premier prix Régine Deforges  

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Un roman saisissant : "La petite barbare" d'Astrid Manfredi chez Belfond.

    Le pitch: Alors qu'elle attend sa fin de peine, une jeune détenue, surnommée la "Petite Barbare", revient sur le parcours chaotique de sa vie qui l'a fait atterrir en prison, avec un père chômeur branleur, une mère...
    Voir plus

    Un roman saisissant : "La petite barbare" d'Astrid Manfredi chez Belfond.

    Le pitch: Alors qu'elle attend sa fin de peine, une jeune détenue, surnommée la "Petite Barbare", revient sur le parcours chaotique de sa vie qui l'a fait atterrir en prison, avec un père chômeur branleur, une mère abîmée par la vie qui sombrera dans l'alcool, dans une cité où règne la pauvreté et la violence, avec un "ami" qui l'incitera à abuser de ses charmes pour dépouiller de riches naïfs, jusqu'au jour où elle franchira la ligne en laissant une des proies être torturée et assassinée sans réagir...

    Repérée au moment de la rentrée littéraire dans l'émission La Grande Librairie, j'ai fini par me plonger dans ce roman brutal et stupéfiant.

    L'auteur nous y présente de manière crue une jeune fille paumée, pleine de rêves et d'espoirs de vie meilleure, en quête de rédemption même si elle n'ose se l'avouer, pervertie par la société qui n'a su l'intégrer. Ce récit ne peut que nous faire penser à "l'appât" du Gang des Barbares, ce qui m'a empêchée toute empathie envers cette jeune fille sans repères. Pour autant l'auteur sait subtilement malmener son lecteur, contraint et forcé de regarder ce qui dérange. L'écriture est brute, violente, mais belle et rend ce récit poignant au travers de cette personnalité si complexe.

    En bref, un roman dur, qui laisse à réfléchir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pour faire découvrir la poésie et la littérature de Duras aux plus jeunes! pour rester sérieuse, je m'attendais à mieux(F.Busnel disait que c’était LA révélation 2015 de la rentrée littéraire...ben ça m'a déçue!)

    C'est court, percutant dans le style, on entre facilement dans l'histoire que...
    Voir plus

    Pour faire découvrir la poésie et la littérature de Duras aux plus jeunes! pour rester sérieuse, je m'attendais à mieux(F.Busnel disait que c’était LA révélation 2015 de la rentrée littéraire...ben ça m'a déçue!)

    C'est court, percutant dans le style, on entre facilement dans l'histoire que raconte la narratrice; la petite barbare raconte tout: son enfance,ses parents,ses sorties(escroqueries,genre,prostitution...) la prison,son manuscrit et le jour de sortie.

    Il se lit vite mais j'ai trouvé ça peu profond, j'ai eu l'impression que c’était un roman de journaliste qui a voulu s’égarer en s’inspirant de faits divers du XXI siècle(le gang des barbares, l'affaire Halimi, les cités sous tension, nabilla...) mais pas très réussi.

    Bref j'ai trouvé ce livre sans plus(on me l'avait peut être sur-vendu!)

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Si elle n’est enfant du hasard, elle naît et grandit dans un environnement familial sans repère, là où l’amour n’a jamais été au rendez-vous, pas plus que la reconnaissance ou quelque sentiment de ce genre qui aurait pu lui apporter juste de quoi trouver un sens à sa vie.
    « …je ne pleure plus,...
    Voir plus

    Si elle n’est enfant du hasard, elle naît et grandit dans un environnement familial sans repère, là où l’amour n’a jamais été au rendez-vous, pas plus que la reconnaissance ou quelque sentiment de ce genre qui aurait pu lui apporter juste de quoi trouver un sens à sa vie.
    « …je ne pleure plus, je suis devenue un bout du Sahara ». Résignée, la petite Barbare raconte pourquoi et comment une vie peut être détruite parce que, justement, l’enfance n’a jamais été construite. A sa façon, elle va s’insurger contre ceux qui ont la vie facile, qui ont du fric. Elle déverse sa haine sans scrupule. Revêtue d’une carapace, elle est insensible au monde qui l’entoure, et ses relations lui ressemblent.
    A l’isolement, elle passe des mois sans jamais réellement percevoir ce que l’autre peut lui apporter, un peu de réconfort, un peu de chaleur humaine. Non, la Petite barbare est hermétique et ne voit pas le bout du tunnel ; seule Marguerite Duras lui procure quelques espoirs et quelques rêves lorsqu’elle se remémore sa lecture de « l’Amant ».
    Il serait difficile parler de la petite barbare dans des termes mesurés ; effectivement l’écriture de Astrid Manfredi est aussi violente que la souffrance qu’elle exprime ; c’est donc un vocabulaire vulgaire, sans mesure qui m’a parfois dérangée, mais sans jamais me donner envie de refermer le livre avant sa fin. Elle est attachante cette jeune fille, on la plaint, on s’interroge. Effectivement, est-il possible de se dessaisir d’autant de hargne, de distiller autant de peur pour entrevoir un jour une lueur au fond d’un tel gouffre ? La détention ou l’enfermement quels qu’ils soient ont-ils les clés pour transformer un comportement d’animal sauvage en être humain ?
    Ce roman évoque de nombreux sujets de société, il interroge aussi sur les différences.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Surprise par cette lecture. Livre dur, anticonformiste mais se lit d'un seul jet... Je souhaite le relire pour peaufiner mon appréciation.

    Surprise par cette lecture. Livre dur, anticonformiste mais se lit d'un seul jet... Je souhaite le relire pour peaufiner mon appréciation.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Gloabelement, j'ai bien aimé ce livre.
    Le propos tenu sur l'exclusion social et ses conséquences m'a intéressé.
    L'écriture est nerveuse et on y croit ...
    sauf que ...
    le roman est inspiré de faits bien réels ... et là je me suis sentie mal à l'aise.
    J'ai eu le sentiment d'être...
    Voir plus

    Gloabelement, j'ai bien aimé ce livre.
    Le propos tenu sur l'exclusion social et ses conséquences m'a intéressé.
    L'écriture est nerveuse et on y croit ...
    sauf que ...
    le roman est inspiré de faits bien réels ... et là je me suis sentie mal à l'aise.
    J'ai eu le sentiment d'être piégée.
    Je n'ai pas aimé être rappelée (à mon insu) à une horreur qui a existé, et ce dans un contexte actuel que je trouve trop violent.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Entretien avec Astrid Manfredi:
    https://caflittraire.wordpress.com/2016/05/18/entretien-avec-astrid-manfredi/

    Entretien avec Astrid Manfredi:
    https://caflittraire.wordpress.com/2016/05/18/entretien-avec-astrid-manfredi/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai mis beaucoup de temps avant de décider de lire ce roman. Pourquoi ? Parce que l’histoire de cette petite barbare, bien trop proche d’un horrible fait divers qui m’a donné envie de vomir il y a quelques années, ne m’intéressait pas. Pire, j’avais l’impression, en le lisant, de cautionner...
    Voir plus

    J’ai mis beaucoup de temps avant de décider de lire ce roman. Pourquoi ? Parce que l’histoire de cette petite barbare, bien trop proche d’un horrible fait divers qui m’a donné envie de vomir il y a quelques années, ne m’intéressait pas. Pire, j’avais l’impression, en le lisant, de cautionner quelque part l’attitude de cette gamine et de son gang, et de ça il n’était pas question. Et finalement, après plusieurs mois, voyant mes « amis de lecture » le faire voyager de mains en mains, j’ai fini par le demander à mon tour ….
    Une fois reçu, j’ai relu le 4eme de couverture, en reculant le moment de me lancer, et puis au bout de quelques jours j’y suis allée : je m’étais engagée à au moins essayer de lire, donc il fallait au moins essayer…
    J’ai essayé…. Et je ne l’ai plus lâché, de la 1ere à la dernière page ( 150, pas énorme non plus…), je l’ai avalé en une petite fin de soirée.
    Car ce livre est comme ça : il vous prend dès le 1er mot, la 1ere phrase, et il vous retourne jusqu’au dernier mot, jusqu’à la 154ème page. Non pas que l’on ressente une quelconque empathie avec cette petite barbare, elle qui n’en ressentait aucune, obnubilée par son corps et par l’argent qu’il lui permettait de gagner. Non ce n’est pas cela. De cette petite barbare on se moque finalement, et jamais le livre ne nous permet de nous attacher à elle ne serait-ce que quelques minutes, quelques pages. Non, ce qui compte ce n’est pas le personnage, qui pourtant s’exprime sur la mode du « je » : « je faisais ceci, je voulais cela, j’avais ceci »….
    Ce qui compte en fait dans ce livre, c’est l’écriture, le style de l’auteure. Un style unique, tellement unique que j’ai cru en fait lire un long slam , une chanson parlée ( vous savez, comme celles de ces chanteurs qu’on devrait en fait appeler parleurs, comme Grand Corps Malade), une chanson de 150 pages , au rythme fou, aux mots qui claquent, qui jouent entre eux et se percutent, qui s’uppercutent devrais-je dire ! Quand j’ai commencé à lire, j’ai voulu prendre un stylo et un carnet, et noter quelques phrases, chose très rare me concernant, et puis plus j’avançais plus je me suis aperçue que c’est tout le livre que j’aurais dû noter, toutes ces phrases, tous ces mots ou presque…
    Avec ce livre, je peux le dire : c’est la première fois que je comprends ce que certains lecteurs expliquent, qu’on peut lire non pas pour une histoire, non pas pour un récit, mais lire pour un style d’écriture…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une jeune femme en prison, issue de la banlieue raconte comment elle en est arrivée là, sa vie, ses errements, ses erreurs.
    Je reste indécise quant à ce livre. Il me semble à la fois trop dur mais pas assez pour être crédible, sombre, à la lisière du désespoir et pourtant à sa sortie de prison,...
    Voir plus

    Une jeune femme en prison, issue de la banlieue raconte comment elle en est arrivée là, sa vie, ses errements, ses erreurs.
    Je reste indécise quant à ce livre. Il me semble à la fois trop dur mais pas assez pour être crédible, sombre, à la lisière du désespoir et pourtant à sa sortie de prison, la petite barbare est remplie d'espoirs, très simples, mais d'espoirs.
    Bref, très mitigée et pas convaincue, mais il m'est difficile de dire exactement ce qui ne m'a pas plu.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le récit débute en prison. On sait tout de suite à quoi s'en tenir. Sans complaisance ni trémolos, cette petite barbare (c'est bien ce qu'elle est, sans frein moral, sans pitié, mais avec quelle vitalité originelle!) se raconte pour survivre. L'enfance difficile, le milieu défavorisé, le désert...
    Voir plus

    Le récit débute en prison. On sait tout de suite à quoi s'en tenir. Sans complaisance ni trémolos, cette petite barbare (c'est bien ce qu'elle est, sans frein moral, sans pitié, mais avec quelle vitalité originelle!) se raconte pour survivre. L'enfance difficile, le milieu défavorisé, le désert affectif sont des réalités, elle n'en fait pas des excuses. C'est sa vie (comme celle de bien d'autres). Point.
    Elle utilise les armes que le Hasard lui a donné, son physique, sans état d'âme, "naturellement", et les salopards bien pensants ordinaires ne se privent pas d'en abuser eux, avec une hypocrisie répugnante.
    Pourtant son arme secrète est ailleurs: elle aime lire; la Littérature sera sa colonne vertébrale finalement. Belle idée, non?
    C'est un livre très vivant, peut-être un peu trop sage vu la violence sous-jacente et la réalité objective.
    Mais comment ne pas croire à une possibilité de changement et au rôle salvateur de la culture littéraire? À lire. Cette petite barbare mérite attention et respect.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions