Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La garçonnière

Couverture du livre « La garçonnière » de Helene Gremillon aux éditions Flammarion
  • Date de parution :
  • Editeur : Flammarion
  • EAN : 9782081308879
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Ce roman est inspiré d'une histoire vraie. Les événements se déroulent en Argentine, à Buenos Aires. Nous sommes en août 1987, c'est l'hiver.
Les saisons ne sont pas les mêmes partout. Les êtres humains, si.

Donner votre avis

Articles (3)

Avis (16)

  • Dialogue entre Eva Maria et son psychanalyste Vittorio, sur fond d'histoire de dictature argentine. Vittorio rentre chez lui, alors qu'il ouvre la porte, la fenêtre était grande ouverte, il a tout de suite compris qu'il s'était passé quelque chose avec Lissandra... Un roman plein de...
    Voir plus

    Dialogue entre Eva Maria et son psychanalyste Vittorio, sur fond d'histoire de dictature argentine. Vittorio rentre chez lui, alors qu'il ouvre la porte, la fenêtre était grande ouverte, il a tout de suite compris qu'il s'était passé quelque chose avec Lissandra... Un roman plein de rebondissements, très documenté sur les méfaits, violences...d'une terrible période noire. Roman troublant, histoire totalement inattendue.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lisandra, la femme de Vittorio, un psy de Buenos Aires, est retrouvée morte, défenestrée. Vittorio est accusé de meurtre mais Eva Maria, une de ses patientes, est persuadée de son innocence et tente de trouver des preuves pour le disculper.
    J'ai pris ce livre sans à priori si ce n'est les...
    Voir plus

    Lisandra, la femme de Vittorio, un psy de Buenos Aires, est retrouvée morte, défenestrée. Vittorio est accusé de meurtre mais Eva Maria, une de ses patientes, est persuadée de son innocence et tente de trouver des preuves pour le disculper.
    J'ai pris ce livre sans à priori si ce n'est les quelques éloges, lues à l'époque de sa sortie, dans la presse. Je ne savais pas de quoi parlait cette histoire.
    Je suis donc tombé sur un polar axé sur la psychologie, parfois perturbée, des personnages. Pas inintéressant même si, sur certains passages, j'y ai trouvé certaines longueurs.
    L'architecture et le style sont intéressants avec des passages assez descriptifs, d'autres retranscrivant tout simplement un dialogue entre deux personnages.
    Pas mal mais cela reste un polar, pas un meilleur du genre, et c'est donc comme cela que je l'ai pris. J'ai tout de même pris un certain plaisir à le lire, et c'est bien là l'essentiel.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le régime de la junte fasciste en Argentine marque encore la société des crimes qu’elle a commis en 1987. On est dans un climat de questionnement, de soupçons, de non-dits et les peurs sont toujours acerbées.

    C’est en rentrant de son travail que Vittorio, psychiatre, trouve l’appartement sens...
    Voir plus

    Le régime de la junte fasciste en Argentine marque encore la société des crimes qu’elle a commis en 1987. On est dans un climat de questionnement, de soupçons, de non-dits et les peurs sont toujours acerbées.

    C’est en rentrant de son travail que Vittorio, psychiatre, trouve l’appartement sens dessus dessous, fenêtres ouvertes, et découvre avec effroi le corps de Lisandra gisant trois étages plus bas. Sans chercher d’autres pistes, la police privilégie vite l’acte criminel et ne doute guère de la culpabilité de Vittorio. Les relations distendues du couple soutiennent cet a priori.
    Mais c’est sans compter l’implication d’Eva Maria, femme meurtrie par la disparition de sa fille sans doute enlevée par le régime, séparée de son mari, mère d’un garçon avec qui les relations sont difficiles, et patiente de Vittorio. Eva Maria cherche tous les éléments susceptibles d’expliquer la mort de Lisandra et de disculper Vittorio. Elle découvre la personnalité fragile de Lisandra, elle va questionner ses connaissances et relations. Elle mène son enquête à l’aide de documents enregistrés par Vittorio dans le cadre de sa fonction …
    Ce contexte suscite la curiosité, d’autant plus que ce roman est tiré d’une histoire vraie. J’attendais que le côté historique soit plus développé et ancre davantage l’histoire dans le contexte. En réalité, au fil des événements et des portraits dressés, le contexte historique est tout de même bien présent et permet de maintenir le long suspens.
    En effet, l’intrigue est bien menée et rien ne laisse entrevoir le dénouement. L’écriture soignée rend la lecture facile tout en laissant filtrer les émotions. Un bon moment de lecture !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Dommage !
    J'avais commencé ce roman en ayant gardé une pensée pour Le confident que j'avais beaucoup aimé en mai dernier, ça débute comme un polar psy et...je laisse tomber !
    Je me suis ennuyée, je n'ai pas eu envie de découvrir les névroses des patients du Dr Puig et pourtant le contexte me...
    Voir plus

    Dommage !
    J'avais commencé ce roman en ayant gardé une pensée pour Le confident que j'avais beaucoup aimé en mai dernier, ça débute comme un polar psy et...je laisse tomber !
    Je me suis ennuyée, je n'ai pas eu envie de découvrir les névroses des patients du Dr Puig et pourtant le contexte me plaisait, j'avais envie d'en apprendre un peu plus sur l'Argentine, de comprendre ce qui s'était passé sous la dictature, mais au bout de quelques chapitres, je me suis rendue compte que je passais à côté de ce roman.
    Je n'ai pas trouvé ce que j'attendais et j'en suis un peu déçue...Je le laisse sur un coin d'étagère, je le lirai plus tard.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce roman est inspiré d'une histoire vraie. Les événements se déroulent en Argentine, à Buenos Aires. Nous sommes en août 1987. Lisandra est retrouvée défenestrée. La police emprisonne et accuse Vittorio, son époux. Eva Maria, dont Vittorio est le psychologue, mène l'enquête pour l'innocenter....
    Voir plus

    Ce roman est inspiré d'une histoire vraie. Les événements se déroulent en Argentine, à Buenos Aires. Nous sommes en août 1987. Lisandra est retrouvée défenestrée. La police emprisonne et accuse Vittorio, son époux. Eva Maria, dont Vittorio est le psychologue, mène l'enquête pour l'innocenter.
    Le récit suit le mode de l'enquête à travers les yeux d'Eva Maria, et ne verse à aucun instant dans la facilité. On retrouve le style de l'auteur déjà éprouvé dans le Confident, pourtant l'univers en est à mille lieues. Ce deuxième roman est une réussite.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le roman se déroule dans les années qui suivent la dictature des généraux en Argentine.
    Lorsque Lissandra, la femme de Vittorio, un psychiatre est retrouvée défenestrée, les soupçons se portent immédiatement sur son mari.
    Des cris ayant été entendus dans l’immeuble, la police ne pousse pas...
    Voir plus

    Le roman se déroule dans les années qui suivent la dictature des généraux en Argentine.
    Lorsque Lissandra, la femme de Vittorio, un psychiatre est retrouvée défenestrée, les soupçons se portent immédiatement sur son mari.
    Des cris ayant été entendus dans l’immeuble, la police ne pousse pas plus loin ses investigations et classe l’affaire comme drame passionnel.
    Eva Maria, dont la fille a disparu pendant le règne de la junte militaire ne croit pas en sa culpabilité et va mener sa propre enquête sur la base de cassettes enregistrées par Vittorio à l’insu de ses patients.
    Dans un scénario parfaitement maitrisé, Hélène Grémillon promène son lecteur
    à travers des hypothèses toutes plus crédibles les unes que les autres jusqu’à lui assener un dénouement inattendu dans les toutes dernières pages.
    J’avais, comme beaucoup été séduite par « Le confident » bien que lui ayant trouvé un léger manque d’élégance dans le style d’écriture.
    Rien de tel cette fois-ci, je suis totalement conquise.
    Du grand art !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Buenos Aires, Argentine hiver 1987.
    Décor du deuxième roman d'Hélène Grémillon, elle a son style, celui du chuchotement même pour parler de choses affreuses le ton est feutré.

    Ici nous explorons l'âme humaine à travers le prisme de la mort d'une jeune femme : Lisandra (l'équivalent...
    Voir plus

    Buenos Aires, Argentine hiver 1987.
    Décor du deuxième roman d'Hélène Grémillon, elle a son style, celui du chuchotement même pour parler de choses affreuses le ton est feutré.

    Ici nous explorons l'âme humaine à travers le prisme de la mort d'une jeune femme : Lisandra (l'équivalent d'Alexandra) , jeune femme amoureuse du tango, mystérieuse , s'est-elle suicidé, a-t-elle été assassinée ?

    Un jour elle échoue sur le palier d'un psy comme un oiseau mazouté sur la plage, lourde de ses secrets, elle parle et elle s'enfuie; lui déjà subjugué la recherche, la retrouve, l'épouse. Sont-ils heureux...Après plusieurs années, leur mariage semble battre de l'aile.

    Mais la police du pays est expéditive, elle inculpe le mari de meurtre, ne sachant vers qui se tourner il va demander de l'aide à une de ses patientes Eva Maria.
    Celle-ci est plus morte que vive après la disparition de sa fille dans les évènements , Stella fait partie des Desaparecidos que "les folles de la place de mai" revendiquent; son mari l'a quitté et son fils vit sa vie tout en étant près d'elle, mais elle n'arrive plus à communiquer avec lui.

    Donc Eva Maria, va partir en quête d'indices, pouvant le disculper.

    Mais ce n'est pas facile, car Vittorio a donné semble t -il un faux alibi, sa voisine raconte qu'elle les entendait se disputer fréquemment.

    Par le jeu d'une conjugaison de styles (dialogues, récits, monologues etc) l'histoire se tisse en mêlant , ce qui est chère à l'auteur la petite histoire dans la grande.

    Cependant, lors du salon du livre à Paris, célébrant la littérature argentine, l'auteure était invitée à débattre et peu à l'aise elle a précisé que seul son livre se situait à Buenos Aires et que l'idée de l'intrigue lui était venue en lisant le livre d'un psy et qu'elle avait donc souhaité transposer l'histoire ailleurs. Pour cela elle s'est interrogée après avoir entamé l'écriture sur le bienfait d'aller sur place ou non; cela venait à un moment un peu compliqué pour elle et a choisi de se contenter du guide "le petit futé" et d'un plan de Buenos Aires...Mais personnellement je n'ai ressenti aucun dépaysement, car pas de description, pas d' élément argentin autre que la fameuse place. Un peu déçue d'autant que je n'ai pas eu d' empathie pour les personnages, et n'ai pas éprouvé cette tendresse éprouvée lors de la lecture du confident.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La garçonnière est centrée autour de la mort d’une jeune femme, Lisandra, que l’on retrouve défenestrée un jour d’été. Vittorio, son mari, est emprisonné mais clame une innocence que personne ne veut entendre, si ce n’est Eva Maria.

    Vittorio est psychologue et Eva Maria une patiente. Elle va...
    Voir plus

    La garçonnière est centrée autour de la mort d’une jeune femme, Lisandra, que l’on retrouve défenestrée un jour d’été. Vittorio, son mari, est emprisonné mais clame une innocence que personne ne veut entendre, si ce n’est Eva Maria.

    Vittorio est psychologue et Eva Maria une patiente. Elle va accepter de l’aider pour le disculper et va mener une pseudo enquête dans ce but. Enfin, en terme d’enquête, elle va surtout écouter les cassettes enregistrées par Vittorio à l’insu de ses patients.

    L’idée n’a pas l’air mal, mais encore fallait-il l’exploiter de manière cohérente et intéressante, mais là …

    D’abord, on ne sait pas trop pourquoi Eva Maria accepte cette mission. Le personnage d’Eva Maria est difficilement compréhensible, mal défini, on sait qu’elle vit seule avec son fils Esteban (leur relation effleurée n’apporte pas grand chose à l’histoire), qu’elle boit trop parfois, mais sinon, on n’en sait pas plus.

    Ensuite, pour tenter de donner de la substance à cette histoire, les séances écoutées des patients meurtriers potentiels se veulent passionnantes et intégrer une partie de l’histoire violente de l’Argentine. En réalité, le sujet de l’Argentine est grossièrement effleuré et n’a aucun intérêt et les séances écoutées sont tellement exagérées et caricaturales, qu’on se dit quand même, qu’un peu de subtilité n’aurait pas fait de mal. C’est totalement irréaliste.

    Toujours pour « intéresser » le lecteur, on va nous rajouter du sexe, et là, on a vraiment l’impression de se faire manipuler avec de gros sabots, d’être cobaye d’une recette commerciale : sur fond d’histoire d’amour, un peu de drame historique, une bonne quantité de sexe, quelques pincées de mystère, et un résultat final …. en dessous de toutes espérances. Parce que la fin …

    Bref, vous avez compris, je n'ai pas adhéré à ce livre et recommande plutôt le Confident.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.