Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La fleur dans l'art des jardins

Couverture du livre « La fleur dans l'art des jardins » de Alain Le Toquin et Yves-Marie Allain aux éditions La Martiniere
Résumé:

Du premier printemps à l'automne tardif, la fleur est omniprésente dans les jardins. Mais qu'elle s'expose en parterres, en plates-bandes ou en corbeilles, elle n'est jamais anodine. Ce fleurissement, le reflet de la sensibilité d'une époque, miroir d'une société, a beaucoup évolué au fil des... Voir plus

Du premier printemps à l'automne tardif, la fleur est omniprésente dans les jardins. Mais qu'elle s'expose en parterres, en plates-bandes ou en corbeilles, elle n'est jamais anodine. Ce fleurissement, le reflet de la sensibilité d'une époque, miroir d'une société, a beaucoup évolué au fil des siècles, des modes et des découvertes scientifiques. Le livre s'attache au parcours de la fleur dans les jardins occidentaux à partir du Haut Moyen Âge, au cours duquel l'Église en vint à en interdire l'usage, jusqu'à la profusion actuelle des formes et couleurs de graminées et plantes d'origine exotique. Car la fleur a longtemps cherché sa vraie et juste place dans l'art des jardins. Le premier espace qui lui est dédié, le "jardin bouquetier", apparaît après l'an mil dans les couvents et châteaux, sous l'influence des jardins clos orientaux. Roses, violettes, giroflées, narcisses ou oeillets ornent ces jardins avant de disparaître des parterres à la Renaissance au profit de plantes utiles ou médicinales. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, bulbes, vivaces et annuelles reviennent en force, en alternant au gré des saisons pour former un émail de couleurs. Mais il faut attendre le XIXe siècle pour que la question de la place de la fleur dans la composition du jardin soit débattue. Jardiniers et paysagistes s'appuient alors sur de récentes théories de la couleur et des progrès scientifiques, notamment la reproduction en serre, pour valoriser ces beautés éphémères. Plusieurs courants émergent : tapis de fleurs monochromes, plates-bandes de vivaces plus "sauvages", mosaïculture... jusqu'à faire de la fleur un élément phare du jardin à la fin du XXe siècle.

Donner votre avis