Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Kinderzimmer

Couverture du livre « Kinderzimmer » de Valentine Goby aux éditions Actes Sud
  • Date de parution :
  • Editeur : Actes Sud
  • EAN : 9782330022600
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plusieurs dizaines de milliers de détenues. Mila a vingt-deux ans quand elle arrive à l'entrée du camp. Autour d'elle, quatre cents visages apeurés. Dans les baraquements, chacune de ces femmes va devoir trouver l'énergie de survivre, au... Voir plus

En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plusieurs dizaines de milliers de détenues. Mila a vingt-deux ans quand elle arrive à l'entrée du camp. Autour d'elle, quatre cents visages apeurés. Dans les baraquements, chacune de ces femmes va devoir trouver l'énergie de survivre, au très profond d'elle-même, puiser chaque jour la force d'imaginer demain. Et Mila est enceinte mais elle ne sait pas si ça compte, ni de quelle façon.

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Valentine Goby répond à nos questions ! (09/08/2013)

1) Qui êtes-vous ? ! Une écrivain 2) Quel est le thème central de ce livre ? J'ai longuement réfléchi avant d'entreprendre le roman de cette histoire folle, de cette anomalie dans les ténèbres qu'a été la Kinderzimmer, la chambre des nourrissons qui a existé en 1944 au camp de Ravensbrück. Comme beaucoup d'écrivains depuis la Deuxième guerre mondiale, je me pose la question du droit du romancier à s'emparer de l'Histoire, particulièrement aigüe quand il s'agit de la déportation. «Kinderzimmer», s'ouvre et s'achève avec Mila, une jeune résistante, enceinte lorsqu'elle pénètre dans le camp, lieu qui n'a pas encore de nom. Tant d'histoires ne tiendront bientôt plus qu'à notre volonté de ne pas oublier. J'ai voulu montrer le contraste saisissant entre l'effroi objectif de la situation de ces femmes, et la lumière vibrante de leur regard sur ce même lieu, qui n'était pas un lieu hors du monde, qui était une vie, un lieu de la vie ordinaire. Cette conviction n'a pas sauvé beaucoup d'enfants, mais elle a sauvé des femmes, en leur laissant, comme le souligne Robert Antelme, la dignité inhérente à l'espèce humaine. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? "Quand elle retournera dans cette classe au lycée, Mila dira exactement cela : il faut des historiens pour rendre compte des événements ; des témoins imparfaits, qui déclinent l'expérience singulière ; des romanciers, pour inventer ce qui a disparu à jamais : l'instant présent". 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? La Canzon, de Manuel de Falla 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? C'est une telle anomalie, a priori, dans l'imagier des camps, cette Kinderzimmer, que même les prisonnières ne se la figurent pas. Elles ne se figurent rien, d'ailleurs. Ni la Kinderzimmer, ni le camp, ni la géographie qu'elles traversent, elles ignorent tout, la mesure du temps est l'instant, la mesure de l'espace le lieu où elles se tiennent, elles vivent dans l'ultra-présent, n'imaginent rien - plus tard, quand elles évoqueront les camps, elles auront oublié cette virginité du premier jour et la lente, laborieuse conquête du savoir. La découverte des images du camp. La découverte de la langue du camp. L'association progressive des sons et des images, qui fait sens provisoirement. A leur manière, face au camp, elles sont des nourrissons elles-mêmes. Ces femmes n'étaient pas toutes des héroïnes, des militantes chevronnées, aguerries par la politique et la Résistance. Leur héroïsme, je le vois dans l'accomplissement des gestes minuscules du quotidien dans le camp, et dans ce soin donné aux plus fragiles, les nourrissons, pour qu'ils fassent eux aussi leur travail d'humain, qui est de ne pas mourir avant la mort. Mila, mon personnage fictif, est l'une de ces femmes. Kinderzimmer est un roman grave, mais un roman de la lumière.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Articles (5)

  • Kinderzimmer de Valentine Goby
    Kinderzimmer de Valentine Goby

    Née à Grasse en 1974, Valentine Goby a suivi des études de sciences politiques avant de prendre la plume en littérature générale et en littérature jeunesse. Deux genres dans lesquels elle excelle et qui lui valent de nombreuses récompenses : lauréate de la Fondation Hachette, bourse jeunes écrivains 2002, prix Méditerranée des Jeunes, prix du premier roman de l'université d'Artois, prix Palissy et prix René-Fallet en 2003. Kinderzimmer est son huitième roman.

Avis (34)

  • On est en 1944, Mila française de 22 ans arrive au camp de Ravensbruck comme des milliers d'autres. Sa particularité : elle est enceinte de quelques semaines d'un résistant comme elle, rencontré au cours d'une mission. Il va donc lui falloir trouver l'énergie de survivre pour deux.
    Un roman...
    Voir plus

    On est en 1944, Mila française de 22 ans arrive au camp de Ravensbruck comme des milliers d'autres. Sa particularité : elle est enceinte de quelques semaines d'un résistant comme elle, rencontré au cours d'une mission. Il va donc lui falloir trouver l'énergie de survivre pour deux.
    Un roman grave certes, sur une période peu glorieuse pour l'humanité. Un nouveau roman sur la déportation ? ... Pas un roman comme les autres : un style d'une rare intelligence de ton. Valentine GOBY raconte l'indicible, l'horreur mais sans trop en faire, elle dit, c'est tout ...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre que j'ai déjà offert 5 fois et qui a touché leurs destinataires autant que moi. Indispensable pour nourrir la force de vie qui est en chacun de nous et qui fait triompher l'humanité sur la barbarie.

    Un livre que j'ai déjà offert 5 fois et qui a touché leurs destinataires autant que moi. Indispensable pour nourrir la force de vie qui est en chacun de nous et qui fait triompher l'humanité sur la barbarie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai lu beaucoup de livres évoquant la Shoah mais celui-ci se distingue vraiment des autres. Valentine Goby raconte l'histoire de Mila et des autres prisonnières du camp de Ravensbrück en étant au plus près de leurs sensations et de leurs corps. Elle livre un roman poignant et magnifique.

    J'ai lu beaucoup de livres évoquant la Shoah mais celui-ci se distingue vraiment des autres. Valentine Goby raconte l'histoire de Mila et des autres prisonnières du camp de Ravensbrück en étant au plus près de leurs sensations et de leurs corps. Elle livre un roman poignant et magnifique.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lechoixdeslibraires.com

    Comment peut-on donner la vie dans l'horreur et le chaos ?
    Comment peut on mettre des mots sur l'indicible ?

    Un roman coup de poing.

    Comment peut-on donner la vie dans l'horreur et le chaos ?
    Comment peut on mettre des mots sur l'indicible ?

    Un roman coup de poing.

  • Kinderzimmer est un livre bouleversant et percutant, sur les camps de concentration, mais aussi sur la solidarité et la maternité, qui secoue au plus profond de soi.

    Magistral.

    C’est le mois d’avril 1944. Pour nous lecteurs, c’est bientôt la fin du conflit. Pour Mila, c’est le début d’une...
    Voir plus

    Kinderzimmer est un livre bouleversant et percutant, sur les camps de concentration, mais aussi sur la solidarité et la maternité, qui secoue au plus profond de soi.

    Magistral.

    C’est le mois d’avril 1944. Pour nous lecteurs, c’est bientôt la fin du conflit. Pour Mila, c’est le début d’une guerre, le début de sa guerre, pour tenter de rester digne et pour tenter de survivre.

    Elle avait cru vivre l’horreur à la prison de Fresnes, elle va découvrir l’enfer, l’inhumanité et la haine à Ravensbrück.

    Elle va aussi découvrir qu’elle est enceinte, enfant dont elle ne peut admettre l’existence quand les corps féminins autour d’elle se décharnent, quand les cheveux tombent, quand la nourriture n’existe même pas pour une personne.

    Dans cet univers de saleté et de poux, de faim et de soif, de cris et d’insultes, dans ce camp où la mort rode à chaque instant, la possibilité d’une naissance, d’une vie, redonne de l’espoir, regroupe les femmes entre elles, la solidarité prend le dessus pour réussir à faire naître cet être en devenir, ce « petit » espoir d’un futur, d’un demain.

    Et c’est là que le titre prend tout son sens ; Kinderzimmer, c’est la pièce des bébés, pour les nourrissons cachés loin des baraques puantes où s’entassent les femmes maigres et épuisées. L’espoir de vivre dans cette pièce reste infime, le lait, c’est pour les animaux, les bébés peuvent crever. Les maladies dominent en maîtres, les enfants se creusent et vieillissent à vue d’oeil …

    Et l’instinct maternel dans tout ça ?

    Ce roman bouleversant est né d’une rencontre de Valentine Goby avec une personne née à Ravensbrück. Mila est bien un personnage fictif, mais cette rencontre a nourri le roman de Valentine Goby avec force et justesse, de détails et d’un fort réalisme.

    On en ressort profondément secoué. On croit savoir, mais non, on apprend encore en lisant Kinderzimmer. On ne s’habitue pas à l’horreur, et Mila ne s’efface pas si vite une fois le livre fermé.

    Il en sort un roman grinçant et dérageant, qui est une pure réussite. C’est un livre claque, mais un livre coup de coeur !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Kinderzimmer où comment raconter l’irracontable.
    comment raconter que l'on va au camp de Ravensbrück quand on ne sait pas que l'on y va ?
    Valentine Goby s'est posée beaucoup de questions et a choisi d'écrire son texte au présent puisque qu'en 1942 on ne connait pas l'Histoire ..
    Texte...
    Voir plus

    Kinderzimmer où comment raconter l’irracontable.
    comment raconter que l'on va au camp de Ravensbrück quand on ne sait pas que l'on y va ?
    Valentine Goby s'est posée beaucoup de questions et a choisi d'écrire son texte au présent puisque qu'en 1942 on ne connait pas l'Histoire ..
    Texte poignant qui ne laisse pas indifférent ..

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une écriture dure et sèche pour raconter une histoire bouleversante.
    Des phrases courtes surtout au début qui n'illustrent que les faits, ni ressenti ni émotions, ni questionnement, ni jugement et au présent pour donner encore plus de poids aux propos.
    Au fur et à mesure que l'espoir arrive,...
    Voir plus

    Une écriture dure et sèche pour raconter une histoire bouleversante.
    Des phrases courtes surtout au début qui n'illustrent que les faits, ni ressenti ni émotions, ni questionnement, ni jugement et au présent pour donner encore plus de poids aux propos.
    Au fur et à mesure que l'espoir arrive, les phrases s'allongent et l'histoire s'adoucit un peu si on peut dire , on voit apparaitre la solidarité, l'entraide, le soutien, la résistance tant physique que dans les actes.
    On n'est pas seulement témoin de cette histoire, on en devient presque un des membres, avec ces phrases non traduites que l'on comprend peu à peu au fil de la lecture.
    Un roman pour dévoiler un pan de l'histoire peu connu, un roman témoignage basé sur des faits réels.
    Un roman qui restera dans les mémoires.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Que puis-je écrire qui ne soit pas vide, après une telle lecture ? Mila, Suzanne, Georgette, Teresa, Maria, Lisette... je ne voudrais pas vous trahir par des mots vains. Valentine Goby a su trouver les mots puissants, charnels, vivants qui m'ont fait prendre conscience que nul mot ne pouvait...
    Voir plus

    Que puis-je écrire qui ne soit pas vide, après une telle lecture ? Mila, Suzanne, Georgette, Teresa, Maria, Lisette... je ne voudrais pas vous trahir par des mots vains. Valentine Goby a su trouver les mots puissants, charnels, vivants qui m'ont fait prendre conscience que nul mot ne pouvait décrire l'odeur, la terreur, la faim, la mort... Ce livre poignant m'a entraînée à la frontière de l'inhumain et ramenée vers la solidarité, la lutte et l'espoir.
    Comment donner la vie en enfer , Comment et pourquoi s'obstiner à continuer alors que la mort est au détour de chaque pas, de chaque souffle ? Aimer ou s'interdire d'aimer pour ne pas souffrir ? Chacun, chacune doit faire un choix...
    Bouleversant et magnifique.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.