Kuessipan

Couverture du livre « Kuessipan » de Naomi Fontaine aux éditions Memoire D'encrier
Résumé:

Voici la réédition du premier roman d'une jeune femme de vingt-trois ans qui rappelle par la puissance de son écriture quelques grands noms de la littérature autochtone comme Tomson Highway, Scott Momaday. Naomi Fontaine rejoint les grandes voix humaines. "Kuessipan" est un livre bouleversant... Voir plus

Voici la réédition du premier roman d'une jeune femme de vingt-trois ans qui rappelle par la puissance de son écriture quelques grands noms de la littérature autochtone comme Tomson Highway, Scott Momaday. Naomi Fontaine rejoint les grandes voix humaines. "Kuessipan" est un livre bouleversant qui nous fait découvrir le quotidien sur une réserve innue. C'est avec la grâce et la justesse d'une langue éblouissante que Naomi Fontaine évoque cette réalité. "Kuessipan" : mot innu signifiant « à toi » ou « à ton tour ». Ce sont des lieux, des visages connus et aimés. Des chasseurs nomades. Des pêcheurs nostalgiques. Des portraits. Des vies autour de la baie qui reflète les choses de la Terre. Les lièvres. La banique. Les rituels. Les tambours en peau de caribou qui font danser les femmes. Des enfants qui grandissent. Des vieux qui regardent passer le temps. Des saumons à pêcher. Des épinettes. Des barrières visibles et invisibles. Des plaisirs éphémères. De l'alcool qui éclate les cervelles. Des souvenirs. Des voyages en train. Et surtout l'évidence que la vie est cet ensemble de morceaux à emboîter pour que naisse la symphonie.

Donner votre avis

Avis(10)

  • Réserve innue de Uashat. Les hommes boivent, les hommes sont violents, les hommes ont des accidents, les hommes meurent. La souffrance des femmes qui se retrouvent veuves, qui ne reçoivent plus d’amour (mais en ont-elles reçu ?), qui doivent élever seules les enfants. « Je déteste le visage des...
    Voir plus

    Réserve innue de Uashat. Les hommes boivent, les hommes sont violents, les hommes ont des accidents, les hommes meurent. La souffrance des femmes qui se retrouvent veuves, qui ne reçoivent plus d’amour (mais en ont-elles reçu ?), qui doivent élever seules les enfants. « Je déteste le visage des morts. Leurs traits sereins. Leurs yeux fermés. » (p. 13).
    Kuessipan – avec une très belle couverture – est une agréable surprise pour le retour du Serpent à plumes [lien]. Un roman triste, avec des chapitres très courts (parfois simplement quelques lignes sur une page). Montagne, bois, rivière, lac : la vie est austère et difficile mais on a l’impression que le lieu est beau et que ce peuple a tout pour être heureux. Pourtant c’est un peuple qui, privé des terres de ses ancêtres et enfermé dans une réserve, a perdu ses racines, son identité… « Nomade : j’aime concevoir cette manière de vivre comme naturelle. » (p. 21) : ainsi se termine la première partie de ce roman.
    « Une clôture. Plus haute que la tête des hommes. […] La clôture plantée là, un gardien contre les loups, les Innus. Ils s’attardent derrière la barrière. Se tiennent tout près. Cherchent l’issue, trouvent le chemin de leurs propres lois. Ils veulent fuir, là où il n’y a pas de barricades. » (p. 46-47). Voilà la réalité, un peuple enfermé, comme des animaux, comme des sous-hommes… « Tu as vu la réserve, les maisons surpeuplées, la proximité, la clôture défaite, les regards fuyants. » (p. 88).
    Il y a plein de mots inconnus (comme skidoo, mamu, Nutshimit, Nikuss…) et, avec ces chapitres courts, ces anecdotes qui n’ont pas toujours de lien entre elles, le roman (en est-il vraiment un ?) est décousu mais c’est beau, vraiment, et il y a peut-être un peu d’espoir. « Je n’ai pas le droit. […] Bien sûr que je n’ai pas le droit d’oublier mon instinct de nomade, sans cesse à la recherche d’un état de grâce. » (p. 106).
    https://pativore.wordpress.com/2015/11/13/kuessipan-de-naomi-fontaine/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre qui se lit trop vite à mon goût, raconte des tranches de vie chez les indiens d'Amérique du nord à notre époque.
    Il est superbement écrit de petits textes courts.
    À lire !

    Ce livre qui se lit trop vite à mon goût, raconte des tranches de vie chez les indiens d'Amérique du nord à notre époque.
    Il est superbement écrit de petits textes courts.
    À lire !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Voilà un "roman" surprenant. Pas d'histoire justement, mais des histoires, de brefs moments de vie de femmes parfois pas même nommées. Pas de romances, mais des constats documentaires. Le livre s'organise dans une succession de chapitres indépendants en apparence. Et comme dans une symphonie où...
    Voir plus

    Voilà un "roman" surprenant. Pas d'histoire justement, mais des histoires, de brefs moments de vie de femmes parfois pas même nommées. Pas de romances, mais des constats documentaires. Le livre s'organise dans une succession de chapitres indépendants en apparence. Et comme dans une symphonie où l'oeuvre se construit par différents mouvements où le thème évolue, la petite musique monte des pages de Naomi Fontaine. C'est étonnant et bouleversant. Essayez pour voir!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Honte à moi, mais je dois avouer que je n’ai rien compris, rien saisi de "Kuessipan" premier roman de Naomi FONTAINE, même après lecture de la quatrième. Je n’y ai vu que des phrases sans lien entre elles, des mots apposés les uns à côté des autres sans sens véritable. Je me suis fait violence...
    Voir plus

    Honte à moi, mais je dois avouer que je n’ai rien compris, rien saisi de "Kuessipan" premier roman de Naomi FONTAINE, même après lecture de la quatrième. Je n’y ai vu que des phrases sans lien entre elles, des mots apposés les uns à côté des autres sans sens véritable. Je me suis fait violence pour terminer le livre. Et, contrairement à mon habitude, j’ai parcouru les chroniques déjà postées avant de terminer l’ouvrage, avec l’espoir de me rassurer, de découvrir une clé.
    Petit récit de 109 pages seulement, il fut malgré tout très vite achevé. Et je ne sais trop quoi en dire tant je suis restée indifférente à l’histoire (aux histoires ?). Même si, après reprise de quelques chapitres, j’y ai trouvé de l’originalité et des élans poétiques, je me sens dans l’obligation de n’attribuer qu’une étoile. Serais-je inculte ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions