La Peinture, Sommet Des Arts

Couverture du livre « La Peinture, Sommet Des Arts » de Albus Anita aux éditions Seuil
  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782020526241
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Voici cinq siècles la science était considérée comme un art et l'art comme une science, la peinture se situant au-dessus de tous les arts. Et une nouvelle espèce de peintres s'efforçait de réconcilier le monde sensible et le monde intelligible.
Dans cet essai original et érudit, Anita Albus... Voir plus

Voici cinq siècles la science était considérée comme un art et l'art comme une science, la peinture se situant au-dessus de tous les arts. Et une nouvelle espèce de peintres s'efforçait de réconcilier le monde sensible et le monde intelligible.
Dans cet essai original et érudit, Anita Albus raconte comment s'est développée aux 15ème, 16ème, 17ème siècles, en particulier la peinture en trompe-l'oeil, en utilisant quelques exemples d'oeuvres de maîtres d' Europe du nord - grands comme Jan van Eyck, Gérard David, moins connus comme Georg Flegel, Johannes Goedaert. En tant que chercheur, elle se situe dans la tradition d'Erwin Panofsky; en tant que peintre, elle perçoit des choses que personne n'avait perçues avant elle; en tant qu'écrivain, elle revisite des oeuvres en découvrant de façon subtile la part d'abstraction, les symboles cachés qui nous échapperaient, et de façon tout aussi saisissante les infimes détails que notre regard ne sait pas toujours discerner.
Prenons quelques exemples : -A partir d'un Paysage de forêt de Gérard David (1460-1525) on remarque que la conception du monde a changé en 50 ans : plutôt que les sujets de majesté, on privilégie la nature purificatrice.
- Après les vastes perspectives, l'auteur restreint son regard aux natures mortes. Nature morte du fumeur de Flegel (1628) englobe en quelques objets - pipe, tabac, verre, fraises - toute la symbolique de son époque. Quant à Goedaert, il reflète la folie des tulipes et réunit le végétal, l'animal, le minéral, dans Vase de fleurs avec mésange bleue (1660).
Anita Albus emprunte sa méthode aux anciens peintres eux-mêmes : la technique des couches. Elle nous apprend à distinguer les différents niveaux de cette peinture, sur le plan de la technique, de la couleur et du sens. Elle nous fait aussi redécouvrir le contexte historique et philosophique dont les oeuvres sont les témoins et que les artistes n'ont pas occulté. En conclusion elle nous livre un petit trésor : un cahier technique sur les pigments eux-mêmes, que le 19ème siècle a sacrifiés progressivement au profit des couleurs industrielles. Le lecteur se sent presque devenir alchimiste en découvrant combien de "science" nécessitait la création d'une couleur.
Nous avons ici un essai littéraire, un patchwork au meilleur sens du terme, très stimulant et chatoyant d'éléments provenant de multiples champs de savoir et reliés par la vision du monde et de l'art pictural propres à l'auteur.

Donner votre avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions