La percée ; roman d'un fantassin 1914-1915 (2e édition)

Couverture du livre « La percée ; roman d'un fantassin 1914-1915 (2e édition) » de Jean Bernier aux éditions Agone
  • Date de parution :
  • Editeur : Agone
  • EAN : 9782748902006
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Les moeurs de caserne réapparaissaient et Favigny, qui constatait que, même à la guerre, il y avait des heures pour dormir et pour manger, se résigna à la tranchée comme à une garnison inconfortable et lointaine.
On enterrait les morts, on ornait leurs tombes ; des horaires, des programmes... Voir plus

Les moeurs de caserne réapparaissaient et Favigny, qui constatait que, même à la guerre, il y avait des heures pour dormir et pour manger, se résigna à la tranchée comme à une garnison inconfortable et lointaine.
On enterrait les morts, on ornait leurs tombes ; des horaires, des programmes étaient dressés ; comme une « institution » bien tenue, la guerre avait son emploi du temps.
Favigny se fût résigné à ne plus croire à la gloire si les regards des bonhommes ne l'eussent secoué quand quelqu'un prononçait le mot d'« attaque ». Mais le Grand Quartier Général français nourrissait des desseins triomphaux. Les tranchées françaises, sans boyaux, sans abris, sans réseaux sérieux de fils de fer, presque sans mitrailleuses, n'étant en somme que des sillons nus sous le ciel, les généraux pensèrent qu'il en était de même chez les Allemands.
L'ère de la « percée » commençait.
Acteur méconnu des avant-gardes politiques et littéraires françaises, Jean Bernier (1894-1975) a nourrit ce roman de son expérience de fantassin de la Première Guerre mondiale. L'auteur est représenté par Jean Favigny, fils d'un bourgeois parisien cultivé, qui donne un accès aux sentiments des combattants durant les quatorze premiers mois de guerre, dans un portrait des opérations fondé sur topographie et un récit précis des opérations.
Pour Jean Norton Cru, historien de la littérature de témoignage sur la Première Guerre mondiale, La Percée est un roman capital pour sa vérité historique et sa valeur documentaire : « Il est sans conteste le meilleur des romans de guerre au point de vue de l'historien. » Jean Norton Cru oppose ainsi radicalement La Percée de Bernier au Feu de Barbusse. Ce dernier sacrifiant l'exactitude historique au « style », à une certaine élégance de la prose et de détachement ; quand Bernier respecte à la fois le fond (l'expérience de la guerre vécue dans sa chair) et la forme romanesque d'une fiction cantonnée à l'identité et à la subjectivité du narrateur et des personnages.

Donner votre avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions