• 0.2

    Dominique Sylvain qui a vécu quelques années au Japon, connaît donc très bien ce Pays du Soleil Levant » et cela se ressent.
    Son premier roman « Baka » (»idiote » en japonais, paru en 1995) lui avait été inspiré par Tokyo où elle a séjourné trois ans. Premier succès. Par la suite viendront d’autres ouvrages tous très forts.

    Cette fois elle a choisi un quartier sulfureux de Tokyo, « KABUKICHO » qui a donné le titre de ce livre très sombre.
    Les principaux personnages sont :
    * Yudai – toujours très élégant, recherché par les femmes pour de la compagnie tarifée.
    * Kate Sanders – une jeune anglaise, devenue une des hôtesses les plus recherchées du Club Gaïa mais qui disparaît brutalement.
    * Son père, à Londres, qui reçoit sur son portable une photo d’elle, les yeux clos avec le message « Elle dort ici ».
    * Colocataire de Kate « Marie vit bientôt l’image de Kate apparaître sur l’écran de son smartphone. Pâle, yeux clos, longs cheveux blonds en corolle, bras le long du corps.
    Paisible. Endormie.
    Force était de constater qu’elle n’avait pas pu se photographier elle-même. Kanonojo wa koko de nete imasu. Marie traduisit la phrase sans difficulté. Elle dort ici. » (page 28).

    Avec l’arrivée de Sanders à Tokyo pour tout mettre en œuvre afin de découvrir la vérité, aidé par Marie mais aussi avec l’enquête de Yamado, capitaine de police du quartier de Shinjuku, nous allons dans ce Japon mystérieux où l’auteure nous décrit si bien cette « Cité des Mensonges ».

    J’ai tout de suite été entraînée dans cette histoire que j’aie lue avec une passion dévorante, un grand intérêt et la curiosité de découvrir cette ville de Tokyo où se passe cette intrigue si bien menée.
    J’ai aussi apprécié cette visite guidée avec son total dépaysement car les Japonais ont leurs façons de penser et de vivre bien particulières. On y va de de surprises en surprises et la fin est vraiment à découvrir. Quelle machination !

    Si ce livre est classé dans la rubrique « roman », pour moi c’est un excellent « roman noir », noir comme la si belle couverture qui attirait mon regard depuis longtemps avec cette photo d’une Japonaise aux cheveux verts.

    Dominique Sylvain ne fait que confirmer son talent en nous faisant ressentir sa passion pour ce pays lointain. Passion qui monte aussi de plus en plus en moi, aussi bien pour les livres qui y sont consacrés mais également pour les écrivains qui en sont originaires.
    Je rajouterai simplement que ce roman a reçu le Prix Roman Interpol’Art 2017.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Du même auteur

Régals du Japon et d'ailleurs Dominique Sylvain NIL

Voir tous les livres de Dominique Sylvain

Autres éditions

Kabukicho Dominique Sylvain VIVIANE HAMY

3.833333333

Voir toutes les éditions

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com