La perle et la coquille

Couverture du livre « La perle et la coquille » de Nadia Hashimi aux éditions Milady
  • Date de parution :
  • Editeur : Milady
  • EAN : 9782811214562
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier.... Voir plus

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Donner votre avis

Articles (1)

  • "La Perle et la Coquille" de Nadia Hashimi
    "La Perle et la Coquille" : un plaidoyer pour les femmes afghanes

    Après « Les Cerfs-volants de Kaboul » de Khaled Hosseini, un autre roman brillant nous transporte dans la vie quotidienne au sein de l’Afghanistan moderne : dans « La Perle et la Coquille », Nadia Hashimi livre un témoignage aussi précis qu’émouvant sur la condition féminine sous les talibans.

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Un beau livre sur la condition féminine, parfois dur, parfois tendre. Certaines longueurs mais à découvrir

    Un beau livre sur la condition féminine, parfois dur, parfois tendre. Certaines longueurs mais à découvrir

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un superbe roman qui raconte en parallèle la vie de 2 femmes à un siècle d'intervalle en Afghanistan. Deux femmes fortes qui font se battre contre les traditions, essayaient de faire évoluer les moeurs, leur pays, rebattre pour l'éducation des filles.

    On y rencontre la misère, la solitude,...
    Voir plus

    Un superbe roman qui raconte en parallèle la vie de 2 femmes à un siècle d'intervalle en Afghanistan. Deux femmes fortes qui font se battre contre les traditions, essayaient de faire évoluer les moeurs, leur pays, rebattre pour l'éducation des filles.

    On y rencontre la misère, la solitude, la condition des femmes et des familles sans garçon, la vie dans les harems, dans les villages, la pauvreté, les traditions qui ne donnent aux femmes aucun droit à la parole aucune choix pour leur vie orchestré par les hommes.

    Il y a beaucoup de violence, de silence, de solitude, de douleur et peu d'évolution entre ce que vivent ces 2 femmes.

    C'est un roman fort, puissant que l'on a du mal à lâcher il nous prend aux tripes et en même temps il est riche d'enseignements, d'aventures, de rebondissements, on en s'ennuie pas une minute au long de ces presque 600 pages.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bouleversant, magnifique et révoltant…
    Début du siècle : Shebika, fille de paysan, défigurée, seule rescapée d’une terrible épidémie, qui deviendra au fil de son histoire, une servante, un garde au palais royal, une femme, une mère…
    2007 : Rahima grandit dans un Afghanistan régit par les...
    Voir plus

    Bouleversant, magnifique et révoltant…
    Début du siècle : Shebika, fille de paysan, défigurée, seule rescapée d’une terrible épidémie, qui deviendra au fil de son histoire, une servante, un garde au palais royal, une femme, une mère…
    2007 : Rahima grandit dans un Afghanistan régit par les Talibans. Les Seigneurs de guerre et les traditions islamiques font la loi. On suit Rahima au fil des ans : son travestissement en petit garçon pour sauver l’honneur de la famille, son retour à la féminité, son mariage, sa vie d’épouse et de belle-fille, sa maternité…
    Deux destins de femmes afghanes à 100 ans d’intervalle qui se ressemble malheureusement tellement. Deux destins formidablement retracées à travers la plume si juste de l’autrice.
    Ce livre nous montre à quel point la domination d’une bonne partie de la population masculine, principalement rurale, dans ce pays musulman et intégriste est encore présente. Attention aux âmes sensibles. On y parle mariage forcé, viol, lapidation, coups, insultes, humiliations…Les femmes sont des marchandises que l’on achètent ou qui permettent de radier une dette. Elles sont des ventres qui doivent enfanter des fils pour éviter l’humiliation d’accueillir une fille sous son toit. Elles sont coupables de tout : la mort ou le handicap d’un enfant, une fausse couche, le mauvais œil. Elles sont considérées comme des êtres invisibles sous leurs burqas mais doivent servir, travailler et obéir. On les conditionne depuis la plus tendre enfance, on les surveille et on les empêchent de s’instruire. Les garder dans l’ignorance ne fait que renforcer leur docilité et leur asservissement. C’est ce qui se passe et nous le savons tous. Il ne fait qu’ouvrir de nouveau les yeux sur une situation connue et intolérable.
    Ce qui m’a frappé encore, pour avoir déjà lu des biographies de femmes musulmanes c’est que les femmes elles-mêmes entretiennent ces traditions et les imposent à leurs filles. Ce sont les femmes elles-mêmes qui se jaugent, se jugent, se jalousent et se rendent la vie encore plus dure qu’elle ne l’est déjà. La polygamie et le fait de vivre dans sa belle-famille renforce ces tensions.
    Rares sont celles qui osent se rebeller. Et comment pourrions nous les blâmer quand on risque sa vie? Mais finalement, pour quelle vie…
    Malgré cela, le livre est porteur d’espoir. Des changements s’opèrent. Infimes mais réels. Avec une certitude : le changement vient des femmes. Certains hommes instruits suivent le mouvement mais les autres seraient trop bêtes de renoncer à leurs privilèges et esclaves. Donc oui, le changement vient des femmes. Comme chez nous il y a quelques siècles voire même seulement quelques années en arrière. Ne perdons jamais de vue que la liberté acquise reste toujours fragile et que nous devons toujours lutter pour nos droits. Ne jamais baisser la garde.
    Je souhaite que toutes ces femmes de ces pays en proie aux intégristes connaissent un jour enfin la liberté d’aimer, la liberté d’apprendre, la liberté d’enfanter, la liberté de vivre tout simplement et que les hommes arrêtent de ce cacher derrière l’interprétation d’une religion. Je leur souhaite d’avoir le courage de faire entendre leurs voix pour changer les choses. Magnifique roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • De nos jours, dans un petit village afghan, un ancien soldat des seigneurs de la guerre retrouve sa famille et se laisse aller à ses penchants pour la drogue. Il n’a que des filles qui sont harcelées sur le chemin de l’école. La solution sera de les confiner à la maison et de marier la très...
    Voir plus

    De nos jours, dans un petit village afghan, un ancien soldat des seigneurs de la guerre retrouve sa famille et se laisse aller à ses penchants pour la drogue. Il n’a que des filles qui sont harcelées sur le chemin de l’école. La solution sera de les confiner à la maison et de marier la très jeune Rahima à un homme de plus de soixante ans… Au tout début de l’autre siècle, Shekiba perd toute sa famille lors d’une épidémie de choléra. Elle tente de survivre seule sur la petite ferme familiale. Mais assez rapidement, ses oncles la placent comme garde du harem dans le palais du roi d’Afghanistan. Malheureusement, elle ne peut empêcher un homme de s’introduire à l’intérieur. Ce sera la suite de ses malheurs…
    « La perle et la coquille » est le récit choral ou stéréophonique de la vie de deux femmes afghanes à un siècle de distance et en alternant les chapitres. Une longue suite d’épreuves, de drames et d’humiliations de toutes sortes pour ces femmes. Des vies d’esclaves consacrées aux travaux ménagers et vouées à la procréation si possible uniquement de garçons. Le lecteur découvre qu’au XXIème siècle rien n’a changé, Rahima a beau terminer adjointe parlementaire d’une députée de la « jirga » (assemblée nationale), elle est tout autant privée de liberté, exploitée et humiliée que son arrière-arrière-arrière grand-mère. Malgré quelques longueurs, ce gros pavé se lit assez rapidement tant ces mœurs d’un autre temps semblent exotiques et choquantes et donnent à réfléchir sur la condition de la femme dans ce pays. À conseiller pour nous aider à appréhender une réalité bien cruelle.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai adoré suivre parallèlement deux destins si éloignées par le temps mais si proches par les actes et les pensées. Je vous le conseille car il permet de peindre une société divisée entre le sexe masculin et féminin et ces femmes aux destins difficiles se battent pour leur condition et pour...
    Voir plus

    J'ai adoré suivre parallèlement deux destins si éloignées par le temps mais si proches par les actes et les pensées. Je vous le conseille car il permet de peindre une société divisée entre le sexe masculin et féminin et ces femmes aux destins difficiles se battent pour leur condition et pour poursuivre leurs rêves.
    De plus, l'écriture est belle, fine, choisie et travaillée et cette construction du roman entre deux destins est symbolique puisque si au début le lecteur ne se rend pas bien compte de cette division, on comprend à la fin que les deux destins sont liés.
    Une belle leçon de vie, une belle écriture, une poésie en devenir et un récit bouleversant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Emouvant, passionnant et très bien écrit ! Une belle leçon de vie sur la condition des femmes en Afghanistan...

    Emouvant, passionnant et très bien écrit ! Une belle leçon de vie sur la condition des femmes en Afghanistan...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Résumé Nathalie Bullat 25 03 2017

    On devrait fortement recommander la lecture de cet ouvrage passionnant aux adolescents. Simone de Beauvoir rappelait qu’il suffira d’une crise politique ou religieuse pour que les droits des femmes soient bafoués. Dans ce roman riche en péripéties, Nadia...
    Voir plus

    Résumé Nathalie Bullat 25 03 2017

    On devrait fortement recommander la lecture de cet ouvrage passionnant aux adolescents. Simone de Beauvoir rappelait qu’il suffira d’une crise politique ou religieuse pour que les droits des femmes soient bafoués. Dans ce roman riche en péripéties, Nadia Hashimi décrit l horreur que vivent les femmes Afghanes en entrelaçant les destins de Rahima et de Shekiba avec un siècle de distance.

    En Afghanistan en 2007 les Talibans font la loi, sèment la terreur. La violence est partout même à la maison. Rahima n’a que des soeurs. En acceptant de devenir une basha posh, une fille travestie en garçon, elle est libre de sortir et surtout d’aller à l’école.
    Mais à treize ans on la marie de force à un homme violent en âge d être son père, un seigneur de la guerre. Ces sœurs aussi sont mariées, je dirai plutôt vendues par leur père. La jeune fille comprendra très vite que les femmes afghanes, surtout les pauvres, n’appartiennent pas à leur famille, qu’elles deviennent esclaves de leur belle-famille. Elles sont des ventres qui doivent donner des garçons. Seulement dans ce cas elles ne seront pas traitées comme du bétail. Souvent les belles mères sont cruelles et prolongent le schéma qu’elles ont pourtant subi.

    Sa tante Khala Shaima, lors de ses visites, lui racontera la vie de leur ancêtre Shekiba au début du 20ème siècle. Bien que née dans une famille aimante, Shekiba sera volée et maltraitée par ses oncles. Son histoire passionnante est pleine de rebondissements et proche de celle de Rahima. Vers 1910 le roi Amanullah et sa jeune épouse moderniseront le pays en réclamant l’éducation pour les filles et abolissant le port du tchador. Ils contribuent fortement à l’émancipation de la femme Afghane. Mais qui pouvait imaginer que 100 ans plus tard les talibans apporteront leur lot de haine… ??

    Je comprends que ce roman ait obtenu le prix des lectrices. Il foisonne de personnages, parfois de bonnes âmes.
    Parce que « l’esprit humain est plus dur qu’une pierre et plus délicat qu’un pétale de fleur » ces deux jeunes femmes malmenées, violentées, souvent à terre essayeront par tous les moyens de se relever.
    le joli titre tiré d’un poème persan nous donne le ton « l’eau de mer supplie la perle de briser sa coquille ».

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
    • Vanessa De Raedemaeker le 08/05/2017 à 21h55

      Je l'ai lu récemment et j'ai beaucoup aimé ce livre. Une histoire émouvante, racontée avec beaucoup de pudeur, mais qui nous laisse choquée et triste par la violence vécue par ces femmes afghanes. En effet, je pense qu'il serait bon de faire lire ce type de romans aux jeunes de maintenant. Car il est difficile pour nous d'imaginer la réalité de cette violence et ce manque de respect. Comment survivre à ça ? Comment rester digne et continuer à supporter tout ça ? Une belle leçon de vie ... Et un commentaire très juste et très complet :-) Merci !

      thumb_up J'aime flag Signalez un abus
    • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Un roman bouleversant sur la vie des femmes en Afghanistan. Une histoire difficile, mais que l'on peut difficilement oublier. Le livre alterne les histoires de Rahima et de Shebika, son ancêtre, et comment elles vont tenter d'échapper à leur triste destin. Très émouvant, d'autant plus que de...
    Voir plus

    Un roman bouleversant sur la vie des femmes en Afghanistan. Une histoire difficile, mais que l'on peut difficilement oublier. Le livre alterne les histoires de Rahima et de Shebika, son ancêtre, et comment elles vont tenter d'échapper à leur triste destin. Très émouvant, d'autant plus que de nombreuses femmes connaissent encore aujourd'hui cette vie-là en Afghanistan.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • On découvre la vie de ces femmes, fillettes, et adolescentes afghanes, une vie qui ne les épargne pas, une vie qui ne les destine qu'à servir l'homme.
    Tant pis pour elles si la nature ou les accidents de la vie sont source d'infirmité, ou ne serait-ce une petite imperfection. Il leur faudra en...
    Voir plus

    On découvre la vie de ces femmes, fillettes, et adolescentes afghanes, une vie qui ne les épargne pas, une vie qui ne les destine qu'à servir l'homme.
    Tant pis pour elles si la nature ou les accidents de la vie sont source d'infirmité, ou ne serait-ce une petite imperfection. Il leur faudra en subir les conséquences, les regards, les moqueries, les coups...

    Nous suivons le destin de deux d'entres elles, Rahima, dont la mère a eu le malheur de n'enfanter que des filles, et son arrière-arrière-grand-mère Shekiba. On suit ces deux parcours, loin d'être sans embûche. Le récit alterne ainsi entre leurs deux histoires, entretenant un certain suspense.
    Peu à peu, au fur et à mesure que l'on apprend à les connaître, on s'attache à elles.
    Un siècle les sépare, et pourtant, on réalise que les choses sont loin d'être différentes pour les femmes.
    Cette vie est bien difficile, souvent terrible, et cela nous est très bien conté. Ces femmes doivent se taire, obéir, subir la brutalité des hommes ainsi que la méchanceté des autres femmes.

    Un récit réaliste et prenant qui met en lumières les conditions de vie des femmes afghanes, on ne peut rester indifférent face à ce qu'elles endurent.
    Ce joli pavé écrit sans tabou et avec des mots justes se lit sans difficulté.
    Une histoire émouvante et bouleversante, heureusement teintée d'espoir.

    http://www.faimdelire.com/2016/01/laperleetlacoquille.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre poignant et émouvant sur la condition des femmes en Afganistan en 2007.

    Un livre poignant et émouvant sur la condition des femmes en Afganistan en 2007.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.