Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La nuit recomposée

Couverture du livre « La nuit recomposée » de Jocelyn Lagarrigue aux éditions Quidam
  • Date de parution :
  • Editeur : Quidam
  • EAN : 9782374912639
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Que faisons-nous ? Et pourquoi le faisonsnous encore ? » Antoine est comédien. Sa vie, il la brûle avec les femmes, sur les planches, dans la haute mer des grands textes.
Seule l'intensité l'intéresse. Il la recherche partout.
Jusqu'au jour de trop : plongé dans le coma, la vague noire menace... Voir plus

Que faisons-nous ? Et pourquoi le faisonsnous encore ? » Antoine est comédien. Sa vie, il la brûle avec les femmes, sur les planches, dans la haute mer des grands textes.
Seule l'intensité l'intéresse. Il la recherche partout.
Jusqu'au jour de trop : plongé dans le coma, la vague noire menace de l'engloutir.
Combien d'hommes dans un homme ? Comment renaître ? A quoi s'expose-t-on dans le jeu de l'amour et du hasard, et surtout à quoi s'expose-t-on si on ne joue pas, ne joue plus ?
Porté par une écriture bouillonnante, d'une liberté rare, La Nuit recomposée nous plonge dans la vie d'un homme de théâtre devenu tour à tour roi et clochard.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (10)

  • Antoine, la quarantaine, après avoir subi un grave accident, un coma et une réanimation reprend son métier d’acteur. Marié à Esther, deux enfants, il quitte sa famille pour Alexia une actrice plus jeune que lui avec qui il a une relation tumultueuse. La précarité de la profession se confond...
    Voir plus

    Antoine, la quarantaine, après avoir subi un grave accident, un coma et une réanimation reprend son métier d’acteur. Marié à Esther, deux enfants, il quitte sa famille pour Alexia une actrice plus jeune que lui avec qui il a une relation tumultueuse. La précarité de la profession se confond avec la précarité de sa vie sociale, incertaine, faite de hauts et de bas donnant l’impression d’un laisser aller permanent. Sa gloire éphémère, l’intermittence de son activité, sa personnalité perturbée l’entraînent dans une chute le conduisant à un séjour en hôpital psychiatrique. Les changements de rythme de l’écriture illustrent parfaitement le cheminement du personnage, mais le lecteur a les neurones qui s’embrouillent un peu, comme ceux d’Antoine vers la fin de l’ouvrage.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Comédien, Antoine Lepage vient de sortir de quelques mois de coma. Marié à Esther, père de deux jeunes enfants, engagé dans une pièce qui met en scène Don Juan, très sensible aux charmes d’Alexia, sa partenaire, Antoine doit composer avec de nouvelles perspectives, de nouvelles envies, un autre...
    Voir plus

    Comédien, Antoine Lepage vient de sortir de quelques mois de coma. Marié à Esther, père de deux jeunes enfants, engagé dans une pièce qui met en scène Don Juan, très sensible aux charmes d’Alexia, sa partenaire, Antoine doit composer avec de nouvelles perspectives, de nouvelles envies, un autre lui-même.
    Ce roman explore avec beaucoup de recul les arcanes de la création, du théâtre et du monde des acteurs. Normal, son auteur est lui-même issu de ce monde. Il en connait donc bien les travers et les moments de grâce.

    La sortie du coma d’Antoine signe pour lui le début d’une remise en question, aussi bien de son art que de sa vie personnelle. On sent très vite que la faille qui s’est ouverte n’en finira pas de s’élargir jusqu’à un point de non-retour vers lequel l’auteur nous entraîne à la suite de son personnage. Heureusement, un bon nombre de pointes d’humour viennent aussi alléger le récit et montrent que l’auteur, comme son personnage, n’est pas totalement dupe de ce monde parallèle du théâtre.

    Le récit nous montre la difficulté de placer des limites entre la scène et la “vraie vie”, le désir omniprésent de séduire, de se voir dans le regard de l’autre qu’il soit partenaire de scène ou spectateur. C’est évidemment finement observé, écrit dans un style qui nous fait ressentir l’urgence d’être mais aussi cette espèce de volonté d’auto-destruction que véhicule le personnage d’Antoine. Engagé dans une relation conflictuelle avec Alexia, renonçant à sa vie avec Esther, perdant pied sur scène, Antoine semble courir à sa perte, quasiment volontairement ou en tous les cas en ayant pleinement conscience de vivre dans une illusion dangereuse.

    C’est parfois un brin confus, surtout dans certains passages qui tanguent aux frontières de la réalité et du rêve, et caricatural avec ce personnage d’Alexia qui est une véritable tragédienne et ne semble pouvoir vivre qu’en créant du drame mais l’ensemble interroge sur le sens de la vie, sur le métier d’acteur, sur la frontière ténue entre être et paraître, sur le besoin de reconnaissance.

    Un premier roman intéressant qui ouvre sur une interrogation quant à une possible continuité. Jocelyn Lagarrigue peut-il écrire sur une thématique moins proche de lui, moins autofictionnelle ?

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une très belle découverte !
    Dans cette œuvre qui s'apparente à un roman d'apprentissage, on suit les péripéties d'Antoine, comédien dont la vie est loin d'être un long fleuve tranquille. Après un accident qui l'a plongé dans le coma, Antoine se reconstruit avant de se détruire à nouveau,...
    Voir plus

    Une très belle découverte !
    Dans cette œuvre qui s'apparente à un roman d'apprentissage, on suit les péripéties d'Antoine, comédien dont la vie est loin d'être un long fleuve tranquille. Après un accident qui l'a plongé dans le coma, Antoine se reconstruit avant de se détruire à nouveau, enchaîne brefs moments de stabilité et relation toxique. Ses décisions sont parfois déroutantes, c'est ce qui le rend attachant et humain.
    Jocelyn Lagarrigue nous fait découvrir le monde du théâtre tout en simplicité. de toute évidence, l'auteur aime cet univers, et il prend plaisir à nous le décrire, à travers une écriture fluide, très agréable.
    Une œuvre qui donne envie de brûler les planches...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • 1er roman étonnant où on suit la dérive d'Antoine, comédien de théâtre, reconnu dont la vie bascule suite à "accident" . Après un coma long, il doit tout découvrir, réapprendre, est-ce une seconde chance? va-t-il réussir à changer? L'auteur nous plonge dans la tête de ce comédien désarçonné, qui...
    Voir plus

    1er roman étonnant où on suit la dérive d'Antoine, comédien de théâtre, reconnu dont la vie bascule suite à "accident" . Après un coma long, il doit tout découvrir, réapprendre, est-ce une seconde chance? va-t-il réussir à changer? L'auteur nous plonge dans la tête de ce comédien désarçonné, qui tombe follement amoureux d'Alexia , une passion toxique. Il aime les mots, se mettre en danger devant un public et pourtant il se questionne sur l'utilité de son métier, de son retour à la vie.
    J'ai été touché par la douleur, l'angoisse d'Antoine qui le submerge au fur et à mesure. J'ai été agacé par sa lâcheté vis-à-vis des femmes de sa vie, sa tendance parfois à se laisser porter.
    Mais la force de l'auteur est de nous plonger dans ce dédoublement de l'acteur, de nous faire ressentir, ses doutes, ses sensations sur scène, ses peurs. Il réussit à faire de l'ombre, des voix une présence palpable et un acteur 2ndaire qui prend peu à peu le premier plan de l'histoire. Il a réussi à me faire aller jusqu'au bout pour savoir comment Antoine aller ou non retomber dans ses travers, dans sa vie.
    Même si j'ai été étonné par la chute, le baisser de rideau de l'histoire, il reste un sacré tour de force dans la capacité à nous rendre palpables les pensées d'Antoine, ses ombres et sa passion dévorante pour les mots. Donc plongez dans la tête pleine, tourmentée , capricieuse et égotique d'Antoine finalement la tête d'un acteur qui essaye juste de vivre vraiment sa vie et pas seulement sur scène. Un 1er roman prometteur et un auteur à suivre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • M. Jocelyn Lagarrigue, acteur, se fait romancier pour « La nuit recomposée », et nous fait monter sur les planches du quotidien d’un acteur, Antoine Lepage.

    « Que faisons-nous ? Et pourquoi le faisons-nous encore ? » est la question qui taraude ce narrateur, cet Antoine, acteur quarantenaire,...
    Voir plus

    M. Jocelyn Lagarrigue, acteur, se fait romancier pour « La nuit recomposée », et nous fait monter sur les planches du quotidien d’un acteur, Antoine Lepage.

    « Que faisons-nous ? Et pourquoi le faisons-nous encore ? » est la question qui taraude ce narrateur, cet Antoine, acteur quarantenaire, dans le coma suite à une overdose au début du roman. Des hauts, des bas, des excès, de l’intensité, aller jusqu’au bout, vivre, être libre et faire l’amour, nous traverserons avec lui tout cela, nous y perdant parfois, oscillant toujours entre le vrai et le faux, comme l’acteur toujours en représentation, suspendu sur un fil, souvent proche de basculer, et peut-être du mauvais côté.

    Au-delà de l’immersion réaliste dans le monde du théâtre, dans ses coulisses et dans ses codes, et dans l’intimité d’un acteur tourmenté, il y a dans ce texte une puissance et une urgence, un besoin et un amour des mots qui se sent, même si l’ensemble m’a paru parfois maladroit et confus, peut-être à avoir voulu trop en dire et à avoir mis son personnage face à trop de situations dans un roman relativement bref. Cependant, malgré ce foisonnement qui amène un côté indigeste au roman, l’écriture, quand elle est la plus simple et la plus épurée, offre de très belles fulgurances, pleine d’un humour très appréciable.

    En bref, « La nuit recomposée » est un récit intéressant sur l’univers théâtral et une plongée passionnante dans la psyché d’un acteur sur le fil.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je ne sais pas si j’ai tout compris, ce livre est assez étonnant. Je crois en avoir compris et apprécié les deux premiers tiers et ensuite j’ai perdu pied, comme Antoine Lepage, ce comédien à qui il arrive des tuiles. J’ai aimé l’écriture de Jocelyn Lagarrigue, qui décrit avec beaucoup d’ironie...
    Voir plus

    Je ne sais pas si j’ai tout compris, ce livre est assez étonnant. Je crois en avoir compris et apprécié les deux premiers tiers et ensuite j’ai perdu pied, comme Antoine Lepage, ce comédien à qui il arrive des tuiles. J’ai aimé l’écriture de Jocelyn Lagarrigue, qui décrit avec beaucoup d’ironie le monde sournois du spectacle à travers Jack le metteur en scène assez peu scrupuleux. J’ai aimé aussi les petites phrases, la scène à la CAF, assez surréaliste et pourtant si plausible m’a beaucoup fait rire. Le regard lucide sur la société, ses faux-semblants, la relation amoureuse toxique, beaucoup de thématiques se faufilent le long de ces pages que j’ai vraiment trouvé agréables à lire, l’humour y aidant. Arrivée aux trois quarts, tout bascule et je ne comprends plus rien. Effet sans doute voulu, mais qui m’a fait perdre pied, je me suis demandée où m’entraînait l’auteur. J’ai refermé ce livre avec l’idée d’une réalité subjective où mêler le vrai du faux reste un exercice périlleux.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Allez, je ne tergiverserai pas, je ne jouerai pas avec vos nerfs, je ne suis pas une actrice. Et c’est sur le champ que je vous donne mon point de vue. "La nuit recomposée" de Jocelyn Lagarrigue, pour un premier, est un grand roman et fut un moment de lecture intense.

    Ne comptez pas sur moi...
    Voir plus

    Allez, je ne tergiverserai pas, je ne jouerai pas avec vos nerfs, je ne suis pas une actrice. Et c’est sur le champ que je vous donne mon point de vue. "La nuit recomposée" de Jocelyn Lagarrigue, pour un premier, est un grand roman et fut un moment de lecture intense.

    Ne comptez pas sur moi pour vous raconter la quatrième de couverture, je n’aime pas trop ça. Il convient tout de même de vous donner, par ordre d’entrée en scène, le nom des principaux personnages : Antoine Lepage, acteur de théâtre, dans le coma, Alexia, comédienne elle aussi, "…pommettes saillantes…yeux verts…lèvres pulpeuses…", Jack Mitchell, metteur en scène, Esther, la femme d’Antoine, … Antoine, c’est lui notre héros, victime d’une overdose et que l’on va suivre entre la vie et la mort ou la mort et la vie.
    J’ai vu dans ce roman comme une lutte sans fin entre un homme et son double. Il se bat sans cesse contre plusieurs mondes. "L’étalon maître hétéro blanc musclé la quarantaine, c’était moi." Mais en même temps "…si la séance était belle, pourquoi avoir accepté de prendre de l’héroïne dans une salle de bains avec un inconnu ?" Il était presque mort et il renaît, mais renaître n’est pas si simple. Sa vie n’est plus la même, entre nouvelles amours et trahisons, errances et doutes, réalité et hallucinations, la vie comme un spectacle ou le spectacle en guise de vie…

    Fascinant est Antoine, personnage confus à la personnalité trouble, tortueuse, compliquée. Fascinant est le récit qui, par l’emploi du "je", nous immerge totalement dans le milieu, le théâtre, les heurs et malheurs de chacun. Car Antoine semble jouer aussi bien sur la scène que dans la vie. Don Juan il l’est certes côté spectacle, mais il garde le costume une fois la représentation terminée. Tromper, séduire, passer d’une femme à une autre, il sait faire, il aime faire.

    Fascinante aussi est l’écriture, poétique, effervescente, noire et lumineuse à la fois. Fascinants, encore, la puissance du théâtre ainsi racontée, les questionnements qui se veulent universels et fascinant enfin l’épilogue d’une grande force.

    "La nuit recomposée", hymne au théâtre pourvoyeur de vie, est un roman beau et fort.

    Sélectionné pour le Prix Orange du Livre 2022

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2022/04/la-nuit-recomposee-de-jocelyn-lagarrigue.html

    " Renaître est un risque."

    La narrateur Antoine, la quarantaine, est un comédien cabossé. Il brûle sa vie tant avec les femmes que sur les planches. Seule l'intensité l'intéresse. " La suractivité,...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2022/04/la-nuit-recomposee-de-jocelyn-lagarrigue.html

    " Renaître est un risque."

    La narrateur Antoine, la quarantaine, est un comédien cabossé. Il brûle sa vie tant avec les femmes que sur les planches. Seule l'intensité l'intéresse. " La suractivité, une énergie qui n'en était pas une, me donnait l'illusion d'être libre." Jusqu'au jour de trop où, plongé dans le coma, une vague noire menace de l'engloutir.

    Deux mois plus tard, après ce qu'il nomme "l'accident" qui l'a fait côtoyer la mort, Antoine ne parvient plus à trouver de sens à son existence "Je revenais du pays des morts, je devais réapprendre à vivre avec les vivants." Lentement, son existence reprend, mais sur une ligne de crête aussi fragile que périlleuse, il ne prend plus plaisir à jouer sur scène.

    Un premier roman au style bouillonnant pour décrire l'errance chaotique et les tourments d'un homme de théâtre écorché vif en pleine crise existentielle, "un clochard céleste". L'auteur immerge le lecteur dans le monde du théâtre, où la rivalité entre comédiens, la soumission aux exigences du metteur en scène sont soulignées mais avec des personnages aux comportements parfois caricaturaux.
    Dans ce roman que j'ai parfois trouvé un peu confus, on ressent pleinement l'amour profond de l'auteur, lui-même comédien, pour le théâtre, un art où "tout est faux et plus vrai que vrai."

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.