La cité interdite

Couverture du livre « La cité interdite » de Francois Gibault aux éditions L'editeur
  • Date de parution :
  • Editeur : L'editeur
  • EAN : 9782362010439
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

De La cité interdite, qui donne son titre au recueil, où un dandy préfère mourir dans un incendie plutôt que de se séparer de son tableau préféré, jusqu à Isolde qui clôt le volume, l auteur s adonne à l observation méticuleuse et impitoyable de ses contemporains. On retrouve ici tout son art de... Voir plus

De La cité interdite, qui donne son titre au recueil, où un dandy préfère mourir dans un incendie plutôt que de se séparer de son tableau préféré, jusqu à Isolde qui clôt le volume, l auteur s adonne à l observation méticuleuse et impitoyable de ses contemporains. On retrouve ici tout son art de manier la langue : une bonne dose de cruauté, de l autodérision et un soupçon de perversion parfaitement assumée, le tout dans une écriture tranchante dans laquelle chaque mot compte.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Dix-huit nouvelles de tailles différentes qui cependant ont toutes en commun de raconter des rêves, des histoires peu réalistes (mais pas forcément irréelles ou irréalisables). Assez hétérogène pour moi : certaines nouvelles m'ont convaincu, d'autres beaucoup moins. Par contre, toutes ont un...
    Voir plus

    Dix-huit nouvelles de tailles différentes qui cependant ont toutes en commun de raconter des rêves, des histoires peu réalistes (mais pas forcément irréelles ou irréalisables). Assez hétérogène pour moi : certaines nouvelles m'ont convaincu, d'autres beaucoup moins. Par contre, toutes ont un autre point commun : une écriture belle, tour à tour imagée ou directe, qui décrit lieux et personnages très fidèlement au point que l'on visualise très bien les uns et les autres. Parmi mes favorites :

    - A Berlin !, qui commence ainsi : "Neptune en avait marre de tout, d'être français, d'être vieux, d'être vivant et surtout d'être le mari de Françoise, 83 ans, bon pied bon oeil, emmerdeuse née." (p.19)

    - Un fauteuil pour deux : "Quand il posa le pied sur le trottoir d'en face, juste devant chez lui, l'accident était si présent dans sa mémoire qu'il était incapable de dire s'il était survenu ou s'il y avait échappé." (p87)

    - Julien : "Endormi sur son canapé depuis quelques secondes, une minute au plus, Julien se réveilla en sursaut, comme s'il avait dormi une nuit entière, avec dans la tête le souvenir incertain d'un rêve inouï." (p.179)

    Dans ces deux dernières nouvelles, François Gibault joue avec la réalité : sommes-nous dans celle-ci ou dans le rêve du personnage ? Lui-même est-il réel ? Le principe est appliqué à d'autres nouvelles également.

    L'humour est noir, grinçant, un rien macabre ; on meurt beaucoup dans des conditions qui peuvent prêter à sourirre chez F. Gibault !

    Deux nouvelles moins noires :

    - Un malencontreux courant d'air : "Une fois pour toutes, Maxime avait avalé son parapluie, et ses proches affirmaient qu'il allait mourir avec." (p.137)

    - Les pruneaux du Caire : "Hortense Poilblanc connaissait Santa Fe, Palos Verdes, Saint-Cyr-sur-Loire, Knokke-le-Zoute, Tarascon, Noirmoutier-en-l'Île et Condé-sur-Iton, pas Le Caire." (p.149)

    Plus légères, elles permettent de sourire plus franchement et d'être prêt a repartir pour une nouvelle noire. Ce recueil, s'il est à mon humble avis de lecteur, inégal recèle cependant des pages qui méritent très largement l'attention, ne serait-ce que pour l'écriture de l'auteur et pour ce monde mi-réel-mi-imaginaire qu'il explore.

    PS : Sur une expression écrite par l'auteur, un doute m'habite : il écrit "on ne pouvait trouver maître queue plus raffiné" (p.96) ; n'écrit-on pas plus vraisemblablement "maître-queux" ? A moins que ce ne soit un choix délibéré ?

    J'ai également une phrase à vous soumettre qui selon moi comporte une erreur, mais je ne donne pas d'indice, là encore, je ne sais si c'est une faute ou de l'humour : "... elle dégraissait et liait avec six jaunes d'oeufs au lieu de quatre, et des oeufs de canard au lieu de poule, ajoutait de la crème au bouillon, des herbes et du beurre fondu qui faisaient toute la différence." (p.98)

    Soyez perspicaces !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com