Jean-Bark

Couverture du livre « Jean-Bark » de Philippe Claudel aux éditions Stock
Résumé:

« J´ai connu un Jean-Marc. Il y en avait au même moment des dizaines d´autres. J´en suis sûr. J´aimais ta géométrie variable, que je n´ai jamais constatée mais que je supposais. Tu avais l´art de l´adaptation. Ce qui t´importait, c´était moins toi-même que celui qui te faisait face. Tu ne te... Voir plus

« J´ai connu un Jean-Marc. Il y en avait au même moment des dizaines d´autres. J´en suis sûr. J´aimais ta géométrie variable, que je n´ai jamais constatée mais que je supposais. Tu avais l´art de l´adaptation. Ce qui t´importait, c´était moins toi-même que celui qui te faisait face. Tu ne te mettais jamais en avant. Tu faisais exister l´autre. Il devenait à ton contact l´être soudainement le plus important. Tu étais changeant, arc-en-ciel. Je te soupçonnais de pouvoir dire à l´un quelque chose et au suivant son contraire. Aucune hypocrisie dans cela. Tu n´étais pas là pour juger des opinions. Tu nous prenais comme nous étions. Tu nous donnais ce que nous espérions trouver. Tu savais, pour l´être toi-même, qu´un auteur est plus fragile qu´une libellule. Il te fallait tout simplement préserver les conditions dans lesquelles ses ailes pouvaient continuer à se déployer, fines et somptueuses. »

Donner votre avis

Avis(1)

  • Dans ce court texte écrit quelques jours après la disparition de Jean-Marc Roberts, Philippe Claudel rend hommage à celui qui fut son éditeur depuis "le bruit des trousseaux" et son ami.
    J-M. Roberts est en effet mort à 58 ans des suites d'un cancer du poumon le 25 mars 2013, quelques jours...
    Voir plus

    Dans ce court texte écrit quelques jours après la disparition de Jean-Marc Roberts, Philippe Claudel rend hommage à celui qui fut son éditeur depuis "le bruit des trousseaux" et son ami.
    J-M. Roberts est en effet mort à 58 ans des suites d'un cancer du poumon le 25 mars 2013, quelques jours après la sortie de son livre dans lequel il évoque sa maladie : "Deux vies valent mieux qu'une" (lisez ma critique).
    Jean Echenoz avait fait auparavant la même démarche que Claudel en écrivant "Jérôme Lindon" en 2001, un livre à la mémoire de ce dernier, ancien patron des éditions de Minuit qui publiait les œuvres de Echenoz. Depuis son décès, sa fille Irène dirige les éditions de Minuit.
    Le surnom affectueux de Jean-Bark a pour origine un personnage d'un livre ("la petite fille de monsieur Linh") de Philippe Claudel qui s’appelait Monsieur Bark.
    Dans ce petit livre de 80 pages, Claudel nous fait partager son amitié et ses souvenirs avec J-M. Roberts : le monde de l'édition, leur vison de l'écriture, leu famille...
    "Jean-Bark" est un hommage émouvant à l'ancien patron des éditions Stock.
    Je vous le recommande.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions