Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jean-René, fusillé le 11 août 1942

Couverture du livre « Jean-René, fusillé le 11 août 1942 » de Nicolas Bonnefoix aux éditions Editions De L'atelier
Résumé:

Janoux a 14 ans en 1940. Il habite Ivry-sur-Seine et travaille en usine. Sa soeur, jeune communiste, est internée au camp de Châteaubriant, Son père, Jean- René, transporte des tracts pour la résistance et se fait coffrer par la police de Vichy.Un récit rare qui fait connaître aux adolescents la... Voir plus

Janoux a 14 ans en 1940. Il habite Ivry-sur-Seine et travaille en usine. Sa soeur, jeune communiste, est internée au camp de Châteaubriant, Son père, Jean- René, transporte des tracts pour la résistance et se fait coffrer par la police de Vichy.Un récit rare qui fait connaître aux adolescents la vie ordinaire d'un résistant tombé sous les balles nazies.
Jean Bonnefoix dit Janoux vit à Ivry-sur Seine à la fin des années 1930. Jean-René, son père, est employé au service de transport de la mairie. Les voitures sont sa passion. Parfois, la nuit tombée, Janoux conduit fièrement, sans permis, la traction de son père. Quand survient juin 1940, la famille fuit l'arrivée des troupes allemandes en Aveyron puis revient à Ivry. Antoinette, la soeur de Janoux milite aux Jeunesses Communistes. Suite à l'assassinat d 'un officier allemand, elle est arrêtée et emprisonnée à la prison de Petite Roquette, puis part au camp de Châteaubriant. Janoux aussi voudrait bien résister. Ouvrier dans une usine d'armement vers le port, il sabote la production. Son père donne un coup de mains aux résistants en cachant des tracts et en les transportant dans sa voiture.
Rien de spectaculaire. Un jour, les brigades spéciales de la police française arrêtent Jean-René. Janoux et sa mère pensent qu'il sera bientôt libéré . Le 10 août 1942, il est extrait de sa prison avec d'autres résistants, con duit au fort de Romainville. On le transporte, le lendemain, au Mont Valérien où il est fusil lé.
Jean-René Bonnefoix a un nom de rue à Ivry-sur Seine. Personne ne se souvenait de ce qui l'avait conduit devant le peloton d'exécution. Après trois ans d'enquête dans les archives, Nicolas, son arrière-petit-fils a retrouvé le fil de son histoire. Son récit abondamment illustré par des photos de famille et des documents d'archives, est complété par une partie documentaire qui explique la vie quotidienne dans une ville de la banlieue rouge fortement impliqué e dans la résistance à l'occupation nazie.

Donner votre avis