Kyrielle blues

Couverture du livre « Kyrielle blues » de Biefnot-Dannemark aux éditions Le Castor Astral éditeur
Résumé:

Un amour incroyable. « Ce très joli texte se voit coupé de fragments de parutions pour coller au voyage de la mémoire, celle de Nina, qu'un inventaire pour succession emplit d'un flux de souvenirs qui changent son regard sur la vie » Sud Ouest « Emboîtant subtilement les pièces les unes... Voir plus

Un amour incroyable. « Ce très joli texte se voit coupé de fragments de parutions pour coller au voyage de la mémoire, celle de Nina, qu'un inventaire pour succession emplit d'un flux de souvenirs qui changent son regard sur la vie » Sud Ouest « Emboîtant subtilement les pièces les unes dans les autres, les auteurs livrent un roman d'amour sensible. » L'Avenir Nina rejoint Hazebrouck, ville du Nord, où un notaire doit lui lire le testament de son père Teddy. Pianiste de jazz réputé, souvent éloigné d'elle, il l'a élevée seul. Et il a choisi de mourir seul. Mais l'étude du notaire devient vite lieu de confidences. Lorsque se termine la lecture, l'aventure l'emmène là où sont enfouis les mensonges et les ressorts secrets de sa vie. Véronique Biefnot est l'auteur de cinq romans, dont une trilogie parue chez Héloïse d'Ormesson (2011-2014). Francis Dannemark est l'auteur d'une dizaine de romans chez Robert Laffont, Le Castor Astral et Belfond parmi lesquels Le grand jardin et Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un).

Donner votre avis

Avis(4)

  • Véronique Biefnot et Francis Dannemark s'unissent une nouvelle fois pour écrire un roman. Pour leur dernier, La route des coquelicots, j'avais émis quelques réserves, cette fois-ci je serai plus positif. Les deux auteurs savent construire de belles histoires avec des bons sentiments sans...
    Voir plus

    Véronique Biefnot et Francis Dannemark s'unissent une nouvelle fois pour écrire un roman. Pour leur dernier, La route des coquelicots, j'avais émis quelques réserves, cette fois-ci je serai plus positif. Les deux auteurs savent construire de belles histoires avec des bons sentiments sans qu'elles soient gnangnan -j'hésitais à user de ce mot qui me semblait très connoté et je suis rassuré, même JK Huysmans l'a utilisé (dans Marthe, histoire d'une fille), ouf l'honneur est sauf (merci wiktionnaire).

    Ils mettent en scène deux personnages seuls et inhibés qui inconsciemment rêvent d'une autre vie, ce sera pour eux une transformation que de se confronter à la réalité, aux secrets de famille bien enfouis, à un monde totalement différent du leur. On présente rarement dans les romans des notaires férus et dingues de jazz, d'autant plus qu'Antoine s'est docilement et doucement coulé dans les traces de son père, notaire lui-aussi. Disons que c'est une profession qui ne fait pas rêver. Amateur mais non connaisseur de jazz j'avoue avoir envie d'écouter tous les titres évoqués par le duo d'auteurs (il faut que je trouve la play-list du roman), ils rythment le livre, c'est comme du jazz, donc, pas survolté mais drôlement bien, un truc qui se lit -ou s'écoute- en cherchant la surprise ou tout simplement en se laissant porter... C'est ce que j'ai fait et je ne m'en plains pas, l'intrigue n'est pas hyper originale, on peut même deviner les liens qui se dessinent entre tous les personnages -mais on est ravi de les voir se lier ainsi, différemment on serait déçu-, mais ils sont tellement sympathiques et le tout baigne dans une ambiance tellement belle et saine qu'il est difficile de faire la fine bouche. Un peu de poésie : "Kyrielle... Mon père adorait ce mot. Un jour, mon fils lui a demandé ce que ça signifiait. Il lui a raconté que c'était le prénom d'une jeune elfe très jolie qui vivait au fond du jardin, dans le tronc creux d'un vieil arbre, et dont il était amoureux quand il avait son âge..." (p.61/62), de la tendresse pour tous les protagonistes qui la méritent sûrement, de la bonne musique,... Le tout est très joliment mis en valeur par les illustrations de Véronique Biefnot, noires et bleues, de différents bleus profonds, très belles, elles apportent indéniablement un plus à l'ouvrage.

    L'été est là, et vous n'avez pas envie de vous plomber avec un bouquin lourd, n'hésitez pas, Kyrielle blues est là...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C’est un voyage qu’elle ne veut pas faire mais elle n’a pas le choix. D’ailleurs ce trajet de neuf cents kilomètres, elle le fait en voiture, comme pour se laisser une chance de faire machine arrière. Pour la deuxième fois en peu de temps, Nina doit se rendre de Bordeaux à Hazebrouck dans le...
    Voir plus

    C’est un voyage qu’elle ne veut pas faire mais elle n’a pas le choix. D’ailleurs ce trajet de neuf cents kilomètres, elle le fait en voiture, comme pour se laisser une chance de faire machine arrière. Pour la deuxième fois en peu de temps, Nina doit se rendre de Bordeaux à Hazebrouck dans le nord. La première fois c’était pour l’enterrement de Teddy, son père, jazzman de renom. Cette fois, c’est pour la lecture de son testament. Nina ne veut rien d’autre que la présence de son père mais ce n’est plus possible.

    « Je ne veux rien, tu le sais, je ne veux rien, en tout cas rien de ce que pourrait me donner ce notaire. Je voudrais juste que tu t’asseyes au piano, que tu me fasses un clin d’œil et que tu te mettes à jouer « In a Sentimental Mood »et que je sourie malgré les larmes qui me montent aux yeux, chaque fois, chaque fois… »

    Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’elle roule vers une surprise de taille. Cette dernière rencontre avec son père, avec ses mots va bouleverser sa vie, comme celle d’Antoine de Laval, le notaire, ami et dernier élève de son père. C’est la révélation d’un secret qui l’attend, un secret qui va remettre en cause leur passé, chambouler leur présent et illuminer leur avenir, s’ils le veulent bien, s’ils en ont le courage.

    Antoine va en faire des voyages entre Hazebrouck et Bordeaux, des liens vont se tisser entre lui et Nina, et Kathy, la lumineuse Kathy, la meilleure amie de Nina. Ces trois solitudes vont se trouver liées par le souvenir de ce Teddy si absent et pourtant si présent et par sa musique, celle à qui il a voué sa vie, délaissant pour elle les gens qui l’aimaient. Mais ce n’est pas si simple.

    Ce voyage entre Hazebrouck et Bordeaux, entre le froid et la douceur, entre l'ombre et la lumière, entre le Blues et la joie, entre la solitude et l’amour, nous le faisons avec les personnages, bercés par la musique de Teddy, ces standards de jazz qui jalonnent le récit. Les mots de Véronique Biefnot et Francis Dannemark, ces deux auteurs belges de talent, une nouvelle fois réunis après La route des coquelicots, sont empreints de cette musicalité, de cette nostalgie, de cette poésie. Je vous encourage d’ailleurs, si vous pouvez lire en musique, à découvrir ce texte en écoutant les morceaux cités, pour vous fondre encore un peu plus dans l'ambiance de ce voyage. Ce roman plein de poésie et de tendresse est de ces livres qui font du bien et nous en avons bien besoin en ce moment. Ce livre est aussi un très bel objet : le texte est accompagné des superbes illustrations de Véronique Biefnot. Mettez-le dans votre valise pour vos vacances d’été, vous passerez un excellent moment.

    « Parcourant encore et encore les couloirs de la maison, comme s’il allait y croiser autre chose que des fantômes, il finit par s’asseoir au piano. Il laisse faire ses mains, ses doigts, qui frôlent des mélodies et les perdent, s’égarent jusqu’à mimer la pluie qui balaie inlassablement les vitres, tel un batteur de jazz longtemps après minuit. »

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Voici un roman qui prend le temps, le temps de séduire son lecteur, mot après mot, le temps de le promener dans une histoire d'amour à la recherche des sentiments les plus forts. Un père et une fille, des secrets qui permettent de comprendre enfin le pourquoi et le comment des choses, des...
    Voir plus

    Voici un roman qui prend le temps, le temps de séduire son lecteur, mot après mot, le temps de le promener dans une histoire d'amour à la recherche des sentiments les plus forts. Un père et une fille, des secrets qui permettent de comprendre enfin le pourquoi et le comment des choses, des secrets comme des fleurs qui naissent à l'aube et se ferment quand tombe la nuit. C'est beau, c'est bien écrit, c'est un peu comme un rêve. Douloureux mais libérateur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Nina vit à Bordeaux élevant seule son fils Anton. Elle remonte vers le Nord le coeur gros. Son père Teddy, pianiste de jazz célèbre n'est plus. Elle se rend chez Antoine de Laval, notaire à Hazebroeck pour la lecture du testament de son père.

    Ce testament reprend une kyrielle de choses...
    Voir plus

    Nina vit à Bordeaux élevant seule son fils Anton. Elle remonte vers le Nord le coeur gros. Son père Teddy, pianiste de jazz célèbre n'est plus. Elle se rend chez Antoine de Laval, notaire à Hazebroeck pour la lecture du testament de son père.

    Ce testament reprend une kyrielle de choses diverses qui à chaque fois évoque des tas de souvenirs.
    A la fin de la lecture, il reste un DVD à visionner. Ce film contient un secret, des révélations qui vont changer des vies.

    Avec beaucoup d'humanité, de délicatesse et de légéreté, ce livre est lumineux et porteur de vie et d'espoir. C'est aussi le livre des rencontres.

    Qui était réellement Teddy ? Ce père musicien célèbre qui dispensait des cours de piano et voyageait à travers le monde ? Sa rencontre avec Antoine qui fut son élève, coïncidence troublante. La rencontre d'Antoine et Kathy (la voisine, meilleure amie, cordon-bleu de Nina).

    Des personnages dépeints avec tendresse. Un livre rempli d'émotions et de musique aussi.

    Une partition musicale se déroule pour faire revivre les souvenirs du passé énumérant une kyrielle de choses, de petits bonheurs du passé. Nostalgie quand tu nous tiens.

    Le livre est richement illustré en quadrichromie faisant de ce roman un très bel objet teinté de bleu.
    Une écriture poétique qui vous emmène en suivant la partition jusqu'au bout d'une seule traite; on n'a pas envie que la musique s'arrête. Le bonheur est parfois là où on ne l'attend pas.

    Un pur moment de bonheur où le temps est suspendu.

    Je remercie le Castor Astral et Masse critique de Babelio pour cette petite perle.


    Un coup de ♥

    L'avis de ma binôme Julie des Petites lectures de Scarlett

    Les jolies phrases


    La lumière, le matin, est si belle et on a l'impression qu'en se penchant un peu, on pourrait toucher le bleu du ciel du bout des doigts.


    Je sais plus on vient de loin, plus on arrive tôt.


    Je croyais que je n'arriverais pas à vivre de la musique, ...Finalement, ça a tenu toute une vie.


    Tu sais, Nina, dans cette kyrielle d'objets, quelques-uns seulement ont une vague valeur matérielle ; la plupart n'ont que celle du souvenir, qui est si subjective...


    Vous avez déjà remarqué ce prodigieux silence qui s'installe après la fureur ? C'est beau comme une bulle de savon qui s'envole...


    Par la suite, j'ai découvert la musique, si elle ne pouvait nullement remplacer les mots, me permettait quand même de m'exprimer. J'ignore comment vous jouer du piano mais j'entends bien la musique de vos phrases. Elle est belle.


    Tous ces objets évoquent de si jolis souvenirs. Mais quand j'étais enfant, seule l'absence de papa occupait mon esprit. Je me rends compte à l'instant que je n'ai pas profité pleinement de ces moments. J'étais souvent heureuse ... presque heureuse, et je ne le savais pas...Par la suite, j'ai découvert la musique, si elle ne pouvait nullement remplacer les mots, me permettait quand même de m'exprimer.


    Je note des choses en effet. Je note des tas de choses pour que les gens s'en souviennent et sachent ce qui leur appartient, ce que leurs grands-parents et leurs parents avaient, ce qu'ils voulaient leur léguer, ce qu'ils ont ou ce qu'ils n'ont plus.


    De leur temps, on ne parlait guère ce ça, le bonheur n'était pas à la mode. Ils avaient vu le monde se détruire et ils étaient contents d'avoir survécu.. et de vivre, simplement vivre.


    Mais on ne sait pas tout. C'est ce que j'ai appris dans mon métier : on croit connaître les autres et dans l'immense majorité des cas, on ne les connaît pas. On ouvre de grands yeux et on se dit que ce n'est pas possible. J'ai vu ça si souvent dans mon bureau. L'incrédulité devant la réalité. Devant une partie de la réalité, parce qu'au fond du dernier tiroir, il y en a souvent encore un autre.



    J'ai vécu si longtemps au royaume du silence..., dit-il. Il y avait des mots, des phrases, mais la règle, c'était que le silence est d'or et qu'afficher ses sentiments est une forme de faiblesse.




    Il faut parfois changer de rêves comme on change sa garde-robe, parce qu'on a changé, parce que la vie a changé.




    L'amour est un oiseau rare, il ne vient pas quand on le siffle, mais peut-être quand on se tait, quand on ne l'attend pas...

    C'était un homme plutôt secret. Un labyrinthe, vous voulez dire. Sauf quand il jouait du piano. C'était limpide, chaque note était juste, évidente..

    Je crois qu'il n'y a pas d'option marche arrière dans la vie, ça ne fonctionne qu'en marche avant.

    Sans musique, sans petits plats, sans moments où on parle pour ne rien dire, juste pour le plaisir d'être ensemble, ça servirait à quoi, la vie ? A rien de rien.

    Quand un grand changement se produit, ce qui est difficile, c'est qu'il faut tout réévaluer, ses priorités, ses projets. Ce qui était certain et évident la veille ne l'est plus, du jour au lendemain.

    http://nathavh49.blogspot.be/2016/02/kyrielle-blues-biefnot-dannemark.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions