Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Joseph Delteil ; une oeuvre é ; destinées du héros et révolutions du récit

Couverture du livre « Joseph Delteil ; une oeuvre é ; destinées du héros et révolutions du récit » de Marie-Francoise Lemonnier-Delpy aux éditions Ieo Edicions
Résumé:

On redécouvre aujourd'hui l'oeuvre de Joseph Delteil. Cet écrivain audois (1894-1978) connaît dans les années vingt une période d'intense création et de succès mêlé de scandale. Il est alors parisien, membre du groupe surréaliste, encensé puis évincé au moment où il livra ua public sa Jeanne... Voir plus

On redécouvre aujourd'hui l'oeuvre de Joseph Delteil. Cet écrivain audois (1894-1978) connaît dans les années vingt une période d'intense création et de succès mêlé de scandale. Il est alors parisien, membre du groupe surréaliste, encensé puis évincé au moment où il livra ua public sa Jeanne d'Arc (1925). Cette "biographie passionnée" déclenche contre lui une véritable cabale. il quitte la capitale pour des raisons de santé en 1931, aux côtés de caroline Dudley. En 1937, il s'installe ç la Tuilerie de Massane (Hérault) où il mène jusqu'à sa mort une vie d'écrivain-vigneron.
Joseph Delteil a manifesté un constant intérêt pour des personnages de dimension nationale ou universelle pour des figures mythiques ou saintes. Lui qui dit avoir "la tête épique", affirme par son oeuvre la permanence d'un genre que l'on voulait condamné dans le contexte historique et littéraire du XXème siècle. Loin de se conforter aux modèles classiques, son épopée s'affiche par ses audaces et sa modernité. Son écriture unique, enracinée en terre occitane et nourrie de références littéraires multiples, laisse pourtant, comme il se doit dans l'épopée, la première place au conteur et à l'oralité.

A travers son oeuvre, l'écrivain livre une vision de l'homme et du cosmos où la recherche de l'harmonie et de l'exaltation du rêve poussent à la conquête du monde... il n'élude pas la question centrale de la violence, qui permet de replacer son oeuvre - et cet essai - dans le contexte du vingtième siècle?

Donner votre avis