La collectionneuse

Couverture du livre « La collectionneuse » de Agnes Vannouvong aux éditions Mercure De France
Résumé:

Frédérique mate. Elle passe sa vie à ça. Elle contemple les fesses, les jambes, les seins, les peaux, les visages. Elle attrape les regards. Frédérique se rêve en hyperconquérante mais quand les jambes en coton s'approchent de la proie, elle menace de tomber, glisser, s'échouer comme une patelle... Voir plus

Frédérique mate. Elle passe sa vie à ça. Elle contemple les fesses, les jambes, les seins, les peaux, les visages. Elle attrape les regards. Frédérique se rêve en hyperconquérante mais quand les jambes en coton s'approchent de la proie, elle menace de tomber, glisser, s'échouer comme une patelle sur un rocher. Frédérique et les femmes, c'est une série de rendez-vous manqués, une somme de timidité et une suite de regrets.

Détective privée, Frédérique est chargée d'enquêter sur une double disparition : celle de l'énigmatique Victoria, figure people du monde de l'art contemporain et grande collectionneuse ; et celle d'un tableau de Francis Bacon inestimable, L'homme au lavabo. De galeries en foires d'art internationales, de Paris à Hong Kong, en passant par Bruxelles, Pattaya, Bâle et Miami, Frédérique découvre un monde dont elle ignore tout. Elle qui n'assume guère sa féminité et qui, depuis plus de deux ans, vit dans la chasteté va se trouver confrontée à des créatures de toutes les tentations. Dans cette incroyable quête, Frédérique retrouvera-t-elle aussi le goût du désir?
Avec La collectionneuse, Agnès Vannouvong explore les rapports de l'argent et de la beauté, de l'art et de la sexualité.

Donner votre avis

Avis(1)

  • «Elle était un peu folle et se cherchait. Elle était tout ce que je n’aimais pas. Trop aguicheuse. Trop frontale. Trop vulgaire. Elle ne savait pas se tenir. Je pense à sa classe sociale. Sa sexualité débridée, n’en parlons pas. À part le sexe et l’art, rien ne l’intéressait. Bien sûr, je...
    Voir plus

    «Elle était un peu folle et se cherchait. Elle était tout ce que je n’aimais pas. Trop aguicheuse. Trop frontale. Trop vulgaire. Elle ne savait pas se tenir. Je pense à sa classe sociale. Sa sexualité débridée, n’en parlons pas. À part le sexe et l’art, rien ne l’intéressait. Bien sûr, je connais un certain nombre d’anecdotes.» Voilà le portrait sans retouches d'une collectionneuse intrépide, disparue sans laisser de traces. Sous couvert d'enquête policière Agnès Vannouvong nous entraîne dans les foires d’art contemporain et en décrypte les codes.

    Frédérique est détective privée, héritière d’une activité familiale centenaire sise dans le quartier des Halles à Paris et désormais dirigée par sa tante Josée. Ses enquêtes se limitent fort souvent à des filatures pour déterminer si mari ou femme est infidèle. Rien de bien passionnant. Alors le jour où on lui confie un gros dossier, elle attaque l’affaire hypermotivée. Pierre Suzanne, important galeriste spécialisé dans l’art contemporain, veut que l’on retrouve Victoria Lanzmann qui a disparu avec une toile de Francis Bacon. «Je vous dis un mot du tableau? L’homme au lavabo, 1976, format 198 × 147, huile sur toile, le personnage central veut disparaître dans le lavabo, il semble coupé de lui-même et du monde, encerclé dans une arène, en fuite, sans identité et en mouvement, sous ses pieds, un trou, les couleurs, jaune, rouge et noir. Cette œuvre parle du monde tel qu’il est, des hommes et de leur folie, je voudrais le revoir. Victoria était fascinée par cette toile. C’était la pièce maîtresse de sa collection.»
    Les éléments dont dispose Fred sont pourtant assez succincts, car Victoria ne lisse guère derrière elle qu’une liste de capitales liées à l’art contemporain, Bruxelles, Hong Kong, Bâle, Miami accompagnée d’une réputation un peu sulfureuse. Il se mesure qu’elle aimait mélanger art et argent, beauté et sexualité.
    Assistée de Georges, le bras droit de Josée à l’agence, voici Fred partie pour une double mission, retrouver la femme et retrouver le tableau. Elle parcourt les salles de vente et les foires d’art contemporain pour recueillir les témoignages de ceux qui ont côtoyé l’extravagante Victoria. Sans parvenir à tracer la collectionneuse, elle voit son portrait psychologique s’affiner: « Elle était un peu folle et se cherchait. Elle était tout ce que je n’aimais pas. Trop aguicheuse. Trop frontale. Trop vulgaire. Elle ne savait pas se tenir. Je pense à sa classe sociale. Sa sexualité débridée, n’en parlons pas. À part le sexe et l’art, rien ne l’intéressait.»
    Mais alors comment une telle femme, qui ne passait jamais inaperçue, a-t-elle pu s’éclipser subitement sans laisser de traces? Car à l’instar des gens qu’elle croise, Victoria était curieuse, obsessionnelle et passionnée. Une passion qui pousse, pour peu que l’argent soit là, à bien des folies. Le Chinois rencontré à Hong Kong n’hésite pas, par exemple, à faire réaliser des copies de ses toiles. Fou de Francis Bacon, il semble évident que la toile disparue l’intéresse au plus haut point. Mais pour parvenir à assouvir sa soif inextinguible, a-t-il attenté à la vie de Victoria?
    On l’aura compris, Agnès Vannouvong a choisi de nous parler d’art contemporain et de la folie qui règne dans ce milieu sous couvert d’une enquête policière. Pari réussi et excellente introduction à la grande exposition «Bacon en toutes lettres» qui s'est ouverte ce 11 septembre au Centre Pompidou.
    https://urlz.fr/axPW

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions