Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La passion du vivant ; la vie et l'oeuvre de Barbara McClintock

Couverture du livre « La passion du vivant ; la vie et l'oeuvre de Barbara McClintock » de Evelyne Keller aux éditions Empecheurs De Penser En Rond
  • Nombre de pages : (-)
  • Collection : (-)
  • Genre : (-)
  • Thème : Epistémologie
  • Prix littéraire(s) : (-)
Résumé:

Barbara McClintock appartient à une variété rare de chercheurs.
Pendant près de quarante ans, elle a mené son travail en quasi-reclue, considérée par la communauté scientifique comme une excentrique, une vieille folle incompréhensible. Pourtant, Barbara McClintock était une visionnaire : elle a... Voir plus

Barbara McClintock appartient à une variété rare de chercheurs.
Pendant près de quarante ans, elle a mené son travail en quasi-reclue, considérée par la communauté scientifique comme une excentrique, une vieille folle incompréhensible. Pourtant, Barbara McClintock était une visionnaire : elle a reçu le prix Nobel de Médecine, en 1983, à 81 ans, pour sa découverte des " transposons " ou éléments mobiles du génome. Qu'est-ce qui permettait à Barbara McClintock de voir plus loin et de manière plus pénétrante dans les mystères de la génétique qu'aucun de ses collègues ? Sa réponse est simple.
Elle répète qu'il faut prendre le temps de regarder, avoir al patience " d'écouter ce que la matériau a à vous dire ", avoir l'esprit assez ouvert pour " le laisser venir à vous ".Ce qu'il faut, c'est " sentir l'organisme, l'être vivant ", savoir se mettre, en quelque sorte, à sa place. Il faut " comprendre comment il croît, comprendre comment il s'articule, sentir quand quelque chose ne va pas ". Un organisme " n'est pas comme un morceau de plastique, c'est quelque chose qui est constamment affecté par son environnement, qui présente constamment, au cours de sa croissance, des particularités, des faiblesses ".
Ce que cet ouvrage montre, c'est qu'aucune science digne de ce nom ne peut réellement progresser sans un profond investissement émotionnel de la part du scientifique. C'est cet investissement émotionnel qui fournit la force et l'élan nécessaires à ces heures interminables de travail intense, souvent épuisant.

Donner votre avis