La dédicace

Couverture du livre « La dédicace » de Leila Bouherrafa aux éditions Allary
  • Date de parution :
  • Editeur : Allary
  • EAN : 9782370732637
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Une jeune femme s'apprête à publier son premier roman.
Elle vit seule, son téléphone ne vibre pas, elle a de plus en plus de mal à aimer sa mère.
À qui pourrait-elle dédicacer son livre ? Son éditrice lui donne trois jours pour trouver.

Férocement drôle et émouvant, La dédicace est... Voir plus

Une jeune femme s'apprête à publier son premier roman.
Elle vit seule, son téléphone ne vibre pas, elle a de plus en plus de mal à aimer sa mère.
À qui pourrait-elle dédicacer son livre ? Son éditrice lui donne trois jours pour trouver.

Férocement drôle et émouvant, La dédicace est l'histoire d'une quête sentimentale dans un Paris peuplé de solitudes.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis(8)

  • « La dédicace » est à classer dans les romans feel-good. Alors attention, je ne parle pas de ceux qui transpirent les bons sentiments mais plutôt de ceux dans lesquels on se sent bien et qu’on aime retrouver ! En effet, participer aux aventures de la narratrice a été pour moi un vrai plaisir....
    Voir plus

    « La dédicace » est à classer dans les romans feel-good. Alors attention, je ne parle pas de ceux qui transpirent les bons sentiments mais plutôt de ceux dans lesquels on se sent bien et qu’on aime retrouver ! En effet, participer aux aventures de la narratrice a été pour moi un vrai plaisir. Pour peu que comme moi, vous aimiez l’humour noir, vous aurez le même sentiment.

    On suit l’héroïne dans ses pérégrinations parisiennes et provinciales à la rencontre de personnages hauts en couleur. Son quotidien pourtant insipide est assaisonné par ces relations souvent drôles. Les scènes se succèdent et elles sont toutes aussi cocasses les unes que les autres.

    A travers son métier d’écrivain, elle nous ouvre aussi les portes des maisons d’édition et des salons. L’auteure en profite pour planter sa plume acérée sur ce monde à part et sur la société en général. Elle s’attarde sur la maladie actuelle qui ronge notre système: la solitude. La population ne cesse de croitre et de se concentrer, mais l’individu n’a jamais été aussi seul et indifférent à l’autre.

    Alors oui, ce livre va déranger certains lecteurs parce qu’il est assez pessimiste. Seulement cette mélancolie est inhérente à la jeunesse qui voit toujours le verre à moitié vide. C’est l’histoire immature d’une jeune fille moderne, donc sans espoir ! Mais comme elle raconte ses déboires avec beaucoup d’humour, rien n’est vraiment démoralisant. Les pages sont un enchaînement de moments amusants où le rire est le remède la mélancolie.

    Grâce au parcours de son héroïne, Leïla Bouherrafa aborde avec une certaine légèreté la déprime qui touche les personnes seules. Elle manie le cynisme avec beaucoup de talent pour nous offrir une satire grinçante du monde actuel. Je suis ressorti de cette lecture, avec le sourire, enchanté par ce premier roman réaliste, émouvante et drôle. A suivre…

    http://leslivresdek79.com/2019/04/30/454-leila-bouherrafa-la-dedicace/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une primo romancière se rend chez son éditrice pour un ultime rendez-vous avant impression.
    Avant de partir, cette dernière lui rappelle qu’elle a trois jours pour lui envoyer la dédicace ouvrant le livre.
    Pour l’auteure, c’est tout un monde qui s’écroule. A qui va-t-elle adresser cette...
    Voir plus

    Une primo romancière se rend chez son éditrice pour un ultime rendez-vous avant impression.
    Avant de partir, cette dernière lui rappelle qu’elle a trois jours pour lui envoyer la dédicace ouvrant le livre.
    Pour l’auteure, c’est tout un monde qui s’écroule. A qui va-t-elle adresser cette dédicace qui, à ses yeux, revêt une importance grandissante au fur et à mesure que s’égrainent les heures.
    Par le prisme d’une solitude et d’un spleen parisien, l’auteure va nous faire découvrir une galerie de personnages, tour à tour truculents, navrants, ou désemparé dans une ville trop grande pour leurs solitudes.
    La relation complexe qu’elle partage avec sa mère va bercer cette histoire avec en toile de fond un Paris emplie de brume et de désarroi.
    D’un salon du livre à Brive la gaillarde à un vernissage d’art contemporain c’est un voyage intérieur que nous allons vivre sous prétexte d’une dédicace qui tarde à venir et c’est un enchantement pour qui saura lire à travers les mots….

    D’un concept original Leïla Bouherrafa propose un roman sublime dont les quelques imperfections d’une primo romancière donnent à l’ensemble un charme et un attrait fascinant.
    Les personnages qu’elle nous livre sont subtilement décrits et bourrés d’humour, notamment son hall d’immeuble, réunis pour un graffiti à la facétie tonitruante.
    Certes, c’est un roman où la mélancolie y est omni présente mais je ne trouve pas que l’ensemble en ressorte triste et sordide comme j’ai pu le lire. L’humour y est permanent et la bienveillance de la protagoniste pour ses semblables donnent au roman une chaleur teinté d’un côté sombre qui, comme un bon film au cinéma, rend la tristesse belle et honorable.
    Un excellent roman, une auteure brillante bref, une affaire à suivre….

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • édicace : hommage qu’un auteur fait de son œuvre à quelqu’un par une inscription imprimée en tête de l’ouvrage. Voilà pour la définition du Larousse.
    Pour le premier roman de Leïla Bouherrafa, c’est le socle de son histoire, celle d’une jeune auteure qui doit trouver impérativement dans les...
    Voir plus

    édicace : hommage qu’un auteur fait de son œuvre à quelqu’un par une inscription imprimée en tête de l’ouvrage. Voilà pour la définition du Larousse.
    Pour le premier roman de Leïla Bouherrafa, c’est le socle de son histoire, celle d’une jeune auteure qui doit trouver impérativement dans les soixante-douze heures (j’aurais pu mettre trois jours mais visuellement ça parle moins) à qui dédier son livre. Seul problème, elle ne connaît réellement personne : avec sa mère c’est un peu du « je t’aime moi non plus », des ami(e)s inexistant(e)s, des amants aussi éphémères que la durée d’un rapport sexuel, le tout dans un Paris au cinquante nuances de gris orienté vers le cendré profond.

    La base est fixée. Pour les ornementations, l’écrivaine s’est transformée dans un clonage entre Grumpy et le Schtroumpf grognon et qui n’a rien trouvé d’autre que de donner comme pseudonyme de lettres à son héroïne le doublement du nom du bichon maltais du cinquième étage : Billie. On n’ose imaginer si le chien s’était appelé Paf ou Pouf !

    Restent les ingrédients. Ils sont dans le registre des abonnés absents (et pas comme le numéro de téléphone d’une certaine Véronique qui devient le fil fixe de l’itinérance littéraire) et le jeu consiste à fabriquer un plat judicieusement mijoté avec rien. Le résultat est étonnant, curieusement très consistant, savoureux, fumant (et pas seulement pour les cigarettes consumées pendant la fabrication), aucunement indigeste et ce malgré les nausées récurrentes de la protagoniste qui finit par avoir un haut le cœur aussi tenace qu’un as de pique voulant l’emporter sur son confrère laissé sur le carreau.

    Entre une conversation avec les putes, les descriptions loufoques des habitants de son immeuble, les errances sur l’asphalte parisien, une consultation médicale et les petites pointes lancées ici et là sur les travers des âmes humaines, c’est quasiment un tour de magie que de partir de rien et d’arriver à tout (même à créer une ligne directe entre Paris et Brive-la-Gaillarde depuis la Gare Montparnasse).

    C’est drôle, caustique, cynique mais jamais méchant. Juste quelques petites baffes bien envoyées pour laisser le lecteur dans un état de vigilance permanent. Une sacrée façon de décrire les tourments de la solitude, du piétinement (mot pas choisi au hasard) permanent. Mais c’est également une narration touchante avec un dernier acte tout en délicatesse.

    Livre lu dans le cadre du Prix Orange du Livre 2019

    https://squirelito.blogspot.com/2019/04/une-noisette-un-livre-la-dedicace-leila.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Alors qu’elle s’apprête à publier son premier roman, « Billie Billie » doit faire face à un dilemme de taille. A qui pourrait-elle dédicacer son livre ? Hortense, son éditrice lui laisse trois jours pour trouver. La réponse peut paraître évidente pour certains, mais pour la narratrice, c’est...
    Voir plus

    Alors qu’elle s’apprête à publier son premier roman, « Billie Billie » doit faire face à un dilemme de taille. A qui pourrait-elle dédicacer son livre ? Hortense, son éditrice lui laisse trois jours pour trouver. La réponse peut paraître évidente pour certains, mais pour la narratrice, c’est loin d’être le cas. La dédicace, parfois non lue, n’en reste pas moins lourde de sens ! Ecrire le nom d’un être cher en première page, voilà quelque chose à ne pas prendre à la légère.

    « Je n’écoutais pas. Puis, en me raccompagnant à la porte de son bureau, elle a ajouté cette phrase :
    – Tu sais, ma fille dit que ce qu’il y a de plus important dans un livre, c’est la dédicace.
    Il y a des phrases comme ça, elles sont tragiques. On ne voudrait jamais les entendre. En disant ces mots, elle a secoué la tête dans un petit rire, comme si quelqu’un venait de lui glisser à l’oreille une bonne blague ou qu’un homme venait de lui faire un compliment sur ses seins. »

    A la fois drôle et touchant, c’est ainsi que le roman nous invite à partager la vie d’une jeune parisienne victime du mal du siècle : la solitude. Pour preuve, elle ne pense à personne en particulier lorsqu’il s’agit de la dédicace de son roman….

    « Cette ville était faite pour les romans, le cinéma, les fashion weeks, mais sûrement pas pour la réalité. »

    L’écriture désinvolte, parfois cinglante mais toujours pleine d’humour m’a fait sourire autant qu’elle ne m’a émue. Je me suis facilement identifiée à certaines situations que j’ai déjà vécues, (notamment le fait d’essayer tous les numéros de téléphone possibles à la recherche du bon pour retrouver quelqu’un) et à certaines remarques de la narratrice.

    « La solitude, c’est ce qui les liait tous. La solitude est plus forte que tout. Elle efface les barrières. Elle lie le riche au pauvre, la parisienne à la provinciale, les hommes aux femmes, plus que ne le fera jamais la religion ou Cyril Hanouna. »

    Merci aux éditions Allary et à la fondation Orange, (Club des lecteurs) de m’avoir offert ce roman et de m’avoir permis de découvrir une auteure très prometteuse.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions