La fille du roi des marais

Couverture du livre « La fille du roi des marais » de Dionne Karen aux éditions Lattes
  • Date de parution :
  • Editeur : Lattes
  • EAN : 9782709659215
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Enfin, Helena a la vie qu'elle mérite  ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s'évade d'une prison de sa région, elle mesure son erreur  : comment a-t-elle pu croire qu'elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé ... Voir plus

Enfin, Helena a la vie qu'elle mérite  ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s'évade d'une prison de sa région, elle mesure son erreur  : comment a-t-elle pu croire qu'elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé  ?
Car Helena a un secret  : elle est l'enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l'aimait aussi... jusqu'à ce qu'elle découvre toute sa cruauté.
Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd'hui son père a tué deux gardiens de prison et s'est volatilisé dans les marais, une zone qu'il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l'homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n'a aucune chance de l'arrêter. Parce qu'elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c'est sa fille.

Traduit de l'anglais par Dominique Defert  

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Ce thriller est un huis clos passionnant et émouvant avec des descriptions des paysages et de l'environnement telles qu'on s'y croirait et qu'à chaque pause dans la lecture, le retour au monde réel est parfois difficile...

    Le choix d'une héroïne féminine est original, perturbant et...
    Voir plus

    Ce thriller est un huis clos passionnant et émouvant avec des descriptions des paysages et de l'environnement telles qu'on s'y croirait et qu'à chaque pause dans la lecture, le retour au monde réel est parfois difficile...

    Le choix d'une héroïne féminine est original, perturbant et angoissant. On a beaucoup de mal à cerner le personnage d'Héléna. Elle est mère de famille, elle a une vie normale mais on sent encore le côté sauvage. Alors quand elle décide de partir "chasser" son père en fuite pour le remettre aux autorités, on s'interroge, va-t-elle pouvoir réussir, après tout c'est son père et toutes les petites filles aiment leur père.

    Elle est le personnage principal, la narratrice, c'est à travers elle que l'on vit toute l'histoire, la présente quand elle parcourt le marais sur les traces de son père, l'ancienne quand elle nous raconte sa vie d'enfant dans ces mêmes marais aux côtés de son père dont elle est la petite ombre. On sent bien le côté ambivalent de ses sentiments. Ignorante de sa situation d'enfant du viol, elle vivait une vie normale à ses yeux d'enfant. Elevée par son père très autoritaire et parfois brutal, selon les rites indiedens, au milieu des bois dans une cabane sans eau ni électricité où la chasse était l'activité indispensable pour se nourrir, Héléna a développé une personnalité qui dérange le lecteur. Elle est le clone de son père et le fait que ce soit une fille est encore plus dérangeant pour le lecteur. On a du mal à s'attacher à elle, voire même on la trouve antipathique ... Mais au fil de son récit d'enfant on voit son évolution, comment elle change peu à peu, comment elle prend, lentement conscience de la nature de son père. L'évolution est encore plus flagrante sur ses relations avec sa mère. On apprend au fil des pages à connaître vraiment Héléna et ce qu'elle a vécu dans les marais puis dans le monde moderne quand elle a quitté le marais, ses attentes, ses déceptions et on se surprend à s'attacher à elle. On a l'impression d'apprivoiser un animal sauvage.

    L'autrice décrit tellement bien les paysages et l'ambiance des bois qu'on s'y croirait vraiment. On est immergé dans ce décor sombre, humide, et cette ambiance participe à l'angoisse de l'intrigue. Et cette intrigue est très bien faite. Les chapitres ne sont pas trop longs, ils nous font passer du passé au présent de manière subtile et la tension grimpe au fur et à mesure pour les 2 histoires : comment Héléna a quitté le marais quand elle était enfant? Va-t-elle retrouver son père aujourd'hui et comment tout ça va finir?  les derniers chapitres sont captivants. J'aime quand la tension monte progressivement durant toute l'histoire.

    Bref, La fille du roi des marais est un excellent thriller, angoissant, captivant et aussi émouvant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je remercie NetGalley et les éditions JCLattes de m’avoir permis de lire ce livre pour lequel j’ai un avis partagé.

    J’ai choisi ce roman par rapport à son résumé car les thèmes abordés m’intéressaient. Il promettais un bonne traque entre ce père évadé et sa fille, fruit d’un viol, dans les...
    Voir plus

    Je remercie NetGalley et les éditions JCLattes de m’avoir permis de lire ce livre pour lequel j’ai un avis partagé.

    J’ai choisi ce roman par rapport à son résumé car les thèmes abordés m’intéressaient. Il promettais un bonne traque entre ce père évadé et sa fille, fruit d’un viol, dans les marais du Michigan. Mais quel ne fut pas ma déception lors de ma lecture quand j’ai constaté que l’auteur a préféré parler des souvenirs d’enfances d’Helena ( certes je pensais qu’il y allait y en avoir mais pas autant) et a mis au second plan la traque que j’attendais impatiemment . J’ai donc trouvé l’histoire et les thèmes intéressants mais je n’ai pas accroché au style et à la plume de l’auteur. Pour moi ce roman est plus un roman noir qu’un thriller

    J’ai trouvé ce roman long peut être parce qu’il n’y a pas vraiment beaucoup de dialogues mais que les souvenirs d’enfance de l’héroïne narré par elle-même.

    Helena est un personnage complexe, dur et courageux qui vu son passé a du mal à s’intégrer à la société. Elle éprouve à la fois de l’ adoration pour son père et de la haine. J’ai ressentit les mêmes sentiments contradictoires envers elle car trop souvent l’auteur raconte ses exploits de chasse. De voir que cette enfant aime tuer, c’était immoral et détestable.

    On se trouve avec Helena qui a tout fait pour oublier son passé de captive, qui est aujourd’hui mariée et a deux fillettes. Tout va pour le mieux jusqu’au jour où son père Jacob s’évade de prison.

    Lorsqu’elle apprend la nouvelle, elle se met en chasse pour retrouver son père car elle a peur pour sa famille et parce qu’elle sait comment le retrouver dans les marais vu qu’elle y a passé les douze premières années de son existence et qu’il lui a tout appris. On va donc apprendre comment son père, d’origine indienne a enlevé sa mère quand elle avait quatorze ans pour en faire sa femme comme dans la coutume de sa tribu. On va vivre avec Helena dans ce huit clos et vivre toutes les violences que ce père leur a fait subir, la manipulation dont elle a été victime en lui apprenant divers apprentissages pour être fascinée par ce père violent et avec une mère qui soumise et résignée à vivre terrorisée dans le marais sans que personne ne la retrouve un jour . Quel élément va être le déclencheur pour qu’elles puissent se sortir de cette vie? Comment Jacob a fini en prison? Va-t-elle réussir à l’arrêter malgré ses sentiments contradictoires qu’elle ressent encore pour lui aujourd’hui?

    Je garde un avis partagé de ce roman noir, je l’ai apprécié sans le détester. J’ai bien aimé le dénouement de son histoire passé et présent même si pour ce dernier il était prévisible. Le choix de l’auteur m’a déplu ainsi que son style, je ne suis pas entrée dans l’histoire. Dommage pour moi, je suis passé à coté.
    Un livre que je conseille à tous ceux qui n’ont pas peur d’être seuls au milieu de nulle part dans une atmosphère malsaine.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Que dire de cette histoire...
    Elle m'a... fascinée !
    Oui, fascinée, je ne vois pas d'autres mots...
    Jamais, il me semble, je n'avais lu un récit pareil !
    Des histoires de kidnapping, de séquestration, j'en ai lu des dizaines, mais jamais de ce point de vue.
    Parce que, ici, ce n'est pas la...
    Voir plus

    Que dire de cette histoire...
    Elle m'a... fascinée !
    Oui, fascinée, je ne vois pas d'autres mots...
    Jamais, il me semble, je n'avais lu un récit pareil !
    Des histoires de kidnapping, de séquestration, j'en ai lu des dizaines, mais jamais de ce point de vue.
    Parce que, ici, ce n'est pas la victime qui parle, c'est Helena, la fille du roi des marais.
    Cet homme qui a enlevé, séquestré et violé sa mère, encore adolescente, au fin fond des marais du Michigan.
    Ici, c'est sa vision de la vie.
    Celle qu'elle a mené loin de tout, loin du reste du monde, du quotidien de tout un chacun.
    Auprès de ses parents, loin de connaitre de quel drame, elle est le fruit...
    Ce qui est anxiogène, ce n'est pas la tension de la traque qu'Helena a entreprise pour retrouver son père, évadé de prison, c'est l'attente de leur confrontation.
    Seule elle, pourra le retrouver.
    Quand on découvre petit à petit, la façon dont elle a été élevée.
    Cette vie, à l'état sauvage, de chasse, de pêche, de plantation, avec toute son hostilité.
    Une vie de survie.
    Helena est un personnage à la psychologie absolument énorme !
    C'est toute la force de ce roman.
    Elle m'a stupéfiée, troublée, captivée...
    On ne peut que halluciner !
    Parce qu'on ne la comprend pas toujours...
    Moi qui ne suis pas spécialement friande des livres du genre "nature writing", ici encore, la nature omniprésente, cette atmosphère de grand espace, m'a passionnée...
    Je n'y ai trouvé aucune longueur, chaque phrase, chaque événement, chaque situation décrite a de l'importance.
    Vous l'aurez compris, c'est un sans faute pour moi.
    J'ai vraiment passé un excellent moment.
    Il a su me faire vivre des émotions assez inédites.
    J'en suis encore toute retournée...
    Je vous le conseille donc ardemment.

    Merci #netgalleyfrance et les éditions #jclattès de m'avoir permis de découvrir ce roman en avant-première.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L'auteure, par son écriture détaillée et un vocabulaire sobre, nous met dans l'ambiance d'une vie rude, hostile, sans confort. On découvre la survie, les rencontres animales, la chasse, la pêche. Il y a aussi la culture et les croyances Ojibwe du papa.
    Pas que cela dans ce roman, les sentiments...
    Voir plus

    L'auteure, par son écriture détaillée et un vocabulaire sobre, nous met dans l'ambiance d'une vie rude, hostile, sans confort. On découvre la survie, les rencontres animales, la chasse, la pêche. Il y a aussi la culture et les croyances Ojibwe du papa.
    Pas que cela dans ce roman, les sentiments sont aussi bien dépeints que la nature. C'est un thriller psychologique. L'évolution des sentiments d'Helena est intéressante à voir se transformer. La maman, soumise, est le personnage le moins développé mais on comprend pourquoi.
    Ma chronique complète : https://vie-quotidienne-de-flaure.blogspot.fr/2018/04/La-fille-du-roi-des-marais-Karen-DIONNE.html
    Lecture numérique

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • En voilà un thriller peu conventionnel.
    D'habitude, je lis des intrigues dont le narrateur est la victime directe.
    Ici, pas du tout puisque c'est la fille du tortionnaire, Helena, qui raconte son passé ....et son présent.
    Le décor? Un marais perdu au fin fond du Michigan. Humidité et froidure...
    Voir plus

    En voilà un thriller peu conventionnel.
    D'habitude, je lis des intrigues dont le narrateur est la victime directe.
    Ici, pas du tout puisque c'est la fille du tortionnaire, Helena, qui raconte son passé ....et son présent.
    Le décor? Un marais perdu au fin fond du Michigan. Humidité et froidure garantie! J'ai fait quelques recherches des endroits nommés (photos). En été, en mode touriste, le site a l'air magnifique. Mais passer 15 ans sur un îlot marécageux, sans eau courante, sans réseau, sans chauffage, entouré de moustiques, d'ours, de loups, et le froid de l'hiver avec les courants d'airs , euh....non, je passe mon tour.
    Alors, que penser de la jeune mère d'Héléna, kidnappée à 16 ans, séquestrée au tout début, puis violée, et mise aux corvées.... je vous laisse imaginer son calvaire.
    Et voir sa fille idolâtrer et vénérer son père.... une souffrance ultime!
    Deux temporalités: l'une au passé où on suit cette petite famille vivant tels des pionniers (chasse, pêche, traque, vie quotidienne) et le présent (l'évasion de prison du père et la traque d'Héléna).
    Un suspense insoutenable, une mise en scène subtile (vous comprendrez de vous-même au fur et à mesure de la traque/confrontation), des paysages si bien décrits que l'immersion du lecteur dans le marais est totale.
    Un rythme haletant, aucun temps mort, aucune scène inutile. Cela pourrait faire un bon scénario de film.
    Les personnages sont étoffés et crédibles, non manichéens : j'ai tellement eu envie de pousser la mère à fuir, tellement détesté le père, et plusieurs fois tiqué face à certains comportements d'Hélena.
    J'ai juste été un poil déçue par le dénouement final trop prévisible .
    Pour un premier roman, chapeau bas à l'auteure.
    Je remercie également Netgalley et JC Lattès.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce thriller raconte l'histoire d'Helena, fille d'une jeune femme qui a été kidnappée et de son agresseur « le roi des marais ».
    La mère d'Helena a été enlevée quand elle était adolescente et retenue en captivité dans une cabane des marais du Michigan pendant une quinzaine d'années avant...
    Voir plus

    Ce thriller raconte l'histoire d'Helena, fille d'une jeune femme qui a été kidnappée et de son agresseur « le roi des marais ».
    La mère d'Helena a été enlevée quand elle était adolescente et retenue en captivité dans une cabane des marais du Michigan pendant une quinzaine d'années avant qu'elle puisse s'enfuir avec sa fille. Deux ans après avoir retrouvé leur liberté, « le roi des marais » sera arrêté et emprisonné.
    Helena est maintenant une jeune femme mariée, mère de deux fillettes quand elle apprend l'évasion de son père. Elle sait qu'il fera tout pour la retrouver et pense qu'elle seule peut partir à sa recherche, car elle connaît parfaitement les marais.

    Le récit alterne entre présent, dans lequel elle va traquer son père et le passé où elle raconte les années passées dans la cabane des marais avec son père et sa mère.

    J'ai trouvé ce récit passionnant et j'ai dévoré le livre. J'ai trouvé que la psychologie du personnage d'Helena était très travaillée et notamment toute l’ambiguïté des sentiments qu'elle éprouve pour ses parents. La description de la relation qu'Helena, fille de la victime et de son bourreau, entretient avec ses parents est le point fort de ce récit.
    En effet, celle-ci a grandit sans savoir que sa mère avait été kidnappée. Elle était distante avec cette femme qui ne montrait guère ses émotions. Par contre, elle était proche de son père qu'elle admirait car il l'emmenait chasser et se promener dans la nature.
    Ce n'est qu'après la révélation de son histoire qu'elle commence à ressentir de l'empathie pour sa mère et à comprendre ses réactions. Elle découvre alors que son père est un homme violent, pervers et sadique.

    J'ai aimé la peinture des paysages très atypiques. L'univers inhospitalier, qui se situe dans de vastes étendues isolées que sont les marais, instille un sentiment de malaise et de solitude.

    L'écriture de l'auteure est très rythmée, il n'y a pas de temps mort.
    J'ai trouvé très astucieux le parallèle qu'a choisi de faire l'auteure avec un conte d'Andersen « La fille du roi de la vase. »

    « La fille du roi des marais » est un thriller captivant qui se dévore. Une très bonne découverte.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Citation :
    On a beau s'imaginer qu'on se battrait comme des lionnes dans une situation pareille, la vérité, c'est que tout le monde, ou presque, baisse les bras. Et plus vite qu'on l'imagine. Quand on est puni durement à chaque tentative de rébellion, il faut moins de temps qu'on ne le croit...
    Voir plus

    Citation :
    On a beau s'imaginer qu'on se battrait comme des lionnes dans une situation pareille, la vérité, c'est que tout le monde, ou presque, baisse les bras. Et plus vite qu'on l'imagine. Quand on est puni durement à chaque tentative de rébellion, il faut moins de temps qu'on ne le croit pour faire acte de soumission. Ce n'est pas le syndrome de Stockholm. Les psychologues appellent ça l'apprentissage de l'impuissance...

    Helena avait tout pour être heureuse : un mari, deux petites filles, un chien et son travail. Une vie ordinaire, sans histoire, où son passé a « presque » été oublié. Presque parce que Helena est la fille d’un meurtrier, issue d’un viol, lorsque sa mère s’est fait kidnapper étant plus jeune. Lui, emprisonné pour ses actes commis, elle vient d’apprendre que son père vient de s’évader de prison, assassinant deux gardiens sur son passage, Helena qui le connaît mieux que personne sait qu’elle est la seule à pouvoir l’arrêter.

    Dès les premières pages, on plonge dans cette histoire complètement hallucinante où la parole est donnée à Helena, enfant et adulte, basculant entre le passé et le présent. Dans une vie coupée du monde extérieur, loin de la civilité, la modernité, mais dans la sauvagerie la plus profonde ; puis dans cette nouvelle vie, avec son mari qui ne connaît absolument pas son passé et qui va le découvrir quand les policiers vont débarquer chez eux pour annoncer la nouvelle.

    Nous avons d’un côté Helena, enfant, que son père a nommé Petite Ombre, vivant dans cette cabane avec ses parents, dans les marais, qui ne se doute pas un seul instant qu’elle est le fruit d’un viol et que sa mère a été kidnappée quand elle était adolescente. Elle ne sait pas que son père est un psychopathe. Bien évidemment, comme tout enfant, Helena ressent certaines choses, et observe beaucoup, notamment sa mère, toujours en retrait, qui n’ose jamais lever la voix ou regarder son père dans les yeux... Sa mère est tout simplement soumise et apeurée par cet homme qui a fait d’elle sa chose.

    Petite Ombre n’a jamais imaginé un seul instant que la vie existait autour d’eux, qu’il pouvait avoir des enfants, des familles, la technologie, la vie tout simplement. Elle ne se doute pas qu’une famille a retourné ciel et terre pour retrouver sa mère. Non, elle ne sait pas tout ça, car son père a fait en sorte qu’elle ne le sache pas. Alors elle va vivre comme une vraie sauvageonne, à l’indienne. Faire des pièges pour attraper tel animal, apprendre à les dépecer, égorger, à tuer avec un couteau ou autre. À faire la vaisselle avec du sable, à se laver sans eau chaude, à boire en récupérant la neige... Son père est tout simplement mis sur un piédestal par ses yeux d’enfant, même s’il est parfois un peu brutal envers elle et surtout beaucoup trop envers sa mère. Et pourtant, Helena est curieuse et sent qu’on lui cache des choses...

    Toute l’intrigue est passionnante, dure à la fois et fait grincer des dents. Certains passages sont assez choquants, et retournent l’estomac ; il m’a fallu un petit moment pour reprendre ma lecture. Il est clair que les amoureux et protecteurs des animaux vont prendre cher en lisant ce roman, mais va falloir passer outre, aller au-delà de la sauvagerie pour apprécier la lecture. Et ce n’est qu’un détail parmi tant d’autres du roman. J’ai pour ma part adoré la partie enfant, la curiosité d’Helena, sa repartie, ou même certaines réflexions qu’elle se faisait à elle-même. On ne peut que l’apprécier dans sa façon de faire, même si par moments on a l’impression de voir son père dans son comportement.

    Plus on avance, plus l’angoisse se fait présente, surtout quand elle découvre enfin la vérité sur son père Jacob et l’histoire de sa mère. Elle prend les choses en main, mais sincèrement, on se mord les doigts pour elles. Surtout que le père montre réellement son vrai visage de psychopathe, de fou à lier quand elle prend la décision de s’échapper des marais avec sa mère. J’étais là à me dire, mais ce mec est vraiment timbré. Et ça, c’est pour les deux périodes, présent comme passé. Car, dans le présent, elle part à la chasse pour retrouver son père. Avec ce taré narcissique dans les parages, sa famille est en danger. Deux décisions s’imposent : le tuer ou le renvoyer en prison.

    Une chose est sûre, l’auteure ne nous épargne rien. Tout le côté psychologique ressort avec une plume fluide, très addictive et efficace. Pour moi, c’est un bon roman qui tient en haleine jusqu’à la dernière page. On ne voit pas le temps passer malgré quelques passages difficiles à lire. Je ne peux que vous le recommander !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Quel livre fabuleux, à certain moment j’étais entre l’enfant sauvage de Truffaut et Nell de Michael Apted. J’ai ressenti un grand sentiment d’isolement au fil des pages, être ainsi coupée du monde extérieur, vivre dans cette cabane rendrait n’importe qui claustrophobe. Nous savons tous combien...
    Voir plus

    Quel livre fabuleux, à certain moment j’étais entre l’enfant sauvage de Truffaut et Nell de Michael Apted. J’ai ressenti un grand sentiment d’isolement au fil des pages, être ainsi coupée du monde extérieur, vivre dans cette cabane rendrait n’importe qui claustrophobe. Nous savons tous combien sont importantes nos premières années, c’est un peu la clé de voute de notre personnalité, nous nous construisons petit à petit grâce à nos rencontres, famille, amis, école si cette base de construction n’existe pas ou bien est réduite à son minimum comment faire pour combler les écarts et boucher les fissures ? Comment Helena pourra-telle y parvenir ?
    Peu de liens avec l’extérieur, uniquement un tas de vieilles revues du National Geographic que la jeune fille garde comme un trésor, de temps en temps un avion qui passe dans le ciel. Il est fait référence à la tribu des yanomamis à laquelle Helena peu facilement s’identifier et qui n’ont aucun contact avec le monde extérieur et vivent dans les profondeurs de la forêt amazonienne, le parallèle entre sa situation et la leur est vite fait, sans parler de leur tatouage ou de leur coutume pour prendre femme.
    L’intrigue est vraiment passionnante et très bien traitée. Karen Dionne m’a fait voyager dans le marais de la péninsule supérieure du Michigan avec la magie poétique des mots mais aussi ses fabuleuses descriptions. Les nombreux détails sur la faune et la flore du marais m’ont permis de me projeter et d’être en parfaite empathie avec Helena. Il ne fait aucun doute qu’Helena aime son père même dans les moments les plus durs. Elle ne connait par d’autre façon de vivre que celle du marais sous la férule de son père. Le personnage du père omnipotent est complexe et très intéressant et même s’il apparaît comme un psychopathe narcissique, la façon dont Karen Dionne le construit nous donne à voir des éclats d’amour pour sa fille. L’auteur fait un superbe travail d’équilibriste entre les relations père-fille, mère –fille. Un excellent thriller psychologique qui fait froid dans le dos et dont on ne peut s’arrêter de lire une fois la première ligne commencée. Bonne lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Helena est mariée à Stephen, ils vivent dans le Michigan avec leurs deux adorables fillettes, Sou et Iris. Helena gagne sa vie en confectionnant et en vendant ses confitures, une existence en apparence très paisible. Un jour, elle apprend que son père est sorti de prison et qu’il est là, tout...
    Voir plus

    Helena est mariée à Stephen, ils vivent dans le Michigan avec leurs deux adorables fillettes, Sou et Iris. Helena gagne sa vie en confectionnant et en vendant ses confitures, une existence en apparence très paisible. Un jour, elle apprend que son père est sorti de prison et qu’il est là, tout près. Elle va alors se mettre immédiatement en chasse, car Helena, c’est la fille du roi des marais…

    Quelle histoire inattendue ! On a déjà lu des histoires de kidnapping de jeunes filles et de traque au fin fond des Etats Unis, mais là, la situation va se renverser de façon inédite : pour commencer ce n’est pas Helena qui a été kidnappée, c’est sa mère. Helena est la fille du ravisseur, née en prison sans le savoir, coupée de toute civilisation. Qui plus est, elle adorait son père qui lui a tout appris, de la chasse à la pêche, de la vie en osmose avec les saisons. Mais lorsqu’Helena grandit, elle aspire à plus de liberté, à partir vers l’inconnu qui lui apparaît par petites touches, et ce n’est que progressivement qu’elle prendra conscience d’avoir vécu séquestrée des années avec un pervers et un fou dangereux.
    A présent, pour protéger sa famille et tandis que les souvenirs ressurgissent, elle va devoir se servir de tout ce que son père lui a appris pour le traquer. Souvenirs de sa découverte douloureuse du monde « réel » et de sa difficulté à s’adapter à une vie normale, de la médiatisation de l’affaire, de la manière odieuse dont ses grands-parents ont profité de son histoire, histoire d’une résilience… « La Fille du Roi des Marais » raconte un combat, celui entre un père et une fille qui se haïssent autant qu’ils s’aiment. La détermination d’Helena fait froid dans le dos autant qu’elle est compréhensible : jusqu’où irait-on pour protéger sa famille ? Une histoire saisissante dans le cadre d’une nature sauvage et souvent hostile qui fait passer un moment de lecture absolument, complétement, totalement addictif.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Helena est une jeune maman de deux jolies petites filles qui tente de se construire une vie "normale"... parce que Helena, elle n'a pas eu une enfance "normale".
    Élevée en pleine nature, dans une cabane au fond des bois entourée de marais.
    Élevée dans la terreur.
    Entre une mère soumise et un...
    Voir plus

    Helena est une jeune maman de deux jolies petites filles qui tente de se construire une vie "normale"... parce que Helena, elle n'a pas eu une enfance "normale".
    Élevée en pleine nature, dans une cabane au fond des bois entourée de marais.
    Élevée dans la terreur.
    Entre une mère soumise et un père pervers.
    Un lourd secret liait cet homme et cette femme.
    Et lorsque, aujourd'hui, son père s'évade de prison..... Helena décide de prendre les choses en main.
    Karen Dionne, livre là un excellent thriller.
    Une traque entre deux êtres qu'une longue histoire unie.
    Un récit au présent entrecoupé de flashbacks qui perturbent le lecteur, non pas parce que c'est mal écrit, oh non ! Mais parce que l'auteure vous fait passer par tous les sentiments.
    Parce que la femme d'aujourd'hui n'est plus la petite fille d'hier.
    Parce que les silences, les non-dits, les mensonges et la résignation ont laissé place à la révolte.
    Vous saurez tout, elle ne vous épargne rien. Elle fait durer le plaisir, vous fait découvrir la beauté de la nature du Michigan, pour vous attendrir, avant de vous poignarder dans le dos. C'est violent, insupportable parfois. Elle vous questionne aussi. Jusqu'à quel point peut-on aimer ? Quand finit l'innocence et quand commence la culpabilité ?
    Si vous aimez les frissons, croyez-moi, voici un roman qui saura vous en donner.
    Ah et si vous ne savez pas quoi lire, en dehors de ce roman, bien sûr, plongez-vous dans le National Geographic, il paraît qu'on y apprend plein de chose....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions